Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)La Cour des comptes vient de publier un référé sur la formation continue des enseignants dans le secteur public et le secteur privé sous contrat d'association avec l'État.
S'ils ont bénéficié de plus de 730 000 journées de formation dans le premier degré et de plus de 970 000 journées de formation dans le second degré au cours de la dernière année scolaire, les enseignants de l'éducation nationale ne sont pas dans une situation favorable en matière de formation continue (en termes de temps consacré à la formation, de qualité des formations reçues et de l’inadéquation de l'offre de formation avec leur travail au quotidien).
La Cour estime que la formation continue n'est pas utilisée comme un véritable levier de GRH. Au reste, elle pointe, que dans les faits, la prise en compte de la formation continue dans le parcours de carrière des enseignants est quasiment inexistante et regrette qu’aujourd'hui il n'existe pas d'entretien annuel de formation pour les enseignants.
La Cour formule trois recommandations :
- Etablir un lien plus étroit entre le parcours de formation des enseignants et les caractéristiques de leurs postes d'affectation et, à cet effet, améliorer le suivi statistique et individuel du parcours de formation des enseignants ;
- Veiller à ce que l'offre de formation continue des écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE) soit effective, et qu'elle soit adossée à la recherche universitaire et construite en lien étroit avec les besoins concrets exprimés par les enseignants et les corps d'inspection ;
- Respecter la réglementation en vigueur sur les frais de déplacement des enseignants participant à la formation continue.
Consulter le référé. Voir l'article...