23 mai 2013

Duke University Leaves Semester Online: Questions about long-term effects

http://0.gravatar.com/avatar/73153d11f08640dbaa0970d105c18af3?s=100&r=pg&d=mmComputing Education Blog - Mark Guzdial. Semester Online sounded like a nice idea — getting liberal arts focused institutions to share their online course offerings.  The pushback is interesting and reflects some of the issues that have been raised about sustainability of online education as a replacement for face-to-face learning or even as an additional resource. Read more...

Posté par pcassuto à 18:27 - - Permalien [#]


10 Online Tools to Master Language Teaching

http://blog.wiziq.com/wp-content/uploads/2012/06/wiziq_logo.gifYou can’t have fun teaching online without getting your hands dirty!!
As an online teacher, a great part of my work involves utilizing the best educational tools for my content creation, content delivery, or to encourage active learning with students. I will describe them based on the needs of online teachers and/or classroom teachers who wish to integrate what they do with online technologies.
1) Virtual Classroom

I chose the WizIQ virtual classroom after much initial research for a number of reasons. First, I found it easier to use than other virtual classrooms back in the days when I was new to teaching online. I was also attracted by the e-teaching community on WizIQ and the fact that there is a very responsive support team for trouble shooting. Read more...

Posté par pcassuto à 18:24 - - Permalien [#]

Faut-il autoriser les cours en anglais dans les universités françaises ?

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSrP8POMjUfqCgep7XuOQAVoLJtzQr7JGY8mSQTk_qc7okIzV3apr4yuQOrchestré par Marie-Violette Bernard. A l'initiative de Geneviève Fioraso, la ministre de l'Enseignement supérieur, un projet de loi sur le code de l'Education sera présenté le 22 mai prochain à l'Assemblée Nationale. Parmi les dizaines d'articles, le numéro 2  fait polémique depuis quelques semaines dans le monde universitaire. Ce dernier devrait en effet permettre l'emploi des langues étrangères, principalement l'anglais, dans les universités françaises. Actuellement, seuls les cours de langue ou ceux donnés par un intervenant étranger peuvent être dispensés dans une langue autre que le français, du fait de la loi Toubon de 1994. Suite de l'article... Faites progresser le débat...
http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSrP8POMjUfqCgep7XuOQAVoLJtzQr7JGY8mSQTk_qc7okIzV3apr4yuQ Orchestrated ag Bernard Marie-Violette. Tionscnamh Fioraso Geneviève, an tAire Ardoideachais, bille maidir leis an gcód Oideachais a chur i láthair ar an 22 Bealtaine ag an Tionól Náisiúnta. I measc na mórán de na hairteagail, is é an uimhir 2 conspóideach ar feadh roinnt seachtainí sa saol acadúil. Níos mó...

Posté par pcassuto à 12:18 - - Permalien [#]

QS World University Ranking - du mieux pour les universités françaises

http://iffresblog.files.wordpress.com/2011/12/cropped-sydney_bridge1.jpgL’année dernière, les universités françaises brillaient par leurs absences dans le QS World University Ranking. Mais cette année, la donne change!
Les universités françaises ont en effet opéré une remontée spectaculaire qui mérite que l’on s’y attarde. Et la médaille d’or est attribuée à… la Sorbonne-Panthéon! Selon Capcampus, l’université Paris 1 arrive en tête au niveau national dans cinq disciplines: histoire, philosophie, géographie, comptabilité-finances et droit. Et pas de panique, à l’international aussi, le niveau est maintenu. En philosophie, en histoire et en droit, Paris 1 réussit à se maintenir dans le top 50… De quoi redorer l’image des universités françaises, souvent dépréciées face aux universités américaines ou aux systèmes scolaires des pays nordiques… Suite de l'article...

http://iffresblog.files.wordpress.com/2011/12/cropped-sydney_bridge1.jpg Last year, French universities were conspicuous by their absence in the QS World University Ranking. But this year, things change! More...

Posté par pcassuto à 12:14 - - Permalien [#]

Enseignement supérieur: allons plus loin et à l'essentiel !

http://static.mediapart.fr/files/imagecache/150_pixels/pave_mediapart_0.jpgPar Marie-Anne Kraft. La réforme de l'enseignement supérieur proposée par le gouvernement va certainement dans le bon sens mais sans traiter vraiment les problèmes à la base de l'adéquation des choix d'orientation, de réponse aux besoins de la société et des entreprises, et les problèmes de moyens. De même que le débat et les critiques à l'occasion de sa discussion en Commission de l'Assemblée nationale, ne traitent pas à mon avis de l'essentiel.
Les objectifs premiers du gouvernement (voir le dossier de presse précisant les 20 mesures phares) sont "d'améliorer la réussite étudiante et relancer l'ascenseur social". C'est bien mais il aurait fallu à mon avis ajouter "motiver les jeunes en amont et mieux anticiper leurs aspirations et leurs potentiels pour les choix d'orientation, mieux imbriquer l'enseignement supérieur dans la vie économique et sociale, dans la vie active".
Le débat se polarise autour de l'introduction de cours en anglais, de la simplification de la cartographie des formations, les quotas pour les BTS et les IUT au bénéfice des bacheliers professionnels et technologiques, ou encore du regroupement en pôle spécialisés (concentration risquant de régionaliser les diplômes), ainsi que de la précarité des universités et des enseignants non traitée par la loi. Suite de l'article...
http://static.mediapart.fr/files/imagecache/150_pixels/pave_mediapart_0.jpg De réir Marie-Anne kraft. Athchóiriú an ardoideachais atá molta ag an rialtas a bheidh cinnte nach bhfuil sa treo ceart, ach i ndáiríre aghaidh a thabhairt ar na fadhbanna ag an fhréamh an leorgacht na roghanna beartais, ag freagairt do riachtanais na sochaí agus gnólachtaí, agus saincheisteanna acmhainne. Níos mó...

Posté par pcassuto à 12:09 - - Permalien [#]


Aeres: en finir avec l’agence de notation de l'enseignement supérieur et de la recherche

http://static.mediapart.fr/files/imagecache/150_pixels/pave_mediapart_0.jpgPar Les invités de Mediapart. A la veille de l'examen de la loi Fioraso par l'Assemblée nationale, mercredi 22 mai, Christian Topalov, sociologue et historien, directeur d’études à l’EHESS, rappelle à la ministre sa promesse de supprimer l'Aeres. «L'enseignement supérieur et la recherche ont besoin d'évaluations élaborées de façon collective, contradictoire et publique, au sein d'instances mandatées pour cette tâche par la communauté au nom de laquelle elles portent des jugements, jugements dont elles ont à répondre», estime-t-il.
La sénatrice chargée du rapport sur le projet de loi sur l'enseignement supérieur et la recherche, Dominique Gillot, a annoncé récemment que la suppression de l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Aeres), prévue par le texte du gouvernement, devrait encore faire l'objet d'un « débat »: « Nous n'avons pas entendu, dit-elle, de demande de suppression de cette évaluation au sein de la communauté universitaire. » Etrange surdité: s’il est une institution née du dit « pacte pour la recherche » de 2005 qui suscite la protestation générale, c’est bien celle-là. Suite de l'article...
http://static.mediapart.fr/files/imagecache/150_pixels/pave_mediapart_0.jpgBy Guests Mediapart. On the eve of the examination of the Fioraso law by the National Assembly, Wednesday, May 22, Christian Topalov, sociologist and historian, director of studies at EHESS, remind the minister's promise to remove Aeres. "Higher education and research need assessments developed collectively, adversarial and public, in forums mandated for this task by the community on whose behalf they make judgments, judgments which they have to answer," he says. More...

Posté par pcassuto à 12:02 - - Permalien [#]

My french university is not rich!

http://tempsreel.nouvelobs.com/themes/header/images/logo-nobs.pngPar . Depuis 15 ans, la France cherche à attirer des étudiants étrangers avec des brochures en anglais, mais nous dépensons dix fois moins que les Allemands dans ce domaine. Heureusement que les opposants à l’usage discrétionnaire de l’anglais au sein de l’université française (pour guère plus de 1% des étudiants) ne se trouvaient pas à Hong Kong les 9 et 10 mars dernier. Ils auraient pu attraper un coup de sang en découvrant qu’il s’y tenait alors une "European higher éducation fair "- en français: un Salon de l’enseignement supérieur en Europe -  ayant pour but d’inciter des étudiants asiatiques à venir suivre des cours en Europe.
Plusieurs dizaines d’écoles et universités européennes tenaient des stands dans ce salon. Et sur ces stands, un constat d’horreur aurait pu glacer Bernard Pivot, Michel Serres et Antoine Compagnon, ainsi que Jacques Attali, (qui préconisait en 2008 de "développer en France une offre de cours en langue étrangère" mais qui a maintenant un avis inverse, désireux selon certains de postuler à l’Académie Française). En effet, ils auraient découvert que la France est représentée à l’étranger par l’Agence Campus-France, créée par Claude Allègre il y a 15 ans, qui vante nos universités avec des brochures en anglais. "The quality of french higher education is widely recognized throughout the world" (la qualité de l’enseignement supérieur français est largement reconnue à travers le monde) vante Campus-France, avec, en illustration, une photo d’étudiants dans un vénérable amphi de la Sorbonne tout en boiseries et fresques historiques, qui semble vouloir concurrencer le charme à la Harry Potter des bibliothèques d'Oxford. Suite de l'article...
http://tempsreel.nouvelobs.com/themes/header/images/logo-nobs.png De réir . 15 bliain anuas, féachann an Fhrainc chun mic léinn a mhealladh coigríche le bróisiúir i mBéarla, ach a chaitheann muid deich n-uaire níos lú ná na Gearmánaigh sa domaine. Níos mó...

Posté par pcassuto à 11:55 - - Permalien [#]

France Europe 2020

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/France-Europe_2020/14/7/logfranceeurope2020_252147.136.jpgAvec France Europe 2020, la France se dote d'un agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l'innovation qui va orienter durablement la politique publique de soutien à la recherche.
Présentation de l'agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l'innovation

L'agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l'innovation poursuit un objectif: donner une nouvelle ambition à notre recherche afin de faire face aux grands défis économiques et sociétaux, d’abord en préservant la sérénité indispensable à la recherche fondamentale et disciplinaire mais surtout en favorisant la recherche technologique et le transfert,  nos deux points faibles par rapport aux pays comparables. Tout l'enjeu de l'agenda stratégique de la recherche, dont le principe est inscrit dans le projet de loi, est de contribuer à définir ces grandes priorités...
Cette ambition qu'il nous faut retrouver, elle est affirmée dans la loi, que je défends demain devant l'Assemblée nationale. Pour la première fois dans l'histoire de notre pays, il s'agit d'une loi sur l'enseignement supérieur et la recherche. Parce que, comme l'a déclaré ici même le président de la République, "l'enseignement et la recherche ne sont pas dissociables". Ils s'inscrivent dans un même objectif: celui du redressement du pays par la compétitivité qualité. Suite de l'article...
Édito de Geneviève Fioraso

France Europe 2020, un agenda de la recherche au service de la croissance, de la société et du redressement national. Investir dans la recherche, c'est faire le pari de la compétitivité, dans un monde en mutation technologique, scientifique, économique, sociétale et environnementale. Nos voisins, comme les pays émergents ne s'y trompent pas : l'enseignement supérieur et la recherche y sont élevés au rang de priorités nationales. Le financement public de la recherche, que le Gouvernement maintient à haut niveau, représentait en 2010 19,2 Mds euros1, au sein d'une dépense nationale totale de R&D de 44,6 Mds euros (2,3 % du P.I.B.). Il constitue un investissement collectif sur lequel il revient à l'État stratège d'assumer son rôle en matière d'orientation et de programmation. La mise en place en place de l'agenda stratégique "France Europe 2020" pour la recherche, le transfert et l'innovation est l'illustration de cette nouvelle politique. Suite de l'article...
France Europe 2020: objectifs et propositions

Avec France Europe 2020, l'agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l'innovation, le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche entend redonner à la recherche son rôle de vecteur principal de création de savoir et de connaissance et affirmer sa place comme levier de redressement de la France. Suite de l'article...
Colloque "La France à l'Europe": pour favoriser la participation française à Horizon 2020. Lieu: Collège de France, 21 mai 2013
Favoriser la participation de la France au nouveau programme-cadre européen Horizon 2020 qui prend effet le 1er janvier 2014, tel est l'enjeu du colloque "La France à l'Europe" organisé par le ministère, le 21 mai 2013, au Collège de France, à Paris. L'Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l'innovation, France Europe 2020, a été présenté par la ministre en ouverture de ce colloque.
Voir aussi Europe 2020 - indicateurs clés sur l’éducation, La croissance intelligente et durable: l'objectif de l'Europe 2020 et Lifelong Learning, H2020, rien n'est joué! Les universités européennes à l’horizon 2020 - la diversité des excellences, The Humanities Research at the Dawn of ERA and Horizons 2020, le Supérieur dans la contribution du CESE à la STRATEGIE « UE 2020 », Focus on Higher Education in Europe 2010: The impact of the Bologna Process, Processus de Bologne: 10 ans déjà.
With France 2020, France adopts a strategic agenda for research, technology transfer and innovation that will guide the long-term public policy research support.
Presentation of the strategic agenda for research, technology transfer and innovation. More...

Posté par pcassuto à 09:43 - Permalien [#]

MOOC assortment

http://farm9.static.flickr.com/8046/8145568460_2815aaed3c.jpgBy Alastair Creelman. An assortment of MOOC thoughts inspired by this week's news feed. There is some concern that many MOOCs are simply repositories of content in the form of lectures, reading and automatic tests and are not even really courses at all. This is the main point behind a post by Justin Reich, Is a MOOC a Textbook or a Course? Yes there's plenty of good material there and you can certainly learn a lot but you're largely on your own and the question is whether this can be considered a coherent course. I feel that such types of MOOC are perfectly valid as long as they don't pretend to be any more. It's vital that every MOOC describes clearly and upfront exactly what type of course it is (or not) and explains what types of study the student should expect. That can be one quality criterion; a clear statement on what's in store for the learner, the type of course, pedagogy and demands. All I've seen do this well but maybe we also need to know what the MOOC doesn't offer, just to avoid any misunderstanding. Then there's the excellent report from the University of Edinburgh on the results of their first MOOCs under the Coursera banner. As Donald Clark reports on his blog, Report on 6 MOOCs turns up 10 surprises, students were clearly satisfied with the courses on offer with only 2% responding that the course did not meet their expectations.

Posté par pcassuto à 01:43 - - Permalien [#]

Is a MOOC a Textbook or a Course?

http://blogs.edweek.org/edweek/edtechresearcher/blog-EdTechResearcher02.jpgBy . What exactly is a MOOC? Like most interesting things in this world, the term avoids simple definition. For instance, what constitutes a course? A particular body of knowledge to be delivered? Except maybe in the case of skill-based classes, like a writer's workshop. A start and end date? Except maybe in the case of self-paced, on-demand online courses. Interactions between students and instructors? Except maybe in the case of entirely computer-mediated courses or older correspondence courses. Certification or recognition of completion? Except in courses that don't offer them. A learning experience? That must be too broad, or sitting here reading this post would constitute a course. If we can't even define exactly what a course is, how can we possibly hope to provide a clear sense of what constitutes a Massive Open Online Course?
One thing that people then do, in the ambiguous space left by our inadequate ability to precisely define, is to use analogies. We define things by comparing them to other things. In popular discourse of MOOCs, two dominant analogies seem to have emerged in making sense of MOOCs: MOOCs as textbooks and MOOCs as courses. Consider the open letter to Harvard professor Michael Sandel published by the San Jose State University Philosophy Department. The letter explains why the philosophy department refuses to pilot Sandel's JusticeX course. Read more...

Posté par pcassuto à 01:40 - - Permalien [#]