Poursuite d’études logique après la licence (bac + 3), le master a su imposer sa marque. La recette ? Une professionnalisation renforcée et des débouchés plus faciles à évaluer. Quand et comment choisir son master ? Sur quels critères ? Que faut-il savoir pour passer le cap de la sélection ? Comment réussir son stage et valoriser son diplôme sur le marché de l’emploi ? Dans ce dossier, des témoignages et des conseils apportent des réponses concrètes aux questions que vous vous posez.

Master : état des lieux
En 2011-2012, 73 % des diplômés d’une licence ont poursuivi leurs études en master. C’est d’autant plus vrai après une licence de droit (86 % des diplômés intègrent un master), un peu moins en lettres-arts (70 %). Rien d’étonnant, sachant qu’il existe, selon les domaines de spécialisation, d’autres voies pour décrocher un bac + 5 : les écoles d’art, les écoles de journalisme, les Instituts d’études politiques, etc.). Enfin, il faut savoir que le master est délivré à 95 % par les universités. Les 5 % restants sont délivrés par des écoles, notamment des écoles d’ingénieurs.
Du droit aux sciences en passant par l’environnement, le management culturel ou les relations internationales, les domaines couverts par les masters sont multiples ! Certaines disciplines attirent des flux importants d’étudiants, à commencer par gestion-AES, suivi du droit. Mis en place à la rentrée 2013, le master métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF), devrait rassembler près de 35 000 étudiants, estime Jean-Michel Jolion, ancien Président du comité de suivi du master. Voir l'article...