Le rapport RISP (Rankings in Institutional Stratégies and Process), « La place des classements dans les stratégies et processus institutionnels », a été présenté en français dans les locaux de la CPU, le 21 janvier dernier. L’EUA (Association Européenne de l’Université) a déjà publié deux rapports sur les classements internationaux en 2011 et 2013. Téléchargez le rapport en PDF.

Influence croissante des classements
Depuis le lancement du classement académique des universités mondiales (Academic Ranking of World Universities, ARWU), développé à Shanghai en 2003, les classements mondiaux sont devenus un facteur essentiel d’influence et d’impact sur l’enseignement supérieur dans son ensemble, sur les établissements d’enseignement supérieur et sur les politiques et l’opinion publique en la matière. Les classements sont régulièrement cités par les décideurs politiques, les étudiants et leurs parents, les employeurs et les médias, en raison de ce qu’ils prétendent pouvoir dire sur la performance et la qualité de l’enseignement supérieur.
Il y a quatre principales phases dans l’évolution des classements (Hazelkorn, 2011, pp. 29-31) :
1910-1950 : Les classements ont été conçus pour la première fois au début du XIXe siècle par Alick Maclean et Havelock Ellis, qui étaient fascinés par la question de savoir « d’où nous tenons nos meilleurs hommes », si l’on suit l’expression utilisée pour le titre de l’ouvrage de Maclean, Where We Get Our Best Men (1900). En 1904, Ellis a compilé une liste d’universités suivant l’ordre du nombre de « génies » qui ont fréquenté chacune d’entre elles (Myers et Robe, 2009, p. 7).
1959-2000 : La deuxième phase – au cours de laquelle les classements nationaux ont accédé à la notoriété – a mis l’accent sur des facteurs liés à la réputation plutôt qu’à l’origine académique. Cette approche a été rendue possible par la publication de l’Index des citations en sciences (Science Citation Index, publié en 1961 et actualisé annuellement par la suite), et de l’Index des citations en sciences sociales (Social Sciences Citation Index, publié en 1966 et actualisé annuellement par la suite).
2003 : Avec l’ARWU en 2003, l’arrivée des classements mondiaux était inévitable dans un monde de plus en plus globalisé, et marque le début d’une troisième phase. Ces classements s’appuient principalement sur des facteurs de réputation, des indicateurs bibliométriques et des citations tirées du Web of Science de Thomson Reuters ou des ressources de la base de données Scopus d’Elsevier.
2008 : Alors que, historiquement, les universités ont été les principaux garants de leur propre qualité, au fil des années, l’on a assisté à une implication croissante de tiers, au niveau national aussi bien qu’international. Ce phénomène représente un changement de paradigme significatif. L’OCDE a développé le projet AHELO (Évaluation des résultats de l’enseignement supérieur) (Tremblay, Lalancette et Roseveare, 2012)6, et l’UE a financé U-Multirank.

Principaux classements mondiaux, 2014 (par ordre chronologique d’apparition)
• Classement académique des universités mondiales (Academic Ranking of World Universities, ARWU) (Université de Shanghai Jiao Tong), Chine, 2003.
• Classement Webometrics (Conseil national de recherche espagnol), Espagne, 2004.
• Classements de l’Université nationale de Taïwan (anciennement Classement par performance des articles scientifiques des universités mondiales, ou Performance Ranking of Scientific Papers for World Universities, HEEACT), Taïwan, 2007.
• Classement de Leiden (Centre pour la science et les études technologiques, Université de Leiden), Pays-Bas, 2008.
• Classement des pays et revues SCImago (SCImago Journal and Country Rank, SJR), Espagne, 2009.
• Classement des universités en fonction de la performance académique (University Ranking by Academic Performance, URAP) (Institut de l’informatique de l’Université technologique du Moyen-Orient), Turquie, 2009.
• Classements QS des universités mondiales (QS World University Rankings, Quacquarelli Symonds), Royaume-Uni, 2010.
• Classement THE des universités mondiales (THE World University Ranking, Times Higher Education), Royaume-Uni, 2010.
• U-Multirank (Commission européenne), Belgique, 2014. Voir l'article entier dans le rapport en PDF. Voir l'article...