Institut national de la statistique et des études économiquesPrésentation

À la rentrée 2010, le taux de scolarisation des enfants de 2 ans recule pour la neuvième année consécutive. Il s'établit à 13,6%, alors qu'un enfant sur trois âgé de 2 ans était encore scolarisé jusqu'au début des années 2000. La scolarisation des enfants dans le premier degré reste relativement stable. Le second degré comprend des élèves en moyenne plus jeunes: les élèves de plus de 18 ans sont en léger recul et les 11 ans plus nombreux. Dans l'enseignement supérieur, la scolarisation est en hausse chez les jeunes de 17 à 23 ans et plus particulièrement chez les 19 ans. Au sein de l'apprentissage, c'est chez les jeunes de 23 ans que la scolarisation progresse le plus, alors qu'elle recule chez les 18 ans et moins.
L'espérance de scolarisation est stable par rapport à l'année précédente. Les taux de scolarisation par âge, constatés pendant l'année scolaire 2010-2011, permettent d'espérer, pour un jeune âgé de 15 ans, une formation initiale de 6,2 années dont 2,6 années dans l'enseignement supérieur. Limiter les sorties précoces du système éducatif est une priorité des pouvoirs publics au niveau national et européen. Amener en dessous de 10% la proportion de jeunes en situation de décrochage vis à vis du système d'éducation ou de formation constitue l'un des objectifs de la stratégie européenne Europe 2020. En 2011, 13,5% des jeunes européens de 18 à 24 ans ont arrêté leurs études sans avoir obtenu au moins un diplôme de l'enseignement secondaire de second cycle. En France, l'objectif national est de passer de 12% en 2011, à 9,5% en 2020.
Depuis 1970, la proportion de bacheliers dans une génération a progressé de 50 points pour atteindre près de 72% à la session 2011. Cette forte progression résulte essentiellement de la croissance du nombre de bacheliers généraux et de l'essor du baccalauréat professionnel depuis sa création au milieu des années 80.
Le nombre d'apprentis a doublé en 20 ans et atteint 426 300 en 2010-2011 (+0,4% sur un an). Suite à la rénovation de la voie professionnelle déployée en 2009 dans l'apprentissage, le report des effectifs du brevet d'études professionnelles (BEP) s'est essentiellement fait au profit du baccalauréat professionnel en 3 ans. Ainsi, le niveau de formation V recule. Il accueille 191 900 apprentis. Bien qu'il domine encore, le certificat d'aptitude professionnelle (CAP) ne représente dorénavant que 43% de l'ensemble des apprentis, contre 51% il y a 10 ans. Le niveau IV accueille presque 30% des apprentis et progresse encore cette année grâce au nombre accru d'apprentis en baccalauréat professionnel. L'apprentissage dans l'enseignement supérieur progresse de 8% en un an. Le BTS y prédomine. Les autres formations du supérieur accueillent désormais plus de 14% des apprentis contre moins de 3% il y a 15 ans.
Tableaux et graphiques. Pour en savoir plus. Données complémentaires: Taux de participation financière des entreprises à la formation continue.

Institut national de la statistique et des études économiquesCur i láthair
I mí Mheán Fómhair 2010, an ráta rollaithe do leanaí idir 2 bliain ar ais don naoú bliain as a chéile. Níos mó...