02 avril 2013

Mieux connaître les équipes de Campus France

Le Département Relations Institutionnelles
La tenue du Forum Campus France est l’occasion de présenter le nouveau Département des Relations Institutionnelles de l’Agence Campus France. A l’occasion de la fusion, les Services Offre de Formation et éditions, que vous connaissiez, sont intégrés dans un nouveau département: le Département des Relations institutionnelles. Celui-ci a pour objectif de développer et animer des relations et des actions avec tous les acteurs de la mobilité étudiante. Il est placé sous la responsabilité de M. Arthur Soucemarianadin, Professeur des universités à l’université Joseph Fourier de Grenoble.
Quatre services composent ce département dont deux Services qui vous étaient connus:

le Service des Relations avec les établissements d’enseignement supérieur et de la recherche qui rassemble les anciens services Offre de formation, Éditions et CampusArt avec une nouvelle personne chargée de la coordination du Forum Campus France.
Le Service « Entreprendre en Afrique » dont la mission avec le programme « Entrepreneurs en Afrique » vise à appuyer l’émergence de PME/PMI technologiques en Afrique portées par des diplômés et cadres africains.
Les nouveaux Services
Le Service des Relations avec les acteurs territoriaux

Ce service a vocation à favoriser le rapprochement entre les Délégations Régionales de Campus France et les PRES afin de mettre en place des dispositifs de guichets uniques, véritables plateformes d’accueil permettant aux étudiants de mener à bien l’ensemble des formalités administratives et pédagogiques. Parallèlement, il a pour objectif de développer ou renforcer les partenariats avec les autres acteurs locaux (Conseils Régionaux, Préfectures, Crous, banques, etc.) afin de réaliser et proposer des outils d’accompagnement à l’étudiant (guides d’arrivée, fiches pratiques, rubrique Accueil détaillée par Région sur le site...).
Le Service des Relations avec les Entreprises

L’objectif du service vise à créer des passerelles entre les Etablissements d’Enseignement Supérieur et de Recherche, les Entreprises, PME, PMI et Pôles de compétitivité français à l’international via des actions stratégiques telles que la promotion des manifestations de Campus France auprès des acteurs du monde économique, la réflexion sur des problématiques concernant l’insertion professionnelle des étudiants internationaux, ou encore la valorisation du réseau des alumnis, pour ne mentionner que quelques aspects. A travers ce nouveau service, Campus France souhaite également s’inscrire en soutien des démarches des Espaces Campus France et Postes diplomatiques dans leur mise en relation avec les acteurs économiques.
Institiúideach Roinn Caidrimh
Tá an Campas Fóram An Fhrainc deis a thabhairt isteach don Roinn nua de chuid na Gníomhaireachta um Chaidreamh Institiúideach Champas Fhrainc. Ag an am an chumaisc, Seirbhísí agus eagráin a thairiscint Oiliúna, tá a fhios agat, a chomhtháthú isteach i roinn nua: an Roinn Chaidreamh Institiúideach. Tá sé mar aidhm a fhorbairt agus a éascú caidrimh agus gníomhartha le gach páirtí leasmhar i soghluaisteacht mac léinn. Tá sé curtha faoi fhreagracht an tUasal Arthur Soucemarianadin, Ollamh Ollscoile ag Joseph Ollscoil Fourier in Grenoble.
Ceithre seirbhísí a chumadh dhá sheirbhís roinn go raibh ar eolas agat:
Caidreamh Seirbhíse le hinstitiúidí ardoideachais agus taighde a thugann le chéile na seirbhísí oiliúna iar-thairiscint, Foilsitheoireacht agus CampusArt le duine nua i gceannas ar an comhordú an Fhóraim Champas Fhrainc. Níos mó...

Posté par pcassuto à 00:28 - - Permalien [#]
Tags :


Membres de droit du Forum Campus France

Les 271 Membres de droit du Forum Campus France
76 Universités

• Aix-Marseille Université • Université de Picardie Jules Verne – Amiens • Université d’Angers • Université des Antilles et de la Guyane – Pointe-à-Pitre • Université d’Artois – Arras • Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse • Université de Technologie de Belfort – Montbéliard • Université de Franche-Comté – Besançon • Université Bordeaux 1 • Université Victor Segalen – Bordeaux 2 • Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3 • Université Montesquieu – Bordeaux 4 • Université de Bretagne Occidentale – Brest • Université de Caen Basse-Normandie • Université de Cergy-Pontoise • Université de Savoie – Chambéry • Université d’Auvergne (Clermont-Ferrand 1) • Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand 2) • Université de Technologie de Compiègne • Université de Corse Pascal Paoli – Corte • Université de Bourgogne – Dijon • Université du Littoral-Côte d’Ôpale – Dunkerque • Université d’Évry Val d’Essonne • Université Joseph Fourier – Grenoble 1 • Université Pierre Mendès France – Grenoble 2 • Université Stendhal – Grenoble 3 • Université du Havre • Université de La Réunion – Saint-Denis • Université de La Rochelle • Université du Maine – Le Mans • Université des Sciences et Technologies – Lille 1 • Université de Lille 2 – Droit et Santé • Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 • Université de Limoges • Université de Bretagne Sud – Lorient • Université Claude Bernard – Lyon 1 • Université Lumière – Lyon 2 • Université Jean Moulin – Lyon 3 • Université Paris Est – Marne-La-Vallée • Université Montpellier 1 • Université Sciences et Techniques du Languedoc – Montpellier 2 • Université Paul Valéry – Montpellier 3 • Université de Haute-Alsace – Mulhouse • Université de Lorraine – Metz/Nancy • Université de Nantes • Université de Nice Sophia-Antipolis • Université de Nîmes • Université d’Orléans • Université Panthéon Sorbonne (Paris 1) • Université Panthéon-Assas (Paris 2) • Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3) • Université de Paris-Sorbonne (Paris 4) • Université Paris Descartes (Paris 5) • Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) • Université Paris Diderot (Paris 7) • Université Vincennes Saint-Denis (Paris 8) • Université Paris Dauphine • Université Paris Ouest Nanterre La Défense (Paris 10) • Université de Paris-Sud (Paris 11) • Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne • Université Paris 13 Paris Nord – Villetaneuse • Université de Pau et des Pays de l’Adour • Université de Perpignan • Université de Poitiers • Université de Reims Champagne-Ardenne • Université de Rennes 1 • Université de Haute-Bretagne – Rennes 2 • Université de Rouen • Université Jean Monnet – Saint-Étienne • Université du Sud Toulon-Var • Université Toulouse 1 Capitole • Université Paul Sabatier – Toulouse 3 • Université François Rabelais – Tours • Université de Technologie de Troyes • Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis • Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
10 Groupements et Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur – PRES

• Agreenium – Paris • PRES Université de Grenoble • PRES Université Lille Nord de France • PRES Université de Lyon • PRES Université Montpellier Sud de France (UMSF) • PRES L’UNAM – L’Université Nantes Angers Le Mans • PRES Université Paris-Est Marne-la-Vallée • PRES Sorbonne Paris Cité • PRES ParisTech – Institut des Sciences et Technologies • PRES Université de Toulouse
16 Écoles supérieures et Instituts

• CFJ International – Centre de Formation des Journalistes – Paris • CIEP – Centre International d’Études Pédagogiques – Sèvres • CUFR – Centre Universitaire de Formation et de Recherche Jean-François Champollion – Albi • École Nationale des Chartes – Paris • EHESP – École des Hautes Études en Santé Publique – Rennes • EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales – Paris • ENS – École Normale Supérieure de Cachan • ENS ULM – École Normale Supérieure de Paris • EPHE – École Pratique des Hautes Études – Paris • IAMM – Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier • IEP – Institut d’Études Politiques de Toulouse • INALCO – Institut National des Langues et Civilisations Orientales – Paris • INRIA – Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique – Le Chesnay • ISRP – Institut Supérieur de Rééducation Psychomotrice – Paris • Museum National d’Histoire Naturelle – Paris • Science Po – Fondation Nationale des Sciences Politiques de Paris
44 Écoles de commerce et de management

• Association Passerelle • Audencia Nantes • BEM – Bordeaux École de Management • EBS – École Européenne de Gestion – Paris • École de Management de Normandie – Caen – Deauville – Le Havre • École Supérieure de Commerce de Bretagne – Brest • EDC Paris - École des Dirigeants & Créateurs d’entreprise • EDHEC Business School – Lille – Nice – Paris • EMBA – École de Management Bretagne Atlantique – Quimper • EM Lyon Business School • ESCE – École Supérieure du Commerce Extérieur – Lyon – Paris • ESCEM – Poitiers – Tours • ESCP Europe – Paris • ESC Rennes School of Business • ESG Management School – Paris • ESIDEC – École Supérieure Internationale de Commerce – Metz • ESSCA – École Supérieure des Sciences Commerciales d’Angers • ESSEC Business School – Cergy-Pontoise • EUROMED Management – Marseille • Grenoble École de Management • Groupe ESA3 – Paris • Groupe ESARC-CEFIRE – Montpellier • Groupe École Supérieure de Commerce Chambéry Savoie • Groupe École Supérieure de Commerce de Clermont • Groupe École Supérieure de Commerce de Dijon – Bourgogne • Groupe École Supérieure de Commerce de Pau • Groupe École Supérieure de Commerce de Saint-Étienne • Groupe École Supérieure de Commerce de Troyes • Groupe HEC – Jouy-en-Josas • Groupe Sup de Co Amiens Picardie • Groupe Sup de Co La Rochelle • HEI – École des Hautes Études Internationales – Paris • ICN Business School – Metz – Nancy • IDRAC – Institut de Recherche & d’Action Commerciale – Lyon • IESEG – School of management – Lille • INSEEC – Institut des Hautes Études Économiques et Commerciales – Paris • IPAC (Apprendre & Entreprendre) – Annecy • ISC – Paris School of Management • ISIT – Institut de management et de communication interculturels – Paris • Novancia – Paris • Reims Management School • Rouen Business School • SKEMA Business School – Lille – Paris -Sophia Antipolis • Toulouse Business School
79 Écoles d’ingénieurs

• Agrocampus Ouest- Rennes • AgroParisTech – Paris • Arts et Métiers ParisTech (École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers) – Paris • CNAM – Conservatoire National des Arts & Métiers – Paris • CPE – École Supérieure de Chimie, Physique, Électronique – Lyon • ECE – École d’ingénieurs – Paris • École Centrale de Lille • École Centrale de Marseille • École Centrale de Nantes • École Centrale de Paris • École d’ingénieurs de Purpan • École Nationale des Sciences Géographiques – Marne-la-Vallée • École Polytechnique – Paris • EFREI – École d’Ingénieurs des Technologies de l’Informa - tion et de la Communication – Villejuif • EIGSI – Ecole d’ingénieurs en Génie des Systèmes industriels – La Rochelle • EISTI – École Internationale des Sciences du Traitement de l’Information – Cergy • EM École des Mines d’Alès – Nîmes – Pau • EM Nantes • EMSE – École Nationale Supérieure des Mines – Saint-Étienne • ENAC – École Nationale de l’Aviation Civile – Toulouse • ENGEES – École Nationale du Génie de l’Eau et de l’Envi - ronnement de Strasbourg • ENIM – École Nationale d’Ingénieurs de Metz • ENISE – École Nationale d’Ingénieurs de Saint-Étienne • ENSAIT – École Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles – Roubaix • ENSCCF – École Nationale Supérieure de Chimie de Clermont-Ferrand • ENSEA – École Nationale Supérieure de l’Électronique et de ses Applications – Cergy • ENSCI - École Nationale Supérieure de Céramique Indus - trielle – Limoges • ENSCM -École Nationale Supérieure de Chimie – Montpellier • ENSMM – École Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques – Besançon • ENSTA ParisTech – École Nationale Supérieure de Tech - niques Avancées – Paris • ENSTIMAC – Écoles Nationales Supérieures des Techniques Industrielles et des Mines d’Albi-Carmaux • EPF – École d’Ingénieurs – Sceaux • EPITA – École pour l’Informatique et les Techniques Avancées – Le Kremlin-Bicêtre • EPMI – École d’Électricité de Production et Méthodes Indus - trielles – Cergy • ESA – École Supérieure d’Agriculture d’Angers • ESB – École Supérieure du Bois – Nantes • ESCOM – École Supérieure de Chimie Organique et Minérale – Compiègne • ESIEE – École Supérieure d’Ingénieurs en Électrotechnique et Électronique – Noisy-Le-Grand • ESIGELEC – École Supérieure d’Ingénieurs en Génie Élec - trique – Saint-Étienne du Rouvray • ESIGETEL – École Supérieure d’Ingénieurs en Informatique et Génie des Télécommunications – Avon • ESITC – École Supérieure d’Ingénieurs des Travaux de la Construction – Caen • ESITPA – École d’Ingénieurs en Agriculture – Mont-Saint-Aignan • ESME-Sudria – École d’Ingénieurs de l’Innovation, des Sciences de l’Énergie et des Technologies Avancées – Ivry • ESTACA – École Supérieure des Techniques Aéronautiques et de Construction Automobile – Levallois-Perret • ESTIA – École Supérieure des Technologies Industrielles Avancées – Bidart • ESTP – École Spéciale des Travaux Publics – Paris • Fédération Gay Lussac (19 écoles de chimie) – Paris • FESIC – réseau d’écoles d’ingénieurs et d’écoles de mana - gement – Paris • Groupe ESEO – Angers – Paris – Shanghaï • Groupe CESI – Paris • Groupe ISA - Institut Supérieur d’Agriculture de Lille • HEI – Hautes Études d’Ingénieurs – Lille • I2EN – Institut International de l’énergie nucléaire – Saclay/ Gifsur-Yvette • ICAM Bretagne – Institut Catholique d’Arts et Métiers de Bretagne • ICAM Lille – Institut Catholique d’Arts et Métiers de Lille • ICAM Nantes – Institut Catholique d’Arts et Métiers de Nantes • ICAM Toulouse – Institut Catholique d’Arts et Métiers de Toulouse • IFMA – Institut Français de Mécanique Avancée – Clermont- Ferrand • IFP School – Rueil Malmaison • 3iL – École d’ingénieurs, informatique, systèmes embar - qués, réseaux – Limoges • Institut international d’ingénierie de l’Eau et de l’Environne - ment 2iE – Ouagadougou • INP – Institut National Polytechnique de Grenoble • INP – Institut National Polytechnique de Toulouse • INSA Lyon – Institut National des Sciences Appliquées de Lyon • INSA Rennes – Institut National des Sciences Appliquées de Rennes • INSA Rouen – Institut National des Sciences Appliquées de Rouen • INSA Strasbourg – Institut National des Sciences Appli - quées de Strasbourg • INSA Toulouse – Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse • Institut Polytechnique LaSalle Beauvais – Beauvais • Institut Mines-Télécom – Paris • IPB – Institut Polytechnique de Bordeaux • ISAE – Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace – Toulouse • ISBA – Institut Supérieur du Bâtiment et des Travaux publics – Marseille • ISEP – Institut Supérieur d’Électronique de Paris • ISTOM – École Supérieure d’Agro-développement Interna - tional – Cergy • ITECH – Institut Textile et Chimique de Lyon • Montpellier SupAgro • Réseau « n+i » – Paris • Supméca – Institut Supérieur de Mécanique de Paris
17 Écoles d’art et d’architecture

• AICP – Académie Internationale de Coupe de Paris • CLCF – Conservatoire Libre du Cinéma Français – Paris • École d’art Maryse Eloy – Paris • École de Design Nantes Atlantique • École du Louvre – Paris • École Émile Cohl – Lyon • ECV – École de Communication Visuelle – Paris • EICAR – École Internationale de Création Audiovisuelle et de Réalisation – Plaine Saint-Denis • ESA – École Spéciale d’Architecture – Paris • Groupe EAC – École des Métiers de La Culture, de la Com - munication et du Luxe • IESA – Institut d’Études Supérieures des Arts – Paris • IFM – Institut Français de la Mode – Paris • INA – Institut National de l’Audiovisuel – Bry-sur-Marne • Institut International de l’Image et du son – 3iS – Trappes-en- Yvelines • Intuit.Lab – Paris • Mod’Art International – Paris • Spéos – Paris Photographic Institute
19 Écoles de langues

• Accent Français – Montpellier • Accord – École de langues – Paris • ADCUEFE – Association des Directeurs de Centres Universi - taires d’Études Françaises pour Étrangers – Perpignan • Alliance Française de Bordeaux Aquitaine • Alliance Française Marseille-Provence • Alliance Française Paris Île-de-France • Azurlingua – Nice • CAREL – Centre Audiovisuel de Royan pour l’Étude des Langues – Royan • CAVILAM – Centre d’Approches Vivantes des Langues et des Médias – Vichy • CIEL – Centre International d’Étude des Langues – Brest • Collège International de Cannes • France Langue – Nice – Paris • French in Normandy – Rouen • IFALPES – Institut Français des Alpes – Annecy – Chambéry • IMEF – Institut Européen de Français – Montpellier • Infl exyon – Centre Interculturel Français de Lyon • Institut de Touraine – Tours • Langue Onze – Toulouse • Lyon Bleu International
4 Écoles spécialisées en Hôtellerie/Restauration

• INBP – Institut National de la Boulangerie Pâtisserie – Rouen • Institut Paul Bocuse – Lyon • Le Cordon Bleu – Paris • Vatel – École International du Management, de l’Hôtellerie et du Tourisme – Bordeaux – Lyon – Nîmes – Paris
5 Instituts Catholiques

• Université Catholique de l’Ouest – Angers • Université Catholique de Lille • Université Catholique de Lyon • Institut Catholique de Paris • Institut Catholique de Toulouse
Enseignement à distance

• Cned – Centre National d’Enseignement à Distance – Poitiers.
An 271 Baill an Champais An Fhrainc Fóram ceart
76 Ollscoileanna
• Ollscoil Aix-Marseille
Université de Picardie Jules Verne - • Angers Amiens Ollscoil • Ollscoil Aintillí na agus An Ghuáin - Pointe-à-Pitre • Ollscoil Artois - Arras • Ollscoil Avignon Íocann agus du Vaucluse • Ollscoil Teicneolaíochta na Belfort - Montbéliard • Ollscoil Franche-Comte - Besançon • Université Bordeaux 1 hOllscoile Victor Segalen - Bordeaux 2 Ollscoil • Michel de Montaigne - Bordeaux 3 • Université Montesquieu - Bordeaux 4 • Ollscoil an Iarthair Bhriotáin - Brest • Ollscoil Caen • Ollscoil Cergy Pontoise-• Ollscoil Savoie - Chambery. Níos mó...

Posté par pcassuto à 00:18 - - Permalien [#]
Tags :

Plaquette institutionnelle CAMPUS FRANCE (EPIC)

Foreword
CAMPUS FRANCE, REPRESENTING FRENCH HIGHER EDUCATION IN THE WORLD
Campus France—established by decree on December 30, 2011, following legislation adopted on July 27, 2010—represents a merger of CampusFrance, Égide, and the international activities of CNOUS. Supervised by the French Ministries in charge of Foreign Affairs and of Higher Education and Research, the principal missions of the new, enlarged Campus France are to promote French higher education abroad, coordinate services for international students in France, and to make mobility arrangements for recipients of international grants and scholarships conferred by the French and foreign governments. The new Agency and its missions have been designed to enable France to better respond to the challenges posed by the growth of international student mobility.
Local offices and member institutions
Campus France’s local offices promote education and training in France Étudiant en mobilité en 2009
Campus France draws on a network of 175 local offices—called Espaces —in 108 countries.

The local offices are staffed by more than 300 professionals trained in France and abroad by Campus France in collaboration with the national conferences of institutions and the Agency’s supervising ministries. Under the authority of the French Ambassadors, the local offices have two main purposes:
• To inform and advise students who are considering France as a destination for higher education. Staff help students identify suitable programs and provide guidance in complying with administrative and visa requirements prior to their departure. In some 30 countries where visas are required to enter France, an online system handles both administrative procedures and applications for academic admission.
• To assist the Campus France central office in organizing major events in host countries and in promoting French higher education at local universities and French international secondary schools.
Building partnerships to enhance France’s profile as a study destination

As detailed in the new Agency’s founding decree of December 30, 2011, the “Campus France Forum” enables French higher education institutions to take an active part in the international student attractiveness policy of Campus France.
Within the forum, institutions participate in topical committees on various aspects of international mobility, such as academic and logistical hosting arrangements for students in France; developing exchanges with North America; and perceptions of French higher education from a comparative and strategic perspective; among others.
The member institutions of the former CampusFrance organization come together in the forum in order to develop recommendations for the board of directors of the new Campus France Agency.
Hosting international students and scholars
For everyone

Before departure Personal assistance from Campus France’s local offices Campus France’s worldwide network of 175 local offices plays a vital role in helping students plan a period of study in France. By informing, advising, and guiding students, the Agency’s offices help them define a coherent study plan. In some countries, staff from the offices conduct personal interviews and help students carry out administrative procedures. The Espaces may also organize sessions on predeparture preparation and offer language training through the Alliance Française, the Institut Français, or other cultural organizations.
For scholarship recipients
Upon arrival in France
Designed for 28,000 recipients of French and foreign government scholarships

In cooperation with CNOUS and the CROUS network, Campus France assists international students in finding housing in university residences or in private rental housing. Campus France also helps students with administrative tasks such as registering for health insurance, completing residency permit procedures, opening a bank account, and so on.

Posté par pcassuto à 00:09 - - Permalien [#]
Tags :

01 avril 2013

Stralang Strasbourg

Established in 2009, the Stralang Institute is a Private Institution of Higher Education, member of the FLE Group and registered with the Education Office of Strasbourg.
The full-time courses provided by Stralang are recognized as higher education, entitling the student to student social security status.
Stralang Institute proposes courses of French language and culture of any levels in a university context, with teachers awarded a diploma in French as a foreign language. Stralang institute is a school which settles as objective to teach the tongues with an actionable and communicative approach while betting on the practice of the oral, the interactive methods, the follow-up as well as the strengthening of the paper.
Placed near the university campus and the international institutions, the institute pay close a specific attention on the students by an executive and progressive learning, this in a friendly executive with classes of 9 persons.
Located in the East of the France in the Capital of Europe, STRALANG Institute is 250 meters away from the university campus, right next to a student residence and about 10 minutes away from the Council of Europe, the European Parliament and the European Court for Human Rights.

Posté par pcassuto à 23:59 - - Permalien [#]

Futur en Seine 2013

logo Futur en SeineCréé par le Pôle de compétitivité "Cap Digital" en 2009, Futur en Seine est un festival mondial qui présente chaque année durant dix jours les dernières innovations numériques françaises et internationales aux professionnels et au grand public. Cette année, Futur en Seine aura lieu du 13 au 23 juin 2013.
Le festival débutera avec un Village des innovations au CENTQUATRE du jeudi 13 au dimanche 16 juin 2013 (expositions de projets innovants, conférences, ateliers, village international, remises de prix) et se prolongera dans toute l’Ile-de-France à travers une centaine de manifestations partenaires jusqu’au 23 juin 2013
Pour répondre à ces nouvelles problématiques, un Marché du T.A.F. (Travailler, Apprendre, se Former) se tiendra sur deux journées professionnelles les jeudi 13 et vendredi 14 juin.
    Le Marché du T.A.F aura pour but d’expliquer aux professionnels et au grand public les métiers du numérique et l’impact du numérique sur les métiers d’aujourd’hui et de demain. Objectifs:
    Rencontre et échange entre professionnels, étudiants et jeunes diplômés
    Présentation de formations du numérique par des établissements
    Présentation de métiers du numérique par des professionnels
    Programmation de conférences, ateliers, tables rondes…
La participation au Marché du T.A.F. est ouverte à tout établissement souhaitant présenter une formation aux métiers du numérique, un double diplôme-diplôme conjoint avec des universités et écoles internationales, des témoignages d’étudiants internationaux sur les projets de création dans le numérique ou organiser une table ronde, un atelier de travail, une conférence.

Campus France vous invite donc à investir le village international du Festival Futur en Seine pour valoriser vos formations dans le domaine du numérique à l’international et présenter des projets d’étudiants et d’experts internationaux.
Pour plus d'informations, contactez Aurélie Seguin.

Futur en Seine logo Cruthaithe ag an iomaíochas braisle "Cap Digiteach" i 2009, is é futur féile Seine en ar domhan a chuireann gach bliain ar feadh deich lá na nuálaíochtaí is déanaí digiteach do ghairmithe na Fraince agus idirnáisiúnta agus don phobal i gcoitinne. Níos mó...

Posté par pcassuto à 23:53 - - Permalien [#]


Office Méditerranéen de la Jeunesse

Office Méditerranéen de la Jeunesse: Pour la mobilité des étudiants de niveau Master et Doctorat
L’Office Méditerranéen de la Jeunesse est un programme concret qui promeut des formations d’excellence auprès des jeunes de l’espace méditerranéen.
L’Office Méditerranéen de la Jeunesse a pour finalité de:
- développer les mobilités universitaires en cohérence avec les marchés du travail (filières d’intérêt Méditerranéen) des pays partenaires à travers la labellisation de formations d’excellence donnant lieu à des co-diplomations;
- faciliter la mobilité des meilleurs étudiants de niveau Master et Doctorat de l’espace méditerranéen grâce à un dispositif de bourses de mobilité;
- promouvoir une première expérience professionnelle à l’étranger, avec la mise en place d’une plateforme de stages et d’emplois. www.officemediterraneendelajeunesse.org.
The Mediterranean Office for Youth is a programme taking active steps to promote high level academic programmes for Mediterr anea n students. The Mediterranean Office for Youth programme aims to:
- promote academic mobility in line with development priorities and the labor market (sectors of Mediterranean Interest) of the partner-countries through a label given to programmes of excellence offering joint or double diplomas;
- facilitate the mobility of the best students at Master and Doctorate levels from the Mediterranean area, through a system of mobility grants;
- promote first professional experience abroad, with the establishment of a platform for internships and jobs. www.mediterraneanofficeforyouth.org.
Le premier réseau universitaire méditerranéen pour la mobilité et l’insertion professionnelle des étudiants

- 16 pays participants à ce jour: Albanie, Bosnie- Herzégovine, Chypre, Croatie, Egypte, Espagne, France, Grèce, Italie, Liban, Maroc, Malte, Monténégro, Slovénie, Tunisie et Turquie.
- 200 établissements d’enseignement supérieur partenaires de 100 formations sous label OMJ. L’OMJ a délivré près de 250 bourses à des étudiants issus de 14 pays différents, totalisant près de 400 semestres de mobilité dans l’espace méditerranéen.
- 70 entreprises et centres de recherche partenaires.
The first Mediterranean network of Universities for student mobility and graduate employment

- 16 participating countries so far: Albania, Bosnia and Herzegovina, Croatia, Cyprus, Egypt, Spain, France, Greece, Italy, Lebanon, Morocco, Malta, Montenegro, Slovenia, Tunisia and Turkey.
- 200 institutions of higher education partners of 100 programmes with the MOY label. Nearly 250 scholarships to students from 14 different countries, totaling about 400 semesters of mobility within the Mediterranean.
- 70 partner companies and research centres.

Posté par pcassuto à 23:45 - - Permalien [#]

Commission proposes rules to make Youth Employment Initiative a reality

Cedefop - European Centre for the Development of Vocational TrainingThe European Commission has proposed operational rules to implement the Youth Employment Initiative, proposed by the 7-8 February 2013 European Council, to combat youth unemployment. This document sets out the key parameters and introduces the Commission proposals for the corresponding amendments to the Common Provisions Regulation (CPR) covering the European Structural and Investment Funds and to the European Social Fund Regulation that are currently in discussion between the European Parliament and the Council. Link: Commission proposes rules to make Youth Employment Initiative a reality.
Introduction

The economic crisis is having an exceptionally severe impact on young people: the EU youth unemployment rate stood at 23.6 % in January 2013, more than twice as hig has the adult rate, and no signs of improvement are in sight. 7.5 million Europeans aged 15-24 are neither in employment nor in education or training.
The situation is particularly acute in certain Member States and in certain regions. This poses a serious threat to social cohesion in the EU and risks having a long-term negative impact on economic potential and competitiveness. EU institutions and governments, businesses and social partners at all levels need to do all they can to avoid a "lost generation".
To tackle the unacceptably high levels of youth unemployment, the Commission adopted the Youth Employment Package on 5 December 2012. It includes a proposal for a Council Recommendation on Establishing a Youth Guarantee, launches a second-stage social partner consultation on a Quality Framework on Traineeships, announces a European Alliance for Apprenticeships and outlines ways to reduce obstacles to mobility for young people.
The EU structural funds have already made an important contribution to the on-going fight against youth unemployment, in particular through the action teams es tablished under the Youth Opportunities Initiative adopted in December 2011.
The European Council of 7-8 February 2013 recalled the considerable support already provided by the EU. Recognising the particularly difficult situa tion of young people in certain regions, it has proposed a Youth Employment Initiative (YEI) w ith a budget of € 6 billion over seven years (2014-2020) and open to all regions with a level of youth unemployment above 25%.
This initiative would be funded within the Cohesion Policy sub-heading b y € 3 billion coming from targeted investment from the European Social Fund (ESF) and € 3 billion coming from a dedicated budget line.
In order to put in place all conditions necessary for a quick implementation of the YEI, the Commission sets out hereafter the key parameters it proposes for the YEI and introduces the Commission proposals for the corresponding amendments to the Common Provisions Regulation (CPR) covering the European Structural a nd Investment Funds and to the European Social Fund Regulation that are currently in discussion between the European Parliament and the Council.
Making the Youth Employment Initiative a reality

By reinforcing and accelerating the delivery of activities supported by ESF funding, the YEI should support in the eligible regions the implementation of important Commission initiatives, namely, the Youth Employment Package and in particular the Recommendation on Establishing a Youth Guarantee, politically agreed by the Council on 28 February 2013 which aims to ensure that all young people aged 15-24 not in employment, education or training (so-called NEETs) receive a good-quality offer of employment, continued education, an apprenticeship or traineeship within a period of four months of becom ing unemployed or leaving formal education.
The precise measures will be agreed between the Commission and the Member States in the context of the cohesion policy programming process, but all activities supported by the YEI will target individual persons who are not in employment, education or training rather than systems or structures. The YEI will thus be complementary to operations undertaken at national level, including those with ESF support, with a view to se tting up or implementing the Youth Guarantee schemes. To achieve this complementarity, the implementation of the YEI should be fully integrated in ESF programming under the investment priority on support to the sustainable integration of young NEETs into the labour market. Whe re appropriate, Member States should be allowed and encouraged as part of the YEI to allocate for dealing with the problem of youth unemployment and inactivity more ESF resources than the minimum € 3 billion ESF effort required as match funding of the specific YEI allocation.
The investments supported by the YEI should be strongly oriented towards achieving concrete results and achieving them quickly. The Commission therefore propos es to frontload the YEI, notably by not submitting it to the performance reserve mechanism, to achieve tangible impact early on in the implementation. It will also encourage Member States to use the new instrument of Joint Action Plans proposed for the 2014-2020 programming period as a way to simplify implementation and focus on results. In order to avoid that budgetary constraints become an impediment to a smooth implementation of the YEI, it is proposed that only the ESF contribution should be co-financed from national resources.
The implementation of the YEI should be based on a comprehensive strategy for achieving the objectives of the Youth Employment Package and for e stablishing a Youth Guarantee in line with the Council Recommendation. As described in the Council Recommendation, Member States will design the scheme according to national, regional and local circumstances, considering issues such as the fact that young people are not a homogenous group, principles of mutual obligation and the need to address the risk of cycles of inactivity. Macroeconomic conditionality should apply. When taking into account the economic and social circumstances of the Member State concerned, attention should be paid to the labour market situation and prospects of young people.
At Member State level, the YEI would be programmed within the ESF. Specific provisions for publicity, monitoring progress and evaluating impact as well as financial management and reporting of the YEI will be of particular importance to ens ure that its implementation is simple and its contribution can be measured and is visible.
For this purpose, the Commission is amending its proposals for the Common Provisions Regulation and the ESF Regulation.
Conclusion

Making the Youth Guarantee a reality requires well-targeted public investments, which the ESF can strongly support. The YEI should reinforce the necessary ESF support to human capital investment as called for by the European Council. The Commission therefore reiterates its proposal for establishing ESF minimum shares with the aim to ensure that the ESF part in EU cohesion policy resources increases from the current 22% to at least 25%.

Posté par pcassuto à 22:21 - - Permalien [#]
Tags :

Bertrand Schwartz, Grand’Croix de la Légion d’Honneur

http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/files/abherve.jpgSur le blog de Michel Abhervé pour Alternatives économiques.La dignité de Grand’Croix est la plus élevée qui puisse être décernée dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur. La promotion de Pâques que publie le Journal Officiel ne comporte qu’un seul nom.
"M. Schwartz (Bertrand), ancien directeur d’une école d’ingénieurs, ancien délégué interministériel à l’insertion professionnelle et sociale des jeunes" est élevé à la dignité de Grand’Croix par "décret du Président de la République en date du 29 mars 2013, pris sur le rapport du Premier ministre et visé pour son exécution par le grand chancelier de l’ordre national de la Légion d’honneur."
Difficile de trouver une promotion plus méritée, tant l’action de Bertrand Schwartz a marqué depuis des années la formation professionnelle et l’insertion.
A cette occasion, nous ne contenterons pas de rééditer un regret que nous avions exprimé dans un article de de blog à l’occasion de l”inauguration du lycée qui porte son nom à Pompey dans une Lorraine qu’il a marqué de son action à la tête du CUCES  (voir Un lycée Bertrand Schwartz).
"Bertrand Schwartz a été fait docteur Honoris Causa des Universités de Genève, Montréal, Bologne et Louvain-la-Neuve. Aucune Université française ne s’est honorée en lui décernant ce titre!". Il ne semble pas que la situation ait évolué depuis que nous écrivions ces lignes en 2009. Il ne faudrait pas tarder car Bertrand Schwartz vient d’avoir 94 ans.
http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/files/abherve.jpg An blag Michael Abhervé do Roghanna Eacnamaíoch. Is ea dínit Grand Cross an líon is airde is féidir a bronnadh an Ordú Náisiúnta na Legion de Honor. Cur Chun Cinn na Cásca foilsithe ag an Iris Oifigiúil bhfuil ach aon ainm amháin. "An tUasal Schwartz (Bertrand), iar-stiúrthóir ar scoil innealtóireachta, toscaire Idiraireachta iar lánpháirtiú sóisialta agus gairmiúil na daoine óga" Is é ardaithe leis an dínit Grand Cross ag "Foraithne an Uachtarán Phoblacht dar dáta 29 Márta, 2013, bunaithe ar thuarascáil an Príomh-Aire dá dtagraítear a fhorghníomhú ag an Seansailéir an Ordú Náisiúnta na Legion de Honor." Níos mó...

Posté par pcassuto à 21:22 - - Permalien [#]

L’enseignement professionnel victime de l’académisme à la française

L’enseignement professionnel paie cher la survalorisation des disciplines académiques et la dévalorisation des savoirs appliqués au sein du système éducatif français. L’opinion de Vincent Troger, sociologue de l’éducation (maître de conférences à l'IUFM de l’université de Nantes).
Le 28 septembre 2012, le journal Le Monde consacrait son éditorial aux bacheliers professionnels. C’était sans doute la première fois que les élèves de lycées professionnels avaient ainsi les honneurs d’une première page du quotidien de référence français. Mais l’éditorial s’intitulait « La triste histoire des bacs professionnels » et l’auteur y déplorait l’échec des bacheliers professionnels qui tentent leur chance à l’université. Cet épisode illustre à lui seul la place que ceux qui ont accès à la parole publique, (journalistes, experts, universitaires, politiques), réservent en général aux lycées professionnels et à leurs élèves.
Lorsque deux heures d’histoire disparaissent du programme de terminale S, l’événement fait la Une de nombreux médias et provoque une polémique nationale. Lorsqu’en 2009 le cursus du baccalauréat professionnel est réduit de quatre à trois ans, ce qui constitue pour 700.000 jeunes, soit un tiers des lycéens français, une transformation majeure de leur scolarité avec de forts enjeux pour leur insertion professionnelle et leurs poursuites d’études, les médias n’en parlent qu’à travers les manifestations de protestation des enseignants ou les conséquences négatives de l’arrivée des bacheliers professionnels dans les premiers cycles universitaires. Autrement dit, les lycées professionnels et leurs élèves n’accèdent que très rarement à une visibilité sociale et médiatique, et lorsque c’est le cas, c’est souvent sur le mode de la déploration ou du misérabilisme.
Une première explication de cette tendance à l’occultation ou à la dévalorisation de l’enseignement professionnel relève presque de l’évidence. Les lycées professionnels préparent à des diplômes (CAP, BEP, Bac professionnel) qui correspondent aux emplois d’ouvriers ou d’employés qualifiés. Or, outre que ces emplois occupent une place subalterne dans la hiérarchie sociale contemporaine, ils souffrent aussi de deux maux qui nuisent fortement à l’attractivité de la filière professionnelle. D’une part, ce sont les emplois les plus exposés au chômage. D’autre part, compte tenu de la concurrence des diplômés que l’enseignement supérieur fournit désormais en grand nombre, il est devenu très difficile, dans le privé comme dans le public, de construire une carrière par promotion interne à partir d’un emploi subalterne. Les familles, y compris populaires, craignent donc que si leurs enfants choisissent l’enseignement professionnel, ils s’enferment durablement dans une situation socioprofessionnelle inférieure et fragile. D’où une orientation vers l’enseignement professionnel qui s’opère pour l’essentiel par défaut, lorsque les résultats au collège sont insuffisants pour permettre l’accès à l’enseignement général. Ne font exceptions que quelques spécialités qui disposent pour diverses raisons d’une bonne reconnaissance du public (hôtellerie-restauration, système électronique numérique, mécanique moto...).
Les élèves des lycées professionnels sont donc majoritairement les enfants de l’échec scolaire: 60% d’entre eux ont redoublé au moins une fois à l’école élémentaire ou au collège. Et comme l’échec scolaire touche prioritairement les enfants des milieux populaires, ces derniers sont très majoritaires dans les LP. Ce qui, dans les banlieues de certaines grandes métropoles, là où les classes populaires comprennent une part importante de populations d’origine étrangère, se double d’une présence très majoritaire d’enfants de l’immigration. Or comme l’a souligné le sociologue Aziz Jellab, cette ethnicisation des LP en accentue la dévalorisation puisqu’elle rend physiquement visible l’origine des élèves et leur donne le sentiment d’être doublement stigmatisés: par leur orientation et par leurs origines ethniques. Enfin, il est évidemment très rare que celles et ceux qui ont accès à la parole publique soient issus des lycées professionnels ou que leurs enfants y soient scolarisés. Tout concourt donc à ce que les LP constituent la part d’ombre de notre enseignement secondaire.
Mais à ces logiques socio-économiques externes au système éducatif, s’ajoutent aussi les effets d’une hiérarchisation symbolique interne, d’un rapport de domination propre au champ académique, pour parler comme le sociologue Pierre Bourdieu. Pour comprendre ce mécanisme, il faut faire un peu d’histoire et remonter aux étapes de la constitution du collège unique. En effet, à deux reprises, en 1975 et en 1989, la question du modèle pédagogique adapté à l’accueil de la totalité de la population scolaire au collège a été posée. Deux solutions étaient possibles. La première consistait à prolonger les principes d’organisation de ce que la troisième République avait appelé les « cours complémentaires »: après l’école primaire, les élèves lauréats du certificat d’études pouvaient prolonger leurs scolarité dans ces établissements, où enseignaient des instituteurs bivalents (français-histoire, maths-sciences, français-anglais) dans le cadre de programmes qui approfondissaient les acquis de l’école primaire, initiaient très progressivement aux études secondaires et comprenaient également des enseignements pré-professionnels. Par ailleurs, une autre partie des élèves, souvent issus des couchesles plus favorisées, entraient directement le secondaire.
L’historien Antoine Prost a montré que dans les années cinquante, ces cours complémentaires avaient permis assez efficacement la promotion d’élèves d’origine populaire qui rejoignaient les lycées en seconde dans les filières scientifiques. C’est la voie qu’avait suivi le prix Nobel Georges Charpak, fils d’émigré polonais. L’autre solution consistait à reproduire au collège le modèle beaucoup plus élitiste du lycée, où les élèves étaient directement confrontés à des méthodes et à des programmes académiques dont la finalité étaient de sélectionner les meilleurs pour les conduire aux filières d’excellence de l’enseignement supérieur. Pour des raisons trop longues à expliciter ici, c’est ce second modèle qui a été privilégié. La première conséquence de ce choix est connue: c’est, dès la classe de sixième, la confrontation d’une forte proportion de jeunes dont les acquis de l’école primaire sont moyens ou médiocres et dont les familles ne disposent pas d’un capital culturel élevé avec des enseignants porteurs d’une conception universitaire et spécialisée de leur discipline. Cette confrontation produit chaque année son lot d’échec scolaire. Dés 1984, Hervé Hamon et Patrick Rothman avaient identifié ce processus dans leur livre « Tant qu’il y aura des profs » (Ed. Seuil).
Mais plus profondément, ce choix du « lycée unique », et non d’un collège adapté à la massification des publics, a généralisé à l’ensemble de l’enseignement secondaire un système de valeurs qui place en haut de la hiérarchie scolaire les savoirs académiques les plus abstraits, comme en témoigne l’ordre de présentation des matières sur les bulletins scolaires. Simultanément, ont été disqualifiés ou dévalorisés tous les savoirs appliqués, qu’il s’agisse de sciences appliquées, de technologie ou d’art, et avec eux tous les élèves qui maîtrisent plus facilement ce type de savoirs que ceux où l’abstraction langagière ou logico-mathématique s’imposent d’emblée. Logiquement, l’enseignement supérieur a aligné ses critères de sélection sur ceux du secondaire massifié, privilégiant systématiquement les bacheliers S ou ES, qui investissent ainsi toutes les filières dont les débouchés professionnels sont assurés, y compris celles initialement destinées aux élèves de l’enseignement professionnel ou technologique comme les BTS et les IUT.
Cette logique de domination symbolique des savoirs académiques et de dépréciation systématique des savoirs appliqués, transforme donc nécessairement les filières professionnelles en voie de consolation pour les élèves d’un niveau insuffisant dans les disciplines générales et aggrave la réticence des familles à leur égard. Paradoxe de l’histoire, alors que dans le système antérieur à la « démocratisation », la distinction précoce, dès la sortie de l’école élémentaire, de voies primaire supérieur (les cours complémentaires) et technique indépendantes de la voie générale permettait de dégager des élites professionnelles qui accédaient à des emplois de cadres dans l’industrie , le commerce et même l’administration, le collège unique soumis à l’hégémonie de la culture académique transforme inéluctablement tous les enseignements de savoirs appliqués en voie de relégation. Dés 1937, le directeur de l’enseignement technique Hippolyte Luc, qui défendait alors l’autonomie de sa filière, avait anticipé cette évolution: « Si tous les enfants intelligents font des études qui n’ont point un caractère pratique, écrivait-il, il n’y aura pour une vie pratique que ceux dont on aura dit qu’ils étaient inaptes à faire des études prolongées (…) Le danger serait que (…) ce régime de classes contre lequel luttent toutes les démocraties (..) se trouverait ainsi institué par les intellectuels d’un côté et les manuels de l’autre ».
Il serait évidemment totalement anachronique aujourd’hui de prôner un retour à une sélection précoce des élèves. Si une volonté politique existe réellement de revaloriser les savoirs professionnels, technologiques et de sciences appliquées, elle passe par le développement des possibilités de poursuites d’études offertes aux élèves de l’enseignement professionnel ainsi que par une transformation des enseignements au collège. C’est le seul moyen de réduire la réticence des familles à l’égard de ces filières et de diversifier le recrutement des élites professionnelles. C’est bien l’esprit de la réforme du baccalauréat professionnel en trois ans. Mais l’annonce faite par l’actuel ministère d’imposer un quota de bacheliers professionnels en BTS ou en IUT suppose de la part des enseignants de ces filières l’effort d’adapter leurs pratiques pédagogiques, et surtout d’accepter l’idée que certains des jeunes issus des voies professionnelles sont capables, à condition qu’on leur en donne les moyens, de maîtriser les mêmes savoirs que ceux qui viennent des filières générales. Il n’est pas sûr que tous y soient prêts.
Vocational education pays dearly overvaluation of academic disciplines and the devaluation of applied knowledge in the French educational system. The views of Vincent Troger, sociologist of education (lecturer IUFM the University of Nantes). More...

Posté par pcassuto à 20:55 - - Permalien [#]

Christian Nique, nouveau recteur de l'Académie de Nice

Christian Philip a été nommé, ce mercredi 1er avril 2009, en Conseil des ministres, recteur de l’académie de Montpellier en remplacement de Christian Nique. Ce dernier est nommé à l’académie de Nice, l’actuel recteur, Jean-Claude Hardouin, devant partir à la retraite.
Christian Philip, ancien député UMP (2002-2007), est représentant personnel de Nicolas Sarkozy pour la francophonie. Professeur de droit à Lyon 3, il s’était présenté à la présidence de l’université face à Hugues Fulchiron, avant de se désister. Il a été recteur dans les académies de Reims et Clermont-Ferrand et directeur de cabinet de François Fillon alors ministre de l’Enseignement supérieur (1993-1995).
D’autres mouvements de recteurs seraient imminents, notamment au CNED, avec le prochain départ à la retraite de Jean-Michel Lacroix, actuel directeur général du Centre national d'enseignement à distance.
Christian Philip è stato nominato il Mercoledì 1o aprile 2009, il Consiglio dei ministri, Presidente della Accademia di Montpellier, in luogo di Nique Christian. Quest'ultimo è stato nominato per l'Accademia di Nizza, l'attuale presidente, Jean-Claude Hardouin, a causa di andare in pensione. Christian Philip, un ex membro UMP (2002-2007), è il rappresentante personale di Nicolas Sarkozy per il francese. Maggiori informazioni...

Posté par pcassuto à 18:39 - - Permalien [#]