Le blog de Jean-Luc Vayssière. Un article du Monde, intitulé « Noter ses enseignants, ce n’est pas pour demain », vient d’attirer mon attention. Dès le titre s’exprime un fantasme: si seulement on pouvait noter les enseignants, ces gens qui passent leur vie à donner des notes! L’imagination s’anime: comme durant le carnaval des sociétés anciennes, les valeurs se retournent et les élèves notent les professeurs – qui refuseraient l’inversion des rôles. Cette vision caricaturale, dans un sens ou dans l’autre, est malheureusement celle qui est la plus souvent relayée dans les médias, mais parfois par les protagonistes du monde éducatif; elle empêche de voir les vrais enjeux de cette question très importante. Tout d’abord, évaluer, ce n’est pas forcément noter, et cette équivalence presque systématique est révélatrice d’une conception de l’évaluation d’une grande pauvreté. Ensuite, il faut savoir ce qu’on évalue. L’article du Monde indique avec ironie qu’on ne va pas évaluer les enseignants, mais seulement les enseignements. Cette ironie trahit une incompréhension profonde du problème. Suite de l'article...
An blag de Jean-Luc Vayssière. Tá Le Monde article, dar teideal "Ráta na múinteoirí, nach bhfuil sé seo don lá amárach," tá mo aird. Ón an teideal in iúl go Fantasy: más rud é amháin gur féidir linn a thabhairt faoi deara na múinteoirí, na daoine a chaitheann a saol nótaí a thabhairt samhlaíocht a thagann beo. Níos mó...