21 mai 2014

DIGCOMP: a Framework for Developing and Understanding Digital Competence in Europe

Author(s): Barbara Neza BreckoAnusca Ferrari and Yves Punie. The paper describes the digital competence framework developed by EC JRC IPTS on behalf of DG Education and Culture with the overall aim to contribute to the better understanding and development of digital competence in Europe.
Digital competence is one of the eight key competences for lifelong learning and is essential for participation in our increasingly digitalised society. It is therefore necessary to understand and define what digital competence is and consists of. PDF Document application/pdf iconDigital Literacies and eCompetence In depth 38 1.pdf. See more...

Posté par pcassuto à 01:10 - - Permalien [#]
Tags : ,


Issue No.38 of the eLearning Papers - Digital Literacies and eCompetence

Across Europe, there is a growing gap between the demands for digital transformation on the one hand and the skills, know-how and capability of the work force on the other. About 90% of Europeans use a mobile phone or a smart phone, and more than one third of them use their device to access the Internet. Yet there is still a significant divide in terms of internet use: According to Eurostat data from 2013, more than 60% of individuals in the EU28 use the Internet daily, while 20% have never used it. The Digital Agenda for Europe aims to help Europe’s citizens and businesses to get the most out of digital technologies, and dedicates one of its seven pillars to digital literacy, skills and inclusion. This pillar comprises 13 concrete actions for tackling the digital divide and making every European Digital. See more...

Posté par pcassuto à 01:05 - - Permalien [#]
Tags :

Just released: new in-depth research and practice-based reports on digital literacies

Issue 38 of the eLearning Papers is has been published, serving up three in-depth articles and five reports from the field featuring the latest research on digital literacies and e-competence.
Digital literacy is crucial for being able to confidently and effectively use digital media for the purposes of work, learning and leisure. It consists of the ability to access digital media and ICT, to search, understand and critically evaluate different aspects of digital media and media contents, and to communicate effectively in a variety of contexts.
Website: Issue 38 of the eLearning Papers. See more...

Posté par pcassuto à 00:54 - - Permalien [#]

Les dossiers Pays Campus France : Turquie

Campus FranceLes dossiers Pays Campus France : Turquie
Collection: Les dossiers Pays CampusFrance. Numéro: 20. Mise à jour: Avril 2014. Télécharger : 3.5 MB 3.5 MB flag.
En Bref
La Turquie connaît une croissance économique remarquable et se place désormais au seizième rang des économies mondiales. Ce développement nécessite la formation de personnels hautement qualifiés dans tous les domaines. Avec une population jeune et des candidats désirant accéder à l’enseignement supérieur toujours plus nombreux, le pays a dû relever le défi d’augmenter ses capacités d’accueil, en ouvrant de nouvelles universités sur l’ensemble de son territoire. Le gouvernement a fortement investi depuis dix ans dans l’enseignement supérieur et la recherche pour atteindre son objectif de devenir la dixième économie mondiale à l’horizon 2023, pour le centenaire de la République turque.
Bien que débattue aujourd’hui, la forte sélectivité du système turc pour l’accès aux formations supérieures, basée sur deux concours nationaux qui, en 2013, ne retenaient que 50% des candidats, a certainement contribué à l’excellence académique des étudiants.
Le Processus de Bologne, ratifié en 1999 par la Turquie, a connu une forte accélération depuis l’intégration du pays au programme Erasmus en 2004. Le pays a adopté de nombreuses réformes et encouragé les labellisations (ECTS European Credits Transfer System et supplément au diplôme) de ses universités pour assurer une meilleure harmonisation avec l’enseignement supérieur européen et développé ainsi ses partenariats avec les établissements européens. Depuis quelques années, des objectifs ont clairement été définis dans le cadre d’une stratégie d’influence, afin de développer l’internationalisation des universités, autant pour faciliter la mobilité internationale des étudiants turcs que pour attirer les étudiants internationaux.
Encore nombreux à s’orienter vers les pays anglo-saxons, les États-Unis et le Royaume-Uni, les étudiants turcs, sont de plus en nombreux à choisir d’autres destinations en Europe pour leurs études, considérant la proximité des systèmes d’enseignement et la qualité de l’offre de formation en Europe. La mobilité des étudiants turcs en France est en augmentation constante, notamment au niveau Master. Bien qu’un tiers des candidats provienne des lycées francophones de Turquie, de plus en plus d’étudiants non-francophones s’orientent vers des formations dispensées en anglais notamment dans les sciences exactes, les sciences de l’ingénieur, l’économie et les sciences de gestion.
Compte tenu de la multiplication des accords de mobilité, mais également du développement des thèses en cotutelle soutenues par l’Ambassade de France en Turquie, la coopération universitaire franco-turque est en plein essor. Il existe par ailleurs, de nombreux dispositifs d’accompagnement financier en Turquie (TÜBITAK, YÖK, Ministère de l’éducation nationale turc, Bourses Jean Monnet). Ce type de mobilité permet en effet de répondre au besoin du pays en matière de formation par la recherche et d’identifier des enseignants-chercheurs pour les nouvelles universités. La visite d’État du Président français en Turquie en janvier 2014, a favorisé la relance des relations diplomatiques et a encouragé le développement de nouvelles coopérations.
Se situant dans la continuité de ce rapprochement, la « Journée Campus France » dédiée à la Turquie, aura lieu à Paris le 19 mai 2014 en présence du Président du Conseil de l’Enseignement supérieur turc qui sera accompagné d’une délégation de recteurs et d’académiciens d’une quinzaine d’universités. Cette rencontre, organisée conjointement par Campus France et l’Ambassade de France en Turquie vise à renforcer les échanges bilatéraux entre les universités turques et les établissements français...
L’internationalisation de l’enseignement supérieur turc
1. Le processus de Bologne : un rapprochement avec le système européen

La politique de la Turquie dans le domaine de l’enseignement supérieur est un des instruments de la gestion de son image européenne et internationale. Par exemple, elle consolide à travers ses initiatives son statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne, bien que cette zone ne soit pas la seule à influencer le pays dans le domaine de l’enseignement supérieur. Le pays a mis en place le système européen de transfert de crédits (ECTS) et contribue à la mise en place de l’espace européen de l’enseignement supérieur (EHEA European Higher Education Area) . Il a signé la convention de Lisbonne et fait partie du réseau ENIC/NARIC (European Network of Information Centres/ National Academic Recognition Information Centres) . Le YÖK travaille à la mise en place du processus de Bologne, initie des programmes, consulte les universités, supervise et homologue les programmes de coopération entre les établissements supérieurs turcs et les établis- sements étrangers.
Adoption du cadre européen par les universités
L’adoption du cadre de référence européen permet une meilleure compatibilité des systèmes turcs et européens tout en assurant aux universités turques une plus grande ouverture à l’international. Depuis 2006, les universités ont l’obligation de mettre en place les réformes nécessaires à l’adoption des crédits ECTS et du Supplément au Diplôme. De nombreuses universités ont depuis obtenu les labellisations européennes. En 2009 et 2010, 177 271 Suppléments au Diplôme Diploma Supplement de 1er, 2e et 3e cycle, ont été délivrés. Pour la seule année 2012, 34 établissements supérieurs sont labellisés Diploma Supplement et 16 établissements ont reçu le label ECTS.
2. La mobilité internationale des étudiants turcs
Une mobilité en augmentation

La mobilité internationale des étudiants turcs a augmenté de 36,9 % entre 2007 et 2011, passant de 37 194 à 50 908 étudiants ( UNESCO, 2011 ). Plusieurs facteurs expliquent cette tendance :
• le coût élevé des études : la sélectivité du système turc mais également l’augmentation du pouvoir d’achat des classes moyennes ont permis l’émergence d’une offre privée dans l’enseignement primaire, secondaire et supérieur. Les frais d’inscriptions dans les universités privées, varient de 1 000 à 15 000 € l’année.
• la sélectivité : les étudiants sont orientés en fonction de leur rang de sortie au concours national et n’ont pas toujours la possibilité de choisir leur formation ou leur université.
• l’employabilité : les études et expériences professionnelles à l’étranger, particulièrement en Europe et en Amérique du Nord, sont très valorisées par les recruteurs qui cherchent des diplômés qualifiés plurilingues.
• l’internationalisation de l’enseignement supérieur : la multiplication des accords d’échanges, notamment dans le cadre du programme Erasmus, a permis aux étudiants de vivre une mobilité internationale encadrée et de mieux connaître l’offre de formation à l’étranger pour une mobilité au niveau Master.
Destinations privilégiées : les États-Unis et l’Europe
Les États-Unis restent la première destination d’études pour les jeunes turcs qui voient en le système américain un modèle d’excellence (notamment pour les filières commerce- économie gestion et ingénierie) mais également la garantie d’une meilleure employabilité en Turquie et dans le monde. Cette forte attirance pour les États-Unis s’explique également par l’attribution d’un nombre conséquent de bourses et l’importance de la promotion des établissements américains en Turquie. Par ailleurs, l’organisation du cycle d’études de type Bachelor en 4 ans est un modèle partagé par les deux pays, ce qui facilite la compréhension et la reconnaissance mutuelle des diplômes.
L’Allemagne est une destination que l’on pourrait qualifier d’ « organique » pour les étudiants turcs, compte tenu des liens historiques et économiques (premier partenaire économique de la Turquie) et de la présence de la diaspora turque, qui constitue la plus forte communauté étrangère en Europe. L’allemand est la deuxième langue la plus enseignée en Turquie. Avec l’augmentation des échanges internationaux en Turquie, l’anglais est devenu une langue incon - tournable. Le Royaume-Uni est souvent privilégié par les turcs pour les cours de langues.
La Bulgarie, pays voisin de la Turquie, offre des programmes Bachelor et Master en anglais dans des domaines très variés. Les frais d’inscriptions et le coût de la vie en Bulgarie sont souvent plus accessibles pour les étudiants turcs. Les universités bulgares sont particulièrement actives dans la promotion de leurs formations auprès des étudiants turcs (présence sur les salons étudiants, promotion en langue turque). Le nombre d’étudiants en mobilité en Bulgarie a plus que doublé en 5 ans...
4. Erasmus : le moteur de la mobilité turque vers l’Europe et la France
Le nombre d’étudiants turcs en mobilité dans le cadre d’accords Erasmus est en augmentation significative et régulière depuis plusieurs années. La Turquie a intégré le programme Erasmus en 2004, quelques mois avant la reconnaissance de son statut officiel de « pays candidat à l’Union européenne » et du lancement des négociations d’adhésion par les États Membres lors du conseil Européen du 16 décembre 2004.
L’agence turque en charge de la gestion des programmes européens de formation et de mobilité, appelée Ulusal Ajans (agence nationale), est directement rattachée au ministère turc des Affaires Européennes chargé des réformes dans le cadre de la candidature turque à l’Union européenne.
En termes de mobilité Erasmus, la France est le 6e pays de destination après l’Allemagne, la Pologne, l’Italie, l’Espagne, et les Pays-Bas. L’Allemagne et les Pays-Bas sont des pays de destination « naturelle » pour les étudiants turcs compte tenu de la présence d’une forte diaspora turque dans ces pays. La Pologne et la République tchèque sont privilégiées par les étudiants turcs probablement pour plusieurs raisons :
• l’orientation des échanges culturels et économiques de la Turquie vers l’Europe orientale ;
• la qualité des systèmes universitaires polonais et tchèques bénéficiant depuis plusieurs années des subventions européennes ;
• l’enseignement en langue anglaise très répandu ;
• les faibles coûts de vie dans ces pays, la Bourse Erasmus leur permettant de subvenir à leurs frais (aussi vrai pour l’Italie et l’Espagne).
Depuis 2004, d’après l’agence nationale turque, un total de 3 564 étudiants turcs se sont rendus en France et 2167 étudiants français en Turquie. Sur l’année universitaire 2012-2013, 562 étudiants turcs se sont rendus en France dans le cadre de ces échanges et 444 étudiants français ont choisi la Turquie comme destination Erasmus.
En juillet 2013, 574 conventions Erasmus sont recensées entre 240 établissements français et 54 établissements turcs et 110 conventions liant 80 établissements français et 25 universités turques essentiellement à Istanbul et Ankara mais également Izmir et d’autres villes du pays (comme Eskisehir). L’université francophone de Galatasaray reste le partenaire privilégié des établissements français : 105 étudiants partiront en France en 2013-2014 et 124 jeunes Français passeront un ou deux semestres d’études à l’Université de Galatasaray.
Les objectifs de la Turquie pour 2020
Par l’intermédiaire de son agence nationale des programmes européens, la Turquie s’est fixée des objectifs ambitieux pour l’augmentation des échanges Erasmus et l’agence est très impliquée dans l’accompagnement des universités pour la signature de nouveaux accords. L’objectif de mobilité en 2020, fixé dans le cadre de Processus de Bologne, est le suivant : 20 % des étudiants doivent avoir accès à une mobilité d’études en Europe. Si l’on considère la population étudiante turque actuelle, l’objectif est de permettre à 80 000 étudiants turcs de partir chaque année en Europe. En 2012, le nombre d’étudiants en mobilité Erasmus s’élevait à 17 000.
Les universités turques attirent les étudiants Erasmus
Une des priorités est également d’équilibrer les flux entrants et sortants (il y a toujours plus d’étudiants turcs en partance vers les pays européens). Cette politique a eu pour conséquence directe l’internationalisation et la professionnalisation des bureaux Erasmus des universités turques qui facilitent le développement des accords au niveau national. Les plus grandes universités de Turquie, notamment celles offrant des formations en langues étrangères (anglais, allemand et français pour l’université de Galatasaray) accueillent de plus en plus d’étudiants européens dans le cadre du programme Erasmus. Istanbul, Izmir et Ankara restent les destinations privilégiées des étudiants européens.
5. La politique d’attractivité des étudiants internationaux en Turquie
L’attractivité grandissante de la Turquie
En trois ans, le nombre d’étudiants internationaux en Turquie a presque triplé passant de 18 858 à 43 251. L’ambition de la Turquie est d’accueillir 150 000 étudiants internationaux pour l’horizon 2020, soit une multiplication par 3 du contingent actuel. Bien que les effectifs des étudiants internationaux soient en augmentation significative chaque année (+38.7 % entre 2012 et 2013), ils ne représentent qu’1% de la population étudiante turque.
Une attractivité régionale et culturelle
La grande majorité des étudiants internationaux en Turquie proviennent des pays frontaliers (Iran, Irak, Syrie, Grèce, Bulgarie) et des pays turcophones (Azerbaïdjan, Turkménistan). Il existe une importante mobilité étudiante entre la Turquie et les autres pays turcophones dans les deux sens. En effet, le partage d’une langue commune facilite cette mobilité et l’accès à l’enseignement supérieur. La Turquie, qui a fait le choix d’une politique de visas souple à l’égard de ses pays voisins, a accueilli ces dernières années de nombreux étudiants syriens, iraniens et irakiens. Les étudiants venus de Grèce et de Bulgarie (parfois turcophones) attirés par la croissance économique turque, recherchent souvent des opportunités d’emploi à l’issue de leurs études dans le pays.
Les programmes de bourses Mevlana : la Turquie développe sa politique d’attractivité
Le gouvernement turc a lancé en 2011 un programme d’échanges, appelé « MEVLANA » (du nom du penseur soufi turc), visant à développer la mobilité des étudiants et personnels académiques entre universités turques et établissements parte - naires du monde entier. Depuis l’année universitaire 2013-2014, les établissements européens ayant déjà un accord de mobilité dans le cadre du programme Erasmus ne sont plus éligibles au programme.
La multiplication des accords de mobilité du programme Mevlana, avec des établissements de pays africains (Guinée, Congo, Kenya) et de pays musulmans (Indonésie, Palestine, ou Egypte) révèle la volonté de la Turquie d’établir une stratégie d’influence dans des régions considérées comme stratégiques par le gouvernement. Le programme de bourses prévoit 19 :
• un appel à candidatur e pour la labellisation de l’institution partenaire par le Conseil de l’Enseignement Supérieur (YÖK) ;
• lorsque l’institution est approuvée, la signature d’un protocole de mobilité entre l’établissement partenaire et un établissement turc ;
• une mobilité étudiante est possible à tous les niveaux : Licence, Master et Doctorat ;
• l’étudiant paie uniquement les frais d’inscriptions dans son établissement d’origine ;
• la bourse est variable selon le pays d’origine de 420 TL (soit 140 €) à 840 TL (280 €) par mois. 70 % de la bourse est versée mensuellement. Les 30 % restant sont versés à la fin de la mobilité en fonction de l’assiduité et de la réussite académique. Télécharger le dossier Pays Campus France : Turquie...

Posté par pcassuto à 00:36 - - Permalien [#]
Tags :

VAE : mode d'emploi à l'Université

Osez la VAE dans l’enseignement supérieur !
Trouvez, dans la Région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur) et dans toute la France,
l'Université qui vous permettra de valider vos acquis dans l’enseignement supérieur.
En Provence-Alpes-Côte d'Azur, cinq établissements peuvent valider vos acquis dans l’enseignement supérieur :

Voir les détails et les coordonnées de ces établissements dans l'article Trouvez l'Université où vous pourrez valider vos acquis.

En France, plus de 80 autres universités peuvent valider vos acquis dans l’enseignement supérieur : Université Angers, Université d'Artois, Université d'Auvergne, Université de technologie de Belfort-Montbéliard, Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand, Université de Bordeaux, Université Bordeaux 1 - Sciences Technologies, Université Bordeaux Segalen, Université Montesquieu - Bordeaux IV, Université Bordeaux Montaigne, Université de BourgogneRéUniva4, Université Européenne de Bretagne (UEB), Université de Bretagne Occidentale (UBO), Université de Bretagne-Sud (UBS), Université Caen Basse-Normandie, Université de Cergy-Pontoise, Centre Universitaire Jean-François Champollion (CUFR), Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), Université de technologie de Compiègne, Università di Corsica Pasquale Paoli, Université d'Évry-Val d'Essonne, Université de Franche-Comté, Université de Grenoble, Université Joseph-Fourier - Grenoble 1, Université Pierre-Mendès-France, Université Stendhal-Grenoble 3, Université de Haute-Alsace - Mulhouse-Colmar, Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), Université de La Réunion, Université de La Rochelle, Université du Havre, Université Lille 1 - Sciences et Technologies, Universite Lille 2 - Droit et Santé, Université Charles de Gaulle - Lille 3, Universite de Limoges, Université du Littoral Côte d'Opale, Université de Lorraine, Université Claude-Bernard Lyon 1, Université Lumière Lyon 2, Université Jean Moulin Lyon 3, Université du Maine, Université Montpellier 1, Université Montpellier 2 Sciences et Techniques, Université Paul-Valéry Montpellier 3, Université de Nantes, Université de Nîmes, Université de la Nouvelle-Calédonie, Université d'Orléans, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, Université Panthéon-Assas (Paris 2), Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, Université Paris-Sorbonne, Université Paris Descartes, Université Pierre et Marie Curie, Université Paris Diderot Paris 7, Université Paris 8, Université Paris-Dauphine, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Université Paris-Sud, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, Université Paris 13 Nord, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Université de Pau et des Pays de l'Adour, Université de Perpignan Via Domitia, Université de Picardie Jules Verne, Université de Poitiers, Université de la Polynésie française, Université de Reims Champagne-Ardenne, Université Rennes 1, Université Rennes 2, Université Jean Monnet Saint-Étienne, Université de Savoie, Université de Strasbourg, Université Toulouse 1 Capitole, Université de Toulouse II - Le Mirail, Université Toulouse III – Paul Sabatier, Université François-Rabelais de Tours, Université de Technologie de Troyes, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags : ,

Accédez au hittite à l'Académie des Langues Anciennes - 14-25 juillet 2014 - Digne-les-Bains

affiche-ALA-2014ALA 2014 - 33ème année
Université d’été - Apprentissage intensif des langues anciennes
Du 14 au 25 juillet 2014
Digne-les-Bains – IUT
Grec – Copte – Arabe – Latin – Hittite – Sanskrit – Syriaque – Egyptien – Araméen – Hébreu – Akkadien – Sumérien – Slavon
Depuis plus de trente ans,
l’ACADEMIE DES LANGUES ANCIENNES dispense un enseignement de qualité dans une ambiance détendue.
Elle offre une occasion unique d’apprendre à lire pendant l’été des textes anciens de la Méditerranée, du Proche et de l’Extrême-Orient. Vous accéderez à un héritage culturel, en devenant des lecteurs autonomes du plus vieux patrimoine écrit de l’Humanité.
Cette « Université d’été », organisée par Aix-Marseille Université et le Centre Paul-Albert Février du CNRS, a lieu, dans la seconde quinzaine de juillet, à Digne-les-Bains, au coeur des Alpes provençales.
Contact et Infos : www.academie-des-langues-anciennes.fr - Tél. : 04 67 72 56 95
Renseignements
S. H. AUFRERE : 04 67 72 56 95
academie.langues.anciennes@gmail.com - www.academie-des-langues-anciennes.fr
Bulletin d’inscription
A renvoyer par la Poste avec le chèque (ou virement) à :
Inscription ALA/Sydney H. Aufrère
1, rue Cyrano de Bergerac, bât. B
34090 MONTPELLIER
Académie des Langues Anciennes - 14 > 25 juillet 2014.

Brochure-recto-ALA-2014

PROGRAMME

Voir le programme sur le flyer ci-dessus ou sur le site : www.academie-des-langues-anciennes.fr.
Détails pratiques et bulletin d'inscription ci-dessous ou sur le site : www.academie-des-langues-anciennes.fr.
Bulletin d’inscription
A renvoyer par la Poste avec le chèque (ou virement) à :
Inscription ALA/Sydney H. Aufrère
1, rue Cyrano de Bergerac, bât. B
34090 MONTPELLIER
Académie des Langues Anciennes - 14 > 25 juillet 2014.

Brochure-verso-ALA-2014Grande

For over thirty years, the ACADEMY OF ANCIENT LANGUAGES provides quality education in a relaxed, fundable by the DIF for employees. It offers a unique opportunity to learn to read during the summer ancient texts of the Mediterranean the Near and Far East. You access to a cultural heritage, becoming independent readers of the oldest written heritage of humanity. This "Summer School", organized by the Aix-Marseille University and the Centre Paul-Albert Fevrier CNRS, held in the second half of July, Digne-les-Bains, in the Alps of Provence.

Voir sur le blog tous les articles concernant les précédentes éditions :
Académie des Langues Anciennes, édition 2013: Akkadien, Egyptien, Etrusque, Grec, Hébreu et Hittite,
Académie des Langues Anciennes, édition 2012: Sumérien, Copte, Sanskrit et Tibétain,
Académie des Langues Anciennes, édition 2011: Proto-sinaïtique, Ethiopien, Géorgien et Tibétain,
Académie des Langues Anciennes, édition 2010: Géorgien, Ougaritique et Tibétain,
Académie des langues anciennes, édition 2009: Akkadien, Arménien, Arabe, Copte, Egyptien, Ethiopien, Grec, Hébreu, Hittite, Latin, Sanskrit, Syriaque,
Académie des Langues Anciennes, édition 2008.

Voir aussi : Plongée studieuse dans les langues anciennes, Université d’été des langues anciennes, à partir du 16 juillet, Université d’été des langues anciennes, L’Académie des langues anciennes a 30 ans, Session 2011, Digne du 19 au 29 juillet, L’Académie des langues anciennes a 30 ans, Session 2010, Digne du 13 au 23 juillet, Session 2009, Digne du 13 au 24 juillet, Session 2008, Digne du 14 au 25 juillet.

Nos étudiants sont aussi des artistes. Voici quelques jolis vers de Claude Tappero d’après la Légende de la Nonne de Victor Hugo, mise en musique par Georges Brassens, que les anciens de l'Académie se plairont à retrouver:
On sait que dans la ville de Digne,
Chaque année au milieu de l’été,
Les professeurs les plus insignes
Ont rendez-vous à l’IUT.
Que personne ne se tracasse,
C’est sûr on va se régaler.
Ami, c’est de l’hébreu, potasse !
Ou Emmanuel va râler.
Les élèves avec leur cartable
Se retrouvent tous les matins
Pour traduire, chose impensable,
Des textes grecs ou du latin.
Dans le grand amphi ils s’entassent,
Les cours vont bientôt commencer.
Ami, c’est de l’hébreu, potasse !
Sinon Axel va te tancer.
Ils viennent de tous les coins de France,
Quelques uns même de l’étranger.
Un manuscrit les met en transe,
La grammaire les fait gamberger.
Même si c’est dur il faut faire face
Et ne pas se décourager.
Ami, c’est de l’hébreu, potasse !
Sinon Frédéric va rager.
Avouez que l’après-midi 
La chaleur et la digestion
Viennent à bout des plus hardis
On arrive à saturation.
Et par moment, quoi que l’on fasse,
L’envie vous gagne de roupiller
Ami, c’est de l’hébreu, potasse!
Sinon tu vas te faire houspiller.

http://www.academie-des-langues-anciennes.fr/wp-content/uploads/Affiche-2011.jpgMoi, j’ai choisi l’ougaritique
Pour ne pas me lever trop tôt.
La formule B c’est bien pratique,
De plus, le prof c’est Cassuto.
Il nous explique sa méthode,
Ras Shamra et son alphabet.
Oula ce n’est pas si commode
De s’y retrouver dans ce chantier.

Déchiffrer le cunéiforme,
Ce n’est pas toujours rigolo;
Heureusement qu’Edouard Dhorme,
Bauer et aussi Virolleaud
Ont trouvé la clef qui nous ouvre
L’accès à ce monde inconnu.
Ami, viens avec nous, découvre
Un langage encore méconnu.
Nos traductions parfois divergent
D’avec la version de Caquot.
On n’est pas sorti de l’auberge,
Le nez plongé dans le dico.
Même Philippe reste perplexe:
Que d’hypothèses farfelues !
Ami, ne fais pas de complexe !
Tu n’as peut-être pas tort non plus.
C’est que dans cette langue antique
On est toujours un peu dans le flou.
Les voyelles sont hypothétiques
Le scribe se trompe parfois de clou.
Si tout cela nous embarrasse
Bordreuil est là pour nous sauver.
Si la syntaxe nous terrasse,
Philippe vient nous relever.
Cette vieille littérature
N’a rien d’austère ni de lassant.
Carnages, meurtres et forfaitures
Font couler des fleuves de sang.
L’inceste et la pornographie
Etaient là il y a trois mille ans.
Ami, la paléographie,
Qu’on se le dise, c’est excitant.
Au réveil, si je me sens patraque,
Je pense à ceux qui vont trimer,
Qui s’usent les yeux sur du syriaque
Ou grimpent à l’Echelle de Mahomet.
Ça me redonne du courage
Pour m’occuper d’Anat et de Baal,
Et à chaque nouvelle page
J’affine le système verbal.
Après dix jours d’efforts intenses
Les stagiaires sont lessivés.
Mais grâce à ce labeur immense
Ils sont fiers d’y être arrivés.
Egyptien, copte, langues sémitiques,
Hittite, pour eux n’ont plus de secret.
C’est de l’hébreu, pas de panique !
A l’Académie c’est le pied !

Déjà nos cours de langues anciennes
Sont sur le point de s’achever.
Avant de fermer les persiennes
Il est encore temps de lever
Son verre à la beauté de la Science,
Aux professeurs et aux amis.
Mon Dieu, que nous avons de la chance
D’avoir connu l’Académie !

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]