Une lecture de Pisa 2012 : Ne faut-il pas fixer des objectifs de niveaux plus élevés dans les apprentissages parallèlement à ceux de lutter contre le décrochage ? par Vanessa Wisnia-Weill, département Questions sociales du Commissariat général à la stratégie et à la prospective.
En dix ans le système scolaire français est devenu plus injuste, ce qui a conduit à se focaliser sur la question des inégalités dans l’analyse des performances scolaires. Les travaux du Commissariat général à la stratégie et à la prospective pour « Quelle France dans 10 ans ? » examinent largement ce problème majeur. Nous souhaitons ici attirer l’attention sur l’axe complémentaire de l’efficacité : former à un niveau de performance donné dans certaines connaissances et compétences.
Il est généralement admis qu’équité et efficacité, deux objectifs centraux des systèmes scolaires, ne sont pas antinomiques. Mais l’on conclut souvent un peu vite que la lutte contre le décrochage et le ciblage sur les élèves plus en difficulté des zones défavorisées sont à la fois une priorité pour l’équité et la clé d’une meilleure performance. Ces objectifs se retrouvent ainsi rabattus l’un sur l’autre, et dès lors très facilement articulés. Certes, le poids des élèves qui n’atteignent pas le socle commun pèse dans le score moyen de la France aux tests Pisa. Mais, il ne suffit pas non plus à l’expliquer. Il importe de disposer d’un diagnostic plus précis sur les niveaux auxquels sont formés les élèves à la fin de la scolarité obligatoire.
Télécharger Une lecture de Pisa 2012, par Vanessa Wisnia-Weill [PDF]. Voir l'article...