14 mars 2016

Access to higher education is key in the integration of Syrian refugees

By Brendan O’Malley – Managing Editor. This week in a Special Report on higher education for refugees, Leon Cremonini says that integration of Syrian refugees in host communities is essential because they are there for the long term – and higher education is necessary to ensure integration. Then Reva Dhingra highlights some of the serious hurdles faced by refugees in accessing higher education and the challenges of their situation after graduation, while Simon Morris-Lange and Florinda Brands say German universities are opening their doors to refugees but only a handful can be found in lecture halls because of barriers to access for asylum seekers.
The refugee theme continues in World Blog, with Hans de Wit suggesting that investing in higher education in the developing world, starting with the countries neighbouring Syria, would be a good long-term strategy for the developed world to address future illegal immigration problems at their root.
In Commentary, Peter McGrath reports that improving communication was the key concept that emerged from a recent conference of science academies from around the world, focused on science advice. Kevin Hylton says higher education in the UK has a significant problem with its colonial past, racial discrimination and their related outcomes and it is time to tackle these issues in British universities.
In a potential violation of Academic Freedom, Nick Holdsworth writes that a leading Russian historian is facing calls for a criminal investigation after defending his PhD thesis on a Red Army general who turned traitor against Soviet leader Joseph Stalin in the latter stages of World War II.
In Features, Sharon Dell looks at the thorny issues of university autonomy and transformation in South Africa, which came under scrutiny during public hearings into the Higher Education Amendment Bill.
And in a second Special Report, Munyaradzi Makoni covers the Next Einstein Forum’s Global Gathering 2016, a congress held in Senegal last week that is the first in a series that will showcase Africa’s top emerging scientists and connect them across the continent and the world. Read more...

Posté par pcassuto à 15:27 - - Permalien [#]


L’édition 2016 de l’enquête Conditions de vie des étudiants en France

L’édition 2016 de l’enquête Conditions de vie des étudiants en France se déroule par questionnaire en ligne du 14 mars au 23 mai 2016.
A partir de début mars 2016, une campagne de communication en partenariat avec les établissements et les organisations étudiantes est mise en place auprès des étudiants pour les informer de l’enquête : affichage du poster de l’enquête, message d’information numérique à tous les étudiants (site internet, page facebook, Twitter de l’OVE et de ses partenaires, etc.).
Les étudiant-e-s invité-e-s à participer à l’enquête en sont ensuite personnellement informés par courrier postal et/ou électronique de l’OVE le 7 mars 2016.
En effet, le questionnaire est accessible uniquement à un échantillon représentatif de 223.000 étudiants en France, préalablement tirés au sort par l’OVE sur l’ensemble des inscrits 2015/2016, selon le mode d’échantillonnage indiqué dans la présentation générale de l’enquête.
Le 14 mars suivant, un mail d’accès personnalisé au questionnaire leur est envoyé afin de pouvoir y répondre. Celui-ci, d’une durée de 35 minutes en moyenne, peut être rempli en une ou plusieurs fois. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 14:34 - - Permalien [#]
Tags :

Femmes et hommes : regards régionaux sur l'égalité

Institut national de la statistique et des études économiquesGlobalement, en France, les jeunes filles réussissent mieux leurs études, les hommes occupent plus souvent un poste à la hauteur de leur niveau de diplôme, les femmes prennent davantage les transports en commun pour se rendre à leur travail…
D’une région à l’autre, ces différences entre femmes et hommes sont d’amplitude variable. Ainsi, c’est en Bretagne que les filles et les garçons ont les résultats scolaires les plus proches. L’Île-de-France est la région où les écarts sont les plus faibles sur le marché du travail, excepté en matière de rémunération. Au contraire, dans les départements d’outre-mer, les différences de salaires entre femmes et hommes sont bien moins importantes qu’en métropole, mais les taux de chômage diffèrent plus. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 14:31 - - Permalien [#]

Mise en application de la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale

ogo2003modifRapport de Gérard Cherpion et Jean-Patrick Gille.
En transposant l’accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013, la loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale a opéré une véritable réforme systémique qui concerne l’ensemble des acteurs : organismes de formation, organisations syndicales de salariés, organisations professionnelles d’employeurs, salariés, demandeurs d’emploi, État, collectivités territoriales, organismes paritaires collecteurs agréés et entreprises. Elle a surtout changé la philosophie de la formation professionnelle dans notre pays en substituant à l’obligation légale pour l’employeur de « payer », en vigueur depuis 1971, une obligation de former, faisant ainsi de la formation professionnelle un moteur du dialogue social.
Le financement de la formation professionnelle est désormais appréhendé comme un investissement, et non plus comme une dépense de fonctionnement, ni comme un moyen permettant de satisfaire une obligation légale. Elle se place au service tant du salarié et du demandeur d’emploi, dans une démarche de sécurisation des parcours professionnels et de qualification, que de l’entreprise, à l’appui de sa compétitivité et de sa vitalité.
Au cœur de la réforme du 5 mars 2014, cette refonte du financement de la formation professionnelle s’accompagne de la création ou de la rénovation des outils de qualification et d’accompagnement. Le compte personnel de formation (CPF), appelé à devenir demain le pivot du futur compte personnel d’activité, constitue le dispositif-clef de qualification et doit désormais répondre au défi de son universalisation. La loi du 5 mars 2014 permet également de faciliter l’accès à la validation des acquis de l’expérience, de définir les missions du conseil en évolution professionnelle et d’enrichir les entretiens professionnels.
Le pilotage de ces outils s’appuie sur une gouvernance rénovée de la formation professionnelle, désormais quadripartite. Si l’articulation des différentes instances doit encore être clarifiée, le nouveau cadre institutionnel tire toutes les conséquences de la montée en puissance des régions en matière de formation professionnelle et de la redéfinition du rôle des partenaires sociaux dans les instances nationales et locales.
Le présent rapport est un rapport sur la mise en application de la loi précitée. Si l’article 145-7 du Règlement de l’Assemblée nationale prévoit un délai de six mois après la promulgation de la loi pour en faire un bilan, les rapporteurs ont estimé nécessaire d’aller au-delà du simple suivi réglementaire et d’ainsi attendre une première année de pleine application de la réforme pour en dresser les conclusions les plus saillantes. Ce rapport n’a pas vocation à faire une évaluation de la loi, qui a été confiée par la loi au Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles (CNEFOP), mais d’en vérifier la mise en application conformément aux intentions du législateur et, le cas échéant, de proposer des pistes d’amélioration.
Au terme d’une trentaine d’auditions, les rapporteurs ont souhaité attirer plus particulièrement l’attention sur quatre enjeux centraux, au cœur de la réforme passée mais aussi des débats parlementaires à venir :
– la refonte du financement de la formation professionnelle, prenant la forme d’une contribution unique substituant à une obligation fiscale – « payer » – une obligation sociale – « former ». Bien que la première collecte de la contribution unique au titre de l’année 2015 ne soit pas achevée, un premier bilan du dispositif peut néanmoins être effectué à ce stade ;
– les dispositifs au service d’une démarche de parcours, permettant la personnalisation des droits et l’acquisition d’au moins un niveau de qualification, à la veille de l’entrée en vigueur du compte personnel d’activité ;
– la mise en œuvre des nouvelles instances quadripartites, s’agissant notamment de la création des comités régionaux de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles (CREFOP), du renforcement de la compétence régionale et de l’articulation entre le Comité interprofessionnel pour l’emploi et la formation (COPANEF) et le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) ;
– l’enjeu central de la relance de l’apprentissage, dans le contexte de la réforme de la taxe d’apprentissage et de sa collecte et de l’idée, parfois évoquée, d’un contrat unique d’alternance.
Les rapporteurs ont souhaité se placer du point de vue du bénéficiaire de la formation professionnelle et ont ainsi fait de l’appropriation de la loi du 5 mars 2014 par chaque acteur le fil rouge de leur travail. L’inscription des actions de formation dans une démarche de parcours tire les conséquences de la multiplicité des transitions professionnelles au cours d’une même carrière et de la redéfinition du salariat. Il conviendra d’approfondir davantage ces enjeux au cours des prochains débats parlementaires, relatifs notamment au CPA, en insistant sur la modularisation des formations et des certifications. C’est à cette condition que l’accès de tout actif – en particulier des demandeurs d’emploi et des travailleurs en difficulté – pourra être effectif. C’est cet enjeu que la démocratie sociale doit aujourd’hui relever afin de répondre aux attentes des actifs et des entreprises et de participer pleinement au redressement de la compétitivité française. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 14:28 - - Permalien [#]

L'internationalisation des études de doctorat et de master

OECD iLibraryDans les pays de l’OCDE, un étudiant sur dix en master (ou niveau équivalent) est en mobilité internationale, une proportion qui s’élève à un étudiant sur quatre en doctorat. Dans les pays de l’OCDE, près de 60 % des doctorants en mobilité internationale suivent une formation dans les domaines des sciences, de l’ingénierie ou de l’agriculture. Les États-Unis accueillent 38 % des doctorants en mobilité internationale dans les pays de l’OCDE. Ce sont le Luxembourg et la Suisse qui accueillent les pourcentages les plus élevés de doctorants en mobilité internationale : ils représentent plus de la moitié de leurs effectifs totaux à ce niveau d’enseignement. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 14:25 - - Permalien [#]


Aides à la mobilité des chercheurs > Soutien aux projets européens

JPEGVous êtes un chercheur travaillant en France et souhaitez monter une candidature pour un projet européen avec un partenaire irlandais ?
L’ambassade de France en Irlande soutient toute l’année les chercheurs français pour la préparation de leur projet en finançant des missions pour travailler avec leurs partenaires irlandais.
Téléchargez le formulaire de candidature

Word - 80.8 ko

A retourner à science[a]ambafrance-ie.org, avec comme objet "soutien aux projets européens". More...

Posté par pcassuto à 14:23 - - Permalien [#]

Research on Religion, crucial for Europe’s societies

LERU : League of European Research UniversitiesLERU is happy to invite you to the event ‘Research on Religion, crucial for Europe’s societies’, in Brussels on 17 March. The event will introduce some fascinating research undertaken at LERU member universities that shows very well how research on religion is important for European societies today and tomorrow.
The LERU Deans of Theology and Religious Studies have written a statement on the importance of research on religion for Europe’s societies. The event aims at translating this statement into practice by showcasing excellent examples. The event is also meant to discuss the statement with a wider public. Policy makers, research funders or anyone with an interest in SSH research in general or religion research in particular, is very welcome to participate. More...

Posté par pcassuto à 14:19 - - Permalien [#]

European Tertiary Education Register

European Commission logoThe European Tertiary Education Register (ETER) is a database of higher education institutions (HEIs) in Europe, currently including 36 countries and 2,673 HEIs; 29 countries have provided a full set of data for 2,250 HEIs. ETER presents comparable information under headings such as numbers of staff and students, subject domains covered, research activity and expenditures.
The first results of ETER can be found on the ETER website. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 14:18 - - Permalien [#]

Careers guidance in schools, colleges and universities (England)

There are no statutory requirements around the provision of careers advice in higher education institutions (HEIs).  Regardless of this careers advice and guidance is an important student service offered by all higher education institutions (HEIs).  HEIs are autonomous bodies and all HEIs have their own careers service staffed by professionals who are trained in this area. More...

Posté par pcassuto à 14:14 - - Permalien [#]

Ce que les sciences humaines ont à offrir

About humanitiesDans toutes les économies hautement développées, les sciences apportent une utilité sociale et une valeur ajoutée économique. Souvent, leur travail ne génère pas des produits immédiatement visibles et passe donc inaperçu au premier regard. Dans un monde qui a confiance dans la technique, ceci est particulièrement vrai pour les sciences humaines. Le fait que les sociétés modernes sont fondées sur les sciences humaines, sur leur capacité de réflexion et sur le savoir d’orientation et du but qui en résulte est souvent ignoré. Le monde dans lequel nous vivons est marqué par des tensions politiques, religieuses, culturelles et économiques. Il doit faire face à des défis (par exemple des changements climatiques irréversibles, le manque de ressources, la famine, la migration et les changements démographiques) qui ne se résolvent pas simplement par des moyens techniques. Les sciences humaines sont donc plus importantes que jamais.
Les différences de perception, d’interprétation et de valorisation influencent autant les décisions et les actions que les stimuli financiers ou les aspects techniques. Les sciences humaines en particulier peuvent mettre en exergue les causes invisibles des conflits et blocages de ce genre. De nombreux aspects dans ce monde proposent une explication biotechnique, à l’instar du corps humain d’un point de vue biomédical. Ce n’est toutefois pas le cas du comportement humain. Les hommes n’agissent pas toujours de manière rationnelle et selon des intérêts économiques, comme nous le concevons parfois, et leurs objectifs sont souvent contradictoires. C’est pourquoi les notions de compréhension et d’interprétation sont essentielles pour notre cohabitation et la conception de notre environnement.
En ces termes, la signification des sciences humaines est clairement expliquée. Mais tous ceux qui veulent en savoir davantage sur la contribution fondamentale à plusieurs égards des sciences humaines ou qui souhaitent s’informer sans a priori sur les stéréotypes des sciences humaines, peuvent découvrir dans le présent document, conçu comme une foire aux questions (FAQ), tout ce que les sciences humaines apportent et pourquoi leur contribution est essentielle dans notre société moderne.

Posté par pcassuto à 14:13 - - Permalien [#]