https://si0.twimg.com/profile_images/1563677085/logo-lecercle-twitter_normal.jpgPar Denis Cristol. Le système français actuel de la formation professionnelle continue est assis sur les bases caduques de l’après-guerre. Il est temps de les faire évoluer. Les trois piliers sur lesquels il était bâti sont ébranlés : besoin d’accéder aux savoirs, forte syndicalisation, croissance industrielle.
Tout d’abord, ses fondements idéologiques reposent sur des négociations  d’après-guerre où l’accès aux savoirs était plus difficile qu’à l’heure d’internet. Les partenaires sociaux joueront un rôle très important pour donner à chacun une deuxième chance. L’éducation permanente, la promotion supérieure par le travail se développait au moment où « 80% d’une classe d’âge » n’accédait pas au bac. Il fallait rattraper, permettre à chacun de participer de la croissance et d’apprendre. Quoiqu’en critiquant le modèle de la formation initiale, celui de la formation continue va s’inscrire dans les mêmes orientations. C’est alors qu’un modèle d’enseignement pour adulte transmissif,  frontal organisé s’installe. Les statistiques nationales vont peu à peu éclairer les efforts d’accès à la formation, se focaliser sur des mesures d’effectifs et de durée au sein de stages. Même s’il existe depuis très longtemps des écoles internes au sein des grandes entreprises, l’effort de formation va acquérir une visibilité avec les lois de 1971. Ces lois permettent l’avènement d’un marché et de nouvelles pratiques pédagogiques. Suite de l'article...
https://si0.twimg.com/profile_images/1563677085/logo-lecercle-twitter_normal.jpg Iki Denis Cristol. Dabartinė Prancūzijos sistema tęstinio profesinio mokymo sėdi ant pasenusių bazių po karo. Trijų ramsčių, dėl kurių ji buvo pastatyta supurtomos: turite prieigą prie žinių, labai profsąjungų, pramonės augimą. Daugiau...