AccueilEditorial du CFA Mag' 11 - Mai 2014.
L'alternance connaît par la loi du 5 mars 2014 un remaniement important. Affirmation de la gratuité de la formation des alternants, renforcement de l'accompagnement de l'alternant (formation des maîtres d'apprentissage et tutorat obligatoire pour les contrats de professionnalisation), possibilité de recrutement en CDI, adossement des OCTA nationaux aux OPCA...
Le secteur de l'Hôtellerie-Restauration peut se réjouir d'être en pointe sur ces sujets notamment avec le Permis de former et la création de l'OCTA-IH.
Autre élément de satisfaction, dorénavant les jeunes qui atteignent l'âge de 15 ans avant le terme de l'année civile pourront être inscrits en apprentissage.
Cependant, ces aspects positifs de la réforme ne doivent pas faire oublier le volet moins favorable de la taxe d'apprentissage. La modification du barème va limiter les capacités d'intervention de l'OCTA dans l'affectation des fonds aux CFA, en particulier pour les appels à projets. Les entreprises devront verser leur taxe d'apprentissage à un seul organisme collecteur, soit au niveau régional, soit au niveau national, le Fafih étant l'OCTA de branche national agréé.
Malgré cette restriction de liberté d'affectation de la taxe, le Fafih est déterminé à défendre les intérêts des apprentis de l'Hôtellerie-Restauration. Il peut s'appuyer sur son Observatoire prospectif et ses 450 partenaires sociaux de terrain qui connaissent parfaitement l'offre d'apprentissage et pourront ainsi négocier au mieux avec les Régions la liste des établissements éligibles et l'affectation des fonds libres. Elisabeth Browaëys, Directrice générale du Fafih. Voir CFA Mag' 11.