VousNousIlsPropos recueillis par Charles Centofanti. Philippe Jamet, 52 ans, vient d'être élu, le 11 juin der­nier, pré­sident de la Conférence des grandes écoles (CGE). Directeur de l'école des Mines de Saint-Etienne, il veut ren­for­cer la visi­bi­lité des grandes écoles, en regret­tant les cri­tiques dont elles sont la cible.
Comment voyez-vous l'avenir des grandes écoles en France?
Il sera brillant, à condi­tion que les men­ta­li­tés évoluent. Les grandes écoles sont les PME de l'enseignement supé­rieur. Et pour que cet ensemble soit com­pé­ti­tif à l'international, comme le sont les Etats-Unis et la Chine sou­vent cités en exemple, il faut des petits orga­nismes qui ne figurent peut-être pas dans tous les clas­se­ments inter­na­tio­naux mais qui sont néan­moins très per­for­mants. De la même manière, toutes les entre­prises ne peuvent pas figu­rer au CAC40, alors que beau­coup sont très com­pé­ti­tives. Pour dire les choses autre­ment, j'ai par­fois l'impression que les grandes écoles sont consi­dé­rées comme la face hon­teuse de l'enseignement supé­rieur. Il existe un dis­cours ambiant ambigu, selon lequel les grandes écoles ne seraient pas conformes à la repré­sen­ta­tion idéale d'un sys­tème ouvert et démo­cra­tique. Il faut se débattre pour faire admettre que les grandes écoles ont un rôle à jouer dans l'enseignement supérieur. Suite de l'article...
VousNousIls Interview by Charles Centofanti. Philippe Jamet, 52, has been elected on June 11, President of the Conference of Grandes Ecoles (CGE). Director of the Ecole des Mines de Saint-Etienne, he wants to increase the visibility of large schools, regretting the criticism they are the target. More...