http://ec.europa.eu/wel/template-2012/images/logo/logo_fr.gifUne nouvelle étude montre que l’enseignement supérieur transfrontières ne concerne qu’une infime minorité d’étudiants au sein de l’UE, mais est en progression. L’amélioration de l’assurance qualité de ce type d’enseignement supérieur pourrait constituer un domaine d’action fructueux.
L’étude révèle que l’offre transfrontières en matière d’enseignement supérieur est la plus importante dans les pays où la mobilité sortante des étudiants est également élevée. Cela pourrait signifier qu’une offre insuffisante au niveau national, limitée à la demande dans des domaines spécifiques, pourrait constituer un facteur majeur de l'augmentation de ce type d'enseignement.
Le niveau de réglementation varie selon les États membres et concerne principalement les opérateurs entrants; les pays ont tendance à ne pas réglementer l’«exportation» de l’enseignement supérieur. Il y a un manque général d’éléments probants concernant les effets de cette situation sur la qualité de l’enseignement. Pour ce qui est de la perception de ce phénomène, les ministères et les agences d’assurance qualité ont tendance à faire preuve d’une certaine neutralité quant aux avantages et aux risques perçus; les prestataires ont tendance à percevoir moins de risques et plus d’avantages, tandis que les conférences de recteurs et les organismes de coordination perçoivent en général moins d’avantages. Les conclusions de l'étude indiquent que l'amélioration de l’assurance qualité de ce type d’enseignement supérieur pourrait constituer un domaine d’action fructueux.
Pour en savoir plus