Enseignement, traduction, tourisme, commerce international… les spécialités de masters associant la maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères à d’autres compétences ne manquent pas ! Comment se préparer, parfois dès la licence, et bien choisir sa formation ? Quelle sélection y pratique-t-on ? Quelques pistes pour s’y retrouver.
Quel que soit la spécialisation visée, la licence (3 ans) reste l’étape incontournable pour acquérir des bases et envisager une poursuite d’études en master. Pour ceux qui souhaitent s’orienter en master MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) afin d’enseigner, la licence pose les bases des apprentissages disciplinaires.
Mentions les mieux adaptées : LLCE, qui met l’accent sur l’étude d’une langue, les cours de civilisation et de littérature, ou encore une licence de lettres avec un parcours FLE, pour  ceux dont le projet est d’enseigner le français à un public de non-francophones. En L3, il existe de nombreux parcours de sensibilisation aux métiers de l’enseignement. Du côté de la traduction, les parcours dédiés sont peu nombreux et débutent généralement en L2. Les parcours de licence LEA sont, eux, ciblés sur la maîtrise de deux langues appliquées au monde de l’entreprise. En L3, des parcours visent à compléter les compétences en langues avec des cours de droit, économie ou gestion.

Sélection : faire la différence
Attention, quelle que soit la spécialisation visée, la majorité des masters en langues effectuent une sélection sévère, le plus souvent en M2. Ceux de la filière LEA accueillent un nombre significatif d’étudiants issus d’une licence LEA mais pas seulement… les candidats viennent de divers horizons (LLCE, mais aussi économie, gestion, écoles de commerce, par exemple). L’essentiel est de maîtriser une à deux langues et d’afficher une solide motivation. Il est important de bien choisir ces parcours de pré orientation, mais également de savoir argumenter sur son projet professionnel, ses expériences (stages, séjours longs…) à l’étranger, en affichant un bon niveau de langues. Voir l'article...