11 novembre 2012

Industry picking up the slack from ‘failing’ HE – Tharoor

http://enews.ksu.edu.sa/wp-content/uploads/2011/10/UWN.jpgBy Alya Mishra. India’s higher education system is failing graduates by not teaching them the skills that would make them employable, and the gap is being filled by industry, new Minister of State for Education Shashi Tharoor said on Monday in his first public speech since being assigned to the ministry in a wide-ranging cabinet reshuffle.
“What is one of the unreported stories of the employment market [in India] is that companies like Tata and Infosys are actually hiring people they do not consider to be at par and then training them,” Tharoor said at a higher education conference in New Delhi organised by the Federation of Indian Chambers of Commerce and Industry, FICCI.
“These companies have set up campuses to make up for the education deficiencies of [the] qualified graduates they hire…our education system simply isn’t producing enough well-educated graduates to meet the needs of Indian companies today, let alone for their planned growth tomorrow,” Tharoor told the two-day gathering of academics, industry leaders and international delegates, which began on 5 November. More...

Posté par pcassuto à 11:10 - - Permalien [#]


South Korea continues support for higher education

http://enews.ksu.edu.sa/wp-content/uploads/2011/10/UWN.jpgBy Wagdy Sawahel. South Korea has allocated around US$51 million to assist Africa over the next two years in carrying out human resource development projects, including growing the continent’s scientific workforce, preparing higher education reform strategies and designing education policy.
This was outlined in a joint declaration released after the Korea-Africa Economic Cooperation Ministerial Conference, or KOAFEC, held under the theme 'Sharing Today, Shining Tomorrow' in Seoul from 15-18 October.
The conference was co-organised by Korea's Ministry of Strategy and Finance, Korea Eximbank and the African Development Bank (AfDB).
The way forward
The AfDB’s Chesire said: "In terms of next steps, the bank and Korea are holding discussions to determine the exact scope of increased cooperation in this area.
“Besides the multilateral window, the Republic of Korea is also providing direct bilateral support to African countries in higher education and the details are yet to be determined after consultations with the beneficiaries."
Argued Parry: "What South Korea is successful at is creating a system for South Koreans – so the real test will be if this system translates outside of that specific South Korean environment.
"The higher education cooperation between South Korea as a small country and Africa as a continent will be interesting to watch," he concluded. More...

Posté par pcassuto à 11:07 - - Permalien [#]

Calls to protect EU research and exchange funding

http://enews.ksu.edu.sa/wp-content/uploads/2011/10/UWN.jpgBy Jan Petter Myklebust. Universities and individuals – who have been signing a petition at a rate of 4,000 a day – have called on Europe’s political leaders to protect the Horizon 2020 research and Erasmus for All exchange initiatives at an upcoming European Council budget summit.
Heads of state are due to discuss the long-term budget for 2014-20 and Multi-annual Financial Framework research organisation on 22-23 November, following a call of the Cypriotic chair of the European Union (EU) to adjust budgets downwards.
Lobbying to keep research and higher education budgets outside the cuts started in October, when 44 Nobel laureates and field medallists wrote an open letter to heads of state and presidents of European research organisations warning of the damage that would be wreaked.
Particularly, the European Research Council programme had “achieved global recognition… It funds excellent people, excellent projects. It valuably complements national funding of fundamental research”, the letter said.
A petition was launched to mobilise the research community against the potential budget cuts, aimed at young scientists, learned societies and concerned citizens. More...

Posté par pcassuto à 11:05 - - Permalien [#]

Country could do more to attract Indian students

http://enews.ksu.edu.sa/wp-content/uploads/2011/10/UWN.jpgBy Patrick McDonagh. The past decade has seen Canada’s intake of international students increase by 75%. Perhaps even more impressively, the number of students from India – one of the world’s largest sources of international students – has jumped 220% since 2008.
All of these ‘good news’ items appeared in A World of Learning: Canada’s performance and potential in international education 2012, released by the Canadian Bureau for International Education (CBIE) on 5 November, in conjunction with its 46th annual conference.
But according to one commentator, the good news should be tempered slightly.
Maria Mathai made the case in a CBIE conference session that despite impressive gains, Indian students remain underrepresented in Canada; while there are currently 23,000 Indian students, this number pales next to the 67,000 from China. More...

Posté par pcassuto à 11:04 - - Permalien [#]

Thousands more students to study in Asia

http://enews.ksu.edu.sa/wp-content/uploads/2011/10/UWN.jpgBy Geoff Maslen. More than 10,000 Australian university students will receive grants to study in Asia and thousands more will have access to generous student loans as part of the federal government's strategy to strengthen engagement with the world’s most populous region.
An A$37 million (US$38.48 million) AsiaBound Grants Programme will offer students up to $5,000 to undertake short or semester-length study exchanges, as well as $1,000 grants for preparatory Asian language study.
Announcing the new scheme, Tertiary Education Minister Senator Chris Evans said eligibility for the government’s HECS-type loan scheme would be broadened and simplified to give more students access to increased loan amounts.
"AsiaBound will support more than 10,000 Australian students to enjoy the experience of living and studying in an Asian country," Evans said.
"This is a programme to give Australian students the opportunity to build lifelong professional networks and friendships. In addition, all Australian students, across all disciplines, will have greater support to take up part of their study in Asia.”
Evans’ announcement follows the launch by Prime Minister Julia Gillard of a government white paper, Australia in the Asian Century, setting out a series of goals the government hopes to achieve to link Australia more closely with the rapidly developing nations of Asia. More...

Posté par pcassuto à 11:00 - - Permalien [#]


Les 25 ans de l’Agefiph

http://www.agefiph.fr/var/ezflow_site/storage/images/l-agefiph/que-faisons-nous/l-agefiph-25-ans-d-actions-au-service-de-l-emploi-des-personnes-handicapees/6749795-14-fre-FR/L-Agefiph-25-ans-d-actions-au-service-de-l-emploi-des-personnes-handicapees_carroussel_central.jpgL'Agefiph, 25 ans d'actions au service de l'emploi des personnes handicapées
A l'occasion de ses 25 ans, l'Agefiph vous propose de découvir les moyens mobilisés et les résultats atteints en matière d'insertion professionnelle, de maintien dans l’emploi des personnes handicapées et de mobilisation des entreprises.
1- Le film de présentation des résultats

Découvrez en 3 minutes, l'action de l'Agefiph et de ses partenaires depuis 25 ans.
2- Le programme interactif de visualisation de données

Découvrez le programme et naviguez dans le détail de nos actions et résultats région par région: l'Agefiph de 1987 à 2012.
Communiqué de Presse

1987-2012 : l’Agefiph dresse un bilan de 25 ans d’actions et se tourne vers l’avenir. Musée Dapper - 8 novembre 2012
« 1987-2012 : 25 ans d’actions. Et demain ? »
, sera le thème de la rencontre organisée par l’Agefiph, jeudi 8 novembre, au Musée Dapper. A l’heure où le chomage affecte fortement les personnes handicapées, les initiatives conduites par l’Agefiph, avec le concours de ses partenaires depuis 25 ans, portent en germes des leviers pour leur ouvrir davantage l’emploi, demain. Odile Menneteau, nouvelle présidente de l’Agefiph, dressera le bilan de cette période et présentera les initiatives de l’Agefiph dans le cadre de la 16e Semaine pour l’emploi des personnes handicapées qui se déroule du 12 au 16 novembre.
Forte d’un quart de siècle d’expérience, l’Agefiph agrège des résultats importants obtenus en sus de ceux des dispositifs de droit commun.
L’action développée avec ses partenaires institutionnels et opérationnels auprès des entreprises et des personnes handicapées, a largement contribué à faire évoluer les regards et les comportements. Une entreprise sur deux assujettie à l’obligation d’emploi présente, aujourd’hui, un taux d’emploi de salariés handicapés supérieur ou égal à 6%. De 1987 à 2011, c’est plus d’1 million de personnes handicapées qui ont trouvé un emploi grâce à l’action de l’Agefiph. C’est plus de 135 000 salariés handicapées, déclarées inaptes à la suite de la survenance d’un handicap, qui ont conservé leur emploi. En 2011, seuls 9 000 établissements sur les 127 000 assujettis à l’obligation d’emploi, n’ont mené aucune action.
Nombreuses ont été les initiatives, pour convaincre les employeurs et les salariés, trouver les solutions, créer les outils, concevoir les aides les plus adaptées. A l’appui, un récent sondage de l’IFOP, commandé par l’Agefiph, auprès des employeurs et des salariés montre une convergence forte de perception de l’évolution de l’emploi des personnes handicapées. 85 % des employeurs et 77% des salariés considèrent que leurs conditions d’emploi se sont améliorées au cours des 3 dernières années. En trois ans, le pourcentage d’employeurs qui trouvent « facile » d’embaucher des personnes handicapées est passé de 25 à 35% et ceux qui en emploient de 73 à 79%.
Dans un premier temps des témoins, analystes, experts apporteront leur réflexion sur ces évolutions. Un nouveau support constitué d’une cartographie interactive présentant l’action de l’Agefiph au plan national (y compris les DOM) sera inauguré. Cette présentation en data-visualisation, assortie de multiples exemples vidéo de réalisations et de témoignages, sera, dès le 8 novembre, accessible sur le site www.agefiph.fr, à partir de l’adresse suivante http://chiffres-resultats.agefiph.fr/.
Le handicap, par les questions qu’il pose et les solutions qu’il appelle, a souvent été à l’avant-poste d’innovations technologiques et sociales qui influencent la vie quotidienne et les mentalités. Explorer l’emploi des personnes handicapées, demain, avec l’apport des innovations les plus récentes constituera le second temps de cette rencontre.
Marie-Arlette Carlotti, Ministre déléguée en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion introduira cette rencontre, et Michel Sapin, Ministre du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social la conclura.
Contacts presse

Agence Albera, Bertrand de Tilleul, bdetilleul@alberaconseil.fr, 01.48.24.04.50
Agefiph, Ghislaine Cristofoletti, g-cristofoletti@agefiph.asso.fr, 01.46.11.00.69/06.21.65.41.96.
Agefiph, 25 μετοχές να εξυπηρετήσει την απασχόληση των ατόμων με αναπηρία
Με την ευκαιρία της 25ης επετείου της, Agefiph découvir προσφέρει τα μέσα που χρησιμοποιούνται και τα αποτελέσματα που επιτεύχθηκαν κατά την άποψη της απασχόλησης, τη διατήρηση θέσεων εργασίας των ατόμων με αναπηρία και να κινητοποιήσει τις επιχειρήσεις.

1 - Η παρουσίαση των αποτελεσμάτων ταινία

Ανακαλύψτε 3 λεπτά, Agefiph δράση και τους συνεργάτες της για 25 χρόνια.

2 - Το πρόγραμμα διαδραστικών οπτικοποίηση δεδομένων

Ανακαλύψτε το πρόγραμμα και να κατευθυνθείτε προς τις λεπτομέρειες των ενεργειών και των αποτελεσμάτων μας ανά περιοχή: Agefiph 1987 - 2012
. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 10:34 - - Permalien [#]

La reprise des droits à allocation chômage

La reprise des droits est le versement d'un reliquat de droits issu d'une précédente période d'indemnisation non épuisée.
Les conditions
Suite à une interruption de versement d'allocations, ce versement peut être repris si vous:
  • n'avez pas épuisé la totalité de vos droits;
  • n'êtes pas déchu de vos droits;
  • ne justifiez pas de la durée minimale pour une réadmission;
  • justifiez des autres conditions d'ouverture de droits;
Reprenons chacune de ces conditions.
Ne pas avoir épuisé la totalité de ses droits 
Il doit vous rester un reliquat de droits, c'est à dire qu'une allocation, au moins, reste  après imputation des périodes indemnisées.
Ne pas être déchu de ses droits.

La reprise d'un droit ne peut intervenir après le terme du délai de déchéance. La durée de ce délai correspond à la durée des droits ouverts, déterminés lors de votre admission ou de la réadmission augmentée de 3 ans.
Ainsi la durée maximale du délai de déchéance est de 5 ans lorsque vous êtes âgé de moins de 50 ans et justifié d'une durée d'indemnisation de 24 mois. Elle est de 6 ans, lorsque vous êtes âgé d'au moins 50 ans et justifié d'une durée d'indemnisation de 36 mois.
Exemple :
admission et date d'ouverture de droits le 01/01/2010 pour 200 jours
Délai de déchéance = 200 jours + 3 ans, soit le 19/07/2013.
Des hypothèses d'allongement du délai de déchéance sont expressément prévues par la loi. Ainsi le délai de déchéance ne court pas:
  • durant la période pendant laquelle vous avez repris un emploi sous contrat à durée déterminée;
  • pendant la durée d'un contrat de service civique;
  • en cas du versement du complément du libre choix d'activité ou de l'allocation journalière de présence parentale.

Ne pas justifier d'une durée d'affiliation permettant une réadmission
Lorsque vous justifiez à nouveau de la durée d'affiliation (pour rappel au minimum 122 jours) votre situation est examinée en vue d'une décision de réadmission.
Justifier des autres conditions d'ouverture de droits.
Pour rappel:

  • inscription sur la liste des demandeurs d'emploi;
  • aptitude physique à l'exercice d'un emploi;
  • condition d'âge;
  • résidence sur le territoire relevant de l'assurance chômage;
  • chômage involontaire;
La condition relative au chômage involontaire reçoit une application particulière dans le cas d'une reprise de droits: le départ volontaire de la dernière activité professionnelle est présumée légitime lorsque le travailleur privé d'emploi peut prétendre à une reprise de droits, c'est-à-dire ne justifie pas de l'affiliation minimale permettant une réadmission (122 jours minimum).
Recovery of rights is the payment of a balance of rights from a previous benefit period not exhausted.
Conditions

After an interruption of payment of allowances, payment may be resumed if you:
  • have not exhausted all of your rights;
  • do not forfeit your rights;
  • not justify the minimum duration for readmission;
  • justify the other conditions of entitlement;
Let each of these conditions. More...

Posté par pcassuto à 09:51 - - Permalien [#]

L’apprentissage - hausse des entrées

Abonnez-vous aux avis de parution de la DaresL’apprentissage en 2011: hausse des entrées, surtout dans les entreprises d’au moins 50 salariés
En 2011, 295 000 nouveaux contrats d’apprentissage ont été comptabilisés dans le secteur marchand, soit une hausse de 2,5% en un an. Cette hausse tient essentiellement aux entreprises d’au moins 50 salariés dans lesquelles les entrées augmentent de 11% et qui concentrent désormais 23 % des nouveaux contrats. La hausse des entrées s’accompagne d’un moindre recours à des contrats longs d’une durée de 2 ans ou plus et d’un plus fort accès aux formations de l’enseignement supérieur, auxquelles préparent désormais 29% des nouveaux contrats (+3 points par rapport à 2010). Se former à un métier des services est de plus en plus fréquent, mais préparer un métier dans les domaines de la production industrielle ou de la construction reste le principal objectif des nouveaux contrats (57%). Les embauches d’apprentis dans le secteur public continuent d’afficher une forte croissance: elles ont augmenté de 10% en 2011 pour atteindre 9 200.
Des apprentis qui sont de plus en plus âgés

En 2011, les nouveaux apprentis ont en moyenne 18,5 ans, soit 1 mois de plus qu’un an auparavant et 5 mois de plus que trois ans auparavant. L’âge moyen des apprentis augmente, mais les jeunes âgés d’au plus 18 ans restent les principaux bénéficiaires de nouveaux contrats (54%, -3 points en un an). Parmi ces apprentis les plus jeunes, la part des entrants sans qualification reconnue (n’ayant pas atteint l’année terminale de CAP ou BEP) reste importante: 57%, contre 34% tous âges et niveaux de formation confondus.
Les embauches en contrat d’apprentissage se font essentiellement à la suite de la scolarité (64%) ou d’un autre contrat d’apprentissage (25%). L’accès au dispositif à la suite d’un autre type de contrat (le plus souvent de droit commun) ou d’une période de chômage ou d’inactivité ne représente que 12% des nouveaux contrats. Cette proportion varie toutefois selon la taille des entreprises utilisatrices: de 11% pour les entreprises de moins de 50 salariés, jusqu’à 15% pour les entreprises de plus de 250 salariés.
Près de la moitié des nouveaux contrats sont des contrats d’au moins 2 ans

L’apprentissage repose sur le principe de l’alternance entre enseignement théorique en centre de formation d’apprentis (CFA) et enseignement du métier chez l’employeur avec lequel l’apprenti a signé son contrat d’une durée de 1 à 3 ans...
La baisse des contrats longs s’explique surtout par le plus fort accès des apprentis à l’enseignement supérieur qui, pour plus de 65% d’entre eux, bénéficient de contrats d’une durée inférieure à 2 ans (dont 35% d’une durée maximale d’1 an).
La proportion de filles parmi les entrées en apprentissage augmente lentement

À l’entrée en contrat, 33% des apprentis sont des filles, soit une hausse de 1 point en un an (+2 points en trois ans). La féminisation reste plus marquée dans les secteurs du tertiaire, où 46% des nouveaux apprentis sont des jeunes filles. En revanche, elles restent très peu représentées dans le secteur de la construction (4%) et, dans une moindre mesure, dans les secteurs de l’industrie (26%) et de l’agriculture (22%).
Plus âgées à l’entrée en contrat (seules 45% d’entre elles ont au plus 18 ans, contre 59% des jeunes hommes), les jeunes filles sont aussi plus qualifiées: 36% préparent un diplôme ou un titre de l’enseignement supérieur, contre 25% des jeunes hommes. Télécharger la note de la DARES 2012-080 - L’apprentissage en 2011: hausse des entrées, surtout dans les entreprises d’au moins 50 salariés.
Εγγραφή σε ανακοίνωση της δημοσίευσης των τολμά Μαθαίνοντας 2011: αύξηση των εισαγωγών, κυρίως σε επιχειρήσεις με τουλάχιστον 50 εργαζομένους
Το 2011, 295.000 νέες συμβάσεις μαθητείας καταγράφηκαν στον εμπορικό τομέα, αύξηση κατά 2,5% σε ένα χρόνο.
Η αύξηση αυτή οφείλεται κατά κύριο λόγο σε επιχειρήσεις με τουλάχιστον 50 εργαζομένους στην οποία εγγραφές αυξήθηκαν κατά 11% και τώρα να επικεντρωθεί το 23% των νέων συμβάσεων. Η αύξηση των εισροών συνοδεύεται από μειωμένη εξάρτηση από τις μεγάλες συμβάσεις για χρονικό διάστημα 2 ετών ή και περισσότερο και μεγαλύτερη πρόσβαση στην τριτοβάθμια εκπαίδευση μαθήματα, τα οποία προετοιμάζει τώρα το 29% των νέων συμβάσεων (+ 3 μονάδες σε σύγκριση με το 2010). Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 09:36 - - Permalien [#]

Stabilité du montant de la dépense pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage, baisse de sa part dans le PIB

Abonnez-vous aux avis de parution de la DaresLa dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage en 2010 - Stabilité du montant de la dépense, baisse de sa part dans le PIB
En 2010, dans un contexte où l’économie française a connu une croissance fragile, la dépense nationale pour la formation professionnelle et l’apprentissage s’est élevée à 31,5 milliards d’euros. Rapporté au PIB, l’effort de formation recule de 0,1 point (1,6%, après 1,7% en 2009). En 2010, 31,5 milliards d’euros ont été consacrés à la formation professionnelle continue et à l’apprentissage, soit 2 millions d’euros seulement de plus qu’en 2009.
Les entreprises demeurent le principal financeur (41% des dépenses totales). L’État et les régions interviennent à parts quasi égales avec, respectivement, 15% et 14% du total. Cependant, alors que la dépense de formation des entreprises recule (-2,9%) et que celle des régions stagne (-0,7%), les dépenses de l’État pour la formation augmentent à nouveau de manière soutenue (+7%, après +8% en 2009). Les salariés demeurent les principaux bénéficiaires des fonds de la formation continue (62%) même si la dépense en leur faveur recule (-2%). Celle à destination des jeunes et des demandeurs d’emploi est la plus dynamique (+3%). L’État devient le premier financeur de la formation en faveur des jeunes, devant les régions (36% contre 34%).
Les régions diminuent leur intervention en faveur des jeunes

En 2010, les régions ont dépensé 4,5 milliards d’euros pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage (hors dépenses pour leurs agents territoriaux), soit une très légère baisse de 0,7%, après une hausse de 6% en 2009. La dépense pour les jeunes recule (-4%), celle pour les demandeurs d’emploi et les actifs occupés s’accroît (respectivement de +3% et +1%).
La formation des jeunes reste de loin le principal poste de dépense des régions mais sa part dans l’ensemble de leurs dépenses (58%) recule de 2 points par rapport à 2009. Les crédits d’apprentissage, principal domaine d’intervention des conseils régionaux, avec 40% de leur dépense, diminuent (-3%). La baisse provient non pas tant des subventions aux CFA (-0,4%) que de l’indemnité compensatrice forfaitaire versée aux employeurs d’apprentis (-7%). Les dépenses en faveur des stages de formation suivis par les jeunes, hors apprentissage, sont également en retrait (-7%). La baisse est plus forte que pour l’apprentissage mais le poids des stages de formation dans les dépenses en faveur des jeunes est environ 4 fois moins important (12%).
Deuxième domaine d’intervention pour les conseils régionaux (24%), les dépenses à destination des demandeurs d’emploi sont en hausse de 3% en 2010, soit un rythme légèrement en deçà de celui de 2009 (+4%). Les dépenses à destination des actifs occupés ne représentent que 9% des dépenses des régions. Elles sont en légère progression en 2010 (+1%) après de fortes hausses en 2008 et 2009.
Les dépenses de formation dans la fonction publique reculent

En 2010, les trois fonctions publiques ont dépensé 6,2 milliards d’euros pour la formation de leurs agents, soit une baisse de 0,3%, après +7% en 2009. L’ensemble de la dépense pour les agents publics représente un cinquième environ de la dépense globale pour la formation continue et l’apprentissage et un tiers de la dépense pour les actifs occupés, alors que les agents publics n’occupent qu’1 emploi sur 5.
La dépense pour la formation des agents de l’État s’élève à 2,9 milliards d’euros, dont 2,1 milliards pour les agents civils et 0,8 milliard pour les militaires. Les agents civils de l’État bénéficient de 37% des crédits de fonctionnement pour un poids de 36% dans les effectifs de la fonction publique. Leur part dans les crédits de fonctionnement recule de nouveau de 2 points par rapport à 2009. La dépense de l’État-employeur représente 3,6% de la masse salariale versée à ses agents, soit plus que l’effort de formation moyen des entreprises (2,7% de la masse salariale) et proche de celui des entreprises de 2 000 salariés ou plus (3,7%). Télécharger la Note de la DARES 2012-081 - La dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage en 2010.
Subscribe to the notice of the publication of Dares The national expenditure for vocational training and apprenticeship in 2010 - Stability of the amount of the expenditure, decreased its share in GDP
In 2010, in a context where the French economy grew fragile national expenditure for vocational training and apprenticeship amounted to 31.5 billion euros. Relative to GDP, the training effort fell 0.1 points (1.6%, after 1.7% in 2009). In 2010, € 31.5 billion was spent on continuing vocational training and apprenticeship, or only 2 million more than in 2009. More...

Posté par pcassuto à 09:08 - - Permalien [#]

Seniors, mode d'emploi

Porter le taux d'emploi des 55-64 ans en France à 50% d'ici 2010 (en 2005, il était de 37%), un objectif visé par l’ensemble des partenaires sociaux, ceci dans le cadre de l’Accord national interprofessionnel du 13 octobre 2005 (et son avenant du 9 mars 2006).
Dans ce cadre, OPCALIA qui place l’équité parmi l’une de ses priorités,  déploie un plan d’actions concerté sur la gestion des âges, sur des modèles de comportements, sur la gestion de la formation… à suivre pour que les seniors restent un levier de performance pour les entreprises.
Seniors, mode d'emploi
Qui sont les seniors?

Il n’existe pas à proprement parler de définition officielle sur les seniors. Le Petit Larousse les définit comme «les plus de 50 ans». Par ailleurs, l’image des seniors est souvent chargée de connotations négatives, elle renvoie à la vieillesse et au déclin. Une représentativité qui n’incite pas les entreprises à maintenir ou à recruter des seniors. Et, pourtant, l'âge moyen des salariés en France est passé de 35 à 42 ans entre 1973 et 2007 et progressera encore de quatre ans d'ici 20 ans. Il s’agit pour les entreprises d’intégrer cette nouvelle dimension du vieillissement dans la gestion des ressources humaines où à 45-50 ans, un salarié est à mi-parcours de sa vie professionnelle!
Enjeux pour l'entreprise?

50 ans, l’âge d’Or… L’âge pour une seconde vie professionnelle qui doit conduire entreprises et salariés à imaginer et à construire de nouvelles trajectoires professionnelles.
Diagnostiquer la situation pour construire sa démarche et se doter de moyens pour la piloter.
Informer et sensibiliser les salariés pour les rendre acteurs et ouvrir un dialogue constructif.
Mobiliser les dispositifs de la formation (Plan, Période de professionnalisation, Bilan de compétences, VAE…) pour maintenir et développer les compétences.
Privilégier l’entretien professionnel de 2e partie de carrière pour élaborer des parcours professionnels (capitaliser et transférer les savoir-faire, prévenir l’usure professionnelle, aménager les fins de carrière…).
Agir et trouver des solutions adaptées à l’ensemble des enjeux liés à l’âge (prévention des risques de santé, aménagement des conditions de travail, des horaires, temps partiel…).
Favoriser les liens intergénérationnels (tutorat).
Enjeux pour le salarié?

Avec une espérance de vie à la naissance de 77 ans pour les hommes et de 85 ans pour les femmes, aujourd’hui la vieillesse ne débute plus à 50 ans. En effet, avec l’allongement de la vie, à 45 ans, tout individu entame une seconde partie de vie professionnelle, individuelle, personnelle et ce, en s’appuyant sur ses compétences et ses expériences.
Pour le salarié, il ne s’agit plus de penser, à l’aube de ses 50 ans  à sa retraite, mais plutôt comment rebondir pour donner une nouvelle dynamique à son parcours professionnel. Pour les entreprises et les salariés gérer les âges, c’est anticiper, co-construire, imaginer… des passerelles pour passer à une 2e jeunesse professionnelle.
Quels défis à relever?
Inventer une nouvelle gestion RH qui passe d’une gestion par l’âge à une gestion des étapes de la vie professionnelle - donc de tous les âges - par:
Un changement de culture (favoriser les mobilités pour éviter la sclérose liée aux années passées dans un même poste…).
Un changement de représentation du vieillissement (favoriser de nouveaux apprentissages, développer l’accès à des parcours qualifiants…).
Un management des aptitudes et compétences en continu (valoriser l’expérience et sa réappropriation…).
Une dynamisation des trajectoires professionnelles tout au long des carrières ancrées sur des compétences détenues (confier des missions annexes pour diversifier, décloisonner des fonctions…).
Obligations d'emploi.

A compter du 1er janvier 2010, les entreprises non couvertes par un accord ou, à défaut, par un plan d’action en faveur de l’emploi des salariés âgés seront soumises à une pénalité égale à 1% des rémunérations versées par les entreprises. Cette pénalité ne s’appliquera pas aux entreprises de moins de 50 salariés. Les entreprises de moins de 300 salariés n’y seront pas soumises non plus si, à défaut d’accord ou de plan d’action établi à leur niveau, un accord de branches en vigueur.
Partir à la retraite.

Le décret n° 2008-1515 du 30 décembre 2008 pris pour l’application de l’article 90 de la Loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) repousse à 70 ans au lieu de 65 ans, l’âge auquel un employeur à la possibilité de mettre un salarié à la retraite d’office. Le salarié qui atteint l’âge de 65 ans peut, s’il en manifeste la volonté, poursuivre son activité au-delà de cet âges. La possibilité pour l’employeur de procéder à sa mise à la retraite d’office sera alors écartée pendant un an, quatre fois renouvelable.
Où m’adresser?

Φέρτε το ποσοστό απασχόλησης των ατόμων ηλικίας 55-64 ετών στη Γαλλία έως 50% μέχρι το 2010 (το 2005 ήταν 37%), στόχος που τέθηκε από τους κοινωνικούς εταίρους, στο πλαίσιο της παρούσας συμφωνίας Εθνική Διεπαγγελματική 13 Οκτ. 2005 (και η τροποποίησή της με ημερομηνία 9 Μαρτίου 2006).
Σε αυτό το πλαίσιο, OPCALIA τοποθέτηση κεφαλαίων από μία από τις προτεραιότητές της, αναπτύσσει ένα σχέδιο συντονισμένης δράσης για τη διαχείριση της ηλικίας, πρότυπα συμπεριφοράς, της κατάρτισης στελεχών... να συνεχιστεί για ηλικιωμένους παραμένουν μια ώθηση απόδοσης για τις επιχειρήσεις
. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 02:00 - - Permalien [#]