22 février 2016

Université, la sélection en master jugée illégale : trois questions à Jean-Marc Schlenker

Par Institut Montaigne. Un avis du Conseil d'État, émis le 10 février 2016, estime que sélectionner les étudiants en master 1, comme en master 2, est illégal. Alors que la Conférence des Présidents d’Université "demande une sortie de crise rapide pour tous les masters", Jean-Marc Schlenker, Professeur à l'Université du Luxembourg et président du Comité de Suivi de la loi LRU, en 2011 et 2012, décrypte les principaux enjeux de cette décision.
Pensez-vous que les universités doivent pouvoir sélectionner dès le M1 ?
La possibilité pour les universités de choisir leurs étudiants au niveau du master est très largement répandue à l’échelle internationale. Les formations de master sont avancées, parfois spécialisées, et elles exigent des prérequis spécifiques. On ne peut pas leur demander à la fois d'être ouvertes à tous les étudiants titulaires d'une licence, et d'offrir une formation du même niveau et de la même qualité que celles des universités étrangères qui, elles, peuvent sélectionner leurs étudiants et donc s'adresser à des étudiants d'un niveau plus homogène.
Ne pas autoriser la sélection au niveau master conduit donc à dégrader les conditions d'étude. Cela conduit aussi in fine à de lourds sacrifices pour beaucoup d'étudiants. Peu d'universitaires, et c’est heureux, sont prêts à attribuer un diplôme de master à des étudiants dont les acquis et les compétences ne correspondent pas à ce niveau d'étude. Les étudiants qui s'engagent dans un master sans y être préparés ont donc de fortes chances d'échouer et de perdre une ou deux années. L'absence de sélection à l'entrée implique la sélection par l'échec, beaucoup plus coûteuse pour les étudiants. Voir l'article...

Posté par : pcassuto à - - Permalien [#]