Depuis que les universités sont chargées de la responsabilité et de la gestion de leur masse salariale, la CPU mène un combat de tous les jours pour que l'Etat assume la compensation de l'augmentation mécanique de la masse salariale due au glissement, vieillesse, technicité (GVT) qui lui incombe et qui ne résulte pas des décisions prises par les établissements eux-mêmes. La CPU est en effet attachée au respect de la règle du "décideur-payeur" qui doit être posée comme un des principes fondateurs des relations financières entre l'Etat et les universités autonomes. Suite...