http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/images/infog_fun_2_0.jpgA travers le projet France Université Numérique, c'est l'université de demain qui se dessine et l'influence de la France et de la francophonie qui se jouent. Etape importante : la première plateforme nationale de cours de fac gratuits en ligne est désormais opérationnelle.
La révolution numérique est en marche. Elle est à la fois une chance et un défi pour une université en mouvement. Une chance, celle de repenser l’élaboration et la transmission des savoirs, de manière interactive, en mettant les étudiants d’aujourd’hui et de demain au cœur du projet pédagogique de l’enseignement supérieur. Un défi, celui de construire une université performante, innovante, moderne et ouverte sur le monde. Geneviève Fioraso
Les pré-inscriptions à France Université Numérique sont ouvertes : début des cours en janvier 2014. Pour toutes les informations, rendez-vous sur la nouvelle plateforme sur www.france-universite-numerique.fr
100% des étudiants disposeront en 2017 de cours numériques de qualité et innovants dans tous les cursus de formation initiale et continue.
Le numérique au service d’une université en... par fr-universite-numerique.
Geneviève Fioraso a présenté le 2 octobre l’agenda numérique pour l’enseignement supérieur pour les cinq années à venir : 18 actions, un projet emblématique pour la formation, France Université Numérique et le lancement de la première plateforme française de cours en ligne ou MOOCs.
Le Gouvernement a adopté le 28 février 2013 une feuille de route ambitieuse sur le numérique. La priorité fixée par le président de la République concerne la jeunesse, l’école et l’université.
L’objectif du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est de mettre le numérique au cœur de son projet. La loi du 22 juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et à la recherche a donné une impulsion décisive, en inscrivant le numérique comme levier d’une université en mouvement, avec un double objectif : l’élévation du niveau de connaissances et de qualification en formation initiale et continue et la réussite des étudiants. La loi a aussi prévu la désignation d’un vice-président en charge du numérique dans chaque regroupement d'établissements.
18 actions pour mettre le numérique au service de la réussite et de l’insertion des étudiants
L’agenda numérique de l’enseignement supérieur décline 18 actions pour :

  • faire du numérique une chance pour les étudiants et tous les publics désireux de se former ;
  • soutenir les enseignants et les équipes pédagogiques dans la rénovation pédagogique induite par le numérique ;
  • construire des campus d’@venir et accompagner les établissements dans leur transformation avec et par le numérique ;
  • renforcer le rayonnement de l’enseignement supérieur français à l’international.

Pour accompagner cette révolution numérique, des moyens spécifiques ont été mobilisés

  • 10 % des dotations de postes attribuées par le ministère, soit 500 emplois sur le quinquennat.
  • 12 millions d’euros, dégagés sur l’actuel programme d’investissements d’avenir, mobilisables par vagues successives, dans une logique d’appels à projets pour amorcer la création de cours et de cursus numériques de haute qualité.
  • une convention MESR/Caisse des dépôts et consignations sur les campus d’@venir avec un volet dédié au développement du numérique.

Lire la communication du Conseil des ministres du 2 octobre 2013.
Maîtrisé, l’essor du numérique sera un facteur de démocratisation de l’enseignement supérieur et de réussite des étudiants. Geneviève Fioraso
Les "MOOCs" , qu'est-ce que c'est ?
Apparus en 2008 et en plein essor, les MOOCs (Massive Open Online Courses) sont des cours universitaires en ligne ouverts à tous et gratuits. On compte déjà dans le monde 4 à 5 millions d'inscrits. Le développement de ces cours en ligne va redéfinir la carte du monde de l'enseignement supérieur dans les 10 prochaines années. La France a un rôle crucial à y jouer. "Mon souhait est de faire de la France l'un des pionniers de cette troisième révolution dont le cours est irréversible", a expliqué Geneviève Fioraso.
Selon un sondage commandé par le ministère, pour l'instant seuls 5 % des étudiants et 18 % des enseignants français disent savoir exactement ce qu'est un Mooc. Sur la nouvelle plateforme nationale, 22 Moocs sont déjà accessibles et disponibles aux inscriptions. Conçus par une dizaine d'établissements comme l'Ecole Polytechnique, l'Ecole centrale Paris, Bordeaux 3, Montpellier 2 ou encore Paris X Nanterre, ils délivrent des cours de diverses disciplines (mathématiques, histoire, philosophie, biologie...).
"La diffusion de cours en ligne, en français, demeure aussi une expression forte de la politique du Gouvernement en faveur de la francophonie", ajoute la ministre.