23 juin 2013

Est ce que demander à s’engager à embaucher un jeune avant le début de l’apprentissage est une bonne idée ?

http://blog.educpros.fr/michelabherve/wp-content/themes/terrafirma_mabherve/terrafirma/images/a10.jpgBlog Educpros de Michel Abhervé. Dans son long discours introductif à la Grande Conférence Sociale, le président de la République a consacré une partie significative au développement de l’apprentissage, qu’il nous semble important de reproduire, pour pouvoir ouvrir le dialogue.
Le discours présidentiel explique que la réforme de la formation professionnelle « devra aussi traiter de l’apprentissage et de l’alternance. 70% des jeunes qui sortent d’une formation en alternance sont en emploi dans les six mois qui suivent. Six mois qui suivent! Je rappelle que l’apprentissage ou l’enseignement professionnel n’est plus seulement limité au niveau 4 et 5, il peut aller jusqu’au BTS, à la licence professionnelle et même au diplôme d’ingénieur. Il faut changer l’image de l’alternance, de l’enseignement professionnel, de l’apprentissage. La France compte actuellement 450 000, soyons plus précis, 435 000 apprentis en formation. L’Allemagne en compte 1,5 million. C’est un autre système, j’en conviens. Mais cela en dit long sur la manière de préparer les emplois de demain. L’objectif que je fixe est plus modeste, c’est au moins d’arriver à 500 000 dans les prochaines années, dans les trois prochaines années. Là-encore, le pilotage doit être régional, parce que c’est à cette échelle que l’on doit adapter l’offre de formation aux besoins économiques. Suite de l'article...
Blag Educpros de Michel Abhervé. Ina fada cainte Comhdháil Sóisialta Mhór tosaigh, tá an Uachtarán na Poblachta a bheidh dírithe ar chuid shuntasach i bhforbairt na foghlama, dealraíonn sé tábhachtach a atáirgeadh, d'fhonn a oscailt an agallamh. Níos mó...

Posté par pcassuto à 10:56 - - Permalien [#]


Sophie Lengrand-Jacoulet - Directrice de l’IUT d’Aix-Marseille

http://blog.educpros.fr/pierredubois/wp-content/themes/longbeach_pdubois/longbeach/images/img01.jpgBlog Educpros de Pierre Dubois. « Sophie Lengrand-Jacoulet a été élue le 12 juin 2013 première directrice de l’IUT d’Aix-Marseille. Nommée par arrêté du Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche après élection en conseil de l’IUT le 12 juin (22 voix sur 34 votants) » (communiqué de l’université et photo). Sera-t-elle présente, demain devant le Sénat, pour défendre les 3 revendications des directeurs et des présidents des IUT?
« La fusion des trois ex-IUT (Provence, Aix-en-Provence et Marseille) anciennement rattachés aux trois ex-universités a été officialisée par l’arrêté ministériel du 29 octobre 2012 entré en vigueur le 1er janvier 2013″… « L’IUT, l’un des plus grands de France, est réparti sur 3 pôles (Aix-en-Provence – Marseille – Alpes) et 5 sites (Arles – Digne-les-Bains – Gap – La Ciotat – Salon de Provence). L’IUT propose à ses 5.500 étudiants 18 DUT et 45 licences professionnelles ». La répartition de l’IUT dans l’ensemble de la Région Provence Alpes Côte d’Azur démontre une de ses missions: assurer un enseignement supérieur de proximité. A noter que l’IUT n’a pas encore de site Internet: toutes les informations figurent encore sur les sites des 3 ex-IUT. Suite de l'article...
http://blog.educpros.fr/pierredubois/wp-content/themes/longbeach_pdubois/longbeach/images/img01.jpgEducpros sul blog di Pierre Dubois. "Sophie Lengrand-Jacoulet è stato eletto 12 giugno 2013 il primo direttore del IUT Aix-Marseille. Nominato con decreto del Ministro dell'istruzione superiore e di elezione del Consiglio di ricerca dopo l'IUT il 12 giugno (22 voti su 34 votanti)" (University Press e la foto). Più...

Posté par pcassuto à 10:30 - - Permalien [#]
Tags :

Too many inward-looking students

http://blog.educpros.fr/pierredubois/wp-content/themes/longbeach_pdubois/longbeach/images/img01.jpgBlog Educpros de Pierre Dubois. Samuel Bliman est un fidèle contributeur du blog. « Depuis que l’on débat de la question: anglais, pas anglais, ouverture à l’international et autres fantaisies, les arguments volent aussi bien « pour » que « contre ». Je joins ici un papier trouvé ce matin dans le Japan Times et donnant un point de vue sur toutes ces questions telles que perçues au Japan. Toutefois, l’enquête rapportée ici a été conduite dans le cadre de « cram schools », à savoir d’écoles privées payantes donnant aux élèves des enseignements après et hors des établissements fréquentés le jour. Papier lu, je me demande si la transposition à la France, au prix du changement de quelques mots ici et là, ne conduirait pas à des conclusions similaires »! Les étudiants français sont-ils davantage ouverts ou fermés à l’international que les étudiants japonais?
The Japan Times, 16 juin 2013… « Of the students surveyed, 50 percent of high school students and 55 percent of university students said they felt, “It’s too late for me to become a globally active person even if I start receiving education now for dealing with a globalizing world ». Suite de l'article...
http://blog.educpros.fr/pierredubois/wp-content/themes/longbeach_pdubois/longbeach/images/img01.jpg Blog Educpros Pierre Dubois. Samuel Bliman is a faithful contributor to the blog. "Since the debate on the question: English, not English, international openness and other fantasies, the arguments also fly well" for "than" against. More...

Posté par pcassuto à 10:25 - - Permalien [#]

Bac: une mention sinon rien?

http://orientation.blog.lemonde.fr/files/2011/08/Edhec-Olivier-Rollot-208x300.jpgBlog "Il y a une vie après le bac" d'Olivier Rollot. Alors qu’il y a trente ans obtenir une mention « très bien » (plus de 16/20 de moyenne) au bac était un signe absolu d’excellence – on entrait même directement à Sciences Po Paris sans passer ni concours ni entretiens –, cela devient aujourd'hui presque banal dans les meilleurs lycées. Le pourcentage d’élèves obtenant une mention très bien est ainsi passé depuis 20 ans de 1,4 à 7% dans les filières générales. Pour autant, il reste rare dans les séries technologiques (1%) et professionnelles (0,9%). En tout, près de 50% des élèves des séries générales obtiennent une mention (contre 35% en bac techno et 46% en pro). En 2011, les S sont même montés à 57,3% (les ES sont 44,6% et les L 41%).
A quand les 100% de mention dans les meilleurs lycées?

Les meilleurs lycées ne communiquent plus aujourd'hui sur leur pourcentage de réussite mais surtout sur leur pourcentage de mentions. Ainsi, le très prestigieux lycée Henri IV, à Paris, peut-il s’enorgueillir d’avoir eu en 2010 … 100% d’élèves ayant obtenu une mention en ES, 85% en L et 97% en S. Au total, c’est le cas de plus de 98% de ses 277 élèves. Plus fort encore: 45,85% ont décroché une mention très bien. Il faut dire que, depuis 1999, quasiment 100% de ses élèves ont eu le bac à chaque session, les quelques échecs venant de problèmes personnels. Suite de l'article...
http://orientation.blog.lemonde.fr/files/2011/08/Edhec-Olivier-Rollot-208x300.jpg Blag "Tá an saol tar éis na scoile ard" Olivier Rollot. Cé go tríocha bliain ó shin le haghaidh tráidire "an-mhaith" (níos mó ná 16/20 meán) a bhí ina chomhartha glan feabhais rinneadh fiú go díreach ag Eolaíochtaí Po Pháras nó gan iomaíocht nó agallaimh - tá sé anois beagnach coitianta sna scoileanna is fearr. Is é an céatadán na mac léinn onóracha a fháil go maith anuas 20 bliain 1.4-7% in oideachas ginearálta. Níos mó...

Posté par pcassuto à 09:58 - - Permalien [#]

Le groupe UT se structure, l’UTC pleine d’ambitions

http://www.headway-advisory.com/blog/wp-content/themes/headway/images/logo.jpgPar Olivier Rollot. Le groupe UT se structure, l’UTC pleine d’ambitions: entretien avec Alain Storck, président de l’université de technologie de Compiègne et du groupe UT. Classée deuxième dans la catégorie postbac ans dans le classement 2013 des écoles d’ingénieurs de l’Etudiant, l’UTC est l’une des plus belles réussites de l’université française. Appelé à sa présidence en 2011, Alain Storck, ancien directeur de l’Insa Lyon, travaille à la fois à la constitution d’un réseau avec les autres universités de technologies (le Groupe UT qu’il préside) et sur le développement de son université dans une ville qui paraît parfois bien petite pour recevoir un établissement de cette taille.
Olivier Rollot : Dans tous les mouvements de rapprochement qu’effectuent aujourd’hui les écoles d’ingénieurs, on pense à l’institut Mines Télécom ou au réseau des écoles centrales par exemple, on désespérait un peu des universités de technologie (UT) de Compiègne, Belfort-Montbéliard et Troyes. Or vous venez enfin de créer un réseau. Pourquoi avoir tant attendu?
Alain Storck :
Après un premier mouvement de rapprochement qui avait avorté, du fait sans doute de la trop grande importance de Compiègne, après un second entre Belfort-Montbéliard et Troyes qui avait, semble-t-il, achoppé sur les questions de territoire, nous nous sommes dits, avec Pascal Brochet pour l’UTBM et Christian Lerminiaux pour l’UTT, qu’il fallait relancer la dynamique et créer unGroupe UT sur le modèle des commissions du groupe des Insa que j’avais créées.… Lire la suite.
http://www.headway-advisory.com/blog/wp-content/themes/headway/images/logo.jpg By Olivier Rollot. The UT group structure, full of ambition UTC: Interview with Alain Storck, president of the University of Technology of Compiègne and UT group classified second in the postbac years in the 2013 ranking engineering schools. Student, the UTC is one of the greatest successes of the French university. More...

Posté par pcassuto à 09:09 - - Permalien [#]


Cergy-Pontoise, l’université de la réussite pour tous

http://www.headway-advisory.com/blog/wp-content/themes/headway/images/logo.jpgPar Olivier Rollot. Cergy-Pontoise, l’université de la réussite pour tous: entretien avec François Germinet, son président. A 42 ans, François Germinet (@UCP_Germinet) est l’un des plus jeunes présidents d’université français. Créée en 1991, son université est l’une des plus dynamiques, notamment dans l’accueil des bacheliers. Passionné par les nouvelles technologies, ce mathématicien est également président du comité numérique de la Conférence des présidents d’université (CPU).
Olivier Rollot : On parle constamment aujourd’hui du développement des massively open online courses (MOOC), ces cours gratuits que mettent en ligne les grandes universités américaines. Les universités françaises doivent-elles suivre le mouvement?
François Germinet : Nous devons gérer deux temporalités: celle du développement de l’enseignement à distance, qui demande une révolution en profondeur et donc du temps, et celle d’une réponse immédiate aux initiatives anglo-saxonnes. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est également sur ce double schéma et la CPU s’en félicite. Au-delà des MOOC, il faut faire un important travail de transformation de nos méthodes pédagogiques: c’est très bien d’avoir un ou deux professeurs investis dans la création des MOOC ou le numérique, comme c’est le cas aujourd’hui, mais ce n’est pas suffisant pour changer la manière dont on enseigne. Suite de l'article...
http://www.headway-advisory.com/blog/wp-content/themes/headway/images/logo.jpgDe réir Olivier Rollot. Cergy-Pontoise, Ollscoil de rath do gach duine:. Agallamh le François Germinet, a hUachtarán A 42 bliain François Germinet (@ UCP_Germinet) ar cheann de na is óige uachtaráin ollscoile na Fraince. Bunaithe i 1991, an ollscoil ar cheann de na is dinimiciúla, go háirithe i fáiltithe na gcéimithe. Fascinated ag teicneolaíochtaí nua, is é an matamaiticeoir freisin ina huachtarán ar Choiste digiteach de Chomhdháil na nUachtarán Ollscoile (LAP). Níos mó...

Posté par pcassuto à 09:04 - - Permalien [#]

The LMS as Portal: InstructureCon Keynote

https://s3.amazonaws.com/hackedu/gargoyletechnotext.jpgBy Audrey Watters. My boyfriend Kin Lane, "the API Evangelist," and I gave this morning's keynote at InstructureCon. So yeah, I had to go on stage after MC Hammer opened the event last night. Tough act to follow. But I didn't cuss. Below are our slides and a rough version of what I said...
It is quite strange for me to be standing here, giving the keynote this morning. For one thing, it’s too damn early, and I can’t think of any appropriate MC Hammer jokes to make about education and can’t touch-iness. For another – and this is the biggie – it’s the first time that Kin and I have been asked to share the stage, and for reasons that I hope our talk will make clear, I think it’s fairly significant – not just for our relationship, but for Instructure to have recognized the important overlap in our work. Me: a writer about education and ed-tech, someone who cares about open learning, learner agency. Read more...

Posté par pcassuto à 08:56 - - Permalien [#]

L’insidieux bouleversement de l’université

http://www.sauvonsluniversite.com/local/cache-vignettes/L200xH200/arton6160-72eb7.jpgRelevé par Mariannick dans Sauvons l’Université! L’insidieux bouleversement de l’université - par Joseph Confavreux & Lucie Delaporte, Mediapart, 21 juin 2013.
« Le bateau universitaire “coule”, celles et ceux qui savent nager quittent le navire, rayonnent ailleurs et autrement, rien n’est pire qu’une perte de signification. Personnellement, je ne crois plus en l’Université française, je n’ai plus “confiance”: je ne sais pas ce qu’elle veut, ni où elle va. » Voilà le genre de mails qui arrivent en ce moment dans les boîtes aux lettres des journalistes de Mediapart en charge des questions de recherche et d’université...
Malgré le développement du tutorat, de dispositifs de soutien pédagogique, les taux d’échec n’ont pas varié d’un pouce ces cinq dernières années, ils ont même légèrement augmenté l’an dernier. Pour les enseignants, c’est, au quotidien, une interrogation sur le sens de leur travail: « En première année de la fac d’éco, au rattrapage de mon cours d’institutions politiques, les résultats sont les suivants: 231 inscrits, 86 copies, 10 copies au-dessus de la moyenne, le reste entre 0 et 4/20 (copies vides ou quasi vides) sur le site d’Aix. À Marseille: 176 inscrits, 66 copies, une copie au dessus de la moyenne », raconte Emmanuel Le Masson, enseignant en science politique et sociologie à Aix Marseille Université. « Pour la très grande majorité, nos étudiants n’ont pas choisi la fac. Quand on discute avec eux, beaucoup nous disent qu’ils attendent une place en BTS, quand d’autres – il faut bien le reconnaître – viennent uniquement pour toucher une bourse universitaire », constate-t-il...
Dans un autre registre, la création des diplômes universitaires, non reconnus comme des diplômes d’Etat, permet aussi aux facs de sélectionner les étudiants, mais également de fixer des droits d’entrée comme bon leur semble. Ainsi, un diplôme d’université de sciences, équivalent master, à l’Université d’Aix Marseille peut coûter jusqu’à 9 000 euros, alors qu’un master de droit à Paris 2 peut atteindre 15 000 euros relevait l’Unef dans un rapport récent. On est loin du service public accessible à tous...
L’université a beau toujours avoir eu une exigence de professionnalisation, elle doit, de plus en plus, faire valoir des compétences directement rentabilisables sur un marché du travail. Ce qui ne va pas sans heurter les valeurs professionnelles des enseignants. « Notre doyen nous a assez répété que l’époque où les étudiants s’inscrivaient à l’université pour se cultiver, pour apprendre à penser par eux-mêmes, était désormais révolue », rapporte, amer, un enseignant de la fac d’Aix-Marseille...
Pour assurer cette mise au pas, l’université autonome a donné aux présidents un pouvoir considérable sur lequel la nouvelle loi ne revient qu’à la marge. « On est passé d’un système féodal éclaté à une féodalité restreinte. C’est quasiment la monarchie absolue » déplore un enseignant de Marseille. « Dans ce système, seuls les plus malins - qui ne sont pas forcément les plus intelligents, ni les plus expérimentés - arrivent encore à faire tourner leurs laboratoires, et à tirer quelques bénéfices de la situation instaurée par la loi d’autonomie ». Voir l'article entier...
http://www.sauvonsluniversite.com/local/cache-vignettes/L200xH200/arton6160-72eb7.jpg Ráiteas ón MARIANNICK i shábháil hOllscoile! An cur isteach insidious Ollscoil - Joseph & Lucia Confavreux Delaporte Mediapart, 21 Meitheamh 2013.
"An bád ollscoil" Ritheann, iad siúd a snámh fhágáil ar an long, radiate in áiteanna eile agus a mhalairt, tá aon rud níos measa ná caillteanas de bhrí.
Pearsanta, ní féidir liom a chreidiúint, in Ollscoil na Fraince, tá mé níos mó "muinín" Níl a fhios agam cad a theastaíonn sí agus nuair a théann sí. Níos mó...

Posté par pcassuto à 08:42 - - Permalien [#]

Should all interns be paid for their work?

http://www.cbc.ca/network/includes/gfx/NewsPromo_App%20Generic.jpgDebate follows U.S. court victory for Black Swan interns. The debate over unpaid internships is heating up in the U.S. following a recent court ruling that said Fox Searchlight Pictures violated federal minimum wage laws by not paying interns who worked on the 2010 film Black Swan. A similar case, filed by two former interns against the media giant Conde Nast, is also before a New York court. Read more...

Posté par pcassuto à 02:01 - - Permalien [#]

Let interns work for free

http://nationalpostcomment.files.wordpress.com/2013/06/143308839.jpg?w=620By Jesse Kline. Many students and recent graduates accept unpaid internships as a means of gaining valuable experience in their chosen field, and to get a leg up on the competition. But some American students have found a way to monetize this right of passage: sue the pants off their former employers. Read more...

Posté par pcassuto à 01:55 - - Permalien [#]