Envie de poursuivre des études en master ? Le point sur l’inscription, l’organisation et la validation de cette formation en 2 ans (M1 et M2) après un bac + 3. Objectif : décrocher un diplôme pour s'insérer sur le marché de l'emploi ou pour poursuivre en doctorat.

Vers moins de masters…
À compter de la rentrée 2015, le nombre des masters sera réduit dans certaines universités. Objectif : rendre l’offre de formations plus lisible pour les étudiants et les employeurs. Les masters seront désormais proposés au sein de 250 mentions environ. La spécialisation relèvera de parcours types.
À noter : les universités adopteront progressivement les nouveaux intitulés. Pensez à consulter régulièrement le site www.onisep.fr.

Validation des études
La validation des études s’effectue soit par contrôle continu, soit par examen final, soit par les deux modes de contrôle combinés.
Chaque unité d’enseignement (UE) a une valeur définie en crédits ECTS. Le master correspond à 120 crédits capitalisables, c’est-à-dire définitivement acquis une fois validés. Ainsi, il est toujours possible de reprendre des études là où on les avait laissées après une interruption. Ces crédits sont également transférables dans chaque pays de l’Union européenne.
Le semestre est validé par 30 crédits ECTS si l’étudiant obtient 10/20 de moyenne sur l’ensemble des UE du semestre, une note supérieure à 10 pouvant compenser une note inférieure à 10. La période de stage est évaluée à l’oral.
Le diplôme national de master ne peut être délivré qu’après validation de l’aptitude à maîtriser au moins une langue vivante étrangère (niveau européen de certification en langues B1 ou B2 selon les universités).
Le diplôme national de master est accompagné d’un supplément au diplôme détaillant les compétences acquises lors de son parcours, la particularité, l’originalité de la formation suivie. Voir l'article...