AccueilPar Philippe BÉZAGU, Jean DÉROCHE, Amaury FLÉGES, François PAQUIS, Inspecteurs généraux de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche. Rapport - n° 2014-035 La gestion des heures d’enseignement au regard de la carte des formations supérieures. Juin 2014, publié le 23.04.15, IGAENR - inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale et de la Recherche.
Une approche plus stratégique de l’activité de formation
Les universités, on l’a vu, s’efforcent désormais de mesurer le coût de chaque formation et de chaque composante, de façon à mettre en place un dialogue de gestion efficace et à construire un véritable modèle d’allocation des moyens :
– en retraçant avec précision les flux entre composantes, en potentiel d’enseignement (échanges de services) comme en étudiants (dans le cadre d’unités d’enseignement mutualisées entre plusieurs composantes) ; un interlocuteur de la mission évoque l’idée d’une « chambre de compensation » assurant la correspondance entre les positions débitrices et créditrices des différents intervenants et la compensation des soldes ;
– en analysant le modèle économique de chaque UFR, son volume de ressources propres, l’utilisation qui en est faite (en particulier la part d’heures complémentaires prises en charge sur le budget propre de la composante et celle financée par l’université), afin de déterminer son coût réel et de le relier d’une part, à ses caractéristiques propres (nature des formations, taux d’encadrement, contraintes liées aux capacités d’accueil des salles affectées à la composante, etc.), d’autre part, à des indicateurs de performance (réussite étudiante, insertion professionnelle, nombre de docteurs, etc.) ;
– en portant les résultats de ce travail à la connaissance de l’ensemble de la communauté universitaire : le dialogue de gestion avec chaque UFR porte en effet sur les seules données qui la concernent ; cette absence de vision globale et partagée alimente une forme de méfiance réciproque et ne favorise pas la mise en oeuvre d’une véritable politique d’établissement – chacun disposant uniquement de ses propres chiffres et n’étant pas en mesure d’apprécier la situation des autres composantes. Tous les directeurs d’UFR regrettent ce cloisonnement. L’un d’entre eux déclare ainsi : « les documents de gestion ne circulent pas, c’est du tête-à-tête avec chaque composante ».
Au-delà de ces premières analyses, il s’agit d’apprécier l’équilibre global de l’offre au regard du potentiel et du projet d’établissement, en s’assurant notamment que la répartition des moyens entre composantes ou domaines de formation correspond bien aux priorités affichées lors de la signature du contrat. C’est pourquoi l’IGAENR a élaboré et diffusé à la rentrée 2013 un guide méthodologique en vue de la réalisation d’une cartographie économique et d’une analyse stratégique des activités des universités. Télécharger le rapport La gestion des heures d’enseignement au regard de la carte des formations supérieures. Voir l'article...