03 avril 2013

15 ans de marque employeur ou l'art de la manipulation

http://www.amge-jobs.com/wp-content/uploads/2010/06/logoFocusRH.jpgPar Didier Pitelet. « Marque Employeur: la mise en cohérence de toutes les expressions employeur d’une entreprise, tant internes qu’externes au nom de sa performance économique. » Telle fut rédigée la définition qui créa et scella le concept de marque employeur lorsque je l’ai déposé en 1998, à l’époque où je dirigeais une filiale de Publicis, Guillaume Tell.
15 ans plus tard, au moment où tout le monde se revendique la propriété de ce concept jusqu’à des supports digitaux, ou autres qui se targuent d’en faire leur métier sur leur site, leur réseau social (…), cette notion arrive enfin à son niveau de maturité historique qui la dissocie des enjeux de communication au profit de ceux de réputation employeur. Une révolution en soi qui distingue les fabricants d’outils, les bonimenteurs de toute sorte, les marabouts du digital et leurs recettes miracles ou du dernier broker décérébré (…) des entreprises qui élèvent le sujet en enjeu de gouvernance faisant de la marque employeur non pas un sujet RH seul, mais de stratégie d’entreprise à part entière. Inféodé aux DRH, ce concept souffre d’un déficit chronique de moyens pour le porter à son niveau culturel et identitaire. Le contexte économique que nous connaissons a tendance à briser toutes les ambitions sur le sujet à un moment où il n’a jamais été aussi important pour l’économie et la confiance du pays en général. Les plus belles marques employeurs se discutent toujours en comité de direction. Suite de l'article...
http://www.amge-jobs.com/wp-content/uploads/2010/06/logoFocusRH.jpg Didier Pitelet Branda Fostóir. A chinntiú Comhsheasmhacht na habairtí fostóra de chuid cuideachta, go hinmheánach agus go seachtrach thar ceann a bhfeidhmíocht eacnamaíoch. Níos mó...

Posté par pcassuto à 21:55 - - Permalien [#]


De la gestion des compétences au management des talents

http://www.amge-jobs.com/wp-content/uploads/2010/06/logoFocusRH.jpgPar Francis Boyer. Nous assistons depuis une dizaine d’années à un engouement pour le management des talents, à tel point que certains experts en management préconisent de remplacer la gestion des ressources humaines par le "talentship". Pourquoi pas? Mais qu’entend-on par talent? En quoi ce concept se différencie-t-il de la gestion par les compétences? Quelle est sa valeur ajoutée? Quelles sont les incidences pour l’entreprise?
Le talent, parlons-en

S’il n’existe pas à ce jour de formulation communément admise pour décrire ce terme, tournons nous vers sa définition. Assimilé à un "don", une "faculté", le talent, du latin talentum, désigne une "capacité particulière, une habileté naturelle ou acquise, pour réussir en société ou dans une activité donnée". Apparu dans les années 2000 dans un contexte de risque de pénurie de main d’œuvre et d’hypercompétition, le management des talents est né dans le but d’investir sur l’excellence d’un petit nombre de personnes-clés, les "hauts potentiels". Les entreprises se sont donc engagées sur le chemin du "talent management" en vue d’attirer les rares personnes détentrices de ce précieux "capital".
Dans ce cadre, le talent serait "une compétence spéciale qui n’apparaîtrait pas dans le référentiel habituel des compétences". Mais alors, qu’est-ce qui différencie une compétence d’un talent? Suite de l'article...
http://www.amge-jobs.com/wp-content/uploads/2010/06/logoFocusRH.jpg By Francis Boyer. We are witnessing the last ten years a passion for talent management to such an extent that some management experts recommend replacing the management of human resources by "talentship." Why not? More...

Posté par pcassuto à 21:50 - - Permalien [#]

Le leadership a-t-il un sexe

http://www.amge-jobs.com/wp-content/uploads/2010/06/logoFocusRH.jpgPar Romain Giry. Peut-on être femme et leader? Telle est la question posée par Isabelle Deprez, professeur en développement des talents à l’ESCP Europe, lors d’une conférence ayant pour thème: « Le leadership a-t-il un sexe? » Mêlant expériences personnelles, perspectives historiques et pointant du doigt divers stéréotypes, elle revient sur un sujet « toujours d’actualité et très sensible. »
« Il y a six ans, j’ai passé un entretien pour intégrer une grande école. Je n’ai pas été retenue. Le président du jury a expliqué sa décision en me faisant remarquer que, pour une femme, je montrais un excès de leadership. Cette remarque m’a profondément blessée. Depuis, je m’attache à essayer de comprendre dans quelle mesure le leadership est sexué et comment il est possible de sortir de cette situation », explique Isabelle Déprez. Et de citer une étude européenne qui montre que les fonctions de direction générale sont occupées à 97,6% par les hommes et 2,4% par les femmes. Suite de l'article...
http://www.amge-jobs.com/wp-content/uploads/2010/06/logoFocusRH.jpg De réir Romain Giry. An féidir leat a bheith ina bean agus ceannaire? Is é sin an cheist a bhaineann le Isabelle Deprez, tallann a fhorbairt ollamh ESCP Eoraip, ag comhdháil ar an téama: "Ceannaireacht Tá inscne?" Níos mó...

Posté par pcassuto à 21:45 - - Permalien [#]

La réforme de la formation professionnelle aura bien lieu

Le GREP RH, site des relations Ecoles-EntreprisesMichel Sapin, le ministre du Travail, va désormais piloter le chantier, suite à la nomination de Thierry Repentin au ministère des Affaires européennes.
Suite à la nomination de Thierry Repentin, le ministre délégué à la Formation professionnelle et à l'Apprentissage, au ministère des Affaires européennes, on commençait à s'interroger quant à la réforme de la formation professionnelle. Mais ce sera finalement Michel Sapin, le ministère du Travail, qui pilotera cette nouvelle réforme.
Constitution d'un pôle formation

En effet suite au départ de Thierry Repentin après le remaniement ministériel du 19 mars dernier, Jean-Marc Ayrault a précisé que "Michel Sapin engagera une concertation avec les partenaires sociaux, en vue d'une négociation". Pour piloter ce lourd chantier, un pôle formation de trois personnes a été constitué, avec une équipe resserrée pilotée par Jérôme Giudicello, qui sera épaulé par Catherine Beauvois et Daniel Vatant.
GREP HR Relations website Schools-Business Michel Sapin, the Minister of Labour, will now operate the site, following the appointment of Thierry Repentin Ministry of European Affairs. Following the appointment of Thierry Repentin, the Minister for Training and Learning, Department of European Affairs, we began to wonder about the reform of vocational training. More...

Posté par pcassuto à 21:34 - - Permalien [#]
Tags :

Norme Formation professionnelle X50-760PR

Management et services- PR NF X50-760
Indice de classement : X50-760PR
Formation professionnelle - Lisibilité de l’offre de formation - Les informations essentielles sur l’offre de formation
Fin de l’enquête: 11/03/2013

Le présent document décrit et fournit des recommandations pour présenter l’information sur l’offre des organismes de formation. Il couvre les trois volets: les informations relatives à l’organisme de formation, les informations relatives à la formation et les informations relatives à l’action de formation.
Il s'applique à toute offre de formation, qu'elle soit standard ou qu'elle se construise sur mesure en relation avec le client et/ou le bénéficiaire.
Il existe la norme NF EN 15982 d’Octobre 2011 MLO Métadonnées pour les opportunités d'apprendre, traitant de la publicité de l'offre de formation.
Votre contact: MLLE BENSALEM FATMA
Informations complémentaires:
Remplace la norme homologuée NF X 50-760, de novembre 1995. Si une réunion de dépouillement s’avère nécessaire, celle-ci sera confirmée ultérieurement par une invitation.
Si vous avez des commentaires sur les éléments de cette page, vous pouvez les formuler en commentaire général.
Seirbhísí Bainistíochta agus PR-NF X50-760
Innéacs Rangú: X50-760PR
Oiliúint - Inléiteacht na tairisceana oiliúna - eolas Riachtanach ar dheiseanna oiliúna
Deireadh suirbhé: 2013/11/03. Níos mó...

Posté par pcassuto à 16:02 - - Permalien [#]


Les foyers bénéficiaires du Rsa

http://www.caf.fr/sites/all/themes/caf/img/data/logo_violet.pngPar Sophie Cazain et Isabelle Siguret. Les foyers bénéficiaires du Rsa fin décembre 2012 (Note de conjoncture 01 de la CAF)
Fin décembre 2012, le revenu de solidarité active (Rsa) est versé par les caisses d’Allocations familiales (Caf) à environ 2,14 millions de foyers résidant en France métropolitaine et dans les départements d’Outremer (Dom). Le nombre de bénéficiaires augmente ainsi de plus de 5% entre fin 2011 et fin 2012, confirmant la croissance plus dynamique constatée depuis juin 2012. En corrigeant les données des variations saisonnières, le nombre de bénéficiaires du Rsa socle connaît une augmentation de près de 2% entre septembre et décembre 2012. Cette hausse relativement élevée poursuit la tendance observée depuis le début de l’année, en lien avec la progression du chômage plus soutenue en 2012 que l’année précédente.
À la fin de l’année 2012, le Rsa est versé par les Caf à environ 2,14 millions de foyers, dont 1,93 million résidant en France métropolitaine et 212 000 dans les Dom. Le nombre de bénéficiaires augmente ainsi de plus de 5% entre décembre 2011 et décembre 2012, soit à un rythme plus soutenu qu’au trimestre précédent (environ 4%). Cette évolution confirme la croissance plus dynamique observée depuis juin 2012 sur l’ensemble du territoire, comme sur la seule France métropolitaine. Concernant les Dom, la progression du nombre de bénéficiaires atteint un niveau comparable à celui constaté entre septembre 2011 et septembre 2012 (environ 7%), autrement dit la croissance des effectifs qui ralentissait dans ces départements semble marquer une pause au dernier trimestre 2012 (l’e-ssentiel n°130).
L’augmentation plus dynamique du nombre de bénéficiaires du Rsa ce trimestre est liée notamment à la croissance de la composante Rsa socle. Ainsi, le nombre de foyers bénéficiant de cette composante progresse d’environ 6% entre décembre 2011 et décembre 2012 (contre près de 5% au trimestre précédent), pour atteindre près de 1,67 million fin 2012. La hausse annuelle des bénéficiaires du Rsa activité seul est, quant à elle, similaire à celle observée trois mois auparavant (plus de 2%). Dans les Dom, la relative stabilité de la croissance résulte d’une hausse plus dynamique des bénéficiaires du Rsa socle seul, compensant le ralentissement de la progression des composantes Rsa socle et activité et Rsa activité seul.
La croissance plus soutenue ce trimestre concerne aussi bien les foyers ne bénéficiant pas d’une majoration de leur prestation pour situation d’isolement avec enfant(s) à charge ou à naître que ceux qui en bénéficient. Le nombre de bénéficiaires du Rsa non majoré progresse ainsi de près de 6% entre fin 2011 et fin 2012 (contre 5% trois mois auparavant), les effectifs s’élevant à environ 1,87 million fin 2012. Quant aux bénéficiaires du Rsa majoré, leur nombre atteint environ 270 000 foyers fin décembre 2012, ce qui représente une augmentation de près de 3% en un an (contre 1% au trimestre précédent).
Entre septembre et décembre 2012, le nombre de bénéficiaires du Rsa socle passe d’environ 1,62 à 1,65 million en données corrigées des variations saisonnières (Cvs), progressant de près de 2%. Cette évolution confirme la croissance relativement élevée observée chaque trimestre depuis le début de l’année. Ainsi, l’augmentation annuelle du nombre de bénéficiaires s’élève à près de 6% fin 2012, contre environ 3% un an auparavant. Parallèlement, le nombre de demandeurs d’emploi en fin de mois (Defm) de catégories A,B,C,D,E connaît une progression plus soutenue au cours de l’année 2012 que l’année précédente: près de 2% en moyenne chaque trimestre, contre environ 1% en 2011. Ce contexte moins favorable du marché de l’emploi explique l’augmentation plus dynamique des bénéficiaires du Rsa socle. Le lien entre la croissance du nombre de Defm et celle du nombre de bénéficiaires du Rmi ou de l’Api puis du Rsa socle observée en 2012 a été vérifié sur une longue période (par un modèle économétrique estimé de 1999 à 2012). À l’inverse, une baisse importante du nombre de Defm se traduit avec un certain retard par une diminution du nombre de bénéficiaires.
Le nombre de bénéficiaires du Rsa activité seul résidant en France métropolitaine est relativement stable entre septembre et décembre 2012, soit environ 453 000 foyers. Un an auparavant, les effectifs connaissaient une diminution d’environ 2 000 bénéficiaires. Dans les Dom, la composante Rsa activité seul est relativement stable au cours de l’année 2012 (environ 22 000 foyers en moyenne chaque trimestre), contrairement à l’année 2011 caractérisée par la montée en charge du nouveau volet de la prestation.
http://www.caf.fr/sites/all/themes/caf/img/data/logo_violet.png Teaghlaigh Tairbhí deireadh RSA na Nollag 2012 (Nóta 01 na coinníollacha de CIF)
Deireadh mhí na Nollag 2012, tá an revenu de solidarité gníomhach (RSA) a íocann na cistí do Liúntais Teaghlaigh (CAF) do thart ar 2,140,000 teaghlach i cathrach Fhrainc agus ranna thar lear (DOM). Méadú ar líon na tairbhithe agus níos mó ná 5% idir deireadh 2011 agus deireadh 2012, ag deimhniú an fás dinimiciúil le feiceáil ó mhí an Mheithimh 2012. Níos mó...

Posté par pcassuto à 12:54 - - Permalien [#]

Quels emplois dans les bibliothèques?

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/Etudiants/88/1/livres-a-la-main_132881.79.jpgQuels emplois dans les bibliothèques? Etat des lieux et perspectives - Rapport IGB n°2012-020
Cette étude analyse aux plans quantitatif et qualitatif l'évolution des emplois de bibliothèque dans les fonctions publiques d'Etat et territoriale, que ces fonctions soient exercées par des corps spécifiques des bibliothèques ou par des agents titulaires ou contractuels exerçant les mêmes métiers. Elle trace également des perspectives concernant l'évolution à moyen terme des profils d'emplois, des recrutements et de la formation, les bibliothèques de tous types connaissant une profonde mutation marquée par le numérique, ainsi que par la mutualisation croissante dans le cadre de réseaux territoriaux ou spécialisés. Télécharger le rapport Quels emplois dans les bibliothèques? Etat des lieux et perspectives.
La lettre de mission 2012 adressée à l'inspection générale des bibliothèques par le ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche et le ministre de la culture et de la communication a inscrit à son programme de travail une étude thématique interministérielle sur l'analyse fonctionnelle des emplois dans les bibliothèques: besoins et perspectives.
Cette étude nécessite une approche transversale, qui prenne en compte aussi bien les évolutions en cours ou prévisibles au sein de la fonction publique d'Etat que de la fonction publique territoriale. Centrée sur les fonctions propres aux bibliothèques, elle n'aborde pas certaines fonctions support pour lesquelles l'approche devrait être plus globale, telles les fonctions administratives ou de gestion budgétaire et comptable.
L'étude s'intéresse de ce fait au premier chef aux fonctions exercées par les corps spécifiques des bibliothèques, à savoir la filière bibliothèques de la fonction publique d'Etat et aux cadres d'emploi correspondants au sein de la filière culturelle des collectivités territoriales. Mais sont pris en compte également les autres agents exerçant les mêmes métiers au sein des bibliothèques ou plus largement au sein des institutions dont elles relèvent, qu'il s'agisse de la branche d'activité professionnelle (BAP) F au sein de la filière ITRF, des professeurs certifiés de documentation affectés dans les bibliothèques de l'enseignement supérieur. Le développement de la mobilité inter-filières ou inter-fonctions publiques est en effet une tendance qui s'affirme de plus en plus.
De même, l'analyse des emplois n'est pas limitée aux agents titulaires, mais prend en compte les agents non-titulaires (contractuels, vacataires, étudiants moniteurs).
Dans la mesure où l'activité des bibliothèques se déroule de plus en plus au sein de réseaux à différentes échelles, cette étude ne se limite pas aux fonctions locales, mais porte aussi sur les fonctions nationales et mutualisées, par exemple au sein de l'Agence bibliographique de l'enseignement supérieur (Abes) pour les bibliothèques d'enseignement supérieur et de recherche. Les effets de cette mutualisation en termes de gains de productivité et de qualité sont en effet à prendre en compte.
Sur un autre plan, le degré d'externalisation de certaines tâches auprès de prestataires est également une donnée à ne pas négliger.
Le périmètre des emplois concernés ainsi défini, les objectifs de cette étude sont de projeter.
Pierre Carbone, Joëlle Claud, Charles Micol, Dominique Arot, Benoit Lecoq - Diffusé par l'I.G.B. - Mars 2013. Télécharger le rapport Quels emplois dans les bibliothèques? Etat des lieux et perspectives.
What jobs in libraries? Status and Prospects - Report No. 2012-020 IGB
This study analyzes the quantitative and qualitative evolution of library jobs in the public service of State and Territorial these functions are performed by specific bodies libraries or by contractual agents or licensees engaged in the same business. It also traces the evolution of the outlook for the medium term job profiles, recruitment and training, libraries of all types experiencing profound changes marked by the digital, as well as increasing the sharing within networks territorial or specialized. More...

Posté par pcassuto à 12:35 - - Permalien [#]

Journées d'échanges sur la pédagogie universitaire numérique

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Avec une organisation régionale Poitou-Charentes-Limousin et le soutien du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, les Universités VIVALDI 2013 auront lieu les 10, 11 et 12 juin 2013 à la Rochelle sur le théme "Développer la pédagogie universitaire numérique".
Seront abordés lors de ces Universités:
1 : les dispositifs numériques d'enseignement et de formation
2 : les changements dans l’organisation et les pratiques professionnelles
3 : les dispositifs de formation et d'accompagnement des enseignants (existant ou à concevoir).
Pour participer et s'inscrire aux Journées Vivaldi: http://vivaldi2013.univ-lr.fr/
Ces journées s'adressent aux enseignants, enseignants chercheurs, ingénieurs, bibliothécaires, doctorants, cadres … concernés par les questions des TICE & de la Pédagogie.
Les universités Vivaldi 2012-2013 se concentrent sur le développement des compétences professionnelles nécessaires à l’usage pédagogique du numérique. Elles s’inscrivent dans le plan d’action « Formation et accompagnement des enseignants à la pédagogie universitaire numérique » lancé en 2010. 
Ces universités sont d’abord des lieux de formation pour les participants. Elles constituent également des lieux privilégiés pour recueillir des besoins et attentes des enseignants susceptibles de guider des plans de formation en région.
Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) Le heagraíochta réigiúnaí-Limousin Poitou-Charentes agus tacaíocht an Aireacht um Ard-Oideachas agus Taighde, Ollscoileanna beidh Vivaldi 2013 ar siúl ar an 10, 11 agus 12 Meitheamh, 2013 i La Rochelle ar an téama "Forbairt ollscoil teagaisc digiteach". Chun páirt a ghlacadh agus clárú le haghaidh Laethanta Vivaldi: http://vivaldi2013.univ-lr.fr/. Níos mó...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]

02 avril 2013

La mobilité des étudiants d’Asie et Océanie

La mobilité des étudiants d’Asie et Océanie
La Note Campus France Hors-Série n°6 réactualise les données publiées en juillet 2011 dans la Note n°32. A l’instar de plusieurs précédentes Notes consacrées à la mobilité des étudiants de différentes parties du monde (d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Amérique latine et d’Europe), elle présente un focus sur la mobilité internationale des étudiants d’Asie et d’Océanie.
Une carte de la mobilité des étudiants en provenance de et vers l’Asie permet de visualiser l’importance de la mobilité de cette région du monde. Les chiffres de la mobilité sortante des étudiants d’Asie et d’Océanie indiquent où vont en priorité les étudiants asiatiques en mobilité. Cette partie est suivie d’un descriptif des actions des 6 principaux pays d’accueil de la région en mettant en lumière les politiques d’attractivité développées par chacun de ces pays à l’attention des étudiants internationaux. La troisième partie se concentre sur les étudiants d’Asie et d’Océanie en France avec des commentaires sur les douze pays d’origine les plus importants. Une quatrième partie donne une information succincte sur les manifestations organisées en 2013 et les programmes de bourse, complétée par les contacts à l’Agence et la liste des Espaces Campus France pour la zone. Enfin, le détail des fiches statistiques pour les 16 pays de la zone se trouve à la fin du document.
Avant-propos
L’Asie, au cœur de la mobilité étudiante mondiale

L’internationalisation de l’enseignement supérieur s’accompagne depuis une dizaine d’années d’une forte progression de la mobilité étudiante dans le monde. Avec plus de 4,1 millions d’étudiants internationaux en 2010, leur nombre pourrait atteindre 5,8 millions en 2020 et 8 millions en 2025 (+137% par rapport à 2009). Le basculement du centre de gravité mondial vers l’Asie place cette région du monde au cœur de la mobilité étudiante mondiale. Première région d’origine des étudiants internationaux dans le monde, l’Asie constitue un vivier mondial de talents. Elle est également devenue une nouvelle région d’accueil des étudiants internationaux. En quête d’excellence universitaire et de visibilité internationale dans les classements mondiaux les universités asiatiques ambitionnent de jouer un rôle de premier plan sur la scène universitaire mondiale.
• Première région d’origine des étudiants internationaux dans le monde

- Les étudiants asiatiques représentaient 52% de l’effectif mondial d’étudiants internationaux en formation à l’étranger en 2010.
- Quatre pays d’Asie figurent parmi les cinq premiers pays d’origine sur le plan mondial: la Chine (1ère avec 15% du total), l’Inde (2 e avec 6 %), la Corée (3e) et la Malaisie (5e).
- Les principaux bénéficiaires de cette mobilité sont les pays anglo-saxons: Etats-Unis et Australie en tête, suivis par le Royaume-Uni. La France se positionne au 7e rang.
• Un vivier mondial de talents

Sur les plus de 200 millions de diplômés de l’enseignement supérieur âgés de 25 à 34 ans que compteront l’ensemble des pays de l’OCDE d’ici 2020, 40 % d’entre eux seront originaires de Chine et d’Inde.
• Nouvelle région d’accueil des étudiants internationaux

De nombreux pays d’Asie tels que Singapour, la Chine, le Japon, la Corée du Sud et la Malaisie prennent des initiatives pour renforcer l’internationalisation de leur enseignement supérieur. Visant l’excellence universitaire, ils ambitionnent de devenir des pôles régionaux de l’éducation faisant de leur pays une destination privilégiée des étudiants internationaux en particulier dans le cadre d’une mobilité régionale.
• Une visibilité internationale accrue

L’entrée spectaculaire de l’Asie sur la scène universitaire mondiale s’accompagne d’une poursuite de l’excellence universitaire. Le dernier classement des meilleures universités du Times Higher Education publié le 3 octobre 2012 offre aux universités asiatiques une visibilité internationale accrue. Plusieurs établissements de Chine, Corée du Sud, Taïwan, Singapour, d’Australie et de Nouvelle-Zélande connaissent une forte progression dans ce classement ainsi que dans celui dit « classement de Shanghai ».
Les principaux pays d’accueil des étudiants d’Asie Océanie en mobilité

L’essentiel de la mobilité asiatique et océanienne
• Asie

Selon l’UNESCO, en 2009, les Etats-Unis, l’Australie, le Royaume-Uni accueillaient 60% de la totalité des étudiants asiatiques en mobilité dans le monde, en particulier les étudiants chinois et indiens qui sont les étudiants les plus mobiles. Les Etats-Unis accueillent par ailleurs un nombre important d’étudiants coréens et japonais (3e et 5e pays d’origine). Quant à l’Australie, elle accueille bon nombre d’étudiants malaisiens, hongkongais et indonésiens. Parmi ces trois pays d’accueil, c’est l’Australie qui enregistre le taux de croissance le plus élevé depuis 2005 (+45%), tandis que le nombre d’étudiants asiatiques au Royaume-Uni a augmenté de 14% en 4 ans. Le Japon accueille 10% des étudiants asiatiques en mobilité dans le monde. Les étudiants chinois et coréens sont les plus représentés dans les établissements japonais. Quinzième puissance mondiale en 2010, la Corée du Sud connaît une croissance soutenue à 6,1%. Son développement économique rend le pays de plus en plus attractif, celui-ci accueille aujourd’hui 50 030 étudiants asiatiques dont près de 80% sont d’origine chinoise. La France est le 7e pays d’accueil des étudiants asiatiques. On assiste à une diversification des pays d’origine des étudiants étrangers: le nombre d’étudiants asiatiques en France a augmenté de 50% depuis 2005. Aujourd’hui, la Chine est le deuxième pays d’origine des étudiants étrangers en France, le Vietnam est neuvième.
• Océanie

En 2009, plus de 60% des étudiants océaniens en mobilité suivent leurs études dans un autre pays de la région (28% à Fidji, 17% en Australie et 16% en Nouvelle-Zélande). Le siège principal de l’Université du Pacifique Sud 1 soutenue par 12 Etats de la zone Pacifique Sud est situé à Fidji. Parmi les 10 premiers pays qui accueillent les étudiants océaniens, la France arrive à la huitième position précédée notamment par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Japon...
L’Asie, destination phare des campus délocalisés

Les universités asiatiques, engagées dans une course à l’excellence académique et encouragées dans de nombreux pays par une stratégie gouvernementale d’internationalisation de l’enseignement supérieur, se tournent vers des partenaires étrangers pour établir des campus d’universités étrangères délocalisés et des instituts conjoints. Cette forme de coopération universitaire connaît en Asie un développement rapide, elle est au cœur de la stratégie d’expansion des universités de premier plan américaines et britanniques.
Les établissements français sont également bien positionnés dans ce mouvement particulièrement en Chine et à Singapour qui sont les principales destinations d’accueil en Asie des établissements étrangers délocalisés.
• En Chine, des groupements d’écoles, des consortiums et réseaux d’établissements français se sont associés à des universités chinoises pour créer des instituts franco-chinois: Centrale Pékin, l’Institut sino- européen d’ingénierie aéronautique, l’Institut franco- chinois de l’énergie nucléaire, l’Université de technologie sino-européenne de Shanghai ... Parmi les écoles de commerce, SKEMA et l’EM Lyon ont également fait le choix d’une implantation en Chine.
• Singapour, qui affiche sa volonté de se positionner comme un pôle « hub » régional et mondial de l’enseignement supérieur, encourage depuis plusieurs années des établissements étrangers de réputation internationale à ouvrir une branche dans la cité-état. Les écoles de commerce françaises, INSEAD (depuis 2000), ESSEC (depuis 2006) et EDHEC (depuis 2011) sont solidement implantées.
• Au Vietnam, un accord intergouvernemental a créé en 2009 l’Université des Sciences et des Technologies de Hanoi (USTH). Cette nouvelle université publique vietnamienne a été développée dans le cadre d’un partenariat stratégique avec un consortium de 57 établissements d’enseignement supérieur et d’organismes de recherche français. Elle a pour objectif de scolariser à terme 8 000 étudiants en associant étroitement formation-recherche et innovation pour se classer parmi les 200 meilleures universités mondiales d’ici une quinzaine d’années.
La création d’un campus délocalisé peut comporter pour un établissement étranger de nombreux avantages: formation d’étudiants bi-culturels, coopération en matière de recherche associant équipe locale et nationale, création de programmes centrés sur l’Asie (pour les écoles de commerce), profit en termes de revenus, reconnaissance internationale, poursuite de leur cursus dans l’établissement d’origine pour certains étudiants et inversement dans le pays d’accueil.
En contrepartie, une délocalisation à l’étranger implique des investissements lourds, une relation solide, de confiance et équilibrée avec le partenaire étranger, un engagement à long terme ainsi qu’une forte implication de l’établissement d’origine qui doit assurer une présence permanente de ses professeurs dans le pays d’accueil. Pour la France, il n’en reste pas moins que le développement et la pérennisation de ces structures sont essentiels en termes de politique d’influence économique et culturelle et constituent un nouvel enjeu pour la coopération universitaire dans cette partie du monde.
Classements internationaux: la percée des établissements asiatiques

Si les universités anglo-saxonnes continuent de largement dominer les palmarès des classements internationaux, l’Asie fait une percée remarquée comme l’illustrent les éditions récentes des classements du Times Higher Education et du classement de Shanghai.
Le palmarès 2012-2013 du Times Higher Education (THE) marque un mouvement de progression des universités asiatiques (Chine, Corée, Taiwan, Singapour). Deux universités chinoises du top 200 progressent: l’Université de Pékin passe de la 49e à la 46e place et l’Université Qinghua (Pékin) progresse de 19 places, de la 71e à la 52e. La National University of Singapore passe de la 40e au 29e place et la Nanyang Technological University, également à Singapour, de la 169e à la 86e place. La Corée du Sud et Hong Kong se distinguent également dans ce classement à l’image de la Seoul National University qui fait un bond de la 124e place à la 59e.
Ce même classement marque une progression de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande: l’Université de Melbourne passe de la 37e à la 28e faisant ainsi son entrée dans le top 30. Sur les 8 universités australiennes présentes dans le top 200, 6 améliorent leur classement. L’Université d’Auckland, seule Université de Nouvelle-Zélande présente dans le top 200, progresse également.
L’édition 2012 du classement de Shanghai par l’Université Jiaotong permet à la Chine, même si aucune de ses universités n’apparaissent dans le « top 100 » de ravir néanmoins au Royaume-Uni la deuxième place du classement avec 42 universités distinguées dans les 500 premières contre 38 pour les Britanniques (150 pour les Etats-Unis).
Soghluaisteacht mac léinn san Áise agus An Aigéine
An Campas rátáil Fhrainc Hors-Serie 6 cothrom le dáta na sonraí a foilsíodh i mí Iúil 2011 i Nóta 32. Cosúil Nótaí roimhe seo roinnt ar shoghluaisteacht na mac léinn ó áiteanna éagsúla ar fud an domhain (an Afraic, an Meán-Oirthear, Meiriceá Laidineach agus san Eoraip), tá sé ag díriú ar an soghluaisteacht idirnáisiúnta na mac léinn Áise agus Aigéine.
Léarscáil de shoghluaisteacht mac léinn agus ón Áise go feiceálach ar an tábhacht a bhaineann le soghluaisteacht an réigiúin. Beidh líon na soghluaisteachta ag dul as oifig na mac léinn ón Áise agus Aigéine le fios mic léinn tosaíochta na hÁise i soghluaisteacht. Níos mó...

Posté par pcassuto à 00:50 - - Permalien [#]
Tags :

Focus Pays de Campus France: Ouzbékistan

Ouzbékistan
République indépendante depuis 1991, présidée depuis cette date par Islam Karimov. Tachkent jouit encore de la réputation acquise à l’époque soviétique d’être un grand centre intellectuel et universitaire.
DONNÉES POLITIQUES, ÉCONOMIQUES ET DÉMOGRAPHIQUES - En quelques chiffres

Une population jeune: 60% de moins de 30 ans
Forte croissance étudiante: +23% entre 2000-2004 (305 409 / 376 904)
Nombre d’établissements d’enseignement supérieur: 65 universités et instituts universitaires en 2010 soit +8% par rapport à 2005
Une population rurale: 40% de la population active travaille dans l’agriculture PIB/hab. en 2011: 1500 US$/hab
Taux de croissance: 8,3%/an Investissements étrangers: près de 113 projets dans le secteur énergétique et social (modernisation des établissements sociaux).
HISTOIRE - En quelques dates

819-1005: les Samanides sont la première dynastie perse à reprendre le pouvoir en Ouzbékistan après la conquête arabe.
Tamerlan (1336-1405), aussi appelé Amir Timour, lié à Gengis Khan par son épouse Bibi Khanoum, né près de Samarkande, bâtit un vaste empire incluant plusieurs pays de l’Asie centrale dont l’Ouzbékistan. Son empire tombe en 1507.
Les Russes arrivent dans la région à la fin du XIXe siècle.
27 octobre 1924: naissance de l’Ouzbékistan en tant que république et nation unique et distincte.
1925: l’Ouzbékistan intègre l’URSS.
31 août 199: l’Ouzbékistan déclare son indépendance.
ÉDUCATION - Enseignement supérieur, une priorité gouvernementale

L’introduction des TICE, la formation des enseignants, la démarche qualité (évaluation des universités), le rapprochement du processus de Bologne, la réforme du Doctorat, sont quelques unes des priorités gouvernementales de l’enseignement supérieur.
RELATIONS ÉCONOMIQUES - La France, 10e partenaire de l’Ouzbékistan

Avec près d’une quarantaine d’entreprises, la France est implantée en Ouzbékistan dans des secteurs diversifiés (minier, financier). Quelques entreprises: Alstom, Alcatel, Areva, Crédit commercial de France, Société Générale, JC Decaux... En matière de tourisme, les français sont les plus nombreux à visiter le pays.
FORMATION - Les filières prioritaires

Les sciences de l’ingénieur, l’énergie et l’industrie chimique, les technologies de l’information et de la communication, le droit, l’administration publique, l’économie et le management, la médecine et le secteur agro-industriel sont des filières prioritaires.
ACTIONS DES AUTRES PAYS EUROPÉENS - Importance des accords de coopération

Plus de 45 pays ont des accords de coopération avec l’Ouzbékistan dont l’Allemagne et la Grande-Bretagne.
Le Goethe Institut aide à engager des coopérations en philologie, en pédagogie (Mayence, Münster) et développe principalement l’apprentissage de l’allemand en Ouzbékistan.
Le British Council soutient l’enseignement de l’anglais et encourage des coopérations dans les domaines des relations internationales, de la mode, du textile et du développement.
ENSEIGNEMENT DES LANGUES ÉTRANGÈRES - Lancement d’une nouvelle réforme

La francophonie est en léger recul malgré 250 000 apprenants de la langue française, 4 écoles secondaires spécialisées en français, 1 500 étudiants/an inscrits à l’Institut français d’Ouzbékistan et des départements de langue française dans les principales universités. Le Ministère de l’Éducation vient de lancer une réforme visant à introduire l’enseignement des langues, dont le français, dès l’école primaire.
COOPÉRATION FRANCO-OUZBÈKE - Une coopération universitaire à renforcer

Environ 300 Ouzbèks étudient en France (niveau Master). Les coopérations les plus dynamiques concernent:
• l’École nationale d’architecture de Versailles et l’Institut d’architecture de Tachkent;
• le lycée Diderot la Martinière (Lyon) et l’Institut textile de Tachkent;
• l’INALCO et l’Institut d’Études Orientales;
• Paris 1 et l’Université d’économie mondiale et de diplomatie.
Trois universités françaises (École centrale de Nantes, Université Lille 1 et Université de Belfort-Montbéliard) font partie de regroupements d’établissements dans le cadre du programme Erasmus-Mundus.
FINANCEMENT DE LA MOBILITÉ - Bourses d’études

L’Ambassade accorde une douzaine de bourses du gouvernement français chaque année. Le Ministère de l’Enseignement supérieur ouzbèk attribue chaque année plus d’une centaine de bourses d’études: en Russie, en Chine, au Japon, en Malaisie, en Corée du Sud, en République Tchèque et en Slovaquie.
MOBILITÉ DES ÉTUDIANTS OUZBÈKS - Croissance internationale
La France, 11e pays d’accueil des étudiants ouzbèks à l’international, arrive derrière la Russie (42% de la mobilité), l’Allemagne (3,1%, 5e rang ), les États-Unis (2,2%, 6e rang). Cependant une réelle francophilie existe et les élites ont conscience de la nécessité de diversifier leur formation hors du monde anglo-saxon.
Úisbéiceastáin
Poblacht Neamhspleách ó 1991, faoi chathaoirleacht ó shin i leith ag Ioslam Karimov. Tashkent taitneamh fós ar an dea-cháil a fuarthas le linn na ré na Sóivéide a bheith ina ionad mór intleachta agus ollscoil.
SONRAÍ polaitiúla, eacnamaíocha agus DÉIMEAGRAFACHA - A figiúirí cúpla
A daonra óg: 60% faoi 30 bliain
Fás na Mac Léinn: 23% idir 2000-2004 (305 409/376 904)
Tá 65 ollscoileanna agus institiúidí acadúla i 2010 8% i gcomparáid le 2005: Líon na n-institiúidí ardoideachais. Níos mó...

Posté par pcassuto à 00:37 - - Permalien [#]