22 mars 2016

Rapport n° 2015-073 - Résumé "La formation"

Le rapport relatif au recrutement, au déroulement de carrière et à la formation des enseignants-chercheurs s’inscrit dans le cadre de l’article 74 de la loi du 22 juillet 2013 sur l’enseignement supérieur et la recherche qui  fait obligation au gouvernement de rendre compte de ces trois sujets au parlement. Il se situe dans un contexte de renforcement de l’autonomie des établissements d’enseignement supérieur et de concurrence internationale très marquée. Recrutement, déroulement de carrière et formation des enseignants-chercheurs.
3. La formation
Bien que la question de la formation des enseignants-chercheurs ne soit pas complètement nouvelle – la création des centres d’initiation à l’enseignement supérieur (CIES) remonte à 1989 – celle-ci n’a longtemps constitué qu’une préoccupation très secondaire dans la communauté universitaire française. Pour un grand nombre d’enseignants-chercheurs, la formation « à la recherche par la recherche » pendant la période de préparation du doctorat paraissait très suffisante et la pédagogie était censée s’apprendre « sur le tas ».
La France est ainsi restée longtemps à l’écart des avancées réalisées à l’étranger (Europe du nord, Belgique, Suisse, États-Unis, Canada, Australie…) en matière de recherche pédagogique et d’accompagnement des enseignants-chercheurs. Cependant, les évolutions du paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche, ont fait apparaître des besoins nouveaux de formation des enseignants-chercheurs.
La diversification des publics étudiants en formation initiale et l’intérêt financier des établissements pour la formation continue, qui appellent des pratiques pédagogiques adaptées, ainsi que le développement des technologies numériques, ont accru le besoin de formation à la pédagogie. Dans le même temps, l’augmentation de la part du financement de la recherche par projets sur appels d’offre compétitifs, est venue élargir l’éventail des compétences attendues des chercheurs et renforcer leur besoin de formation (en management d’équipes, gestion de crédits…).
En même temps que l’accès à la formation initiale et continue, notamment à la pédagogie, était statutairement reconnu, de nombreux établissements ont mis en place des dispositifs de formation et d’accompagnement des enseignants-chercheurs.
Ces initiatives individuelles doivent être soutenues par des politiques volontaristes mettant l’accent sur une offre de formation aux moments clefs de la carrière que sont la préparation de la thèse dans le cadre des écoles doctorales et la période de stage des maîtres de conférences, durant laquelle la formation devrait notamment intervenir sous la forme d’un tutorat.
Sur le premier point, la mission préconise la réalisation d’un audit des formations réalisées au sein des écoles doctorales, et l’élaboration d’un référentiel des compétences à acquérir par les candidats à un concours de recrutement d’enseignant-chercheurs.
Sur le second point, elle recommande de généraliser les dispositifs de formation des nouveaux maîtres de conférences, et de les rendre obligatoires dans le cadre de la procédure de titularisation. Cela suppose la mise en oeuvre du dispositif de modulation des obligations de service pour décharger ces stagiaires d’une partie de leur service d’enseignement.
Enfin, l’adhésion de la communauté universitaire à la généralisation de politiques de formation substantielles suppose que celle-ci accorde à l’activité d’enseignement une plus grande considération qui se traduise par un retour en matière de progression de carrière. Voir l'article...

Posté par : pcassuto à - - Permalien [#]
Tags :