07 avril 2013

Participation de l’AERES aux RUE 2013

AERESLes 27 et 28 mars 2013, l’AERES a participé aux Rencontres Universités Entreprises (RUE), à Paris. Ce salon professionnel de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, organisé par l’AEF, a rassemblé de grandes entreprises, des PME, et des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.
Pour cette sixième édition, la participation de l’AERES s’inscrivait notamment dans le cadre de la mise en place d’un groupe de travail « AERES-Monde professionnel » au sein de l’agence, l’objectif étant d’instaurer un lieu d’échanges propice à la confrontation des productions de l’AERES aux attentes du monde socio-économique.
Entretien avec Yves Lecointe, délégué scientifique de l’AERES et pilote du groupe, présent lors de cet évènement: Quelle était la priorité donnée à la présence de l’AERES aux RUE cette année?
« Au-delà d’exposer son métier, son expertise et ses productions, l’AERES souhaitait créer des liens avec des représentants du monde socio-économique pressentis pour participer au groupe de travail « AERES-Monde professionnel ». L’objectif était de leur présenter les finalités de réflexions du groupe et de recueillir ainsi leurs premières impressions, tout comme leurs attentes au sujet des évaluations organisées par l’AERES (les utilisent-ils, lesquelles utilisent-ils et quels sont leurs besoins?).
Ce fut également l’occasion de rencontrer des personnes susceptibles de devenir experts pour l’AERES dans le cadre de l’évaluation, par exemple, de licences professionnelles. »
Des attentes ont-elles été exprimées au sujet de l'évaluation?

« Parmi les visiteurs rencontrés, les attentes portaient principalement sur le rôle et l’activité de l’AERES: comment se repérer dans les évaluations?, comment les utiliser?
Des délégations marocaines et chinoises ont également échangé avec Patricia Pol, responsable des affaires européennes et internationales de l’AERES sur l’expertise de l’agence et l’évaluation intégrée (établissement, recherche, formations) qu’elle met en œuvre. »
AERES - 20 rue Vivienne 75002 PARIS - France.
AERES 27 agus 28 Márta 2013, ghlac AERES Dating Ollscoileanna Fiontair (Rue) i bPáras. Oideachas sé seo tradeshow Ard, Taighde agus Nuálaíochta, arna eagrú ag an AEF, a thabhairt le chéile cuideachtaí móra, fiontair bheaga agus mheánmhéide agus institiúidí oideachais agus taighde níos airde. Ar an séú heagrán, bhí an rannpháirtíocht AERES chuid lena n-áirítear trí bhunú grúpa oibre "gairmiúil AERES Domhanda" laistigh den ghníomhaireacht, leis an aidhm a bhunú a chabhródh le achrann léiriúcháin AERES ionchais trádála domhanda soch-eacnamaíoch. Níos mó...

Posté par pcassuto à 19:34 - - Permalien [#]


Plan de formation et d'accompagnement des contrats aidés de l'Education Nationale

Mise en concurrence du GIP-FCIP: Plan de formation et d'accompagnement des contrats aidés de l'Education Nationale - Année 2013 - Juin 2014
Afin de mettre en oeuvre le plan de formation Mai 2013 - Juin 2014, une procédure de mise en concurrence est ouverte aux opérateurs de formation.
Les contrats aidés sont mis en place dans le cadre de la politique de retour à l'emploi à destination des personnes rencontrant des difficultés d'accès au marché du travail. Ils constituent, pour une période déterminée, une étape de professionnalisation et/ou de consolidation de compétences. Les objectifs de
retour à l'emploi des salariés en contrats aidés nécessitent la mobilisation de mesures spécifiques d'accompagnement et de formation tout au long de leur contrat.
La mise en oeuvre des actions de formation professionnelle et d'accompagnement incombe à l'employeur. Afin d'accompagner les contrats aidés en poste dans les EPLE et les écoles primaires, l'Education Nationale finance depuis 2007 des actions de formation. Le GIP-FCIP est désigné opérateur académique pour la conception et l'exécution du plan de formation et d'accompagnement des contrats aidés. S'appuyant sur le projet professionnel des bénéficiaires, les actions d'accompagnement vers l'emploi et de formation sont conçues dans l'objectif d'améliorer leur employabilité à l'issue du dispositif contrat aidé, par un élargissement ou une consolidation des compétences professionnelles, une meilleure maîtrise des compétences-clés et une valorisation de l'expérience passée et récemment acquise.
Afin de mettre en oeuvre le plan de formation Mai 2013 - juin 2014, une procédure de mise en concurrence est ouverte aux opérateurs de formation.
Orientations générales et priorités du GIP-FCIP

Les actions de formation et d'accompagnement retenues au titre du plan de formation et d'accompagnement:
- tiennent compte des priorités fixées par le SPER et par la stratégie Europe 2020
- s'appuient sur une politique de formation professionnelle contribuant à l'insertion des publics en difficulté,
- maintiennent l'effort de formation professionnelle et de mobilisation des adultes,
- participent à la lutte contre l'exclusion en développant les actions de développement des compétences clefs et d'orientation des publics en difficulté
Public visé

Le GIP-FCIP est appelé à mettre en oeuvre des actions de formation pour les publics employés en EPLE et en école primaire, inscrits dans le dispositif contrat aidé sur le département de La Réunion.
Chaque fiche action précise le public visé.
Retour des offres:
Les offres devront être:
1. Soit adressées à Madame la Directrice du GIP-FCIP, 26 rue Pitel, 97490 Sainte-Clotilde Messag cedex 9, « en envoi recommandé avec avis de réception » avec l'enveloppe cachetée à l'intérieur;
2. Soit remises en mains propres contre récépissé auprès du secrétariat de direction, 26 rue Pitel, à Sainte-Clotilde au plus tard le mardi 23 Avril 2013 à 16 heures, délai de rigueur.
Les demandes d'information seront à adresser au plus tard le 17 avril à 18h, par courrier électronique auprès de gip.secretariat-insertion@ac-reunion.fr.
Documents joints:

Avis de mise en concurrence.
Cahier des charges techniques.
Fiches descriptives des actions de formation.
Modèle de réponse.
Competitive GIP-FCIP: Training Plan and accompanying assisted contracts of Education - Year 2013 - June 2014
To implement the training plan in May 2013 - June 2014, a tendering procedure is open to training operators. More...

Posté par pcassuto à 19:22 - - Permalien [#]

Bilan pédagogique et financier à transmettre d'ici fin avril 2013

AccueilTous les organismes de formation ont l'obligation d'établir un bilan pédagogique et financier (BPF) retraçant l’activité de prestataire de formation pour le dernier exercice comptable clos.
Depuis le 4 mars dernier, le portail officiel de télédéclaration permet de télédéclarer le BPF annuel 2012. Le formulaire et la notice explicative se trouvent dans l’onglet « Documents utiles » et le tutoriel de télédéclaration et la foire aux questions dans l'onglet « Questions réponses ». Toute transmission doit mentionner le n° de déclaration d'activité et le n° Siret.
Une fois télédéclaré, l’organisme de formation doit également transmettre par voie postale son BPF annuel 2012, daté et signé pour le 30 avril 2013 à la Mission contrôle de la Direccte Auvergne 2 rue Pélissier
63 034 Clermont-Ferrand. 
En cas d'impossibilité absolue de télédéclarer, le formulaire peut exceptionnellement être imprimé, rempli lisiblement manuellement, daté et signé avant envoi pour le 30 avril 2013.
Attention: la déclaration d'activité devient caduque si le BPF ne fait apparaître aucune activité ou s'il n'est pas transmis
.
Plus d’infos: contactez la Direccte Auvergne, Email: dr-auver.controle-fp@direccte.gouv.fr et consultez le site et notre portail.
Fáilte Tá an oibleagáid ar an gcothromaíocht oideachais agus airgeadais (DCD) rianú an gnó oiliúna don bhliain chuntasaíochta dúnta caite sholáthar bhunú na hinstitiúidí oiliúna. Ós rud é go 4 Márta, an tairseach oifigiúil-chomhdú Ceadaíonn an 2012 DCD Bhliantúil. Níos mó...

Posté par pcassuto à 18:55 - - Permalien [#]

Les seniors allemands occupent de plus en plus souvent un emplois

Les Echos BusinessPar Jean-Philippe Lacour. Le nombre des seniors actifs a doublé en dix ans outre-Rhin. Cette progression s'explique par le report de l'âge de départ à la retraite à 67 ans et par le vieillissement de la population. Le marché du travail en Allemagne doit une bonne part de sa robustesse au nombre record de seniors encore actifs. Ils étaient près de 1,5 million à occuper un emploi régulier lors du dernier pointage effectué en septembre 2012 par l'agence fédérale pour l'emploi, qui a publié hier cette statistique. Le fait remarquable est qu'il s'agit d'une hausse de 12,3% sur un an, dépassant de loin l'augmentation générale du nombre d'actifs, limitée elle à 1,5%, pour atteindre 29,4 millions de personnes.
Dans une Allemagne que l'on sait vieillissante et où l'âge de la retraite a été repoussé à 67 ans, le nombre de seniors encore actifs tend constamment à augmenter. Il a du reste plus que doublé si on regarde dix années en arrière, avec 750.000 emplois supplémentaires recensés dans l'intervalle de temps. Depuis 2002, le nombre total d'actifs a crû de son côté de 1,56 million. En d'autres termes, une bonne moitié de la croissance du marché du travail allemand lors des dix dernières années est attribuable à la tranche des 60-65 ans. Durant la même période, le nombre des salariés de moins de 25 ans baissait de 400.000. Suite de l'article...
Les Echos Business By Jean-Philippe Lacour The number of active seniors has doubled in ten years in Germany. This increase is explained by the postponement of the age of retirement to 67 years and the aging population. More...

Posté par pcassuto à 18:48 - - Permalien [#]

Dispositif ADIE-CREAJEUNES

Dispositif ADIE-CREAJEUNES
Vous connaissez le dispositif Adie-Créajeunes: Une formation gratuite de 6 semaines à la création d'entreprise. La 3ème session de formation de l'année débute le 22 avril. Pour y prétendre, il faut avoir:
- Entre 18 et 32 ans
- Un projet dont le plan de financement anticipé ne dépasse pas 30 000€
- 6 semaines à temps complet
- De la motivation
Si des porteurs de projets en phase de création ou de formalisation de leur projet sont intéressés, ils doivent contacter l'Adie en appelant le 05 95 38 15 19 ou se déplacer à notre agence: ouvert les matins de 8h30 à 12h30 sans RV pour un premier diagnostic gratuit ou pour participer à la réunion d'information chaque mardi à 9h00.
Date limite de depôt des candidatures 15 avril 2013
Pour plus de renseignements, vous pouvez également me contacter au 06 94 38 36 69.
--
Pierre-Yves Blévin
Responsable Adie Conseil
Adie - Microcrédit Guyane
Cité Cabassou - Batiment F
Tel : 06 94 38 36 69 | Port : 06 94 38 36 69
Voir support de présentation: dispositif crea jeunes.
L'ADIE (Association pour le Droit à l'Initiative Economique) recherche un Conseiller ADIE. Pour plus d'informations, cliquer ICI pour télécharger la fiche d'information.
Gléas ADIE-CréaJeunes
Tá a fhios agat Adie-Créajeunes gléas: A saor in aisce oiliúna 6 seachtaine i bhfiontraíocht. Tosaíonn an seisiún oiliúna tríú na bliana ar 22 Aibreán. Chun a bheith incháilithe, ní mór duit:
- Idir 18 agus 32 bliain
- Ní Cuireadh dréacht den mhaoiniú plean réamh-mheasta thar € 30,000
- 6 seachtaine lánaimseartha. Níos mó...

Posté par pcassuto à 18:34 - - Permalien [#]


Les "10 idées reçues" sur la formation professionnelle

Jean-Pierre Willems et Jean-Marie Luttringer, consultants en droit et politique de formation, publient une chronique sur les idées reçues les plus répandues sur notre système de formation. Ils attirent l'attention sur la nécessité d'écarter ces idées qui empêchent la réflexion dans le cadre de toute réforme de la formation.
Ainsi, les deux consultants remettent en question l'idée que "le système de formation professionnelle est inefficace" en expliquant que les constats d'inefficacité se basent notamment sur l'incapacité de la formation à faire reculer le chômage. Or, selon eux, les questions de chômage ne relèvent pas d'elle.
Le dictionnaire des idées reçues.

Jean-Pierre and Jean-Marie Willems Luttringer, legal consultants and training policy, published a column on the most common misconceptions about our education system. They draw attention to the need to eliminate those ideas that prevent reflection in part of any education reform. More...

Posté par pcassuto à 18:28 - - Permalien [#]

Les professions vertes et potentiellement verdissantes

Retour accueil CARIFPar Cyrille Godonou, Patrick Le Roux (Insee), Béatrice Delay, Catherine Gwet (Défi métiers). Focale, n°19, avril 2013. En Ile-de-France, 26 300 personnes exercent une profession verte et 739 700 une profession potentiellement verdissante. Dans ces professions essentiellement masculines, les ouvriers sont deux à trois fois plus représentés que dans l'ensemble des emplois franciliens. Les jeunes engagés dans une formation initiale liée à l'environnement préparent en majorité des diplômes du supérieur; tandis que parmi les places de formation continue dans ce domaine, financées par les pouvoirs publics, la plupart sont accessibles à des personnes n'ayant aucun diplôme. Accéder au document.
Les professions vertes et potentiellement verdissantes

Les ouvriers largement présents parmi les professions vertes ou potentiellement verdissantes

La mutation vers une économie plus respectueuse de l’environnement suppose la transformation partielle d’activités existantes et l’émergence de nouvelles activités.
Certaines professions sont déjà dédiées à l’environnement (professions vertes); pour d’autres, les compétences sont et seront amenées à évoluer afin de prendre en compte la dimension environnementale (professions verdissantes). Le commissariat général au développement durable a identifié ces professions.
Cette publication conjointe de Défi Métiers (la mission oref) et de l’Insee Ile-de- France vise à les quantifier et les caractériser au niveau régional.
L'essentiel

On distingue actuellement les professions vertes, dont la finalité est la protection de l’environnement ou la gestion durable des ressources naturelles et les professions verdissantes qui intègrent de nouvelles « briques» de compétences pour répondre à la prise en compte des enjeux environnementaux.
La DARES a publié, en mars 2012, un document qui caractérise les professions de l’économie verte au niveau national en termes de volume d’emplois, de ventilation sectorielle et de profil des actifs. Défi métiers, en partenariat avec l’INSEE Île-de-France, a décliné ce travail à l’échelle francilienne, apportant ainsi des premiers éléments d’information sur ces professions dans la région capitale. Cette étude est complétée par une analyse de l’offre de formation initiale et continue.
En Île-de-France, 26 300 personnes exercent une profession verte et 739 700 une profession potentiellement verdissante. Les ouvriers sont deux à trois fois plus représentés que dans l’ensemble des emplois franciliens. Ces professions sont essentiellement masculines et offrent une relative stabilité de l’emploi. Enfin les élèves/étudiants engagés dans une formation initiale liée à l’environnement préparent en majorité des diplômes du supérieur; les places de formation continue financées par les pouvoirs publics dans ce domaine, sont, pour la plupart, accessibles à des personnes n’ayant aucun diplôme.
Les professions vertes exercées par 26 300 personnes en Île-de-France

En 2009, 26 300 personnes exercent une profession verte en Ile-de-France. Les professions vertes regroupent des professions de la production et distribution d’énergie et d’eau (46%), des professions de l’assainissement et du traitement des déchets (39%), des professions plus transversales comme les techniciens du traitement des pollutions (14%), et des professions liées à la protection de la nature (1%). Elles s’exercent dans 59% des cas dans l’économie verte.
Les professions vertes apparaissent légèrement sous-représentées en Ile-de-France par rapport au niveau national; alors que toutes professions confondues 21% des emplois sont localisés en Ile-de- France, pour les professions vertes seulement 19% des emplois sont franciliens. Deux facteurs en particulier peuvent expliquer cette sous-représentation: un territoire densément peuplé avec relativement peu d’espaces naturels protégés d’une part, et une concentration des sièges sociaux au détriment d’établissements de production d’autre part.
Les professions vertes sont exercées à plus de 40% par des ouvriers, qualifiés ou non…

Les professions vertes sont composées à 43% d’ouvriers, qualifiés ou non, alors que cette catégorie sociale ne représente que 14% des emplois franciliens. Les ouvriers sont particulièrement nombreux dans les professions liées à l’assainissement et la gestion des déchets (égoutier, agent de station d’épuration ou éboueur, par exemple), et dans une moindre mesure dans les professions de la production et distribution de l’énergie et de l’eau (agent de réseau d’eau potable ou agent technique de maintenance en chauffage, par exemple).
Les professions intermédiaires sont, par ailleurs, fortement représentées dans les professions de la production et distribution d’énergie et d’eau (technicien de production d’eau potable, par exemple). Enfin, les cadres et ingénieurs constituent près d’un quart des professions vertes.
Les professions vertes exercées majoritairement par des personnes ayant un diplôme inférieur au baccalauréat

Les personnes exerçant une profession verte sont 53% à détenir un diplôme strictement inférieur au baccalauréat. Cette part s’élève à 85% dans les professions de l’assainissement et du traitement des déchets, et retombe à 37% dans les professions de la production et de la distribution de l’énergie et de l’eau.
Les professions vertes sont essentiellement masculines

Les professions vertes sont exercées à 84% par des hommes, alors que toutes professions confondues ces derniers ne représentent que 52% des actifs en Ile-de-France. La présence masculine est particulièrement élevée dans les professions de l’assainissement et du traitement des déchets (95% des effectifs). Dans une moindre mesure, on retrouve le même phénomène dans les professions de la production et de la distribution de l’énergie et de l’eau: les hommes y constituent 80% des effectifs.
La féminisation des professions vertes a tendance à augmenter avec la catégorie sociale. La part des femmes est plus importante pour les postes d’encadrement et de haute technicité. Elle atteint 38% chez les ingénieurs et cadres techniques de l’environnement.
Relativement peu de jeunes dans l’assainissement et le traitement des déchets

Les jeunes de moins de 30 ans regroupent 22% des effectifs des professions vertes, soit une part similaire à celle que l’on observe toutes professions confondues. Cependant, pour les professions de l’assainissement et du traitement des déchets, la part des jeunes s’élève à seulement 18% des effectifs. Cette faible proportion est peut-être révélatrice d’un déficit d’attractivité de ces métiers auprès des jeunes lié à la pénibilité des conditions de travail (travail en milieu humide, travail extérieur en horaires décalés, etc.).
Inversement, dans les métiers plus transversaux (techniciens de l’environnement et du traitement des pollutions et ingénieurs et cadres techniques de l’environnement), la part des jeunes atteint 30%.
Des conditions d’emploi plus favorables dans les professions vertes

La totalité des professions vertes est exercée, en France comme en Ile-de-France, par des salariés. Il n’y a pas de travailleur indépendant recensé dans ces professions.
La part des CDI (92%) est supérieure à celle observée dans la moyenne des emplois franciliens (80%). Les professions vertes correspondent majoritairement à des emplois à temps plein, pour les hommes comme pour les femmes; le temps partiel ne concerne que 5% des personnes, contre 14% toutes professions confondues.
Une profession verte sur cinq est exercée par un salarié travaillant dans une structure publique. C’est notablement le cas pour les professions de l’assainissement et du traitement des déchets dont la mission relève des compétences des collectivités territoriales.
13% de l’emploi francilien est potentiellement verdissant

Les professions potentiellement verdissantes n’ont pas pour finalité directe l’environnement mais intègrent de nouvelles « briques de compétences » pour prendre en compte l’environnement dans le geste métier. En 2009, 739 700 personnes exercent une profession potentiellement verdissante en Ile-de-France, soit 20% des professions verdissantes françaises et 13% de l’emploi francilien. Les professions potentiellement verdissantes s’exercent dans 31% des cas dans l’économie verte.
Un tiers d’ouvriers parmi les professions verdissantes

Une personne sur trois occupant une profession verdissante est un ouvrier. C’est deux fois plus que ce qu’on observe toutes professions confondues. Parmi ces ouvriers, se trouvent notamment des conducteurs routiers et grands routiers et des ouvriers non qualifiés du gros ou second oeuvre du bâtiment.
Par ailleurs, un tiers des effectifs des professions verdissantes sont des cadres. C’est plus que pour l’ensemble des professions franciliennes (28%). Ce sont, par exemple, des architectes ou des ingénieurs et cadres d’étude. De plus, les cadres des professions verdissantes sont plus souvent diplômés de l’enseignement supérieur que la moyenne des cadres franciliens (86% contre 81%).
Les professionnels du bâtiment et des transports constituent la moitié du vivier d’emplois

Suite aux Grenelle I et II, le développement de transports plus respectueux de l’environnement (réduction des émissions de gaz à effet de serre), et de bâtiments économes en énergie (meilleure isolation pour limiter la consommation d’énergies fossiles ou nucléaires) et mobilisant des énergies renouvelables, est devenu un enjeu fort.
Avec plus de 220 000 emplois potentiellement verdissants, le bâtiment regroupe 31% des actifs qui exercent une profession verdissante. Les transports arrivent en seconde position avec 19% des effectifs. Parmi ces professionnels liés au bâtiment et aux transports, un sur deux est un ouvrier. Cependant, les cadres et professions intellectuelles supérieures représentent tout de même un emploi sur cinq dans le bâtiment.
Moins de diplômés du supérieur que dans le reste de l’économie

En Ile-de-France, les professions verdissantes sont exercées un peu moins souvent par des diplômés de l’enseignement supérieur que toutes professions confondues (42% contre 45%).
C’est particulièrement vrai pour les professions intermédiaires tels que animateur socioculturel et de loisirs, conducteur de travaux non cadre, responsable d’entrepôt, de magasinage ou chef de chantier non cadre. Ainsi, alors que 51% des professions intermédiaires franciliennes sont exercées par des personnes diplômées de l’enseignement supérieur, c’est le cas de seulement 35% des professions intermédiaires verdissantes.
D’autres professions verdissantes sont exercées majoritairement par des actifs ayant un diplôme inférieur au baccalauréat: les couvreurs, les électriciens ou encore les jardiniers-paysagistes par exemple.
De fortes disparités d’âge selon la profession exercée

La structure par âge des actifs exerçant une profession verdissante est relativement proche de celle de l’ensemble des actifs franciliens. Cependant, les parts respectives des jeunes et des seniors sont très variables selon les professions. Les métalliers, serruriers, réparateurs en mécanique non qualifiés sont 49% à avoir moins de 30 ans. A l’inverse, les conducteurs de taxis et ambulanciers sont 40% à avoir 50 ans ou plus. De même, la moitié des architectes libéraux est âgée de 50 ans ou plus. Cette part élevée de seniors chez les architectes correspond sans doute en partie à une logique de carrière, amenant les membres de cette profession à évoluer du salariat vers le statut libéral ensuite.
Des enjeux de féminisation

Parmi les actifs exerçant une profession verdissante, 22% sont des femmes contre 48% pour l’ensemble des emplois franciliens. Cette proportion est particulièrement faible dans les professions liées au bâtiment; c’est pourquoi la Fédération Française du Bâtiment est engagée dans des plans d’action en faveur de la mixité (plan Bâtir au féminin).
Cependant, les femmes sont plus nombreuses chez les cadres et professions intellectuelles supérieures. Les professions logistiques telles que les ingénieurs, techniciens et cadres de la logistique, du planning et de l’ordonnancement sont également plus féminisées; ainsi que les professions de responsables commerciaux et administratifs des transports de marchandises non cadres qui emploient 43% de femmes. En revanche, ces dernières sont peu présentes dans les professions ouvrières ou dans l’artisanat.
Les professions verdissantes: autant de CDI que dans l’ensemble des professions franciliennes

10% des personnes qui exercent une profession verdissante sont non-salariées, contre 8% dans l’ensemble de l’économie francilienne.
Parmi les salariés exerçant une profession verdissante, 86% ont un emploi sans limite de durée (CDI…) soit un pourcentage proche de la moyenne des emplois franciliens.
Enfin, le temps partiel est moins fréquent dans les professions verdissantes que dans l’ensemble des professions (8% contre 14%) pour les hommes comme pour les femmes.
Les formations initiales et continues liées à l’environnement

Le périmètre retenu pour identifier les formations initiales et continues liées à l’environnement ne correspond pas à celui des professions vertes et verdissantes. Ainsi, par exemple, les formations dans les travaux paysagers sont considérées comme des formations environnementales alors que celles dans le gros oeuvre du bâtiment ne le sont pas. De fait, un rapprochement entre les professions vertes et verdissantes d’une part et les formations liées à l‘environnement d’autre part n’est pas réalisable.
Les formations initiales ont été repérées à partir d’une recherche de mots clés spécifiques à l’environnement dans l’intitulé du diplôme. Après sélection, ces formations sont rattachées à l’un des six domaines suivants: « prévention et réduction des pollutions »; « protection de la nature, gestion et études des milieux »; « hygiène, santé, sécurité, environnement »; « aménagement du territoire et cadre de vie »; « maîtrise de l’énergie et énergies renouvelables »; « gestion sociétale de l’environnement » (la méthodologie d’analyse de ces formations a été définie par le Service de l’observation et des statistiques du Commissariat général au développement durable).
Concernant les formations continues conventionnées (formations financées par des fonds publics), Défi métiers a retenu une liste d’une centaine de formacodes (nomenclature professionnelle des formations) liés à l’environnement. A partir de celle‑ci, 51 sessions de formation qui se sont déroulées en 2011 ont été identifiées en Ile-de-France. Elles représentent 760 places de formation de 100 heures et plus, soit moins de 3% de l’ensemble. Pour une analyse plus aisée, ces sessions ont été affectées à un domaine parmi les six mentionnés dans le paragraphe précédent.
54% des effectifs en formation initiale préparent un diplôme de niveau I

Les formations initiales liées à l’environnement accueillaient à la rentrée 2010-2011 en Ilede- France 9 500 jeunes en dernière année de préparation de diplôme.
Les élèves/étudiants se concentrent pour plus de la moitié sur des formations de niveau I (master, doctorat ou diplôme d’ingénieur). Ces formations peuvent être très généralistes dans le domaine de l’environnement (master en droit, économie et gestion mention environnement, par exemple) ou inversement très spécialisées (master énergie nucléaire, spécialité démantèlement et gestion des déchets, par exemple).
Les formations de niveau II (licence), celles de niveau III (BTS, DUT) et celles de niveau IV (Bac et BP) regroupent respectivement 14%, 13% et 14% des effectifs. Les formations de niveau V (CAP ou BEP) n’en rassemblent que 5%. Ce sont par exemple des formations au CAP Maintenance et hygiène des locaux ou le CAPA travaux forestiers option sylviculture.
Les formations relevant de l’un des 3 domaines en lien direct avec l’environnement que sont la « prévention et la réduction des pollutions», la « protection de la nature, gestion et étude des milieux » et enfin la « maîtrise de l’énergie et énergies renouvelables» ne totalisent que 55% des effectifs.
La répartition des effectifs par niveau de diplôme préparé est très différente selon le domaine concerné. Par exemple, dans le domaine de la « gestion sociétale de l’environnement » et dans celui de la « prévention et réductions des pollutions », les formations de niveau I concentrent respectivement 95% et 81% des effectifs. En revanche, dans le domaine de la « maîtrise de l’énergie et énergies renouvelables », les formations de niveau I représentent moins de 30% des effectifs.
Une large majorité des places en formation continue est accessible sans diplôme

En Ile-de-France, 62% des places en formation continue conventionnée en environnement sont accessibles à des personnes n’ayant aucun diplôme. Le domaine des travaux paysagers est très présent. 12% des places sont accessibles avec un niveau V. La majorité d’entre elles concernent la maîtrise de l’énergie et les énergies renouvelables (exemple de diplôme préparé: le baccalauréat professionnel en maintenance des systèmes énergétiques).
Cette ventilation par niveau est en adéquation avec les publics prioritaires ciblés par les financeurs publics de la formation continue: les personnes pas ou peu qualifiées.
76% des places concernent l’« aménagement du territoire et cadre de vie » ou la « maîtrise de l’énergie et les énergies renouvelables »
Près des deux tiers des places offertes en formation continue concernent le domaine de l’« aménagement du territoire et du cadre de vie ». Il s’agit exclusivement de formations liées aux travaux paysagers. Les formations de la « maîtrise de l’énergie et énergies renouvelables » regroupent 14% des places. Ces formations portent sur l’installation, la maintenance d’équipements et les différentes problématiques de l’énergie dans la construction. Accéder au document.

Ar ais sa bhaile CARIF Trí Cyril Godonou, tá Patrick Le Roux (INSEE), Beatrice Moill, Catherine Gwet (ceirdeanna Dúshlán.) I Ile-de-France, 26 300 duine ghairm glas agus 739,700 fhéadfadh verdissante ghairm. I gairmeacha fireann-sheanársa, tá oibrithe dhá nó trí huaire níos mó ná i ionadaíocht an t-iomlán de na poist i bPáras. Na daoine óga a bhí páirteach in oiliúint tosaigh a bhaineann le hullmhú cáilíochtaí den chuid is mó treasach comhshaoil, agus i measc na n-áiteanna oiliúna sa réimse seo, atá maoinithe ag an rialtas, tá an chuid is mó inrochtana do dhaoine gan aon cháilíochtaí. Níos mó...

Posté par pcassuto à 17:54 - - Permalien [#]

Jobaviz.fr portail de job étudiant proposé par les CROUS

Jobaviz.fr portail de job étudiant proposé par les CROUS. Site internet proposant des offres d'emploi étudiant partout en France.
Jobaviz propose une recherche d'offres d'emploi par lieu (région, ville) et par domaine:
- aide à domicile
- animation, loisirs, sport
- bureau, administration
- hôtellerie, restauration, collectivités,
- vente, distribution
- aide aux devoirs
- emplois saisonniers
- garde d’enfants
- street marketing, phoning...
Il est possible de recevoir gratuitement les offres d'emploi par mail.
De leur côté, les particuliers, professionnels, une administration ou une association ont la possibilité de déposer gratuitement des annonces en ligne.
Découvrir le site jobaviz. Recherchez dès maintenant votre chambre, votre studio ou votre appartement, en résidence CROUS ou chez un particulier sur le site www.lokaviz.fr.

Jobaviz.fr student job portal proposed by CROUS. Website offering jobs student throughout France.
Jobaviz offers a search for jobs by location (region, city) and field.
Discover jobaviz website.
Search now your room, studio or apartment in CROUS residence or at a particular site www.lokaviz.fr
. More...

Posté par pcassuto à 17:41 - - Permalien [#]

Le Français Langue d’Intégration (FLI) au regard des politiques linguistiques destinées aux migrants

28 - Le Français Langue d’Intégration, au regard des politiques linguistiques destinées aux migrantsEclairage n° 28 - Le Français Langue d’Intégration, au regard des politiques linguistiques destinées aux migrants.
Un acronyme nouveau
est apparu depuis plus d'un an dans le paysage de la formation pourtant bien saturé en la matière.
En effet, et pour ne rester que dans le champ linguistique, nous connaissions de longues dates les FLE, FLS, FLP, on s'habituait du FOS et nous voilà devoir composer maintenant avec le FLI.
Si la signification F.L.I. pour Français Langue d'Intégration nous apporte un premier éclairage, un second éclairage apparaît nécessaire, pour mieux le situer dans la longue histoire des formations linguistiques pour migrants.
C'est l'objet de ce nouvel Eclairage.
Fichiers à télécharger: ECLAIRAGE n°28 FLI-Crefor-2013, A1-Loi n°71-575 du 16 juillet 1971, A2-Loi n°2004-391 du 4 mai 2004, A3-Code du travail-Article L6313-1, A4-FLI-Référentiel, A5 Décret n°2011-1266 du 11 octobre 2011, A6-Arrêté du 25 novembre 2011, A7-Arrêté du 4 novembre 2011, A8-FLI Guide OF, A9-Label qualité FLI_OF_Information préalable, A10-Label qualité FLI_OF_Formulaire candidature, A11-Label qualité FLI_OF_DVA, A12-Label qualité FLI_OF_Renouvellement, A13-FLI Guide AUD, A14-Label qualité FLI_GA, A15-Label qualité FLI_Auditeur_Déclaration intention, A16-Label qualité FLI Auditeur Formulaire Recommandation, A17-Label qualité FLI Auditeur DVA.
2.1 Le Cadre européen de référence pour les langues et ses niveaux

2.1.1 Le CECR: un instrument de référence pour la transparence et la cohérence

Le Cadre européen commun de référence pour les langues: apprendre, enseigner, évaluer (CECR), résultat de deux décennies de recherches, est comme son nom l’indique clairement, un cadre de référence. Il a été conçu dans l’objectif de fournir une base transparente, cohérente et aussi exhaustive que possible pour l’élaboration de programmes de langues, de lignes directrices pour les curriculums, de matériels d’enseignement et d’apprentissage, ainsi que pour l’évaluation des compétences en langues étrangères. Il est utilisé en Europe mais aussi en d’autres continents et est disponible en 38 langues.
Six niveaux de compétences en langues étrangères

Le CECR décrit les compétences en langues étrangères à six niveaux: A1 et A2, B1 et B2, C1 et C2. Il définit également trois niveaux intermédiaires (A2+, B1+, B2+). Basé sur une recherche empirique et une large consultation, cette échelle permet de comparer des tests et des examens en différentes langues (voir la section Le CECR et les examens de langues : une série d’outils). Il fournit aussi une base pour la reconnaissance mutuelle de certifications en langues, favorisant ainsi la mobilité éducative et professionnelle.
A1 > Utilisateur élémentaire - niveau initial ou de découverte
A2 > Utilisateur élémentaire - niveau intermédiaire ou usuel
B1 > Utilisateur indépendant - niveau seuil
B2 > Utilisateur indépendant - niveau avancé
C1 > Utilisateur expérimenté - niveau autonome
C2 > Utilisateur expérimenté - niveau maîtrise
La richesse du CECR ne se réduit pas à ses échelles de niveaux de compétences

Les échelles de compétences en langue étrangères du CECR sont complétées par une analyse détaillée des contextes communicatifs, thèmes, tâches et objectifs, ainsi que par des descriptions étalonnées de compétences nécessaires à la communication. Ceci explique en partie pourquoi le CECR est de plus en plus utilisé pour la formation des enseignants, la révision des curriculums de langues étrangères et l’élaboration de matériel pédagogique (concernant ces utilisations du CECR, voir la Synthèse des résultats d’une enquête menée en 2006 au sein des états membres du Conseil de l’Europe).
Le CECR dans des contextes spécifiques

Le CECR ne propose pas des solutions toutes prêtes, il doit toujours être adapté aux besoins de contextes spécifiques comme cela a été fait, par exemple, pour l’enseignement et l’apprentissage du romani et pour la langue des signes française. Il est particulièrement nécessaire d’interpréter et d’adapter soigneusement son système descriptif et ses niveaux de compétences quand il s’agit d'analyser les besoins de communication des migrants adultes et pour orienter l’évaluation de leurs compétences dans la langue du pays d’accueil (voir les études relatives à ce sujet).
2.2 Les diplômes nationaux

Les ministères français de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur proposent une large gamme de certifications en français langue étrangère (diplômes et tests) pour valider les compétences en français, depuis les premiers apprentissages jusqu’aux niveaux les plus avancés.
L’offre est adaptée à tous les âges et tous les publics. Elle est harmonisée sur l’échelle à 6 niveaux du Cadre européen commun de référence pour les langues.
Les diplômes (DILF, DELF, DALF) sont indépendants et sanctionnent la maîtrise des quatre compétences langagières. Ils sont valables sans limitation de durée.
Validées par une équipe de psychométriciens experts en évaluation, ces certifications sont internationalement reconnues et fréquemment utilisées par les ministères étrangers en charge de de l’éducation. Elles sont présentes dans plus de 1 000 centres d’examen répartis dans 164 pays.
DILF - Diplôme initial de langue française Public: grands débutants et nouveaux arrivants en France
DELF - Diplôme d'études en langue française
- DELF tous publics - Diplôme d'études en langue française Public: tous publics
- DELF Prim - Diplôme d'études en langue française Public: enfants (âgés de 8 à 12 ans) scolarisés au niveau de l'enseignement élémentaire
- DELF junior - Diplôme d'études en langue française Public: adolescents dans l'enseignement scolaire
- DELF scolaire - Diplôme d'études en langue française Public: adolescents dans l'enseignement scolaire
- DELF Pro - Diplôme d'études en langue française "option professionnelle" Public: personnes ayant pour objectif une insertion ou une promotion professionnelle en France ou en milieu francophone
DALF - Diplôme approfondi de langue française
Public: adultes en situation universitaire ou professionnelle...
4. L’arrivée du Français langue d’intégration (FLI)
Le concept de « français langue d’intégration » a été initié par la DGLFLF (Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France) et par la DAIC (Direction de l'Accueil, de l'Intégration et de la Citoyenneté) en 2011.
4.1 Présentation du Label
Le concept « Français langue d’intégration » vise à proposer un apprentissage en langue française des adultes immigrés dont le français n’est pas la langue maternelle, non couverte par les dispositifs de formation académique.
Il vise un usage quotidien de la langue française et l’apprentissage des outils d’une bonne insertion dans la société française (y compris la connaissance des usages, des principes et des valeurs de notre société). Le français langue d’intégration correspond à un usage acquis par immersion. Il privilégie la forme orale et la lecture, mais peut concerner l’écriture.
La création du label qualité « Français langue d’intégration » a pour objet, sur cette base, à mieux encadrer l’enseignement du français aux migrants.
Ce label est délivré par l’Etat aux organismes de formation. Il sera attribué pour une période de trois ans sur avis d’une commission comprenant les ministères concernés, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, le Haut conseil à l’intégration et des experts linguistes, didacticiens et qualiticiens.
La délivrance du label intervient à l’issue d’un audit portant sur:
- l’organisation et la gestion de l’organisme de formation,
- les modalités d’accueil des publics,
- les objectifs et les contenus des formations,
- les compétences des formateurs,
- la capacité à évaluer les niveaux acquis à l’issue des formations.
Peuvent concourir au label les associations, les sociétés de formation et les collectivités.
Un dispositif d’agrément particulier qualifie les associations ne comprenant que des bénévoles.
La labellisation comprend deux niveaux distincts:
- la reconnaissance de la qualité de la formation,
- le droit à certifier des niveaux de langue acceptés par l’administration.
Le label FLI pourra être pris en compte dans les marchés des administrations et des collectivités.
Le label FLI se décline dans le domaine professionnel. Il peut comprendre une démarche d’alphabétisation.
Le label FLI est fondé sur un référentiel publié au Bulletin officiel du ministère de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration.
Il est compatible avec:
- les labels ou certifications de qualité (ISO 29910, NF service, OPQF);
- le label FLE du CIEP;
- ou encore le label européen des langues.
Plusieurs universités (Nanterre, Nancy, Cergy Pontoise, Strasbourg) ont introduit un cursus de recherche et d’enseignement autour de ce nouveau concept, afin de qualifier des formateurs dans la discipline du FLI. Télécharger l'ECLAIRAGE n°28 FLI.
28 - Le Français Langue d’Intégration, au regard des politiques linguistiques destinées aux migrants Soilsiú # 28 - An Comhtháthú Teanga Fraince, i dtéarmaí polasaithe teanga d'imircigh.
Tá acrainm nua le feiceáil i níos mó ná bliain sa tírdhreach oiliúint fós limistéar an-sáithithe.
Go deimhin, agus chun fanacht i réimse teanga, tá a fhios againn go leor dátaí an FFL, FLS, FLP, FOS accustomed dúinn agus táimid anois ag déileáil leis an FLI.
Má thugann an tábhacht FLI um Chomhtháthú Teanga Fraincis dúinn an chéad solas, is é an dara solas riachtanach chun suidhte níos fearr i stair fhada na hoiliúna teanga d'imircigh. Níos mó...

Posté par pcassuto à 17:10 - - Permalien [#]

La prise de distance, gage de réussite de la VAE

Carif Oref Midi-Pyrénées "La prise de distance, gage de réussite de la VAE"
Depuis 2006, l'Opca des salariés des professions libérales a mis au point une VAE dont le jury se tient à distance, ce qui lui semble être un des secrets de la réussite de la validation des acquis dans ces branches. Près de 2 200 salariés des professions libérales se sont inscrits dans une démarche de VAE depuis 2006. 80% ont obtenu une certification complète. La démarche a été construite sur trois concepts: suivi individuel, jury à distance et responsabilité de tous les acteurs via l'accès à la plateforme de suivi. L'entretien avec le jury se fait dans un organisme où le candidat est attendu, par téléphone. Selon une enquête, 90% des répondants sont restés dans l'entreprise, 44% ont obtenu une augmentation et/ou des responsabilités nouvelles à la suite de leur démarche de VAE. Principale motivation des candidats: la reconnaissance de leurs compétences professionnelles. La plate-forme d'accès e-VAE compte plus de 400 inscrits. Entreprise et carrières, n° 1134, du 5 au 11.3.13, p. 21.
Portail VAE des professions libérales

La reconnaissance des compétences des salariés: une priorité pour les professions libérales

Cette volonté de reconnaitre les compétences et la qualification des salariés se traduit notamment par le développement et la création de certifications professionnelles (CQP ou Titres).
Depuis 2001, les différentes branches professionnelles des professions libérales déploient, avec le soutien technique de l’OPCA PL, des démarches d’accès à ces certifications par la Validation des acquis de l’expérience (VAE).
Aujourd’hui, elles ont décidé de généraliser à toutes les professions un dispositif innovant d’accompagnement en ligne des candidats à la VAE. Découvrez les certifications accessibles par la VAE. Liste des branches professionnelles.
CARIF Oref Midi-Pyrenees "Taking away a guarantee of success VAE". Since 2006, employees Opca professions developed VAE jury which is at a distance, what appears to be a secret of the success of the validation of these branches. Nearly 2200 employees professions are enrolled in a process of VAE since 2006. 80% achieved full certification. The approach has been built on three concepts: individual monitoring, and remote panel responsibility of all stakeholders through access to the tracking platform. More...

Posté par pcassuto à 16:45 - - Permalien [#]