03 août 2014

Recruter un apprenti et recevoir une prime

Au sommaire : CDI intérimaire, métiers du sport, réforme de la formation...
Consulter la newsletter Etoile du 16 juillet 2014.
Recruter un apprenti et recevoir une prime
La Région Centre lance une prime pour les entreprises de moins de 11 salariés n’ayant jamais recruté d’apprenti ou n’en ayant pas recruté depuis au moins 4 ans. Objectif : 1 000 nouvelles entreprises accueillantes. Voir l'article dans la newsletter Etoile du 16 juillet 2014.

Posté par pcassuto à 14:36 - - Permalien [#]
Tags :


Voici les métiers qui créeront des emplois en 2022

Au sommaire : CDI intérimaire, métiers du sport, réforme de la formation...
Consulter la newsletter Etoile du 16 juillet 2014.
Voici les métiers qui créeront des emplois en 2022
A l'horizon 2022, 800.000 postes seraient à saisir chaque année selon une étude de France Stratégie et du ministère du Travail dévoilée mercredi 2 juillet.
Avec notamment de nombreuses créations d'emploi dans les professions de soin et les services à la personne.  80 % de ces postes à pourvoir correspondent à des remplacements de départs en fin de carrière, les autres sont des créations nettes d'emploi. Voir l'article dans la newsletter Etoile du 16 juillet 2014.

Posté par pcassuto à 14:35 - - Permalien [#]
Tags :

Le CDI intérimaire, un nouveau contrat de travail qui fait rimer intérim et sécurité de l’emploi

Au sommaire : CDI intérimaire, métiers du sport, réforme de la formation...
Consulter la newsletter Etoile du 16 juillet 2014.
Le CDI intérimaire, un nouveau contrat de travail qui fait rimer intérim et sécurité de l’emploi
Le nouveau CDI intérimaire entend offrir de nouveaux avantages aux salariés signataires : garantie minimale mensuelle de rémunération, missions assurées, plan de formation personnalisé… La profession en annonce 20 000 d’ici trois ans.
Entre deux missions, le salarié en CDI intérimaire a l'assurance de toucher une rémunération qui ne peut être inférieure au SMIC. Ce plancher, calculé pour les ouvriers et employés, est majoré de 15 % pour les techniciens et les agents de maîtrise, et de 25 % pour les cadres. Le salarié en CDI intérimaire bénéficie en outre des mêmes avantages que les salariés de l'entreprise où il travaille. En contrepartie, il ne touche plus la traditionnelle indemnité de fin de contrat d'intérim (10 % du salaire brut). Surtout, il doit à tout moment rester disponible pour répondre à une mission ou une formation, excepté durant ses cinq semaines de congés payés. Voir l'article dans la newsletter Etoile du 16 juillet 2014.

Posté par pcassuto à 14:32 - - Permalien [#]

Newsletter Etoile du 16 juillet 2014

Au sommaire : CDI intérimaire, métiers du sport, réforme de la formation...
La newsletter Etoile propose un zoom sur les dernières informations publiées sur le site Etoile concernant les thématiques de l'orientation, la formation et l'emploi en région Centre. Sa périodicité est variable (1 à 2 fois par mois).
Elle s'adresse aux particuliers, aux entreprises, aux institutionnels comme aux professionnels des réseaux d'information des publics sur ces thématiques.
Vous pouvez vous inscrire pour recevoir cette newsletter via le formulaire.
Consulter la dernière newsletter Etoile.
Consulter une ancienne newsletter.

Posté par pcassuto à 14:27 - - Permalien [#]
Tags :

Le e-learning se joue à des distances

Le GIP Lorraine Parcours Métiers publie Objectif Formation en Lorraine, le dernier numéro est paru. Consulter ce numéro.
Le e-learning se joue à des distances
L’Enseignement à distance (EAD) ou la Formation à distance (FAD) ne sont pas nouveaux dans le paysage éducatif mais les avancées technologiques et le web 2.0 ont permis un fort développement du e-learning. Nous assistons, aujourd’hui, à une réelle diversité des formes que peuvent prendre celui-ci. Du tout en ligne à une hybridation (présentiel/distance), il peut s’appuyer sur des outils et supports de cours simples (présentation powerpoint) ou sur des ressources plus sophistiquées (simulateurs, serious game,...). Tour d’horizon !
Université de Lorraine : http://foad.univ-lorraine.fr, Cnam : http://fod.cnam.fr, Plus d’informations sur les Moocs : www.france-universite-numerique.fr.
Le e-learning, s’appuyant sur les technologies du web, en utilise désormais tous les outils : plates-formes dédiées, systèmes de webconférence, réseaux sociaux... La question du numérique au sens large et de l’accès au savoir sont un véritable enjeu pour le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche qui, à ce titre, l’a intégrée dans le Projet de loi d’orientation pour l’enseignement supérieur et la recherche 2 . Bien que cette modalité de formation en ligne s’adresse de plus en plus aux publics de formation initiale, elle répond en grande partie aux besoins de formation des publics dits empêchés : sportifs de haut niveau, en situation de handicap et de formation tout au long de la vie. Concernant ces derniers, l’accessibilité des cours à tout moment correspond plus à leur situation. Souvent en activité professionnelle, l’e-learning leur permet de concilier vie professionnelle, personnelle et apprentissage. Il est à noter également que cette modalité s’adapte mieux aux nouveaux usages en lien avec un monde de plus en plus connecté. Les outils et les applications du e-learning s’invitent désormais sur les smartphones. Par exemple : au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), la stratégie nationale consiste à développer le numérique à travers la mise en place d’un « schéma directeur du numérique ».
Les cours à distance permettent de déployer en région des formations qui ne pourraient pas s’y dérouler d’ordinaire. En effet, les formations en présentiel correspondent à un besoin local, mais certaines personnes peuvent désirer suivre des formations différentes. Le numérique leur permet d’accéder, en ligne, à ces formations.
Comment ?
Il existe des formations intégralement à distance, mais aussi hybrides : les cours sont en ligne et un ou plusieurs regroupements réguliers en présentiel (une fois par trimestre par exemple) permettent de pousser un peu plus les interactions entre apprenants et/ou formateurs, de réaliser des travaux pratiques ou de faire valider tout ou partie de la formation grâce aux devoirs sur table. Dans le cadre de la formation continue, l’Université de Lorraine et le Cnam proposent d’ores et déjà cette modalité hybride. Pour un salarié, cette modalité lui permet de s’engager plus facilement dans une reprise d’études si les contraintes organisationnelles sont plus souples avec un minimum de déplacements. Pour les entreprises, il est plus facile d’organiser la majorité de la formation à distance, puis de faire déplacer ses salariés pour la partie de la formation qui nécessite des travaux pratiques (manipulation d’un robot ou d’une machine spécifique, par exemple).
De nombreuses technologies existent pour la mise en œuvre d’une formation e-learning. L’Université de Lorraine s’appuie, quant à elle, sur un environnement regroupant une plateforme d’enseignement à distance qui permet de créer un véritable espace de « classe » où tout est conçu pour favoriser l’apprentissage (tous supports multimédia, chat, forum, glossaire, espace d’échanges de discussion et de documents, évaluation,...) et un système de webconférence permettant les rendez-vous synchrones.
Une évolution perpétuelle
Si les plateformes en ligne restent l’outil de base pour développer et mettre en place des formations en e-learning, de nombreuses autres techniques permettent de partager des contenus. Via des webconférences, les enseignants peuvent faire cours, pendant que les étudiants inter-agissent avec ces derniers et/ ou entre eux par le biais d’un système de messagerie instantanée, en utilisant le système sonore mais également à l’aide de la webcam particulièrement utilisée pour les formations en langues.
À l’Université de Lorraine, certains cours mis en place proposent des regroupements simultanés hebdomadaires, avec partage de tableau blanc interactif. La classe traditionnelle est reproduite sur l’ordinateur de l’apprenant. Ainsi, l’enseignant ou le formateur peut proposer du contenu, écrire en direct, partager des vidéos, tandis que les participants peuvent répondre directement en ligne, sur ce même tableau, et au vu des autres participants.
Cette pratique permet de développer les interactions entre les personnes formées, et non uniquement entre l’apprenant et l’enseignant. Cela permet une mise en commun des questions, et aussi des réponses.
Et le Mooc ?
Le MOOC (Massive open online course) ou en français le CLOM (Cours en ligne ouvert et massif) est une diffusion de cours en ligne. Si les modalités de formation et les technologies employées ne sont pas nouvelles dans les MOOC, la notion d’ouverture à tous, est quant à elle assez révolutionnaire.
Le MOOC est en effet accessible à tous sans distinction de diplômes, de profil ou de provenance. Le MOOC s’adresse donc à toute personne susceptible d’être intéressée par la thématique proposée. C’est ce qui explique le côté « Massif », les effectifs pouvant aller de plus de 100 000 apprenants (pour les États-Unis, par exemple à Stanford) à presque 40 000 personnes (MOOC « Du manager au leader » proposé par le Cnam sur France Université Numérique). Les MOOC sont, pour le moment, gratuits (ou quasiment) tout du moins en France. Nous pouvons distinguer deux formes de MOOC :
- les xMOOC, dits « transmissifs », qui privilégient la transmission du savoir ;
- et les cMOOC, dits « connectivistes », où les interactions et la construction de savoir entre pairs sont privilégiées et font partie des stratégies pédagogiques mises en œuvre pour favoriser l’apprentissage. Le développement des interactions entre les élèves est fortement encouragé via l’utilisation des réseaux sociaux.
Comme l’a souligné François TADDÉÏ, « Le MOOC permet de favoriser la mise en place d’un savoir supplémentaire par le groupe, et donc de développer un certain niveau d’intelligence collective ».
Certains MOOC permettent d’obtenir un diplôme : c’est par exemple le cas de Courlis, un MOOC de la stratégie appliquée mis en place par les Universités de Lorraine, de Nice, de Paris ouest, HEC Paris et l’ENSSEA d’Alger permettant d’obtenir un diplôme universitaire. Nous voyons aujourd’hui que le e-learning nous permet d’entrevoir de nombreuses possibilités d’enseignement, afin d’offrir des formations adaptées aux parcours et aux situations de chacun. Avec une simple connexion web, la multiplicité des supports et des animations multimédias, mais aussi l’utilisation des réseaux sociaux, les formations sont désormais plus adaptées aux pratiques des apprenants et répondent à une nécessité sociétale.  Consulter le numéro.

Posté par pcassuto à 11:20 - - Permalien [#]
Tags :


Les Comités de coordination territoriaux emploi formation professionnelle (CCTEFP)

Le GIP Lorraine Parcours Métiers publie Objectif Formation en Lorraine, le dernier numéro est paru. Consulter ce numéro.
Les Comités de coordination territoriaux emploi formation professionnelle (CCTEFP)
Une volonté partagée

Alors que la coordination des politiques publiques de l’emploi, de la formation, de l’orientation et de l’insertion professionnelle et leur ancrage territorial sont aujourd’hui devenues des questions centrales, les acteurs de la formation et de l’emploi s’accordent sur un constat : toute réponse apportée aux besoins des entreprises et des Lorrains en termes d’emploi et de formation doit passer par une connaissance fine des réalités de nos territoires. Celle-ci doit être construite et partagée avec les partenaires locaux.
 Ainsi, les membres du Comité de coordination régional emploi formation professionnelle (CCREFP) ont souhaité dès octobre 2012 la mise en place d’une organisation permettant d’affiner la connaissance des besoins des Lorrains, les Comités de coordination territoriaux emploi formation professionnelle (CCTEFP). Cette démarche doit permettre :
- De construire et/ou renforcer un partenariat territorial autour des problématiques emploi/formation en réunissant acteurs de l’emploi et de la formation, acteurs du développement économique et territorial.
- De construire avec ces acteurs une vision commune des enjeux pour le développement des territoires et la sécurisation des parcours des Lorrains.
- D’élaborer une stratégie commune en réponse aux enjeux du territoire mais également aux défis de notre époque.
Dès février 2013, Pôle emploi, l’État et le Conseil Régional de Lorraine ont contractualisé cet objectif dans une convention tripartite (la première de ce genre en France). Après le retour des agents de terrain et des expérimentations sur certains territoires, cette orientation partagée a débouché début 2014 sur la rédaction d’une méthodologie pour la mise en œuvre du projet sur l’ensemble du territoire régional.
Début 2015, et grâce à l’investissement de l’ensemble des acteurs impliqués, chacun des bassins d’emploi que compte notre région sera doté de son propre CCTEFP, qui constituera un lieu d’échanges et de décisions au plus près des Lorrains. Il réunira l’ensemble des acteurs impliqués dans les politiques de l’emploi et de la formation, et plus largement dans le développement de l’activité économique et du territoire : Pôle emploi, OPCA, Conseil Général, Intercommunalités, Éducation nationale, Missions Locales, CAP Emploi, Organisations Syndicales et Patronales, Associations d’Entreprises, Direccte, Associations, et bien d’autres.
La nature et le nombre des membres du CCTEFP varieront selon les territoires, pour répondre au mieux à leurs besoins et élaborer la stratégie la plus pertinente possible.
Chaque CCTEFP deviendra une instance technique et stratégique, avec des objectifs qualitatifs visant l’emploi et le développement des compétences.
3 objectifs au cœur de la démarche
- Conduire une démarche permanente d’analyse des besoins et diagnostics territoriaux à partir de la méthodologie proposée par les 3 partenaires pilotes sur chacun des bassins d’emploi.
- Identifier les priorités en matière d’emploi et de formation sur le territoire en lien avec les projets et les enjeux économiques et sociaux.
- Procéder à l’évaluation des actions mises en place et des dispositifs existants (notamment l’offre de formation) et adopter des mesures correctives si besoin. Consulter le numéro.

Posté par pcassuto à 11:10 - - Permalien [#]
Tags :

CREFOP : composition & fonctionnement

Le GIP Lorraine Parcours Métiers publie Objectif Formation en Lorraine, le dernier numéro est paru. Consulter ce numéro.
CREFOP : composition & fonctionnement
Dans le cadre de la modification des règles de gouvernance issue de la loi du 5 mars 2014, le Comité de coordination régional de l’emploi et de la formation professionnelle (CCREFP) et le Comité régional de l’emploi (CRE) ont fusionné en une instance unique : le Comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles (CREFOP). Un projet de décret d’application, encore soumis à consultation du CNFPTLV 1 fixe les conditions de composition et de fonctionnement de cette nouvelle instance régionale.
Missions
Le CREFOP a pour mission générale d’assurer la coordination entre les acteurs des politiques d’orientation, de formation professionnelle et d’emploi ainsi que la cohérence des programmes de formation dans la région.
Il est chargé des fonctions de diagnostic, d’études, de suivi et de l’évaluation des politiques régionales en lien avec le Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles (CNEFOP).
Il peut s’appuyer sur les études et travaux des instances suivantes :
- le Conseil, économique, social et environnemental régional,
- les services statistiques de l’État et des organismes publics d’étude et de recherche,
- l’Observatoire régional de l’emploi et de la formation professionnelle,
-  les collectivités territoriales,
- les branches professionnelles et leurs observatoires prospectifs des métiers et des qualifications,
-  et Pôle emploi.
Chaque année, il établit un bilan régional des actions financées au titre de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles.
Le CREFOP et le CNEFOP assurent le suivi statistique des parcours de validation des acquis de l’expérience.
Le CREFOP émet un avis sur :
- les conventions régionales pluriannuelles de coordination de l’emploi, de l’orientation et de la formation,
- le projet de la carte régionale des formations professionnelles,
- les programmes relevant du service public régional de formation professionnelle et le projet de convention pluriannuelle de formation, de l’emploi et de l’orientation,
- le projet de cahier des charges fixant les normes de qualité aux organismes participant au Service public régional d’orientation (SPRO),
- la convention annuelle de coordination relative au service public de l’orientation professionnelle conclue entre l’État et la Région.
Il est informé :
- chaque année du montant de la collecte au titre de la taxe d’apprentissage et de la contribution des entreprises aux contrats de professionnalisation,
- des projets d’investissements et des moyens d’intervention des services régionaux de Pôle emploi.
Composition
Le CREFOP est composé :
- du Préfet de Région,
- du Président du Conseil régional,
- de 6 représentants de l’État dont :
* le Recteur d’Académie,
* le Directeur de la Direccte et de la DRJSCS,
- de 6 représentants de la Région désignés par le Président de Région,
- de représentants des partenaires sociaux sur proposition de leur organisation respective,
- d’un représentant de chaque réseau consulaire,
- des représentants des principaux opérateurs de l’emploi de la formation et de l’orientation professionnelle en région
dont :
* le Président d’université,
* le Directeur régional de Pôle emploi,
* le Délégué de l’Agefiph,
* le représentant régional des Cap emploi,
* le Directeur du Fongecif,
* le Directeur de l’association régionale des missions locales,
* le Directeur de l’APEC,
* le Directeur de l’observatoire régional de l’emploi et de la formation professionnelle,
* le Directeur régional de l’ONISEP.

Le bureau

MISSIONS
Structure resserrée des financeurs, le bureau prépare les réunions du CREFOP. Il oriente et suit les travaux de différentes commissions. Il est chargé de la concertation entre l’État, la Région, et les partenaires sociaux représentatifs au plan national et interprofessionnel sur les sujets telles la désignation des opérateurs du Conseil en évolution professionnelle (CEP), la liste des formations
éligibles au Compte personnel de formation (CPF) et au bénéfice de la taxe d’apprentissage, les modalités de répartition des fonds de la taxe d’apprentissage non affectée par les entreprises.
COMPOSITION
Le bureau, constitué au sein du CREFOP, est composé :
- de 4 représentants de l’État dont le Préfet de Région et le Directeur de la Direccte,
- de 4 représentants de la Région dont le Président du Conseil régional,
- d’un représentant de chaque organisation professionnelle ou syndicale représentative au plan national et interprofessionnel.
Il peut recourir à l’expertise de Pôle emploi et de la délégation régionale de l’Agefiph.
FONCTIONNEMENT
Les listes des membres titulaires et suppléants du CREFOP et du bureau sont arrêtées par le Préfet de Région, en accord avec le Président du Conseil régional et après avis du Comité paritaire régional pour l’emploi et la formation professionnelle (COPAREF) pour ce qui concerne les partenaires sociaux représentatifs au plan national et interprofessionnel.
Les membres du CREFOP sont nommés pour la durée de la mandature du Conseil régional.
Le CREFOP et son bureau sont présidés conjointement par le Préfet de Région et le Président du Conseil régional.
La vice-présidence est assurée par un représentant des organisations professionnelles d’employeurs et par un représentant des organisations syndicales de salariés. Le CREFOP se dote de commissions nécessaires à son fonctionnement ainsi que d’un secrétariat permanent.
Il se réunit au moins deux fois par an, sur convocation conjointe du Préfet de Région et du Président du Conseil régional qui fixent l’ordre du jour, ou à la demande de la majorité des membres. Consulter le numéro.

Posté par pcassuto à 11:03 - - Permalien [#]
Tags :

Caractéristiques des personnes reçues en entretien conseil VAE en 2013

Le GIP Lorraine Parcours Métiers publie Objectif Formation en Lorraine, le dernier numéro est paru. Consulter ce numéro.
Caractéristiques des personnes reçues en entretien conseil VAE en 2013
En 2013, les conseillers en Point relais conseil (PRC) VAE ont reçu en entretien conseil 2 643 personnes, contre 2 777 en 2012. Et depuis 2002, 24 922 conseils VAE ont été réalisés sur la Lorraine. En moyenne, 2 200 à 2 500 personnes passent par un PRC VAE chaque année.
Tous les candidats à la VAE ne s’adressent pas nécessairement à un PRC, certains font directement leur demande auprès du certificateur qui les concerne.
Le nombre de conseils en PRC VAE est plus important dans les départements fortement urbanisés (Moselle et Meurthe-&-Moselle).
Les femmes sont majoritaires (60 %). Ces chiffres se retrouvent chaque année dans ces mêmes proportions. Par ailleurs, la tranche d’âge la plus représentée, que ce soit pour les hommes ou les femmes est celle de 35-44 ans (36 %) des demandeurs de conseil, puis de très près arrive la tranche 45 ans et plus (> 33 %).
Les moins de 25 ans ne représentent que 2 %, ce qui est tout à fait normal étant donné l’exigence de trois ans d’expérience pour demander une VAE.
59 % des personnes qui rencontrent un conseiller en PRC VAE font la démarche individuellement. 15 % sont envoyés par un conseiller Pôle emploi.
55 % d’actifs en emploi sollicitent le PRC VAE contre 44 % de demandeurs d’emploi. À noter, en 2012, ces derniers étaient moins nombreux à solliciter un entretien conseil VAE soit 39 %. Les personnes disposant d’une formation de niveau V sont plus nombreuses à se présenter en entretiens conseil VAE (27 %) suivies par celles ayant un niveau IV (24%).
Les préconisations à l’issue du conseil sont à 79 % une démarche VAE. Les certifications les plus conseillées sont celles de l’Éducation nationale (du CAP au BTS) à 33,4 %, les Titres professionnels du Ministère de l’Emploi à 9,4 %, et très loin derrière les titres des Chambres des Métiers et de l’Artisanat (0,45 %).
Dans les cas où une autre orientation que la VAE est à privilégier (19 %), le conseiller PRC VAE peut proposer à la personne de faire un bilan de compétences pour mieux définir son projet ou aller en formation par exemple.  Consulter le numéro.

Posté par pcassuto à 10:52 - - Permalien [#]
Tags :

Réforme professionnelle ...et VAE

Le GIP Lorraine Parcours Métiers publie Objectif Formation en Lorraine, le dernier numéro est paru. Consulter ce numéro.
Réforme professionnelle ...et VAE
Le projet de loi relatif à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale du 5 mars 2014, prévoit l’accessibilité au dispositif VAE à un public plus large en prenant en compte, dans le calcul de l’expérience requise, les périodes de formation réalisées en milieu professionnel, les périodes en contrats aidés et le cumul d’activités sous différents statuts pour les publics n’ayant pas atteint le niveau V de qualification. Par ailleurs, « toute personne dont la candidature est recevable, peut bénéficier d’un accompagnement organisé par la Région, pour la préparation du dossier et de l’entretien avec le jury ». De plus, l’accompagnement VAE pourra faire partie des formations éligibles et utilisables dans le cadre du Compte Personnel de Formation (Art L6313-11).
Toujours selon le projet de loi, la VAE doit être un outil d’insertion professionnelle et de sécurisation des parcours, et aussi une des priorités du Conseil en Evolution Professionnelle. En outre, « le comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles et le Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles doivent assurer le suivi statistique des parcours de validation des acquis de l’expérience, selon des modalités définies par décret en Conseil d’État ».  Consulter le numéro.

Posté par pcassuto à 10:49 - - Permalien [#]
Tags : ,

Objectif Formation en Lorraine 61

Le GIP Lorraine Parcours Métiers publie Objectif Formation en Lorraine, le dernier numéro est paru !
Consulter ce numéro !
Edito
En reprenant les dispositions de l’ANI du 14 décembre 2013, la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale instaure un ensemble de ruptures et de nouveautés majeures dans la manière d’appréhender la formation professionnelle des actifs.
Rappelons que la loi du 5 mars :
- instaure un Compte personnel de formation (CPF) accompagnant chaque individu tout au long de sa carrière,
- prévoit un nouveau système de financement de la formation pour les entreprises,
- renforce le dialogue social et affecte davantage de compétences aux régions en matière de formation et d’orientation professionnelles.
La loi précise également que toute personne peut bénéficier tout au long de sa vie professionnelle d’un conseil en évolution professionnelle. Ce conseil gratuit est mis en œuvre dans le cadre du service public régional de l’orientation dont la coordination est confiée aux régions. À l’heure où nous publions ces lignes, nombre de décrets d’application précisant les modalités de mise en œuvre de ces textes ne sont pas encore parus. Nous disposons donc de peu de recul pour anticiper les impacts de cette réforme.
Il est trop tôt pour savoir si cette nouvelle loi va bouleverser en profondeur la manière de réaliser des formations dans notre pays ou si à l’inverse les résultats ne seront pas au rendez-vous. En ce qui nous concerne, nous avons tendance à considérer avec Jean-Marie Luttringer que « la réforme sera une réussite ou un échec selon que les acteurs concernés s’en empareront ou non  ».
Pour que les acteurs s’en emparent, il sera dans un premier temps nécessaire et indispensable qu’ils soient parfaitement informés sur les évolutions apportées notamment par le Compte Personnel de Formation, l’entretien professionnel et le Conseil en Evolution Professionnelle.
Dans ce contexte, le GIP Lorraine Parcours Métiers a, avec d’autres, un rôle tout à fait majeur à jouer en matière d’information, d’accompagnement et de coordination des professionnels concernés.
Avant que les contours de cette intervention soient prochainement affinés, le GIP a calibré son offre de services afin de répondre au mieux aux demandes des acteurs et des territoires. C’est le cas notamment avec l’offre numérique qui s’est enrichie d’une Web TV partie intégrante d’un bouquet de services comprenant également une newsletter , une présence sur les réseaux sociaux avant la refonte du site Internet à l’horizon 2015. Notons également que la ligne Info-Conseils 03 87 630 630 est aujourd’hui opérationnelle.
Tous ces services comme « Objectif Formation » seront mobilisés pour communiquer et informer sur la mise en place des nouveaux droits apportés par la loi du 5 mars. C’est déjà le cas dans ce numéro du magazine qui comprend également un dossier sur les Campus des métiers et des qualifications et bien d’autres articles sur l’actualité de la formation dans notre région.
Bonne lecture.
Emmanuel JOURNOT, Directeur par intérim

Posté par pcassuto à 10:43 - - Permalien [#]
Tags :