infographie-plan-campus-parisLe "plan 40 000" logements étudiants  vise à mettre en chantier 40 000 logements étudiants durant tout le quinquennat, dont la moitié en Ile-de-France, afin de remédier à la pénurie de logements étudiants et améliorer les conditions de vie des étudiants.
Constat
Le logement est le premier poste dans le budget d’un étudiant. Il représente 48% de son budget au niveau national, et 55% en Île-de-France. Cela s’explique par le manque de logements étudiants et de places dans le parc social, qui contraint les jeunes à recourir au marché privé où les prix ont connu une forte hausse depuis dix ans, en particulier les loyers pratiqués pour les petites surfaces fréquemment relouées. Les loyers à la relocation ont ainsi augmenté de 50% en dix ans à Paris.
Le plan Anciaux 2004 prévoyait 5 000 logements par an lors des huit dernières années. Or, seuls 3 000 ont été réalisés et 40 % des réhabilitations prévues ont été menées à bien. L’opération campus devait également remédier à ce déficit. Mais, plus de cinq ans après son lancement, ce plan largement médiatisé en 2007 ne connaissait pas, en 2012, la moindre concrétisation sur le terrain, alors que 13 000 logements étudiants sont programmés au sein des 13 opérations.
Parce que l’accès des étudiants au logement est une priorité pour améliorer la réussite des étudiants et la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur, le Gouvernement a lancé un plan ambitieux en faveur du logement étudiant : le "Plan 40 000".