En étudiant ou en se formant à l'étranger, les jeunes acquièrent non seulement des connaissances dans des disciplines précises mais renforcent aussi des compétences transversales très appréciées par les employeurs. Une nouvelle étude sur les effets du programme Erasmus de l'UE pour l'échange d'étudiants montre qu'avec une expérience internationale, les diplômés réussissent nettement mieux sur le marché de l’emploi. Ils risquent deux fois moins de devenir chômeurs de longue durée par rapport à ceux qui n'ont pas étudié ni suivi de formation à l'étranger et, cinq ans après l'obtention de leur diplôme, leur taux de chômage est inférieur de 23%. Cette étude, réalisée par des experts indépendants, est la plus importante en son genre. Près de 80 000 réponses ont été recueillis, dont celui d'étudiants et d'entreprises...
Les étudiants bénéficiaires d'un financement Erasmus ont le choix entre des études ou un stage à l'étranger. Le rapport révèle que plus d’un stagiaire Erasmus sur trois se voit offrir un poste dans son entreprise d'accueil. Les stagiaires Erasmus ont aussi davantage d'esprit d'entreprise que ceux qui restent au pays: ils sont un sur dix à avoir créé leur propre entreprise et trois sur quatre à projeter ou pouvoir envisager de le faire. Ils peuvent également s’attendre à une progression de carrière plus rapide; selon 64 % des employeurs, les employés possédant une expérience internationale se voient attribuer davantage de responsabilités professionnelles...
Les anciens étudiants Erasmus sont aussi plus enclins à former des couples transnationaux: 33 % des anciens étudiants Erasmus partagent leur vie avec une personne de nationalité différente, contre 13 % de ceux qui sont restés dans leur pays d'origine pour leurs études; 27 % des étudiants Erasmus ont rencontré leur conjoint ou partenaire de vie pendant leur séjour Erasmus. Il en résulte, selon les estimations de la Commission, qu'environ un million de bébés sont vraisemblablement nés de couples Erasmus depuis 1987. Voir l'article...