26 janvier 2015

Diplômes, génériques et contrefaçons…

Blog Educpros de Jacques Igalens. On a souvent comparé les hôpitaux et les universités. Il s’agit dans les deux cas d’organisations complexes que Mintzberg qualifie du même terme, les bureaucraties professionnelles. L’une et l’autre prennent en charge une composante essentielle de la vie, la santé ou l’éducation. Suite de l'article...

Posté par pcassuto à 20:46 - - Permalien [#]


Du MOOC à l’apprentissage adaptatif : ce qui va bloquer

http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/files/2013/04/cropped-earth.jpgBlog Educpros de Matthieu Cisel. Depuis quelques billets, nous avons abordé la question de l’apprentissage adaptatif et des tuteurs intelligents. Un sujet qui n’est pas simple à vulgariser. Pour les MOOC, c’est facile, n’importe qui peut se connecter à Coursera ou FUN. C’est plus compliqué pour l’apprentissage adaptatif; la plupart des tuteurs intelligents n’ont pas dépassé le stade du prototype de laboratoire. Suite de l'article...

Posté par pcassuto à 20:43 - - Permalien [#]

Comment valoriser son MOOC ?

http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/files/2013/04/cropped-earth.jpgBlog Educpros de Matthieu Cisel. Que faire des vidéos de votre MOOC une fois celui-ci terminé ? Ce serait dommage d’avoir travaillé autant pour les mettre au point et qu’elles ne soient pas disponible en permanence non ? Le problème c’est que très souvent dans les MOOC, les archives ne sont pas accessibles après la fin du cours, ou alors elles ne sont accessibles que pour ceux qui se sont inscrits au cours (sacrée discrimination soit dit en passant). Suite de l'article...

Posté par pcassuto à 20:42 - - Permalien [#]

Du MOOC à l’apprentissage adaptatif : les tuteurs cognitifs

http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/files/2013/04/cropped-earth.jpgBlog Educpros de Matthieu Cisel. Nous avons parlé récemment de personnalisation de l’apprentissage via des intelligences artificielles, un concept qui je l’espère finira par être introduit dans les MOOC. J’aimerais revenir aujourd’hui sur une famille de tuteurs intelligents, les tuteurs dits « cognitifs », une intelligence artificielle qui tente de déterminer ce que vous avez dans la tête sur la base des réponses que vous fournissez à une série d’exercices. Suite de l'article...

Posté par pcassuto à 20:41 - - Permalien [#]

Monique Orphé veut taxer l’alcool et les sodas pour financer la formation des chômeurs

Monique Orphé a formulé ce matin ses vœux à la presse. L’occasion de présenter sa proposition de loi "pour la dignité des Réunionnais" qui vise à taxer les boissons alcoolisées et sucrées pour financer la formation des chômeurs de longue durée.
La députée de la 6ème circonscription Monique Orphé a exprimé mercredi 14 janvier ses vœux pour 2015 aux journalistes de l’île, qui "exercent un métier à risques". Voir l'article...

Posté par pcassuto à 20:33 - - Permalien [#]


Classements des universités - Tendances en matière de transparence, responsabilité et comparabilité

Le rapport RISP (Rankings in Institutional Stratégies and Process), « La place des classements dans les stratégies et processus institutionnels », a été présenté en français dans les locaux de la CPU, le 21 janvier dernier. L’EUA (Association Européenne de l’Université) a déjà publié deux rapports sur les classements internationaux en 2011 et 2013. Téléchargez le rapport en PDF.

Tendances en matière de transparence, responsabilité et comparabilité
Les classements sont devenus la méthode dominante pour comparer sur le plan international les EES, en raison de leur simplicité et de la rigueur qu’ils dégagent. Ils utilisent des indicateurs comme variables de substitution pour mesurer les différents aspects de l’activité d’enseignement supérieur, et assignent ensuite un poids à chacun de ces indicateurs, selon les jugements de valeur des différents fournisseurs de classement. Les scores sont ensuite ramenés à un nombre unique, rangés par ordre décroissant, et s’affichent comme un tableau de classement.
Une autre façon de concevoir les classements mondiaux est de les percevoir en tant que faisant partie de l’évolution vers une plus grande transparence, responsabilité et comparabilité, en réponse à une pression publique et politique croissante en faveur d’une plus grande divulgation publique. L’encadré 2 ci-dessous fournit un aperçu des différents instruments utilisés pour évaluer, mesurer et comparer la performance et la qualité de l’enseignement supérieur (Hazelkorn, 2015).
Encadré 2 – Typologie des instruments de transparence, de responsabilité et de comparabilité
• Accréditation : certification d’un EES, dirigée par un gouvernement ou via une agence, pour lui attribuer l’autorité/la reconnaissance en tant que EES et de décerner des diplômes.
• Évaluation (au sens d’assessment et evaluation), Assurance qualité (QA) : évaluation des processus institutionnels pour la qualité, de la qualité de la recherche et/ou celle de l’enseignement et de la formation.
• Benchmarking : comparaison systématique des pratiques et de la performance entre établissements pairs.
• Classification et profilage : typologie ou cadre fixé pour des établissements d’enseignement supérieur, afin d’en dénoter la diversité (généralement, de mission ou de type) entre établissements.
• Guide des universités (colleges) et des réseaux sociaux : source d’informations sur les EES, à l’adresse des étudiants, des employeurs, des pairs et du grand public.
• Classements, classifications et regroupements : outils pour permettre une comparaison au plan national et mondial de la performance de l’enseignement supérieur, selon certains indicateurs et caractéristiques, qui instaurent une « norme» de réussite. Source : Hazelkorn, 2015 (à paraître), chapitre 2.
Aux États-Unis, des guides pour les universités (les colleges, offrant des études de premier cycle) sont apparus, initialement pour répondre au besoin de fournir une information pour une population étudiante de plus en plus mobile. Aujourd’hui, encore plus d’informations sont disponibles en ligne ou dans d’autres formats dans les médias sociaux. Voir l'article entier dans le rapport en PDF. Voir l'article...

mountaga.camara

Posté par pcassuto à 18:28 - - Permalien [#]

Influence croissante des classements

Le rapport RISP (Rankings in Institutional Stratégies and Process), « La place des classements dans les stratégies et processus institutionnels », a été présenté en français dans les locaux de la CPU, le 21 janvier dernier. L’EUA (Association Européenne de l’Université) a déjà publié deux rapports sur les classements internationaux en 2011 et 2013. Téléchargez le rapport en PDF.

Influence croissante des classements
Depuis le lancement du classement académique des universités mondiales (Academic Ranking of World Universities, ARWU), développé à Shanghai en 2003, les classements mondiaux sont devenus un facteur essentiel d’influence et d’impact sur l’enseignement supérieur dans son ensemble, sur les établissements d’enseignement supérieur et sur les politiques et l’opinion publique en la matière. Les classements sont régulièrement cités par les décideurs politiques, les étudiants et leurs parents, les employeurs et les médias, en raison de ce qu’ils prétendent pouvoir dire sur la performance et la qualité de l’enseignement supérieur.
Il y a quatre principales phases dans l’évolution des classements (Hazelkorn, 2011, pp. 29-31) :
1910-1950 : Les classements ont été conçus pour la première fois au début du XIXe siècle par Alick Maclean et Havelock Ellis, qui étaient fascinés par la question de savoir « d’où nous tenons nos meilleurs hommes », si l’on suit l’expression utilisée pour le titre de l’ouvrage de Maclean, Where We Get Our Best Men (1900). En 1904, Ellis a compilé une liste d’universités suivant l’ordre du nombre de « génies » qui ont fréquenté chacune d’entre elles (Myers et Robe, 2009, p. 7).
1959-2000 : La deuxième phase – au cours de laquelle les classements nationaux ont accédé à la notoriété – a mis l’accent sur des facteurs liés à la réputation plutôt qu’à l’origine académique. Cette approche a été rendue possible par la publication de l’Index des citations en sciences (Science Citation Index, publié en 1961 et actualisé annuellement par la suite), et de l’Index des citations en sciences sociales (Social Sciences Citation Index, publié en 1966 et actualisé annuellement par la suite).
2003 : Avec l’ARWU en 2003, l’arrivée des classements mondiaux était inévitable dans un monde de plus en plus globalisé, et marque le début d’une troisième phase. Ces classements s’appuient principalement sur des facteurs de réputation, des indicateurs bibliométriques et des citations tirées du Web of Science de Thomson Reuters ou des ressources de la base de données Scopus d’Elsevier.
2008 : Alors que, historiquement, les universités ont été les principaux garants de leur propre qualité, au fil des années, l’on a assisté à une implication croissante de tiers, au niveau national aussi bien qu’international. Ce phénomène représente un changement de paradigme significatif. L’OCDE a développé le projet AHELO (Évaluation des résultats de l’enseignement supérieur) (Tremblay, Lalancette et Roseveare, 2012)6, et l’UE a financé U-Multirank.

Principaux classements mondiaux, 2014 (par ordre chronologique d’apparition)
• Classement académique des universités mondiales (Academic Ranking of World Universities, ARWU) (Université de Shanghai Jiao Tong), Chine, 2003.
• Classement Webometrics (Conseil national de recherche espagnol), Espagne, 2004.
• Classements de l’Université nationale de Taïwan (anciennement Classement par performance des articles scientifiques des universités mondiales, ou Performance Ranking of Scientific Papers for World Universities, HEEACT), Taïwan, 2007.
• Classement de Leiden (Centre pour la science et les études technologiques, Université de Leiden), Pays-Bas, 2008.
• Classement des pays et revues SCImago (SCImago Journal and Country Rank, SJR), Espagne, 2009.
• Classement des universités en fonction de la performance académique (University Ranking by Academic Performance, URAP) (Institut de l’informatique de l’Université technologique du Moyen-Orient), Turquie, 2009.
• Classements QS des universités mondiales (QS World University Rankings, Quacquarelli Symonds), Royaume-Uni, 2010.
• Classement THE des universités mondiales (THE World University Ranking, Times Higher Education), Royaume-Uni, 2010.
• U-Multirank (Commission européenne), Belgique, 2014. Voir l'article entier dans le rapport en PDF. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 18:21 - - Permalien [#]

La place des classements dans les stratégies et processus institutionnels (RISP)

Le rapport RISP (Rankings in Institutional Stratégies and Process), « La place des classements dans les stratégies et processus institutionnels », a été présenté en français dans les locaux de la CPU, le 21 janvier dernier. L’EUA (Association Européenne de l’Université) a déjà publié deux rapports sur les classements internationaux en 2011 et 2013. Téléchargez le rapport en PDF.

La place des classements dans les stratégies et processus institutionnels (RISP)
L’enseignement supérieur connaît une évolution rapide, en réaction à des développements survenant au niveau national et international. La mondialisation et la demande pour une économie fondée sur une instruction de haut niveau et un savoir qualifié se sont conjuguées pour hisser l’enseignement supérieur au sommet des agendas politiques. Durant les dernières décennies, le nombre d’étudiants inscrits dans les établissements d’enseignement supérieur de par le monde a considérablement augmenté ; il est prévu que ce nombre s’accroisse de plus du double, pour atteindre 262 millions à l’horizon 2025, avec un nombre d’étudiants internationaux qui devrait passer des 4,3 millions annuels actuels à 7,2 millions, d’ici à 2025. La demande de la société pour davantage d’enseignement supérieur s’élève alors que de nombreux budgets publics et sources de revenus privées ont été limités. Cette situation a renforcé les préoccupations concernant la qualité, notamment pour ce qui est des systèmes financés sur fonds publics. L’on peut également se demander dans quelle mesure l’enseignement supérieur devrait répondre de son action vis-à-vis des parties prenantes publiques et des étudiants, ainsi que vis-à-vis des besoins et des demandes de la société et de l’économie. L’accent sur la qualité et l’excellence dans un environnement concurrentiel au niveau mondial a mené à exiger davantage de rendre des comptes, davantage de transparence, et plus d’outils susceptibles de permettre et faciliter la comparaison sur le plan international.
Aujourd’hui, la performance mondiale des universités est de plus en plus mesurée en utilisant des classements développés par des organismes gouvernementaux et/ou commerciaux, tant au niveau national qu’international. Bien que des critiques sur les méthodologies des classements aient été formulées par les gouvernements, les représentants institutionnels, les étudiants, les chercheurs et d’autres acteurs au fil des ans3, les classements sont parvenus à modifier la manière dont les universités sont perçues par les étudiants, les parents, le secteur des affaires, les employeurs et les autres parties prenantes, et la façon dont elles sont présentées dans les médias. Ils ont placé la performance de l’enseignement supérieur au sein d’un cadre comparatif plus large et international. Ce faisant, le monde de l’enseignement supérieur est devenu visiblement plus compétitif et multipolaire. De plus en plus de pays investissent désormais dans le renforcement de leur système d’enseignement supérieur et de recherche, et dans la compétition pour obtenir des talents mobiles et des investissements. Par conséquent, l’on peut conclure que les comparaisons et les classifications internationales d’universités sont installées dans le paysage pour durer. Suite dans le rapport en PDF. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 18:15 - - Permalien [#]

Classements des universités : quel impact sur les stratégies d’établissement ?

Première étude paneuropéenne mesurant l’influence des classements internationaux et nationaux dans les prises de décision et les actions institutionnelles des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Le rapport RISP (Rankings in Institutional Stratégies and Process), « La place des classements dans les stratégies et processus institutionnels », a été présenté en français dans les locaux de la CPU, le 21 janvier dernier.
L’EUA (Association Européenne de l’Université) a déjà publié deux rapports sur les classements internationaux en 2011 et 2013. Il restait à les compléter par une étude de terrain en Europe. C’est maintenant chose faite avec la parution de l’étude : « La place des  classements dans les stratégies et processus institutionnels : impact ou illusion ? ». Le projet est coordonné par l’Association Européenne de l’Université (EUA), en partenariat avec l’Institut de Technologie de Dublin (DIT), la CPU et le Centre d’Information académique (AIC) de Lettonie. Téléchargez le rapport en PDF. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 18:12 - - Permalien [#]

La laïcité au cœur de l'enseignement supérieur

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a présenté, jeudi 22 janvier, son plan pour promouvoir la laïcité à l'école suite aux attentats perpétrés quelques semaines plus tôt. Certaines mesures concernent l'enseignement supérieur.
Le plan prévoit la désignation d'un référent « racisme et antisémitisme » au sein de chaque établissement. Les travaux de recherche qui concerneront les « causes de la radicalisation dans les sociétés contemporaines » seront davantage soutenus et des créations d'emplois d'enseignants-chercheurs verront le jour dans des « disciplines rares » liées au Moyen-Orient et au monde musulman. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 13:37 - - Permalien [#]