Najat Vallaud-Belkacem s'est exprimée en ouverture du colloque Colloque C.P.U.-ATHENA sur les défis qui se posent pour le monde de la recherche dans la période de l’après-Charlie "Intégrisme et terrorisme" lundi 4 mai 2015 à l'Assemblée Nationale.
Je remercie d’ores et déjà les établissements d’enseignement supérieur qui, conscients de leur responsabilité sociale, se joignent depuis janvier à la mobilisation pour renforcer le lien social au sein de leurs établissements et favoriser l’accès aux études des publics susceptibles de représenter des proies faciles pour les mouvements de radicalisation.
Cela nous aidera aussi à encourager des recherches dans ces domaines prioritaires dans différentes instances comme l’Institut Universitaire de France ou à définir, avec le réseau français des instituts d’études avancées, une politique de recrutement de chercheurs étrangers invités permettant de réunir un panel aussi large que possible d’expertises internationales.
Je compte solliciter l’A.N.R. pour que dans son prochain programme annuel, les questions abordées par le colloque, notamment celles relatives aux processus de radicalisation apparaissent plus clairement et pour que le soutien de l’A.N.R. soit explicitement orienté vers l’encouragement à la synergie des équipes et à l’approche pluri et inter disciplinaire. Vraiment, j’insiste sur ce message : faute de structuration de la recherche dans ce domaine, les appels à projets ne peuvent que donner des résultats décevants. Cet enjeu de structuration est donc majeur.
L’après-Charlie doit provoquer un engagement de chacun à se mobiliser.
L’après-Charlie peut marquer le début de formes inédites de rassemblement des forces de pensée et d’action dont les sciences humaines et sociales que vous représentez  pourraient être le moteur.
Je vous remercie de votre attention et vous souhaite un excellent et fructueux colloque. Voir l'article...