23 avril 2014

L'enseignement supérieur dans le rapport de la CNCP

Commission Nationale de la Certification ProfessionnelleLe rapport d'activité 2013 de la Commission Nationale de la Certification Professionnelle est disponible.
L’enregistrement des diplômes de l’enseignement supérieur se poursuit avec plus de 950 fiches publiées. Cependant, nombre de ceux ci n’y sont toujours pas mentionnés, pénalisant la lisibilité de l’offre des certifications des établissements d’enseignement supérieur.
Néanmoins des dispositions ont été prises pour faciliter et accélérer la validation des fiches répertoire saisies par ces établissements. Il en a résulté une forte augmentation du nombre publié, augmentation qui devrait se poursuivre en 2014.
V. LA PUBLICATION DES CERTIFICATIONS DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
Le volume des certifications de l’enseignement supérieur relevant de la responsabilité de la Direction générale de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’insertion professionnelle (DGESIP) était estimé à 12000 environ avant la réforme des nomenclatures des licences et des masters. L’importance du nombre de diplômes a nécessité la recherche d’un processus spécifique d’enregistrement au RNCP prenant en compte le stock existant, le flux et la maintenance du dispositif. L’ensemble des données nécessaires à la réalisation des fiches saisies est produit par les universités, sous la responsabilité de référents, par le Président d’université ou le directeur de l’organisme délivrant une certification de droit , avant d’être intégré dans la base de données de la CNCP. Fin 2013, le nombre de fiches publiées est de 318 pour les licences généralistes, 1916 pour ce qui concerne les licences professionnelles et de 1219 pour les masters.
Parmi les autres certifications relatives à l’enseignement supérieur, il est à noter que les BTS, BTSA et DUT sont au nombre d’environ 200.
En 2013, un travail constant a été mené par la DGESIP afin de publier au RNCP les titres visés ainsi que les programmes « grande école » des écoles de management
Il est à noter que fin 2013 plus de 1500 fiches sont en cours de validation par le Ministère de l’enseignement supérieur. Nonobstant les nouvelles modalités arrêtées avec la DGESIP fin 2011 afin de permettre l’accélération de l’enregistrement des fiches de l’enseignement supérieur, le stock de fiches en cours de validation reste constant. Télécharger le rapport d'activité 2013 de la CNCP.

Posté par pcassuto à 01:12 - - Permalien [#]


Rapport au Premier ministre de la Commission nationale de la certification professionnelle - CNCP

Commission Nationale de la Certification ProfessionnelleLe rapport d'activité 2013 de la Commission Nationale de la Certification Professionnelle est disponible.
Le mot du Président
L’année 2013 a été marquée par une croissance sans précédent du nombre de certifications inscrites au RNCP. Ce sont en effet près de 1400 fiches supplémentaires qui ont été publiées en 12 mois. De 1600 certifications homologuées par la commission technique d’homologation en 2002, on est passé aujourd’hui à plus de 9000 certifications enregistrées au RNCP, dont un tiers environ provient des demandes des organismes examinées par la CNCP.
L’enregistrement des diplômes de l’enseignement supérieur se poursuit avec plus de 950 fiches publiées. Cependant, nombre de ceux ci n’y sont toujours pas mentionnés, pénalisant la lisibilité de l’offre des certifications des établissements d’enseignement supérieur. Néanmoins des dispositions ont été prises pour faciliter et accélérer la validation des fiches répertoire saisies par ces établissements. Il en a résulté une forte augmentation du nombre publié, augmentation qui devrait se poursuivre en 2014.
S’agissant des certifications enregistrées sur demande, 427 dossiers ont été examinés en 2013, nombre en diminution par rapport à 2012, mais supérieur aux années précédentes. Parmi ceux ci, 52 demandes émanent des commissions paritaires nationales pour l’emploi et concernent des certificats de qualification (CQP). L’année 2013 marque également un tournant dans la nature et la complexité de nombreuses demandes d’enregistrement au RNCP. On observe en effet l’émergence d’une nouvelle catégorie d’acteurs : les organismes « tête de réseaux » qui conventionnent avec de multiples organismes, simples lieux de préparation à la certification qu’ils continuent à délivrer en leur nom propre. Si ces réseaux ont toujours existé, leur nature évolue. Alors qu’ils étaient jusqu’à maintenant constitués historiquement ou issus du regroupement d’établissement préexistants et proposant une même certification, cette année a été l’occasion d’observer une concentration des acteurs de la formation professionnelle « certifiante » autours de plusieurs grands groupes.
La récente loi du 5 Mars 2014 prévoit de doter la Commission d’instruments, notamment juridiques, permettant une analyse adaptée de ces demandes, afin de préserver la lisibilité et la cohérence du RNCP qui pourraient en pâtir. Le secrétariat national de la CNCP a, par ailleurs, été amené à intensifier sa veille relative aux informations proposées au grand public par les organismes sur l’objet qu’ils délivrent. Cela se traduit dans la pratique par des courriers d’avertissement et de rappel adressés à des établissements parfois peu scrupuleux communiquant de manière ambigüe quant à la nature et à la reconnaissance de leurs diplômes.
Dans quelques cas, la Commission a d’ailleurs été amenée à transmettre ces informations aux services de l’état compétents pour agir sur le terrain judiciaire. La loi du 5 Mars 2014 consacre aussi cette démarche et vient préciser les garanties que les organismes certificateurs se doivent de remplir en matière de transparence de l’information donnée au public et relative aux certifications qu’ils délivrent. Depuis sa création, la CNCP a progressivement construit et précisé le concept de « certification professionnelle » tel qu’il devait être entendu au sens du RNCP, notamment au travers des critères qui lui permettent d’exprimer un avis sur les demandes qui lui sont présentées. Si ces critères demeurent inchangés au fil des ans, les exigences de la commission, qui concourent à une élévation de l’appropriation du concept de certification professionnelle par l’ensemble des acteurs et notamment par les organismes de formation, se sont accrues. On notera tout particulièrement que la proportion d’avis défavorables rendus par la Commission, touche 5,6% des demandes de renouvellement.
L’enregistrement n’est donc pas un acquis intangible. Il convient toutefois de préciser que l’impact direct de la Commission n’opère que pour les certifications enregistrées sur demande. S’agissant des certifications enregistrées de droit, la loi du 24 novembre 2009 a élargi les missions de la CNCP en soumettant à l’avis de celle ci l’opportunité de leur création. Il est cependant prématuré de tirer des conclusions quant à l’impact de cette disposition sur les certifications concernées. Le RNCP a aujourd’hui trouvé sa place dans le paysage de la formation professionnelle tout au long de la vie et constitue un cadre unique de référence des certifications professionnelles tant au plan national qu’au plan international. Cependant, comme cela a déjà été souligné par d’autres rapports, les résultats obtenus atteignent aujourd’hui un seuil limite faute d’une évolution des moyens dédiés à la Commission.
On constate notamment une difficulté de plus en plus grande à remplacer les départs des correspondants régionaux, chargés d’instruire les demandes d’enregistrement et de renseigner différents types de publics sur la certification professionnelle ce qui est de nature à dégrader les délais d’instruction des dossiers. Ceci s’explique sans doute par le fait que les missions remplies par ces correspondants ne constituent pas aujourd’hui un indicateur de performance pour les services auxquels ils appartiennent. A cette difficulté s’ajoute enfin l’insuffisance quantitative persistante des moyens humains affectés au secrétariat de la commission. George ASSERAF
Télécharger le rapport d'activité 2013 de la CNCP.

Posté par pcassuto à 01:07 - - Permalien [#]

L’emploi cadre dans l’industrie

Carif Oref Midi-Pyrénées"L’innovation et le développement d’activités à plus forte valeur ajoutée ont fait évoluer l’industrie aux cours de ces 20 dernières années. Cette évolution s’est traduite notamment dans la part de plus en plus importante de cadres de la fonction études-R&D dans les recrutements. Dans le même temps, les embauches de cadres de production ont baissé significativement."  "Dans un contexte de conjoncture économique dégradée, le repli des recrutements de cadres dans le secteur industriel, amorcé en 2012 (-2 %), s’est accéléré en 2013 (-16 %). 2014 s’annonce sous de meilleurs auspices : les recrutements de cadres devraient se maintenir, voire repartir en légère hausse (jusqu’à +3 %)."
Apec, Industrie : facteurs d’évolution et perspectives du marché de l’emploi cadre, n° 2014-13, 16 p.

Posté par pcassuto à 00:58 - - Permalien [#]

19ème Université de la formation, de l'éducation et de l'orientation : les actes sont publiés

Carif Oref Midi-PyrénéesLe colloque de la 19ème Université de la formation, de l'éducation et de l'orientation (Ufeo) s'est tenu les 14 et 15 octobre 2013 à Artigues-près-Bordeaux (33). Le thème en était : "Partir pour mieux grandir ? Les apports de la mobilité internationale et de l’éducation interculturelle en débat". Aquitaine Cap Métiers édite les actes de la manifestation comprenant les interventions des conférenciers et les résumés des tables rondes et des ateliers. Le bénéfice d’un séjour à l’étranger lors d’un parcours de formation ou d’insertion professionnelle est reconnu par tous. Comme en formation, l’accompagnement est le corollaire de la réussite qui ne concerne pas les seuls élèves, mais également les étudiants, les décrocheurs, les salariés et les personnes en reconversion professionnelle.
En téléchargement sur le portail Internet d'Aquitaine Cap Métiers.

Posté par pcassuto à 00:56 - - Permalien [#]
Tags : ,

Les sans-domicile et l'emploi

Carif Oref Midi-PyrénéesSelon une étude de l’Insee, un quart des sans-domicile adultes francophones occupait, début 2012, un emploi. Les sans-domicile en emploi ont des conditions d’hébergement plus stables que les autres, mais occupent des emplois très précaires, 22 % ont un contrat de travail, 15 % sont intérimaires stagiaires ou saisonniers et peu qualifiés : 93 % sont employés ou ouvriers, contre une personne sur deux pour l’ensemble des actifs occupés en France. Parmi les salariés, 8 % travaillent dans la fonction publique, 5 % pour un centre d’hébergement, 19 % pour une association. Les femmes sans-domicile ont des emplois plus stables que les hommes : une sur deux est en CDI et 63 % d'entre-elles travaillent à temps partiel.
Insee première, Les sans-domicile et l'emploi : des emplois aussi fragiles que leurs conditions de vie, n° 1494, Avril 2014, 4 p.

Posté par pcassuto à 00:55 - - Permalien [#]


Enquête BMO 2014 : une amélioration dans les projets de recrutements

Carif Oref Midi-PyrénéesSelon l’enquête nationale BMO (besoins en main d'œuvre) de Pôle emploi, les intentions de recrutements des employeurs pour 2014 progressent de 5,4 % et représentent 1,7 millions d’embauches potentielles, soit le plus haut niveau observé depuis 5 ans. Près de la moitié des recrutements envisagés sont des emplois durables (CDI ou CDD de six mois ou plus). La majeure partie des projets annoncés est motivée par une anticipation de surcroît d’activité (42,7 %). Les métiers des services aux particuliers (aides à domicile, aides ménagères) ou aux entreprises sont parmi les plus demandés. Les contrats saisonniers représentent 39,2 % des intentions d’embauche ; le secteur agricole recouvre plus du quart des projets de recrutements de ce type.
Pôle emploi Crédoc, BMO 2014, 73 p. et analyse.

Posté par pcassuto à 00:52 - - Permalien [#]

Plus de 9 000 certifications enregistrées au Répertoire national des certifications professionnelles

Carif Oref Midi-PyrénéesLa Commission nationale de la certification professionnelle (Cncp) publie son rapport d'activité. L'année 2013 a vu une "croissance sans précédent du nombre de certifications inscrites" au Répertoire national des certifications professionnelles (Rncp). 1 400 fiches supplémentaires ont été publiées en 12 mois. Plus de 9 000 certifications sont aujourd'hui enregistrées au Rncp. Le rapport fait le point sur les demandes d'enregistrement, la publication des certifications de l'enseignement supérieur, le cadre européen des certifications professionnelles, la mise en place de l'inventaire de certifications non éligibles au Répertoire national des certifications professionnelles et la formulation des premiers avis d'opportunité.
Consulter le rapport 2013 de la Cncp.

Posté par pcassuto à 00:51 - - Permalien [#]

Les cadres et la formation

Carif Oref Midi-Pyrénées« Avec un niveau de formation initiale généralement élevé, les cadres en emploi se montrent sûrs de leurs compétences. Même s’ils reconnaissent son efficacité, la formation professionnelle continue n’est donc pour eux qu’un moyen parmi d’autres pour développer leurs connaissances professionnelles. Ils n’en ont pas moins des attentes et une grande majorité d’entre eux déclare que suivre au moins une formation chaque année est nécessaire pour leur activité professionnelle. La moitié des cadres a suivi au moins une formation au cours des deux dernières années. Ces formations ont eu principalement pour objectif d’être immédiatement opérationnelles pour la majorité des cadres concernés. Mais elles ont plus permis d’approfondir des connaissances déjà acquises que d’en acquérir de nouvelles. Toutefois, la grande majorité des cadres déclarent que cette formation a correspondu à leurs attentes. »
Apec, Perceptions et pratiques des cadres en matière de formation continue, n°2014-12, 43 p.

Posté par pcassuto à 00:42 - - Permalien [#]

La mobilité professionnelle à la sortie du chômage

Carif Oref Midi-PyrénéesAlors que deux millions de chômeurs quittent tous les ans les listes de Pôle emploi pour reprendre une activité, 37 % d’entre eux changent de métier. Pôle emploi publie une étude qui permet d’approfondir l’analyse par métier, tranche d’âge, sexe, formation ou encore motif de mobilité. Cinq éléments majeurs se dégagent :
la mobilité professionnelle est importante pour les jeunes et les moins qualifiés ;
l’éloignement de l’emploi accroît la mobilité professionnelle ;
le changement de métier n’est pas toujours un choix délibéré ;
les moins diplômés changent principalement de métier pour trouver du travail ;
la reconversion est motivée par l’absence de perspectives dans les métiers industriels.
Eclairages & Synthèses, Du chômage à l’emploi : une mobilité professionnelle importante et complexe, n°2, avril 2014, 8 p.

Posté par pcassuto à 00:41 - - Permalien [#]

Travailleurs handicapés : hausse des recrutements en 2013

Carif Oref Midi-PyrénéesEn 2013, l’Agefiph a accompagné le recrutement de 70 500 personnes handicapées, soit une hausse de 7 % par rapport à l’année précédente. 60 000 personnes handicapées sont entrées en formation, dont 23 051 pour des formations pré-qualifiantes ou qualifiantes, le recrutement en alternance a augmenté de 20 %. Pour autant, ces bons résultats n’ont pas suffi à enrayer l’augmentation du chômage des personnes handicapées : au 31 décembre 2013, 413 421 d’entre elles étaient en recherche d’emploi, soit une hausse de 11,5 %. « Les personnes handicapées sont particulièrement vulnérables du fait de leur faible niveau de qualification, puisque 80 % d’entre elles n’ont pas le niveau bac », souligne Odile Menneteau, Présidente de l’Agefiph.
Agefiph, rapport d’activité 2013, 28 p. et communiqué de presse du 15.4.14

Posté par pcassuto à 00:39 - - Permalien [#]