AccueilLes dérives liées à la définition et aux usages impropres d’indicateurs pour la recherche sont observables aujourd’hui dans l’ensemble des sciences. La tendance lourde d’appliquer aux SHS, les mêmes indicateurs de productivité que dans les sciences biologiques par exemple doit être retournée au profit d’une démarche qui prend en compte l’analyse de ces biais tout en ayant pour ambition d’accroître, y compris en SHS, la lisibilité de l’activité scientifique et donc d’accepter le recours à des indicateurs.
Le Groupe d’Activités Multi-Opérateurs « Etat des lieux et indicateurs » a pour mission, outre le croisement de bon nombres de données sur les SHS, d’expérimenter des indicateurs rendant compte au mieux des activités des chercheurs et, en particulier, de leurs publications.

5 sujets

  • Fiabilité du recueil des données pertinentes à l’échelle nationale ;
  • Dispositifs de nature à rendre ces données disponibles à l’ensemble des acteurs concernés ;
  • Dispositifs de critique et d’actualisation des indicateurs retenus ;
  • Utilisation des indicateurs dans les activités de prospective, de caractérisation et d’évaluation en SHS ;
  • Commensurabilité avec les indicateurs utilisés par les partenaires européens du domaine.

La reconnaissance de bases bibliographiques pertinentes
L’absence de bases bibliographiques internationales valides est une faiblesse directement observable pour les SHS. A l’exception de l’économie et de la gestion, les disciplines des SHS sont souvent mal d’objectivées comme le sont les champs en émergence.
De telles bases ne peuvent se limiter aux seuls articles et doivent s’ouvrir à d’autres formes d’écriture (livres, bases de données…).

La volonté de sortir d’une perspective nationale
La méconnaissance des SHS dans les politiques scientifiques n’est pas spécifique à la France. L’ambition d’ATHENA est de partager les résultats de ses travaux avec la communauté scientifique européenne. Voir l'article...