21 janvier 2013

Bildung als Privileg oder Uni für alle?

TeamFrühjahrstagung der Bundesarbeitsgemeinschaft Wissenschaftliche Weiterbildung für Ältere (BAG WiWA) vom 06. bis 08. März 2013 an der Universität Oldenburg zum Thema Bildung als Privileg oder Uni für alle? Weitere Informationen finden Sie hier.
Herzlich willkommen zur BAG WiWA-Jahrestagung vom 6. – 8. März 2013 im C3L der Carl von Ossietzky Universität Oldenburg!
Bildung als Privileg oder Uni für alle?

Bildungsgerechtigkeit, Inklusion, Diversität und intergenerationelles Lernen als Herausforderungen für die wissenschaftliche Weiterbildung Älterer
Mittlerweile ist es fast eine Selbstverständlichkeit geworden, dass sich Menschen ein Leben lang weiterbilden: Wollen sie den immer schnelleren Wandel in Wissenschaft, Wirtschaft, Technik, Umwelt und Gesellschaft bewältigen, dann müssen sie „am Ball bleiben“ und sich in unterschiedlichen Lebensphasen und Lebensbereichen neues Wissen, neue Fertigkeiten aneignen und neue Kompetenzen erwerben. Aber haben wirklich alle die gleichen Chancen dazu? Und sind wirklich alle gleichermaßen in unseren (Weiter)Bildungseinrichtungen und unseren Hochschulen willkommen? Wie müssen Lernprozesse gestaltet sein, wenn Diversität ernst genommen wird? Wie passen zum Beispiel Bildungsgerechtigkeit auf der einen und Vollkostendeckung für weiterbildende Angebote an Hochschulen auf der anderen Seite zusammen? Passt das überhaupt zusammen?
Bildungsgerechtigkeit, Inklusion, Diversität und intergenerationelles Lernen sind Herausforderungen, mit denen sich auch die wissenschaftliche Weiterbildung Älterer beschäftigen muss, wenn Hochschulen zu einem Ort des lebenslangen Lernens werden sollen. Die BAG WiWA-Jahrestagung bietet in 2013 erneut die Gelegenheit, sich mit Fachkolleginnen und –kollegen über die brennenden Fragen und anstehenden Herausforderungen auszutauschen und neue Impulse für die eigene Arbeit vor Ort zu erhalten. Wir laden Sie herzlich ein, sich an diesem lebendigen Dialog zu beteiligen!

Posté par pcassuto à 21:50 - - Permalien [#]


Communiqué de la CP‐CNU sur la proposition 126 du Comité de Pilotage: “Supprimer la procédure de qualification”

COMMUNIQUE DE LA CP-­CNU SUR LA PROPOSITION 126 DU COMITE DE PILOTAGE: “Supprimer la procédure de qualification.”
Le comité de pilotage a rendu son rapport le 17 décembre 2012, au Président de la République. On peut y lire entre autres, la proposition 126 “Supprimer la procédure de qualification.”
Cette proposition était la 106ème de la liste des 121 propositions du comité de pilotage lors des deux journées des Assises Nationales. Le rapporteur avait, lors de son discours, constaté la non unanimité sur cette question et avait suggéré l’arbitrage de Madame la Ministre. La CP­CNU est donc très étonnée de retrouver cette proposition dans le rapport final, mais surtout de lire les commentaires l'introduisant, qui dénotent une ignorance des travaux des 3480 membres, titulaires et suppléants, élus et nommés, qui siègent dans les sections. Plusieurs affirmations dans ces commentaires montrent une méconnaissance des textes réglementaires et des propositions de la CP-CNU. C'est pourquoi celle-ci désire éclaircir quelques points. Dans ce qui suit, nous avons reproduit des extraits de phrase de ces commentaires afin de clarifier et contextualiser nos réponses.
"un nombre d’enseignants-chercheurs considérable qui seraient mieux employés à travailler à la recherche ou à la formation"

Le premier paragraphe est un jugement dénigrant le travail de tous ces collègues, élus ou nommés, qui oeuvrent pour la défense de la qualité du Service Public de l'ESR par le traitement des demandes de qualification. En leur conseillant de faire autre chose que cette mission, le comité de pilotage dénigre en outre le jugement des membres de la CP-CNU qui se sont exprimés presque unanimement pour le maintien des qualifications (142 oui, 1 non, lors de la consultation de novembre 2012) et majoritairement contre un allègement de cette procédure, lors de la consultation de septembre 2012. L'université française est fondée sur la gestion nationale des carrières par les pairs, dès le XIXème siècle. Remettre en cause ce fondement revient à défendre la loi LRU et une vision néomanagériale des carrières.
"appliquée à certains recrutements et pas à d'autres" et "le doctorat étranger suffit à garantir le niveau requis pour devenir maître de conférences"

Une exception à la qualification a été introduite dans les décrets en 2009 (articles 22 et 43 du décret 84-431), et ne s'applique qu'aux candidats exerçant à l'étranger des fonctions d'un niveau équivalent à celui de l'emploi à pourvoir, fonctions dont la liste, très limitative, est en ligne sur le site de la DGRH. Ces candidats peuvent être dispensés de qualification après examen du dossier par le conseil scientifique de l'établissement dans lequel ils candidatent. La CP-CNU, dans une enquête auprès de toutes les sections, dont les résultats sont publics, demande une forte limitation de ces exceptions, qui entraînent une inégalité devant le concours. Ecrire que le doctorat étranger suffit à garantir le niveau requis pour devenir Maître de Conférences est une affirmation qui révèle une réelle méconnaissance des textes. Les titulaires d'un diplôme étranger jugé équivalent, doivent demander une qualification au CNU qui peut dispenser de la thèse ou de l'Hdr.
"Les organismes de recherche se passent de la procédure de qualification"

Il est dangereux – et hors de propos – de comparer le recrutement dans les organismes de recherche et à l'université. Ainsi, le CNU évalue des dossiers en vue d’une profession complexe, associant enseignement et recherche, ce que les seuls travaux scientifiques ne peuvent garantir.
De plus, les postes dans les universités sont fléchés, plus rarement dans les organismes; le CNRS, comme les autres organismes, pratique une étape d'admissibilité au niveau national puis recrute. Mais le CNRS est un seul et même organisme, alors que les établissements sont « autonomes ».
Il n’est surtout pas dans le propos de la CP-CNU d’opposer grands organismes et universités, enseignants-chercheurs et chercheurs. Ce serait contre productif et nuirait au Service Public de l’ESR.
“La qualification est finalement le signe d’un manque de confiance unique au monde envers les universités”

La loi LRU a complètement brouillé le paysage universitaire, mais a renforcé a contrario la confiance que les universitaires ont dans le CNU (voir le résultats des élections de 2011, avec un taux de participation en augmentation de 2% par rapport à 2007 -­ année de la loi LRU -­ lui-même en augmentation de près de 3 points par rapport à 2004), instance nationale, indépendante du pouvoir politique et des potentats locaux.
Les universitaires voient dans le CNU un véritable contrepoids aux pratiques locales. Si la thèse ou l'habilitation à diriger des recherches sont appréciées pour leur niveau scientifique, la qualification n’est en rien une procédure redondante avec le jury de thèse ou d'habilitation à diriger des recherches. Les sections sont des instances paritaires et collégiales, représentant un groupe de disciplines, édictant des critères propres à la section, qui s’appliquent à tous et constituent une forme d'égalité nationale de traitement des candidats devant l'accès au concours.
Les décisions prises par cette instance dans laquelle siègent en très grande partie des universitaires de la discipline – mais également des chercheurs –, élus par les pairs (ou nommés par le ministère), ne sont que très rarement contestées car elles sont prises collégialement après un débat contradictoire. A contrario, nous notons pas exemple, que sur 49 postes de Professeur proposés en 2011 au titre de l’article 46.3, plus d’un quart (13) n’a pas été pourvu suite au refus des sections CNU de valider le(s) candidat(s) proposé(s) par les établissements.
La rigueur – à laquelle il est fait référence dans ce texte, uniquement pour les établissements – est la règle depuis toujours dans les débats des sessions CNU, et en particulier dans la session de qualification. De plus, les sections CNU respectent des règles de déport très strictes, ce qui permet d’éviter, par exemple, les problèmes de déontologie. En revanche, la rigueur et la déontologie des comités de sélection sont plus souvent fortement discutables, et discutées. C'est encore plus discutable dans les CA restreints des universités LRU.
“Il est vrai que dans certaines sections (histoire ou sciences politiques), la qualification est loin d’être automatique”

Là encore, une méconnaissance des travaux des sections se fait jour. Les sections ont toutes, depuis quelques années, travaillé dans le sens de la transparence en publiant par exemple les critères propres à la section – qui découlent des us et coutumes mais également des discussions en assemblée générale, qui permettent, entre autres, de prendre en considération les évolutions de chaque discipline –, les résultats statistiques des sessions et en particulier des qualifications. Aucune section n’affiche de taux proche de 100%. Encore faut-­il savoir interpréter ces taux en considérant les dossiers comme relevant typiquement de la discipline représentée dans la section et de ceux qui visiblement, relèvent d’une autre section.
“le seul argument pour défendre la procédure de qualification consistait à en louer son rôle de rempart contre le recrutement local“
Le comité de pilotage a reçu les propositions de la CP-­CNU mais également une étude complète sur la procédure de qualification qui avance d'autres arguments, comme l'étude approfondie de la capacité du candidat à devenir enseignant-­chercheur (y compris dans sa dimension pédagogique), et la nécessité d’une étape nationale dans le concours de recrutement pour garantir un statut dans la fonction publique d’état, par opposition à la fonction publique territoriale. Ces arguments ont été avancés pendant les débats des Assises. Il faut cependant remarquer que les participants ont découvert les 121 propositions seulement en entrant dans les ateliers du lundi 26 novembre après-­midi, et encore uniquement celles propres à leur atelier, ignorant ainsi celles des autres ateliers. La proposition 106 de supprimer la qualification, inscrite par écrit dans l'atelier sur la réorganisation du paysage de l’ESR, a finalement été discutée dans l'atelier recherche, oralement et sans texte. Cette méthode est inadmissible. Malgré tout, des arguments ont été avancés dans l'atelier recherche, en particulier l'étude complète des dossiers, c’est-­à-dire des différents volets qui caractérisent le métier d’un enseignant-­chercheur. Un autre argument a mis en lumière que la qualification est aussi (et surtout) une reconnaissance scientifique nationale de la qualité des activités par les pairs de la discipline. L’argument statutaire pour la Fonction Publique d’Etat a été présenté dans l’atelier sur la réorganisation de l’ESR, avec pour seule réponse que ce n’était pas le lieu d’en parler.
“Nous proposons par exemple de contrôler les procédures de recrutement, pas systématiquement, a posteriori.”

Quelle solution étrange au moment où l'on parle de résorption de la précarité! Il est proposé tout simplement de recruter des futurs collègues, puis de constater que la procédure n’est pas conforme. Au bout de combien de temps? Sur quels critères? Qui décide? Quel statut et quel devenir pour les nouveaux recrutés? Quel contrôle sur quel recrutement?
“Le CNU et le CoNRS pourraient également produire ensemble des principes directeurs“

Pourquoi associer le CNU et le CoNRS dans le processus de recrutement des enseignants-­chercheurs? Si la qualification est la première étape du recrutement, le CNU ne recrute pas, mais garantit l’égalité et l’équité pour tous les candidats sur l’ensemble du territoire. Le CoNRS recrute des chercheurs exclusivement au niveau national. Il n’a pas l’expérience de la diversité des recrutements locaux, et encore moins des moyens d’en empêcher les dérives.
“La suppression de la qualification dégagera du temps au CNU pour lui permettre de concentrer son énergie sur le suivi de carrière des enseignants-chercheurs”

En 2008, les projets des décrets statut et CNU prévoyaient de dessaisir le CNU des missions de promotions et CRCT pour les réserver aux seuls établissements avec tous les travers que l'on pouvait imaginer. D'après la ministre de l'époque, cela aurait dégagé du temps pour que les sections CNU s'occupent de l'évaluation individuelle. Mais cela aurait changé complètement le rôle et les missions du CNU, entraînant à terme sa disparition. Le fort mouvement de 2008-­2009 a fait échec à ce projet. La CP-­CNU s’est prononcée récemment, lors de l’Assemblée Générale du 5 octobre 2012, contre l’évaluation individuelle, récurrente et systématique. En 2012, on nous propose de supprimer la qualification pour dégager du temps pour s'occuper du suivi de carrière des Enseignants-­‐Chercheurs. La CP-CNU a envoyé au comité de pilotage une étude sur le coût humain et financier des qualifications qui contredit l'affirmation du comité de pilotage qui la considère chronophage. Ajoutons d’ailleurs que si la qualification est supprimée, tous les docteurs – ou maîtres de conférences – quelque soit la qualité du dossier, pourront candidater sur tous les postes publiés quelle que soit la section de rattachement. Le côté chronophage, si tant est que l’on puisse s’en prévaloir, serait reporté sur les comités de sélection et donc les établissements. Les coûts au niveau local s’en trouveraient augmentés de manière conséquente. La qualification est donc, déontologiquement et économiquement, un filtre national au recrutement local. Il faudrait évaluer le coût du suivi de carrière de tous les Enseignants-Chercheurs en comparaison de celui de la qualification. Si ce suivi était mis en place pour tous et de manière récurrente, son coût serait certainement beaucoup plus élevé que celui de la qualification, son bénéfice potentiel restant à démontrer.
Téléchargez le Communiqué de la CP-CNU- Qualifications.

PREAS AN CP - AAP 126 AR AN TOGRA ÓN COISTE STIÚRTHA: "Scrios an próiseas cháilíocht."
An coiste stiúrtha a thug a thuarascáil ar an 17 Nollaig 2012, Uachtarán na Poblachta. Deir sé i measc rudaí eile, leis an togra 126 "Scrios an próiseas cháilíocht."
Ba é an togra seo an 106ú ar an liosta de 121 moltaí an Choiste Stiúrtha i rith an dá lá na Comhdhála Náisiúnta. An rapóirtéir a bhí, le linn óráid a thug sé, thug an aontoilíocht neamh ar an gceist seo agus mhol an tAire Madam eadrána. Is é an CPCNU an-iontas a aimsiú leis an togra sa tuarascáil deiridh, ach go háirithe a léamh na tuairimí a thabhairt isteach, in iúl aineolas ar an obair 3480 comhaltaí agus comhaltaí malartacha, tofa agus ceapadh, a shuíonn in ailt. Níos mó...

Posté par pcassuto à 21:23 - - Permalien [#]

Lettre de la Ministre au président de l'AERES

AERESLe 17 décembre dernier, le rapport du comité de pilotage des Assises a été remis au Président de la République et rendu public. Les conclusions, sans présager de la suite qui sera donnée dans la Loi concernant l’AERES, évoquent des principes relatifs à l'évaluation qui rejoignent pour une grande part ceux portés par l’AERES dans ses contributions.
Dans la poursuite des Assises, le récent rapport du député Le Déaut, propose la mise en place d’une nouvelle autorité administrative indépendante et des modalités d’évaluation, également proches de nos propositions. D’ici la fin du mois, un premier projet de loi sera soumis à la concertation, pour une présentation du projet au Parlement, à l’été 2013.
Ces éléments d’étape étant posés, je tenais tout particulièrement à vous assurer de mon  soutien dans la conduite des évaluations en cours. A plusieurs reprises lors de ces derniers mois, l’AERES a été sujette à de vives critiques, tant sur la conduite de ses missions que sur son fonctionnement. Elles ont même parfois porté sur la communauté travaillant pour l’AERES. En tant que président de l’AERES, j’ai déjà fait part à certains auteurs, de mon indignation, et rappelé que de tels propos, dépassant le simple débat d’idées, ne pouvaient être tenus.
La situation d’incertitude actuelle ne doit pas nous faire oublier notre mission actuelle. A cet effet, je joins le courrier de la Ministre que j’ai reçu fin décembre, dans lequel elle fait part aux personnels et collaborateurs de l’AERES, de son appréciation du travail accompli actuellement et dans de nouvelles modalités, dans un souci de continuité du service public. Il me semble que ces propos s’adressent aussi à vous.
Vous remerciant encore de votre collaboration aux travaux conduits pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement et de la recherche,
Cordialement
Didier Houssin
Télécharger le courrier de la Ministre: Courrier MESR 24.12.12.

AERES On December 17, the report of the Steering Committee of Focus was given to the President of the Republic and made public. Conclusions, without predicting the result will be given in the Act respecting the AERES evoke principles governing the assessment to meet a large part those worn by AERES its contributions. In pursuit of Assisi, the recent report of the deputy Déaut, proposes the establishment of a new independent administrative authority and evaluation methods, also close to our proposals. More...

Posté par pcassuto à 21:17 - - Permalien [#]

2012: quel bilan pour les sites Internet du PRAO?

Vous êtes de plus en plus nombreux à consulter les sites du PRAO. La fréquentation pour l'année écoulée est en augmentation par rapport aux autres années. Merci pour votre fidélité!
Progression des visites sur prao.org
En 2012, prao.org connaît une hausse de 12% de fréquentation, notamment pour le mois d'octobre qui comptabilise une hausse de 53% des visites par rapport à 2011.
Vous avez été particulièrement nombreux à consulter l'offre de formation en Rhône-Alpes, les formations proposées par le PRAO et ses partenaires (plan de professionnalisation) ainsi que les outils à destination des professionnels de l'orientation et de la formation.
Prao.org c'est aussi:

- des études emploi formation
- la possibilité d'emprunter des documents en ligne via notre Centre de Ressources
- des informations sur la VAE notamment la VAE en Rhône-Alpes
- chaque semaine des actualités et des évènements à retrouver dès la page d'accueil dans l'agenda.
Suivez l'actualité de prao.org en vous abonnant à la lettre d'information.
Augmentation des visites sur rhonealpes-orientation.org

Rhonealpes-orientation.org, site destiné aux jeunes, salariés et demandeurs d'emploi, connaît en 2012 une évolution de 35% par rapport à 2011. Avec, là aussi, un pic en octobre. Professionnels de l'orientation, de la formation et de l'emploi, n'hésitez pas à conseiller ce site à vos publics!
En 2012, les internautes ont surtout privilégié la consultation de l'offre de formation en Rhône-Alpes, l'agenda des évènements emploi, formation dans la région ainsi que les rubriques "s'informer sur les métiers et l'emploi" et "VAE".
Le PRAO s'adresse aussi au grand public sur Facebook avec la page rhonealpes-orientation proposant conseils, bons plans et dates des principaux évènements de l'orientation en Rhône Alpes. Là aussi, le bilan est positif puisque la page, qui réunissait 60 membres en avril 2012, en compte désormais 717. Là aussi, n'hésitez pas à communiquer l'adresse de notre page à vos publics.
Rhonealpes-orientation propose également:
- des informations sur les aides et dispositifs pour évoluer dans sa vie professionnelle
- un aiguillage vers les sites pratiques concernant la création d'activité
- des actualités et un agenda des évènements à ne pas rater en Rhône-Alpes.
Suivez l'actualité de rhonealpes-orientation.org en vous abonnant à la lettre d'information ou conseillez-là à vos publics!
Tá tú níos mó seans ann a fheiceáil ar an suíomh ar PRAO. Tá Tinrimh don bhliain níos mó i gcomparáid le blianta roimhe sin.
Go raibh maith agat as do dílseachta!
Dul chun cinn cuairt prao.org

In 2012, prao.org fulaingt méadú 12% i láthair, go háirithe do mhí Dheireadh Fómhair, a dhéanann taifead ar méadú 53% i gcuairteanna i gcomparáid le 2011.

Bhí tú go háirithe dócha a fheiceáil ar an soláthar oiliúna i Rhône-Alpes, leis an oiliúint ar fáil ag an COPE agus a chomhpháirtithe (plean gairmiúla), chomh maith le huirlisí le haghaidh treoraíocht gairmiúla agus oiliúint
. Níos mó...

Posté par pcassuto à 00:08 - - Permalien [#]