Ce 13 Février, À BHL
Cher ami,
Je tiens à vous dire qu'en 1963, enseignant l'espagnol à l'E.N.I.O., le Directeur de ladite école, Monsieur Lévinas a osé me convoquer, moi ancien déporté, pour m'interdire de parler d'Auschwitz à mes élèves. Il va de soi que j'ai refusé en lui rétorquant que personne ne m'empêchera de parler de mon expérience, qu'il peut me renvoyer s'il le veut, mais que tous les JUIFS DE FRANCE ET TOUTES LES ASSOCIATIONS D'ANCIENS DÉPORTÉS SERAIENT AVERTIS et qu'il devrait avoir honte, lui originaire de Lithuanie, pays dont la majorité des Juifs a été décimée et surtout lui ai-je dit, "Votre attitude ne m'invite aucunement à étudier votre philosophie !"
C'est là certainement un aspect du "MENSCH ?" qu'on ne lui connaît pas et encore moins si je vous ajoute qu'à l'époque mon ami Claude Hagège y enseignait le français, mais que retenu en Afrique par une enquête linguistique il ne put être présent le jour de la rentrée. Incident qui lui valut son renvoi !
Et je pourrais vous en dire bien plus sur son intolérance et le plaisir qu'il avait à nous humilier !
CELA AUSSI DOIT ÊTRE DIT !

Un ancien déporté ( N°151 752), qui sait ce qu'est le devoir de Mémoire et continue de témoigner dans les écoles à son âge (93 ans).
Haim-Vidal SEPHIHA
Je tiens à ce que mon texte soit publié.