CPNEF AVLa formation continue se définit comme le processus d’acquisition ou d’amélioration des connaissances et des compétences professionnelles, au-delà de la formation initiale. Elle s’adresse à des jeunes ou à des adultes déjà engagés dans la vie professionnelle ou en cours de professionnalisation.
L’accès et la mise en oeuvre de la formation continue se déclinent selon plusieurs modalités :

1. Salariés de droit commun :
1.1 Le contrat de professionnalisation (CP)
S’adresse à tous les jeunes âgés de 16 à 25 ans révolus et aux demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus. Son objectif est de leur permettre d’acquérir une qualification professionnelle et de favoriser l’insertion ou la réinsertion professionnelle.
1.2 La période de professionnalisation (PP)
A pour objet de favoriser par des actions de formation le maintien dans l’emploi de salariés en contrat à durée indéterminée. Elle est notamment ouverte :
* aux salariés dont la qualification est insuffisante au regard de l’évolution des technologies et de l’organisation du travail, conformément aux priorités définies par accord de branche ou, à défaut, des métiers figurant sur une liste établie par la Commission paritaire nationale emploi et formation (CPNEF) de la branche d’activité concernée.
* aux salariés qui comptent vingt ans d’activité professionnelle, ou âgés d’au moins quarante-cinq ans et disposant d’une ancienneté minimum d’un an de présence dans la dernière entreprise qui les emploie,
* aux salariés qui envisagent la création ou la reprise d’une entreprise,
* aux femmes qui reprennent leur activité professionnelle après un congé de maternité ou aux hommes et aux femmes après un congé parental,
* aux salariés reprenant leur activité professionnelle après une absence continue de longue durée pour maladie ou accident.
1.3 Le plan de formation (PF)
Rassemble l’ensemble des actions de formation définies dans le cadre de la politique de gestion du personnel de l’entreprise.
L’élaboration du plan de formation est assurée sous la responsabilité pleine et entière du chef d’entreprise, après consultation des représentants du personnel.
1.4 Le droit individuel à la formation (DIF)
Tout salarié titulaire d’un contrat de travail à durée indéterminée disposant d’une ancienneté d’au moins un an dans l’entreprise qui l’emploie, bénéficie chaque année d’un droit individuel à la formation d’une durée de vingt heures, sauf dispositions d’une convention ou d’un accord collectif interprofessionnel, de branche ou d’entreprise prévoyant une durée supérieure.
Pour les salariés à temps partiel ou sous contrat à durée déterminée ayant travaillé au moins 4 mois sous CDD dans les 12 derniers mois chez le même employeur, cette durée est calculée prorata temporis. Dans le secteur de l’audiovisuel et de la production cinématographique, les salariés bénéficient d’un droit à DIF dont la durée est fixée 21 heures par an. De plus, les salariés sous CDD de droit commun bénéficient de conditions d’accès au DIF plus favorables de celles prévues par la loi.
Les DIF prioritaires de la branche audiovisuelle :
Les DIF prioritaires correspondent à des besoins identifiés par la branche professionnelle et sont financés sur des fonds mutualisés.
Ce mode de financement permet à votre employeur de conserver son budget propre (le budget « plan de formation ») pour vous proposer d’autres formations.
Le choix d’un DIF prioritaire peut vous donc aider à obtenir l’accord de votre employeur.
Ces actions ont été définies par les organisations d’employeurs et de salariés de l’audiovisuel. Cette liste peut être révisée chaque année par la CPNEF-AV.
1.5 Le congé individuel de formation (CIF)
A pour objet de permettre à tout travailleur, au cours de sa vie professionnelle, de suivre à son initiative, et à titre individuel, des actions de formation, indépendamment de sa participation aux stages compris dans le plan de formation de l’entreprise dans laquelle il exerce son activité. Ces actions de formation doivent permettre aux travailleurs d’accéder à un niveau supérieur de qualification, de changer d’activité ou de profession et de s’ouvrir plus largement à la culture, à la vie sociale et à l’exercice des responsabilités associatives bénévoles. Elles s’accomplissent en tout ou partie pendant le temps de travail.
1.6 La validation des acquis de l’expérience (VAE)
Permet de faire reconnaître son expérience (professionnelle ou non) afin d’obtenir un diplôme, un titre ou un CQP. Diplômes, titres et certificats sont ainsi accessibles selon d’autres modalités que l’examen, grâce à l’expérience, et non uniquement par le biais de la formation initiale ou continue.

2. Salariés sous CDD d’usage (intermittents du spectacle) :
Il est à noter que les salariés employés sous CDD d’usage (intermittents du spectacle) dans le secteur de l’audiovisuel et du cinéma ont accès, sous réserve de répondre à des conditions d’ancienneté et d’activité professionnelle, à l’ensemble des dispositifs de formation cités ci-dessus, à l’exception du contrat de professionnalisation.
Pour conclure, sur l’ensemble de l’offre de formation recensée dans les domaines de l’audiovisuel et du cinéma, 34% d’entre-elles sont accessibles par la voie de la formation continue, 36% par la VAE et 14% en contrat de professionnalisation.
Parmi les établissements qui proposent cette offre de formation accessible dans le cadre de la formation continue, 50% sont des organismes privés, 26% des universités, 15% des Greta et 9% d’autres organismes publics ou consulaires.
Pour de plus amples renseignements sur les formations, consultez le panorama des formations audiovisuelles.
Vous pouvez également consulter le site de l’Afdas pour obtenir des informations relatives aux dispositifs de la formation professionnelle continue de la branche audiovisuelle www.afdas.com. Voir l'article...