Numero_VertLes objectifs et les modalités de la loi n°2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi, à la démocratie sociale doivent permettre d’« affronter l`urgence en se dotant, au plus vite, des outils les mieux adaptés dans la bataille pour l’emploi et le développement des compétences et préparer l`avenir en réformant les éléments fondamentaux de notre démocratie sociale, pour la rendre plus forte , plus vivante, plus légitime : c’est la double ambition de la loi formation professionnelle, emploi et démocratie sociale. »
Dans le cadre de cette loi, de nouveaux droits et services sont mis à la disposition des actifs, avec ou sans emploi, pour leur permettre de mieux sécuriser leur parcours professionnel en développant leurs compétences, leurs qualifications et en leur permettant de mieux anticiper leur évolution professionnelle. Ceux-ci s’appuient sur des outils comme l’entretien professionnel, le compte personnel formation (CPF) et le conseil en évolution professionnelle (CEP).
C’est dans ce cadre que les partenaires sociaux ont souhaité réfléchir au positionnement du bilan de compétences et l’ont inscrit dans l’ANI du 14 décembre 2013 : « Afin d’améliorer la qualité des bilans de compétences et de favoriser la bonne articulation des prestations effectuées par le conseil en évolution professionnelle, les organisations syndicales d’employeurs et de salariés représentatives au niveau national et interprofessionnel redéfiniront, avant la fin du premier semestre 2014, les objectifs et modalités de mise en œuvre du bilan de compétences. »
Rapport de préconisations concernant « les évolutions du bilan de compétences », Copanef

Consultez les textes de la réforme de la formation professionnelle sur notre espace dédié