http://sciences.blogs.liberation.fr/test/images/logo_libe.pngPar Sylvestre Huet. Hier, Vincent Berger a remis à François Hollande le rapport des Assises nationales de l'Enseignement supérieur et de la recherche.
Le même jour, le CNESER a enregistré un vote défavorable des organisations syndicales sur le budget des universités en 2013. Une réaction très vive qui s'explique notamment par le constat de ce que les "1.000 postes supplémentaires" pour les Universités annoncés comme le signe d'une grande priorité accordé à l'Enseignement supérieur se révèlent petit à petit un leurre.
La raison n'est pas seulement que cette augmentation correspond en pourcentage des effectifs enseignants à celle des étudiants inscrits en licence. Le gain est donc faible. Mais, surtout, la colère syndicale provient de ce que les impasses réalisées lors du transfert des compétences aux Universités "autonomes" se traduisent par des centaines de postes d'enseignants ou de Biatoss, non pourvus car les Universités n'ont pas les moyens de financer les salaires correspondants. Ainsi, la seule Université de Strasbourg a gelé 40 postes. Au total, les syndicats estiment que près de 1500 postes sont gelés à l'échelle nationale... soit plus que les postes créées par Geneviève Fioraso. Autrement dit, le taux d'encadrement et les moyens de gestion techniques et administratifs des Universités diminueraient au lieu d'augmenter. Suite de l'article...
http://sciences.blogs.liberation.fr/test/images/logo_libe.png De réir Sylvestre Huet. Inné, chuir Vincent Berger an tuarascáil François Hollande comhdháil náisiúnta um Ard-Oideachas agus Taighde.
An lá céanna, thaifead an CNESER vóta i gcoinne na ceardchumainn ar na buiséid ollscoil sa bhliain 2013. Is féidir imoibriú láidir a mhíniú leis an gcinneadh go bhfuil an "1,000 post breise" d'Ollscoileanna fógartha mar chomhartha ardtosaíocht a thugtar ar ardoideachas a nochtadh de réir a chéile lure. Níos mó...