Magazine d’information sur la formation et l’orientation en Champagne-Ardenne, Téléchargez Arifor Mag n°39 [1.6 Mo]. Au sommaire du n°39.
Consultant-E en bilan de compétences - analyse et accompagnement
En quoi consiste votre métier ?
Le-la professionnel-le des bilans de compétences aide le-la candidat-e à mettre en place une réflexion professionnelle. Il ou elle s’entretient longuement (de 20h à 24h) avec le bénéficiaire pour identifier ses attentes et ses envies professionnelles. Selon les résultats, il ou elle cible les besoins, les attentes et les obstacles à franchir afin d’aider dans l’émergence de pistes professionnelles. Nous faisons comme une photographie de la personnalité et des compétences du candidat-e. Pour mener à bien cette mission, il est indispensable d’être habilité à faire passer des tests, les analyser et savoir accompagner. Il faut répondre à un cahier des charges très précis en termes de diplômes, de compétences, de méthodes et d’expérience professionnelle. Il faut noter une différence par rapport aux autres conseillers-ères de l’orientation : notre prestation est payante. C’est la raison pour laquelle nous ne faisons pas partie du service public de l’Orientation.
Quelles sont les compétences nécessaires ?
Le conseiller-ère doit être capable de poser les bonnes questions, de développer sa connaissance des métiers, des emplois et des dispositifs de la formation continue. Il ou elle doit maîtriser les techniques d’entretien et avoir un profil de psychologue car l’accompagnement des personnes ne s’improvise pas.
Quels conseils donnez-vous ?
Dans notre métier, il faut savoir protéger les 2 parties : le-la candidat-e et soi-même. En cours d’entretien, la vie privée du candidat-e fait forcément surface. Il faut s’y préparer, ne pas juger et rester neutre. Il faut aussi savoir prendre de la distance. Le risque, parfois, est de se sentir démuni face à des personnes qui, malgré les outils fournis, n’arrivent pas à faire un choix ou à se projeter dans un avenir. Dans ce cas, il s’agit de se montrer persévérant et savoir rebondir afin que le candidat puisse retirer un plus de sa démarche de bilan. e n débutant un bilan, on ne sait jamais ce qui va s’y passer. Il faut accepter de devoir s’adapter et se remettre en question régulièrement. Téléchargez Arifor Mag n°39 [1.6 Mo].