22 février 2014

Réforme de la formation professionnelle - axe financement de la formation

Le Carif Oref RéunionAvec la réforme en cours, le financement de la formation professionnelle devrait évoluer : fini la triple contribution des entreprises au fonds de la formation. Le projet de loi prévoit une contribution unique : 0,55 % pour les entreprises de moins de 10 salariés et 1 % pour les entreprises de 10 salariés et plus.

Avant la réforme Après la réforme (2014)
Entreprise de moins de 10 salariés

0,55% de la masse salariale brute

+ 1 % CIF-CDD

Entreprise de moins de 10 salariés 0,55% de la masse salariale brute
Entreprise de 10 à moins de 20 salariés

1,05 % de la masse salariale brute

+ 1 % CIF-CDD

Entreprise de 10 salariés et plus 1 % de la masse salariale brute
Entreprise de 20 salariés
et plus

1,6 % de la masse salariale brute

+ 1 % CIF-CDD

Un accord d’entreprise, conclu pour une durée de trois ans,
peut prévoir que l’employeur consacre au moins 0,2 %
du montant des rémunérations versées au financement
du CPF, pendant chacune des années couvertes par
l’accord.
A l’issue de ces trois ans, les fonds non employés
au CPF seront reversés à l’organisme paritaire,
au titre du financement du CPF.

Le projet de loi modifie les missions des OPCA.  Ces derniers deviennent également collecteurs de la contribution au titre du congé individuel de formation (CIF) et OCTA (organisme collecteur de la taxe d’apprentissage  : « Ces organismes peuvent être habilités à collecter les versements des entreprises donnant lieu à exonération de la taxe d’apprentissage ».
L’Opca prend en charge ou finance des organismes proposant des formations dans le cadre du :

  • Plan de formation
  • Congé individuel de formation (CIF)
  • Compte personnel de formation (CPF)
  • Périodes de professionnalisation
  • Contrat de professionnalisation
  • Préparation opérationnelle à l’emploi (POE)
  • Coûts de formation en cas de graves difficultés économiques conjoncturelles, si un accord le prévoit

La section consacrée au financement du plan de formation comprend 4 sous-sections :

  1. Les employeurs de moins de 10 salariés
  2. Les employeurs de 10 à moins de 50 salariés
  3. Les employeurs de 50 à moins de 300 salariés
  4. Les employeurs de 300 salariés et plus

Les fonds perçus par l’OPCA sont mutualisés à réception au sein de ces sous-sections.

Répartition de la contribution

Entreprise de moins de 50 salariés Entreprise de 50 salariés et plus
0,15 % affecté au fonds paritaires de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) 0,2 % affecté au FPSPP
0,15 % affecté aux organismes agréés pour la prise en charge du CIF 0,2 % affecté aux organismes agréés pour la prise en charge du CIF
Part restante, gérée par l'OPCA pour le financement d'actions de professionnalisation, plan de formation, CPF

Un décret fixera les conditions dans lesquelles les sommes servant au financement du CPF et non dépensée au 31 décembre de chaque année seront versées au FPSPP.

Posté par pcassuto à 10:04 - - Permalien [#]


Site formation.picardie.fr

formation.picardie.fr
Attention
Une nouvelle version du portail de la formation sera mise en ligne
lundi 24 février 2014
Des perturbations sont à prévoir dans le courant de la journée.
Nous vous présentons nos excuses pour la gène occasionnée.
Vous pourrez toujours atteindre les sites suivants : 

Posté par pcassuto à 08:49 - Permalien [#]

Profitez des Journées portes ouvertes des écoles pour préparer votre orientation

lesmetiers.netPar Annie Poullalié. Organisées jusqu’au mois de mars par la plupart des établissements d'enseignement secondaire et supérieur, les Journées portes ouvertes (JPO) permettent aux élèves de mieux connaître les cursus proposés par les écoles et de faire des choix éclairés.
Organisées chaque année de janvier à mars, les Journées portes ouvertes (JPO) sont des événements organisés par de très nombreux établissements publiques et privée afin de permettre aux futurs élèves de découvrir l’ambiance, les locaux, les moyens pédagogiques des écoles qui les intéressent.
Le principal objectif de ces JPO est de favoriser les rencontres entres les écoles et les étudiants, de répondre à leurs questions sur les diplômes et les formations proposées, l’organisation du cursus, les programmes, les stages, les séjours à l’étranger, les poursuites d’études et les débouchés.
Pour les élèves de terminale qui souhaitent s’inscrire à l’université, il est vivement conseillé de se rendre aux JPO universitaires afin de découvrir les nombreux parcours proposés et de préparer leur entrée à la fac.
http://journees-portes-ouvertes.com
www.journeeportesouvertes.com. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 08:44 - - Permalien [#]

Début de l'examen du projet de Loi sur l'enseignement supérieur et la recherche

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/Loi_ESR_2013/17/2/essai-menu_245172.124.jpgGeneviève Fioraso s'est exprimée en ouverture de l'examen du projet de Loi relatif à l'enseignement supérieur et à la recherche qui débute mercredi 22 mai à l'Assemblée nationale.
"Le prestige d'une Nation, son rayonnement, ses performances sont indissociables de son enseignement supérieur et de sa recherche."

Cette conviction, exprimée par le Président de la République François Hollande au Collège de France en février dernier, est au cœur du projet de loi que j'ai l'honneur de vous présenter aujourd'hui. Pour la première fois, une loi d'orientation englobe, au sein d'un seul et même texte, l'enseignement supérieur et la recherche. Parce qu'ils sont porteurs des mêmes enjeux décisifs pour notre pays: l'élévation du niveau de qualification de notre jeunesse, la formation tout au long de la vie, inscrite pour la première fois aussi dans les missions de notre service public, une stratégie de recherche qui concilie l'ambition pour la recherche fondamentale, avec les réponses aux enjeux sociétaux, grâce au transfert vers le milieu socio-économique.
La France se situe aujourd'hui au cinquième rang mondial pour l'accueil des étudiants étrangers. Mais la qualité de notre offre de formation et de recherche doit nous pousser vers des objectifs plus élevés. Nous étions encore au 3e rang, il y a 10 ans, et nous venons de nous faire doubler par l'Allemagne. C'est un enjeu à la fois culturel, linguistique, économique et scientifique. Si nous accueillons 30 000 étudiants chinois, principalement dans les filières littéraires et commerciales, nous n'avons que 5 500 étudiants coréens, 3 000 étudiants indiens et trop peu d'étudiants russes. Pourtant, tous ces pays sont attirés par la France, mais ce qu'ils nous disent, ce que j'ai entendu moi-même au Brésil, en Corée, en Inde, en Indonésie, en Chine, ce que me répètent les dirigeants d'établissements, c'est que leurs étudiants en économie, en sciences, en commerce, en ingénierie se heurtent à l'obstacle de la langue. C'est pour cette seule raison qu'ils se dirigent massivement, à qualité universitaire égale, vers les pays anglo-saxons.
Les grandes écoles l'ont bien compris et dispensent depuis longtemps des formations en anglais de spécialité, en contravention  aux dispositions de la loi Toubon. 600 formations de cette nature sont exercées dans le cadre des écoles, 190 seulement à l'université, là où se trouvent souvent les jeunes les plus modestes, ceux qui moins que les autres ont bénéficié d'une ouverture internationale.
Il ne s'agit donc, en aucun cas, de remettre en cause la primauté de l'enseignement en français ou la défense de la francophonie.
Il s'agit au contraire d'élargir le socle de la francophonie auprès de jeunes, notamment des pays émergents, qui, aujourd'hui, ne viennent pas dans notre pays. Au nom de quoi se priverait-on de leur talent et des échanges intellectuels, économiques, culturels suscités par leur venue? D'autant que la loi prévoit, nous l'avons travaillé en commission, d'encadrer les cours en langue étrangère: en les conditionnant à des conventions avec des universités étrangères ou des programmes européens, en offrant systématiquement un apprentissage du français et en prenant en compte le niveau en français pour l'obtention du diplôme. Nous élargirons ainsi le rayonnement de notre culture, car la francophonie ne se réduit pas à une langue, c'est aussi une culture, ce sont aussi des valeurs, comme le rappelle souvent le secrétaire général à la francophonie, Abdou Diouf, avec qui je me suis entretenue récemment.
Ce sont ces valeurs, cette culture et l'apprentissage de notre langue que nous transmettrons en accueillant ces étudiants au lieu de nous en priver. Ce seront ensuite les meilleurs ambassadeurs de notre pays. Réciproquement, nos étudiants pourront bénéficier de quelques enseignements en langue étrangère, et cela facilitera leur insertion professionnelle. Donnons-leur cette chance supplémentaire. Ne le retirons pas aux élèves des écoles!
Dans le même temps, nous savons aussi que le grand continent qui s'éveille à la croissance économique, celui dont nous sommes le plus proches, c'est l'Afrique. Avec ma collègue Yamina Benguigui, nous renforçons les liens avec le Maghreb et les pays d'Afrique Subsaharienne pour mieux accueillir leurs étudiants, qui représentent aujourd'hui 55% des étudiants étrangers en France, et pour installer, à leur demande, des formations dans leur pays. Suite de l'article...
Labhair Genevieve Fioraso ag oscailt na comaoine ar an Dlí dréacht ar Ardoideachas agus Taighde, a thosaíonn Dé Céadaoin 22 Bealtaine ag an Tionól Náisiúnta. Níos mó...

Posté par pcassuto à 02:08 - - Permalien [#]

Portes ouvertes de la Faculté des métiers de l'Essonne

AccueilDate : Du 12 au 15 Mars 2014 de 9 h à 17 h
Lieu de l'événement : Faculté des métiers de l'Essonne (sites de Bondoufle, Evry et Massy)
Chaque année, la Faculté des Métiers de l’Essonne organise plusieurs Portes Ouvertes pour orienter les jeunes vers leur projet professionnel.
Les portes ouvertes 2014 auront lieu le 8 février, du 12 au 15 mars et le 17 mai sur les sites de Bondoufle, Évry, Massy de la Faculté des métiers. À cette occasion, les ateliers seront accessibles aux visiteurs, qui pourront échanger avec les équipes pédagogiques et apprentis. Des démonstrations seront organisées.

De la DIMA au BAC+3, ce sont près de 70 formations proposées aux apprentis

La Faculté des Métiers de l’Essonne a pour vocation le développement de pôles d’excellence « métiers » et l’orientation des apprentis vers de réelles opportunités d’emplois tant sur le territoire qu’à l’étranger.

Le parcours de formation est adapté aux besoins des entreprises et valorisé par un développement des outils multimédias en intégrant en continu de nouvelles ressources pédagogiques.

Le département « relations internationales » facilite les échanges inter-campus dans le cadre de parcours intensifs et/ou extensifs.

Modalités de participation
Entrée libre et gratuite

Organisateur principal
Faculté des métiers de l'Essonne
  http://www.essonne.fac-metiers.fr/

Posté par pcassuto à 01:53 - - Permalien [#]


2013, mauvaise année pour l'alternance en Ile-de-France

AccueilComme dans le reste du pays, le nombre contrats en alternance signés l'année dernière sur le territoire francilien est en recul.
L'année 2013 n'a pas été une période faste pour l'alternance en Ile-de-France, selon les statistiques publiées par la Dares. Entre le 1er janvier et le 31 décembre, 55 650 entrées en contrats d'apprentissage ont été enregistrées dans la région contre 62 762 en 2012, soit un recul de 11,33 %. On constate également une baisse, certes moins importante, pour les contrats de professionnalisation, avec 32 542 contrats signés en 2013, contre 33 794 en 2012 (- 3,7 %).
Parmi les départements franciliens, seules la Seine-Saint-Denis et la Seine-et-Marne affichent un bilan positif de signatures de contrats en alternance en 2013 par rapport à l'année précédente. En Seine-Saint-Denis, les entrées en apprentissage sont en hausse de + 0,76 % par rapport à 2012 et les entrées en contrats de professionnalisation augmentent de + 0,69 %. En Seine-et-Marne, seules les entrées en contrats de professionnalisation sont en hausse (+ 2,82 %). Partout ailleurs, le volume de contrats en alternance signés en 2013 est en baisse par rapport à 2012 (voir tableau récapitulatif). Voir l'article...

Posté par pcassuto à 01:51 - - Permalien [#]

Ouverture d'une 5e Cité des métiers en Ile-de-France

AccueilPar Faïssa Moustapha. Un nouveau lieu de conseil et d’accueil ouvrira ses portes dans le Val-de-Marne le 10 mars. Il contribuera à informer tous les publics dans leurs démarches d’orientation, d‘emploi et de formation.
Après Paris, Nanterre, Saint-Quentin-en-Yvelines et Emerainville, une nouvelle Cité des métiers labellisée par le réseau international des Cités des métiers ouvrira ses portes à Choisy-le-Roi dans le Val-de-Marne (94).
La Cité des métiers accueille les écoliers, les étudiants, les salariés, les demandeurs d’emploi, les bénéficiaires du RSA et les créateurs d’entreprises.
Lire l'interview de Fabien Le Mao, directeur de la Cité des métiers de Choisy-le-Roi
Adresse :
Cité des métiers
14 rue Waldeck Rousseau
94600 Choisy-le-Roi

Posté par pcassuto à 01:50 - - Permalien [#]

Le Syntec Numérique révèle son plan national de formation

AccueilPour répondre aux besoins en compétences de la filière, le syndicat professionnel présente un plan national de formation aux métiers et emplois du numérique.
Plus de 36 000 créations nettes d'emploi sont attendues dans la filière numérique à l'horizon 2018. Pour éviter une pénurie en compétences, et dans le cadre de la réforme en cours de la formation professionnelle et de l'apprentissage, le Syntec Numérique a remis au Gouvernement plusieurs propositions pour la mise en place d'un plan national de formation aux métiers et aux emplois du numérique. Ce plan repose sur des actions menées en fonction de différentes situations ou étapes de la vie.

Posté par pcassuto à 01:48 - - Permalien [#]

Enquête quantitative sur la formation des salariés

En 2012, 53 % des demandes de CIF CDI ont été acceptées.
31 200 CIF CDI ont été pris en charge pour un montant de 741 millions d'euros, soit une prise en charge moyenne de 23 750 €.
80 % des bénéficiaires ont une prise en charge des coût pédagogiques à 100 %. 
La durée moyenne des actions s'élève à 722 heures.
Concernant les bénéficiaires :
- 23 % proviennent d'entreprises de moins de 20 salariés
- 82 % sont des ouvriers et employés
- 76 % ont entre 25 et 44 ans
- 48 % sont des femmes
- 41 % visent un niveau de formation de niveau V.
30 % des bénéficiaires ont une spécialité de formation dans le commerce, la vente, la comptabilité et le transport. 24 % dans les services aux personnes.
L'étude livre également les données pour le CIF CDD, le bilan de compétences, la VAE, la formation hors temps de travail, le DIF et le contrat de sécurisation professionnelle.
Accéder à l'étude FPSPP (202 p. en pdf)

Posté par pcassuto à 01:44 - - Permalien [#]

Diagnostic national et régional de l'apprentissage

La part de l’apprentissage au sein de l’offre de formation initiale progresse. Les effectifs apprentis ont augmenté de 20 % entre 1996 et 2008.
Cette évolution générale masque néanmoins de fortes disparités selon les régions, les métiers préparés et les entreprises concernées.
Consulter l'étude du Céreq sur le développement des politiques régionales d’apprentissage.

Posté par pcassuto à 01:42 - - Permalien [#]