Un Guide E-learning pour la formation des formateurs. De la conception à l’implémentation. Guide pour les praticiens, réalisé en 2009 dans le cadre du projet européen MEDA-ETE, propose une méthodologie de projet e-learning, appliquée à la création d'un cours en ligne sur la formation à distance.
Il s'appuie sur les questionnements pédagogiques et didactiques des initiateurs afin de présenter pas à pas les étapes de développement du projet sur les bases de la méthode A.D.D.I.E (Analyse, Design, Développement, Implementation, Evaluation).
L'analyse qui a été réalisée pour la mise en place du projet de formation fait de ce document un guide incontournable pour débuter sa réflexion sur tout projet de formation à distance.
Télécharger E-learning pour la formation des formateurs, De la conception à la mise en oeuvre, Guide pour les praticiens.
10. RÉSUMÉ

L’expérience acquise par le projet MEDA – ETE est un exemple, spécialement du point de vue méthodologique, pour toutes les institutions de formation de formateurs intéressées à introduire et à adopter le e-learning dans leur processus d’enseignement. L’expérience a montré que l’approche adoptée dans le cours MEDA- ETE, fondée sur une méthode mixte, associant l’apprentissage asynchrone et les activités d’apprentissage collaboratif aux réunions en face-à-face, tant au niveau national que régional, orientée vers une production de résultats plutôt qu’une simple évaluation des connaissances factuelles, a été couronnée de succès en répondant aux besoins des utilisateurs.
Quelques-uns des éléments qui ressortent de l’expérience MEDA-ETE et qui peuvent être considérés comme des conditions nécessaires pour la réussite du e-learning sont les suivants:
■■ Les institutions de formation des formateurs doivent être impliquées durant tout le processus.
Leur implication, dès le début du projet, permet d’obtenir des données importantes sur le contexte national et institutionnel des partenaires des différents pays, à travers leur contribution à la validation et à l’amélioration des outils d’enquête pour l’analyse des besoins et le recueil des données à analyser, et à travers leur appui constant pour le suivi de la progression des apprenants dans tout le processus. Cette implication assure, en même temps, la mise en oeuvre concrète du e-learning dans l’organisation ou l’institution et l’allocation de ressources humaines au projet.
■■ Dans un projet avec une telle dimension régionale, la langue est un aspect important ayant un impact à des niveaux différents:
• Sur la disponibilité des ressources d’apprentissage, parce que le e-learning a ses racines dans le monde anglo-saxon et qu’il peut être difficile de trouver des ressources adaptées et une terminologie en d’autres langues. Dans ce cas, les experts locuteurs natifs impliqués dans le projet doivent être invités à offrir leur aide et les apprenants doivent être incités à contribuer en présentant de bonnes pratiques et des exemples dans leurs institutions et leurs pays.
• Sur le processus d’apprentissage et la collaboration parmi les étudiants. Une faible connaissance de la langue ralentit le processus d’apprentissage, divise la communauté d’apprentissage dans des groupes différents avec une vitesse différente et met aussi en danger le cours, car la performance et la collaboration parmi les étudiants sont rendues difficiles par une faible compréhension du contenu et une capacité limitée d’exprimer les idées et les suggestions. Encourager le travail de groupe peut aider à trouver une solution, car les participants moins compétents peuvent profiter des collègues plus habiles. Une autre solution peut être la traduction du cours dans la langue nationale afin d’assurer une meilleure accessibilité et une meilleure compréhensibilité.
■■ Dans un environnement d’ETFP, les activités pratiques (approche par les résultats) fondées sur une construction progressive des résultats et une active implication des participants (approche d’apprentissage par l’action) sont vivement préconisées. Une approche par les résultats offre aux étudiants un «bac à sable» où ils peuvent expérimenter l’utilisation des nouvelles connaissances acquises dans le contexte de leur domaine professionnel.
■■ Les enseignants peuvent encore avoir des difficultés à accepter et comprendre les nouveaux processus et contextes d’apprentissage et d’enseignement, en particulier l’approche socioconstructiviste. Les apprenants doivent être incités à exploiter autant que possible la plateforme comme un outil de travail collaboratif. Les groupes de participants établis dans les différents pays peuvent avoir pour tâche d’atteindre certains résultats ou d’être engagés dans une tâche liée au processus lui-même, dont l’objectif est de travailler efficacement dans un groupe ou dans une équipe au sein des communautés nationales et/ou de la communauté régionale.
■■ La structure du cours doit être claire dès le début et les participants doivent en être informés au bon moment. Ceci permet aux participants d’avoir une vue d’ensemble précise du cours (modules, contenu des unités d’apprentissage, activités planifiées et activité finale de synthèse). Les participants doivent aussi être informés dès le début sur:
• Comment utiliser les outils et comment les contenus sont structurés. De cette manière, les participants ne perdent pas de temps à s’orienter dans l’offre de formation et cela atténue le risque que leur attention et leur énergie diminuent;
• Le rôle de chaque expert spécifique impliqué dans le tutorat, ses tâches et sa disponibilité en termes de jours et heures de travail. Cela permet aux participants de savoir quand ils peuvent contacter les e-tuteurs et, en même temps, de poser leurs questions à l’expert le plus approprié.
■■ La plateforme à choisir doit prendre en compte plusieurs aspects, en particulier:
• Offrir un support multilingue afin de permettre aux concepteurs du cours de créer divers espaces de travail (en cas d’environnement international avec plus d’une langue d’échange) selon les différentes langues parlées;
• Ne pas avoir de coûts ou avoir des coûts réduits pour chaque enseignant et chaque institution;
• Assurer la durabilité de chaque projet dans chaque pays;
• Être cohérent avec le système de chaque pays au niveau des programmes;
• Prévoir des outils pour soutenir les activités d’apprentissage collaboratif.
■■ Une reconnaissance institutionnelle de la certification doit être prévue. Une reconnaissance officielle (nationale, institutionnelle ou même internationale) peut aussi jouer un rôle important non seulement pour motiver les apprenants pendant le cours mais aussi pour encourager la continuité de l’effort des participants et pour augmenter les possibilités d’emploi. Il faut considérer l’opportunité de délivrer un certificat qui peut être utilisé dans l’environnement académique ou institutionnel auquel appartient l’étudiant.
■■ On préconise d’utiliser un modèle de production récursif, même dans le cas d’un cours fait sur mesure pour les besoins d’un groupe spécifique. Il peut y avoir des problèmes quand, conséquemment à des rotations et/ou des remplacements parmi les participants du cours, les apprenants réels sont différents de la population cible prévue. Délivrer les modules d’apprentissage un par un, en utilisant le feedback des étudiants sur les modules précédents pour adapter le module suivant, peut être un processus coûteux en termes de temps et d’effort, mais il assure que le cours et la cible sont toujours en accord, en minimisant les problèmes et les abandons.
■■ Des réunions virtuelles complémentaires, spécifiques au pays, la session de formation et les réunions régionales (quand le projet a une dimension régionale) peuvent être nécessaires tout au long du parcours de formation pour acquérir une meilleure compréhension des principales difficultés des apprenants, leur donner un soutien ad hoc et les motiver pour les étapes à venir. Une réunion régionale au début de la formation peut aussi être l’occasion d’encourager et de favoriser un dialogue constructif dans le domaine du e-learning et assurer une bonne coordination des efforts entre le niveau national d’opérationnalisation et le niveau de coordination du projet, pour lancer la formation.
■■ Certaines compétences à utiliser les technologies de l’information et de l’apprentissage, telles que l’utilisation des technologies de communication ou les outils Internet, mais aussi la capacité à s’organiser dans un processus d’auto-apprentissage sont des compétences préalables nécessaires afin que le e-learning soit adopté avec succès. Les participants doivent être expérimentés dans l’utilisation d’Internet et des technologies de communication et avoir aussi une expérience préalable dans le e-learning. Il faut prendre des mesures pour le cas où les participants ont des niveaux de connaissances différents, par exemple recruter des formateurs en TIC pour aider les apprenants à surmonter leurs difficultés avec les technologies ou augmenter le soutien des tuteurs.
■■ Dans certains pays le contexte technologique et les infrastructures existantes peuvent représenter une barrière. Les apprenants peuvent ne pas posséder un ordinateur chez eux et dépendre des ressources disponibles dans leurs institutions ou dans les cafés Internet. Le partenariat public-privé entre les autorités des systèmes éducatifs et les entreprises privées peut être une solution. Les certifications internationales, telle que celle offerte par le passeport de compétences informatique européen (PCIE), délivré dans plusieurs pays pour attester des compétences informatiques à plusieurs niveaux, peuvent représenter un avantage.
■■ Le suivi de la progression pédagogique des participants est très important pour comprendre s’ils avancent sur la bonne voie ou si des mesures correctives sont nécessaires. Il faut créer des outils spécifiques, comme par exemple un rapport d’activité mensuel (avec les activités principales des apprenants). Les institutions de formation des formateurs doivent s’impliquer activement, en soutenant un suivi continu de la progression des apprenants et en organisant, si besoin est, des sessions de formation spécifiques pour régler des questions particulières. Dans les projets à long terme, un coordinateur national est conseillé pour donner une contribution significative à l’organisation des réunions en face-à-face (c’est-à-dire l’aménagement des environnements d’apprentissage et des équipements nécessaires pour les salles de réunion). Il peut aussi contribuer au suivi du projet, par exemple informer sur des situations particulières pour certains participants ou certaines institutions où travaillent les participants (c’est-à-dire pression de l’institution, possibilité d’engagement, changements au sein de la direction qui peuvent conduire à une distribution différente du temps et des responsabilités).
■■ Le système d’évaluation à adopter ne doit pas viser à punir les étudiants, mais à les soutenir dans la compréhension de la méthodologie du e-learning pour acquérir des connaissances. Les étudiants doivent avoir la possibilité d’accéder à tout moment, quand ils veulent, aux tests d’auto-évaluation et de consulter les contenus pendant le test afin de faire porter leur attention sur l’étude réelle des contenus, tout en étant conscients que le but n’est pas d’obtenir une bonne note mais d’acquérir les concepts fondamentaux. En outre, quand le cours est construit sur une approche socioconstructiviste, il faut prendre en compte, dans le système d’évaluation, la participation active des apprenants sur la plateforme et les connaissances acquises en discutant avec les pairs et les tuteurs (forums, discussions, chats, etc.). Télécharger
E-learning pour la formation des formateurs, De la conception à la mise en oeuvre, Guide pour les praticiens.

A Guide for E-learning training of trainers. From conception to implementation. Guide for practitioners, made ​​in 2009 as part of the European project MEDA-ETE project proposes a methodology for e-learning, applied to the creation of an online course on distance education. More...