03 octobre 2013

La vie étudiante, facteur de réussite des études

http://www.universites-territoires.fr/ut/wp-content/uploads/2013/10/UT94_icone2.pngUniversités & Territoires n° 94
Télécharger Universités & Territoires n° 94. Feuilleter Universités &Territoires n° 94 en ligne.
Le rôle des collectivités locales en matière d’accompagnement à la réussite, par Johan Tamain – Vice-Président de Roannais Agglomération et Secrétaire Général de l’AVUF page 6
Profitant d’une rencontre avec le ministère de l’enseignement supérieur dans le cadre des concertations pour la préparation de la loi sur les Universités, une délégation de l’AVUF a pu faire entendre sa voix et sa conviction concernant les facteurs de succès des étudiants et le rôle qu’entendaient jouer les Villes dans le développement qualitatif de ces facteurs. Compterendu par Johan Tamain, vice-président de Grand Roanne Agglomération et Secrétaire Général de l’AVUF.
La délégation de l’AVUF a été reçue par Daniel Filâtre (conseiller formation, orientation, insertion) et Guillaume Houzel (conseiller social et vie étudiante, culture scientifique et technique), tous deux membres du cabinet de Geneviève Fioraso, ministre de l’ESR. Pour l’AVUF, Johan Tamain menait la délégation accompagné de Jean-Paul Domergue (chef de projet AVUF), Brigitte Regaldie (Ville de Lyon, responsable du Service Université-Recherche), Nicolas Jarosz (Reims Métropole, chef de projet ESR), Johanna Boutin (Roanne Aggloméation, responsable du service ESR) et Brigitte Poitevineau (consultante).
En guise d’introduction J Tamain a rappelé la vison particulière de l’aVUF su ce sujet : la réussite des étudiants ne dépend pas seulement de l’urbanisme et de l’offre de formation. C’est un environnement propice au travail et à l’épanouissement des jeunes qui est facteur de réussite. Appelé communément « vie étudiante », ce « territoire de la réussite » varie selon les territoires, la taille des villes et les réseaux. Il intègre plusieurs dimensions structurelles que la future loi ESR souhaite soutenir : aides sociale, santé, prévention, restauration, vie de campus, orientation, emploi, logement, insertion sociale et professionnelle.
Concernant la stratégie de l’offre de formation, le projet de loi introduit une nouvelle donne. Si le Ministère a une mission de coordination, la déclinaison de la gestion territoriale revient aux acteurs du territoire. L’AVUF souhaiterait que les politiques de site soient renforcées et articulées progressivement avec les politiques régionales, puis nationales. Il serait ainsi souhaitable que les régions assurent une coordination entre tous les nouveaux outils de développement de l’ESR. Un équilibre doit être trouvé, entre le risque d’une très grande concentration autour des métropoles, les moyens appauvris des villes moyennes, et un éclatement de l’offre.
Pour le Ministère, il ne s’agit pas de débattre sur la dichotomie décentralisation / centralisation mais de construire un modèle de gouvernance basé sur un « État stratège » qui s’appuie sur les régions, acteurs de confiance. Cette articulation maintient la proximité des liens entre les acteurs, selon les niveaux d’intervention de l’aménagement du territoire. Dans la définition de l’offre de formation, cette articulation joue un rôle essentiel dans la réponse territoriale en faveur du tissu économique du bassin et dans l’accès démocratique à l’ESR (que les syndicats étudiants trouvent encore trop insuffisant).
Le MESR souhaite associer les collectivités dans l’action de la nouvelle loi et retient que les représentants présents lors de ce rendez-vous avec le MESR partagent une conception commune de la « vie étudiante comme facteur de réussite des étudiants ».
Le MESR a enfin émis le souhait de s’appuyer sur les membres de l’AVUF pour « laisser une place à l’expérimentation locale avec le concours des villes universitaires », notamment à travers des schémas de bien-être des étudiants, le développement du numérique pour l’acquisition des savoirs, etc.. L’AVUF va jouer un rôle de catalyseur pour faire que les villes se soucient de ce que sera la ville et l’étudiant de demain, afin d’anticiper les évolutions du supérieur et au moins y réfléchir. Toutes les villes peuvent joueur un rôle important pour leurs étudiants en étant animatrices du supérieur sur leur territoire.

Posté par pcassuto à 23:50 - - Permalien [#]


Pour tout savoir sur les écoles supérieures du professorat et de l'éducation

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Les écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE) forment les futurs enseignants de la maternelle au supérieur depuis la rentrée 2013. Ces nouvelles écoles sont au coeur de la réforme de la formation des enseignants. Elles proposent des nouveaux masters dédiés aux métiers de l'enseignement de l'éducation et de la formation (MEEF) qui intégreront les nouveaux concours de recrutement.
Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche met à disposition sur son site Web une FAQ pour tout comprendre des ESPE et du master MEEF. Consulter la FAQ.

Posté par pcassuto à 23:01 - - Permalien [#]

Livre blanc sur la réforme de l'apprentissage

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Alors que la concertation nationale relative à l’apprentissage est engagée (voir notre actu du 06/09), 19 organisations professionnelles publient un Livre Blanc pour défendre la coopération écoles-entreprises.
Le Livre Blanc affirme que la réforme de la taxe d’apprentissage annoncée les privera de moyens pour promouvoir l’enseignement professionnel. Ils alertent sur les conséquences d’une éventuelle remise en cause des moyens financiers qui leur sont aujourd’hui affectés.
Consulter le Livre Blanc et le communiqué de presse. Article entier...

Posté par pcassuto à 22:37 - - Permalien [#]
Tags :

The greatest MOOC conference in the history of MOOCs

elearnspace

Massive Open Online Courses (MOOCs) continue to receive a steady stream of media attention. The conversation is more nuanced now than it was a few years ago as attention has turned to credit, the impact on faculty, learner success, and related challenges. MOOCs, like personal learning environments and networks (PLE, PLN) from mid-2000′s, are not a specific thing so much as a movement. Personally, I wish they were more of “a thing” – then we could spend time promoting openness of content and teaching, rather than dealing with a degraded version of openness that merely means “access”. More...

Posté par pcassuto à 21:29 - - Permalien [#]

Formation des enseignants - nous voulons créer des écoles professionnelles, avec recrutement à bac +3

http://www.vousnousils.fr/wp-content/themes/vousnousils_theme/images/logo-vousnousils.pngPropos recueillis par Charles Centofanti. Le GRFDE, com­posé d'enseignants-chercheurs, de for­ma­teurs et de mili­tants péda­go­giques, vient de rédi­ger des pro­po­si­tions pour recons­truire la for­ma­tion des ensei­gnants. Entretien avec André Ouzoulias, pro­fes­seur agrégé hono­raire de phi­lo­so­phie (Université de Cergy-Pontoise), for­ma­teur d'enseignants et membre du GRFDE.
La for­ma­tion actuelle des ensei­gnants est-elle si mau­vaise que cela?

Le bilan de la "mas­té­ri­sa­tion" est catas­tro­phique. La for­ma­tion des ensei­gnants est une cari­ca­ture du modèle dit "suc­ces­sif": on acquiert d'abord des connais­sances aca­dé­miques et ensuite seule­ment on se confronte à la classe, mais par la seule pra­tique. Avant, dans les IUFM, les futurs profs avaient le temps en 2e année d'observer des classes, de pra­ti­quer sous tutelle puis en pleine res­pon­sa­bi­lité, d'analyser les erreurs des élèves, d'échanger avec d'autres débu­tants, etc. Aujourd'hui, les jeunes profs sont on ne peut plus mal for­més au métier. Et c'est le monde à l'envers : le concours est acces­sible en 2e année de mas­ter et beau­coup parmi ceux qui le réus­sissent sont plon­gés à la ren­trée qui suit dans le grand bain sans avoir vu d'élèves avant. Certains can­di­dats peuvent même deve­nir pro­fes­seurs des écoles avec un mas­ter dans une dis­ci­pline qu'ils n'enseigneront pas, les sciences écono­miques, par exemple! Quant à ceux qui ont un mas­ter "métiers de l'enseignement", leur 2e année est folle: ils doivent par­ti­ci­per aux for­ma­tions, rendre un mémoire qui exige de nom­breuses recherches, pré­pa­rer le concours et assu­rer les stages en même temps. Ceux qui n'ont pas suivi de stages se retrouvent para­doxa­le­ment dans de meilleures dis­po­si­tions pour pré­pa­rer le concours...
Quelles sont les pro­po­si­tions du GRFDE pour "recons­truire" la for­ma­tion des enseignants?

Il faut créer une for­ma­tion pro­fes­sion­nelle pro­gres­sive en alter­nance, selon le modèle "simul­tané" ou "inté­gré" qui alterne et arti­cule les ensei­gne­ments dis­ci­pli­naires, la pra­tique, l'analyse et la réflexion sur la dis­ci­pline. Le recru­te­ment doit avoir lieu en fin de licence. Nous pro­po­sons de créer des Ecoles pro­fes­sion­nelles inter­uni­ver­si­taires aca­dé­miques (EPIA) de for­ma­tion des ensei­gnants. Ces EPIA rem­pla­ce­raient les IUFM et feraient coopé­rer tous les acteurs de la for­ma­tion. Elles seraient cogé­rées par les uni­ver­si­tés par­ties pre­nantes, selon un cahier des charges défini par l'Etat. Il y aurait une EPIA par aca­dé­mie. Il fau­drait pro­ba­ble­ment inven­ter un sta­tut juri­dique ori­gi­nal. On y entre­rait sur concours, dont l'accès serait condi­tionné à l'obtention de la licence. La for­ma­tion dure­rait deux ans et serait rému­né­rée, ce qui per­met­trait à des jeunes issus des milieux popu­laires d'accéder au métier. Dans la conti­nuité de cette for­ma­tion, sanc­tion­née par un mas­ter ensei­gne­ment, il y aurait une année de stage en res­pon­sa­bi­lité avec un ser­vice à 60% maxi­mum. La réus­site de cette année condi­tion­ne­rait la déli­vrance d'un cer­ti­fi­cat d'aptitude à la pra­tique du métier.
Comment finan­cer un tel pro­jet dans le contexte d'austérité bud­gé­taire actuel?

Cette pro­po­si­tion coûte plus cher que le sys­tème actuel de for­ma­tion, c'est sûr, puisqu'aujourd'hui l'Etat ne débourse plus rien direc­te­ment pour la for­ma­tion des ensei­gnants. Il coûte même plus cher que le sys­tème des IUFM avant la mas­té­ri­sa­tion. A vitesse de croi­sière, on peut esti­mer à 500 mil­lions d'euros le coût de ce pro­jet, soit un peu moins de 10 euros par Français. Mais c'est une dépense d'avenir! La for­ma­tion des ensei­gnants repré­sente l'investissement le plus ren­table car il per­met de rendre plus effi­cient le sys­tème éduca­tif et, avec lui, c'est toute la société qui progresse.
http://www.vousnousils.fr/wp-content/themes/vousnousils_theme/images/logo-vousnousils.png Σχετικά με eillis έλαβε από τον Charles Centofanti. Η GRFDE αποτελείται από εκπαιδευτές καθηγητών, εκπαιδευτικών και ακτιβιστών, γράψτε μόνο προτάσεις για την ανασυγκρότηση της επιμόρφωσης των εκπαιδευτικών. Συνέντευξη με τον André Ouzoulias, Αναπληρωτής Ομότιμος Καθηγητής της Φιλοσοφίας (Πανεπιστήμιο του Cergy-Pontoise), εκπαιδεύτρια καθηγητών και μέλος του GRFDE. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 18:57 - - Permalien [#]


MOOCs Need to Go Back to Their Roots

http://slate-static-prod.s3.amazonaws.com/etc/designs/slate/images/the-slate-group-logo.12cbe5ac.pngBy . They were supposed to be educational communities, not hypertextbooks.
This back-to-school season has also brought a wide range of developments in the online education space known as MOOCs: massively open online courses. While MOOCs vary in the details, most are free, taught by professors, and are solely for the edification of the student—not for credit. In recent weeks, we’ve seen announcements for the Open Education Alliance, a partnership between the state of California, Udacity, and a host of major tech companies, and Google combining its Course Builder software with Ivy League MOOC consortium EdX, making it easier for top notch professors to use the curriculum development equivalent of Gmail or Blogger. More...

Posté par pcassuto à 11:14 - - Permalien [#]

US Teacher Gets Finnish Lesson in Optimizing Student Potential. Part 2

http://oecdinsights.org/wp-content/themes/vigilance/images/top-banner/oecd-insights-logo.jpegToday we publish the first of a two-part article by Janet English on her experience as a teacher in the US and Finnish education systems. Janet was awarded the Fulbright Distinguished Award in Teaching and the Presidential Award for Excellence in Math and Science Teaching. She holds a masters degree in education, teaches in southern California, and is the author of a blog called Finland from a teacher’s perspective.
I observed good teachers, some not so good teachers, and some great teachers in Finland – about the same quality I’ve observed in US schools; teacher quality is comparable.  What is dramatically different is how our education systems are structured and what they are designed to achieve. We know that Finland consistently scores at or near the top of PISA results and we know that it’s partly because of their small class sizes and homogenous society, but their success can largely be attributed to the design of their educational system and how they implement their ideas to ensure each child’s success. More...

Posté par pcassuto à 10:57 - - Permalien [#]

US Teacher Gets Finnish Lesson in Optimizing Student Potential. Part 1

http://oecdinsights.org/wp-content/themes/vigilance/images/top-banner/oecd-insights-logo.jpegToday we publish the first of a two-part article by Janet English on her experience as a teacher in the US and Finnish education systems. Janet was awarded the Fulbright Distinguished Award in Teaching and the Presidential Award for Excellence in Math and Science Teaching. She holds a masters degree in education, teaches in southern California, and is the author of a blog called Finland from a teacher’s perspective.
Finland and the United States strive to provide meaningful and appropriate education for students but their methods for achieving this goal are quite different. I live and work in the United States but a Fulbright Program allowed me to visit Finnish schools for six months to learn how Finnish teachers teach problem solving skills; this newfound perspective gives me insight into how the educational systems of these two nations are structured and what helps children succeed (or not) within their boundaries. More...

Posté par pcassuto à 10:47 - - Permalien [#]

Réponse de Geneviève Fioraso à Sandrine Doucet, députée de la Gironde

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/Institutions/41/4/assemblee-nationale_254414.79.jpgGeneviève Fioraso s'est exprimée sur la réussite dans l'enseignement supérieur lors de la séance des questions d'actualité au Gouvernement du mardi 1er octobre, à l'Assemblée Nationale. La ministre a ainsi répondu à Sandrine Doucet, députée de la Gironde.
Vous avez raison de le rappeler, la faiblesse du système de notre enseignement supérieur – par ailleurs de grande qualité – c'est l'échec en premier cycle. Et le plan "Réussite en licence", qui a effectivement coûté sept cent trente millions d'euros,  – tous dépensés – a fait reculer encore de cinq points la réussite de la licence en trois ans.
Il était donc urgent de refonder ce système d'enseignement supérieur après avoir consulté tous les acteurs lors des Assises. Cette faiblesse se double d'une injustice sociale. L'enseignement supérieur ne joue plus le rôle d'ascenseur social. Pire encore, il aggrave les inégalités initiales.
Avec la loi sur l'enseignement supérieur et la recherche, nous avons fait de la réussite en premier cycle en licence la priorité par des mesures extrêmement claires et concrètes : mieux orienter, simplifier les formations, les ouvrir aux milieux socio-économiques, doubler l'alternance, innover, améliorer les conditions de la vie étudiante.
C'est ce qui inspirait la loi du 22 juillet dernier. La rénovation du premier cycle est engagée grâce aux mesures qui ont manqué au plan du gouvernement précédent. Ce n'est pas moi qui le dis, pas mon gouvernement, c'est la Cour des comptes qui le dit.
Pour l'orientation, les premiers résultats sont déjà là : + 8 % d'acceptation des bacheliers professionnels en S.T.S.,
+ 3 % des bacheliers technologiques en I.U.T., plus de deux cents emplois sur les mille créés chaque année concernent l'accompagnement des étudiants en premier cycle.
La spécialisation progressive, le développement du numérique et de l'alternance vont aussi contribuer à la réussite. L'amélioration de conditions de vie des étudiants avec un effort historique sur les bourses : plus quatre cent soixante millions d'euros pour les classes moyennes, les étudiants des classes moyennes obligés de trop travailler et pour les étudiants les plus en précarité.
Voilà l'effort historique que nous avons fait pour améliorer l'enseignement, pour améliorer les conditions de vie, pour construire de nouveaux logements pour les étudiants. C'est cela "jouer l'avenir".

Posté par pcassuto à 10:31 - - Permalien [#]

“I’ve been researching wrong this whole time” – instructional insight via Twitter

http://chronicle.com/img/photos/biz/ubiquitouslibrarian-45.pngBy Brian Mathews. I enjoy seeing social media used in classrooms. We’re definitely in the next wave now with many faculty members expressing excitement about these tools. Several years ago the conversations I had were: “that’s interesting but it just doesn’t work for my needs” and today it is: “I want to foster more interaction and I think this app might work, what do you think?” I recently stumbled upon a Twitter instance here at Virginia Tech via the College of Natural Resources and Environment. They integrated Twitter into their First-Year Experience program. Here is some documentation. More...

Posté par pcassuto à 01:38 - - Permalien [#]