23 novembre 2012

Renforcer la création d'entreprises issues de la recherche publique

Agoranov, incubateur d'entreprises de technologies innovantesIncubateur Agoranov: renforcer la création d'entreprises issues de la recherche publique
Geneviève Fioraso s'est rendue vendredi 23 novembre à l'incubateur d'entreprises Agoranov pour une visite inaugurale. La ministre était notamment accompagnée de Bertrand Delanoë, Maire de Paris, de Jean-Paul Planchou, vice-président de la Région Ile-de-France, de Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris, et de Jean Chambaz, président de l'Université Pierre et Marie Curie.
Geneviève Fioraso a salué le travail des incubateurs, comme Agoranov, qui accompagnent les projets de création d'entreprises, souvent issues de la recherche publique (près des trois quarts pour Agoranov).
"Passer de l'invention de laboratoire à l'innovation pour aboutir à des produits et à des services, avec un modèle économique pérenne, c'est un long cheminement qui n'est ni prévisible, ni linéaire. Cette marche vers l'innovation, c'est le transfert."
a affirmé la ministre. Elle a aussi souligné combien un projet de création d'entreprises était un moyen efficace d'engager une démarche de transfert. Cette visite illustre la volonté de Geneviève Fioraso d'inscrire l'action du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans la bataille pour la compétitivité par l'innovation. Déjà, le 7 novembre dernier, la ministre avait présenté 15 mesures pour le transfert de la recherche publique.
Geneviève Fioraso a profité de cette visite pour annoncer "le dégel des crédits pour les incubateurs, soit 1,2 million d'euros, au titre de 2012". Elle a également rappelé la volonté d'engager une réforme du système de transfert et d'innovation à l'issue de la mission confiée à Jean-Luc Beylat et Pierre Tambourin, conjointement avec Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin.
"C'est dans le cadre de cette réforme globale que nous préciserons les moyens donnés au transfert par la création d'entreprise, avec la mise en place d'un programme cohérent d'actions et un soutien renouvelé" a conclu la ministre, en rappelant son soutien aux incubateurs et au concours national de création d'entreprises de technologies innovantes.
Enfin, la ministre a souligné le rôle central des collectivités territoriales et a jugé "exemplaire" la dynamique mise en place par la Ville de Paris et la région pour la création et l'accompagnement des entreprises innovantes, au service de l'emploi et de la compétitivité par la qualité.
Agoranov, θερμοκοιτίδα καινοτόμων τεχνολογιών Θερμοκοιτίδα Agoranov: ενίσχυση της δημιουργίας επιχειρήσεων από τη δημόσια έρευνα
Genevieve πήγε Fioraso Παρασκευή 23 Νοεμβρίου στο εκκολαπτήριο για Agoranov εναρκτήρια επίσκεψη. Ο υπουργός συνοδευόταν από συγκεκριμένα Μπερτράν Ντελανοέ, δήμαρχος του Παρισιού, Jean-Paul PLANCHOU, Αντιπρόεδρος της Ile-de-France, Jean-Louis Missika, Αντιδήμαρχος του Παρισιού, και Jean Chambaz, ο Πρόεδρος Πανεπιστήμιο Pierre et Marie Curie.
Genevieve Fioraso εξήρε το έργο των φυτωρίων, όπως Agoranov που συνοδεύουν τα επιχειρηματικά σχέδια, συχνά από τη δημόσια έρευνα (σχεδόν τα τρία τέταρτα να Agoranov). Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 21:56 - - Permalien [#]


Rapport sur Sciences Po - une forte ambition, une gestion défaillante

Logo Cour des comptesLa Cour des comptes a rendu public, jeudi 22 novembre 2012, son rapport public sur Sciences Po. Le contrôle a porté sur les années 2005 à 2010. Il met en évidence le dynamisme de l’institution, mais révèle une gestion défaillante. La Cour fait 19 recommandations pour mettre fin aux irrégularités constatées, mettre en place une politique rigoureuse de maîtrise des dépenses ou encore assurer la transparence de gestion de l’établissement. La 3ème chambre de la Cour des comptes a décidé de saisir la Cour de discipline budgétaire et financière, juridiction financière répressive, des irrégularités les plus importantes. Lire le rapport.
Une architecture institutionnelle atypique et une organisation complexe

Sciences Po est un ensemble formé par la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et l’Institut d’études politiques de Paris (IEP). L’IEP relève du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche mais est géré administrativement et financièrement par la FNSP, il n’a ni budget ni personnel. Il en est résulté une organisation administrative complexe qui a rendu difficile le pilotage de l’ensemble formé par Sciences Po.
Un développement rapide et des innovations nombreuses, obtenus à un coût élevé

La croissance du nombre d’étudiants, qui a quasiment doublé depuis 2005, a entraîné une forte progression des charges: le budget de la FNSP a crû de 78,7 à 127,1 millions d’euros de 2005 à 2010.
La subvention de l’Etat qui finance à plus de 50 % l’établissement est passée de 47,7 à 63,6 millions d’euros quand le produit des droits d’inscription versés par les étudiants a progressé de 9,9 à 27,9 millions d’euros.
L’Etat n’a pas suffisamment assorti son soutien par des contreparties et contraintes en matière de maîtrise et de suivi des dépenses. La situation des finances publiques impose aujourd’hui que cette exigence soit placée au cœur des préoccupations de la FNSP.
L’activité de recherche a été développée, notamment à travers le recrutement d'une cinquantaine d’enseignants-chercheurs et de chercheurs permanents sous contrat privé.
Une gestion marquée par de nombreuses anomalies

Le contrôle de la Cour a mis en lumière de nombreuses défaillances. Certaines résultent de l’insuffisante vigilance des conseils chargés d’administrer Sciences Po et de l’incapacité de l’Etat à exercer son rôle de tutelle. D’autres ont été permises par l’ambiguïté juridique qui caractérise le statut actuel de Sciences Po et par la méconnaissance des textes qui lui sont applicables.
La Cour relève particulièrement les anomalies suivantes:
- des irrégularités multiples et récurrentes dans la gestion du service des enseignants-chercheurs;
- les conditions d’attribution à des enseignants-chercheurs de logements de fonction et le défaut de déclaration fiscale et sociale des avantages en nature correspondants;
- l’instauration d’un système de rémunération de l’administrateur-directeur non maîtrisé, hors de proportion avec les rémunérations perçues en France par les dirigeants d’établissements d’enseignement supérieur comparables, et opaque car non présenté aux instances dirigeantes de l’institution et à l’Etat;
- le développement d’un système opaque de rémunération des salariés de la fondation;
- le financement sur les ressources de Sciences Po, sans approbation du conseil d’administration de la fondation, de la mission « Lycée pour tous », confiée intuitu personae au directeur de l’IEP par le président de la République et n’entrant pas dans l’objet de la FNSP.
- l’absence de respect de l’ordonnance du 6 juin 2005 relative aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au code des marchés publics;
- la souscription d’un emprunt structuré dit « toxique » de 15 millions d’euros, potentiellement risqué pour l’institution, sans autorisation préalable du conseil d’administration et sans information des autorités ministérielles.
Conclusion

En dix ans, Sciences Po a montré son dynamisme et sa capacité d’adaptation aux évolutions de l’enseignement supérieur et de la recherche. Toutefois, sa gestion a été marquée par de nombreuses irrégularités.
La troisième chambre de la Cour des comptes a décidé de saisir la Cour de discipline budgétaire et financière de certains faits constatés et a transmis le dossier au parquet général à cette fin.
En outre, dans le contexte actuel des finances publiques, la singularité et la pérennité de l’institution ne seront préservées que si des réformes sont mises en œuvre pour en augmenter l’efficience. La Cour invite dès lors l’Etat et Sciences Po à prendre les mesures nécessaires pour assurer une réelle transparence dans la gestion de l’établissement et renforcer la cohérence de son pilotage opérationnel et de sa gouvernance.
La Cour formule 19 recommandations visant à mettre fin aux irrégularités constatées, mettre en place une politique rigoureuse de maîtrise des dépenses ou encore assurer la transparence de gestion de l’établissement. Lire le rapport.
Logo Cour des comptes The Court of Auditors has made public Thursday, November 22, 2012, its report public on Sciences Po The audit covered the years 2005 to 2010. It highlights the dynamism of the institution, but reveals poor management. The Court made 19 recommendations to stop irregularities, implement a strict policy of cost control or ensure transparent management of the institution. The 3rd Chamber of the Court of Auditors has decided to appeal to the Court of budgetary and financial discipline, financial jurisdiction repressive irregularities most important. Read the report. More...

Posté par pcassuto à 21:45 - - Permalien [#]

Sciences Po - Geneviève Fioraso va désigner un administrateur provisoire

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/Ministre/50/9/Sciencespo_231509.79.jpgA la suite de la publication par la Cour des comptes de son rapport sur la gestion de l'Institut d'études politiques de Paris, Geneviève Fioraso a décidé de nommer dans quelques jours un nouvel administrateur provisoire de l'I.E.P. Le rapport de la Cour des comptes confirme en effet les anomalies et les dysfonctionnements relevés par le rapport provisoire.
Dans la crise que traverse Sciences Po depuis le mois d'avril dernier, j'ai toujours tenu le même objectif, avec deux préoccupations:
  • d'une part, préserver la réputation nationale et internationale de l'établissement tant pour la qualité de ses formations que pour sa recherche, l'originalité de son modèle et son ouverture;
  • d'autre part, rétablir les conditions d'une gouvernance apaisée et transparente, notamment sur la gestion des subventions publiques qui constituent plus de la moitié du budget de l'établissement, et mettre fin aux dysfonctionnements relevés par la Cour des comptes.

C'est la raison pour laquelle j'avais demandé aux présidents du conseil de direction de l'Institut d'études politiques de Paris (I.E.P.) et du conseil d'administration de la Fondation nationale des sciences politiques (F.N.S.P.) de surseoir à la désignation du directeur commun à ces deux instances dans l'attente de la publication du rapport définitif de la Cour des Comptes. J'avais aussi indiqué qu'en tout état de cause aucune proposition de nomination ne serait validée avant cette publication.
Ce rapport publié aujourd'hui sous le titre "Sciences Po: une forte ambition, une gestion défaillante", confirme les anomalies et les dysfonctionnements relevés par le rapport provisoire. J'observe que leur gravité a conduit la Cour à déférer certains de ces faits devant la Cour de discipline budgétaire et financière (C.D.B.F.).
Il faut en tirer les conséquences. Les conditions ne sont pas réunies, dans un tel contexte, pour donner suite aux délibérations des deux conseils dirigeants de Sciences Po et pour procéder à la nomination d'un directeur.

Aujourd'hui, la responsabilité du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche est de tirer toutes les conséquences du rapport de la Cour des comptes.
A cet effet, après avoir consulté les présidents des deux conseils, je désignerai dans quelques jours un nouvel administrateur provisoire de l'I.E.P.
Celui-ci sera une personnalité incontestable dont la mission aura quatre objectifs:

  • assurer la continuité de direction à la tête de l'I.E.P. de Paris;
  • mettre en œuvre les recommandations de la Cour des comptes pour mettre fin aux dysfonctionnements et améliorer la gouvernance;
  • engager, avec la Fondation nationale des sciences politiques (F.N.S.P.), l'adaptation de ses statuts, notamment pour y intégrer la nécessaire présence d'un représentant du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche;
  • préparer avec les conseils dirigeants les conditions de nomination du futur directeur, dans les meilleurs délais, au terme d'une procédure ouverte et transparente.

Je prends acte de la volonté manifestée par le président de la F.N.S.P., qui m'a écrit en ce sens, d'engager ces chantiers dans la droite ligne des recommandations de la Cour des comptes. Dans l'intervalle, l'administrateur provisoire rétablira le dialogue avec la communauté des personnels, des enseignants, des chercheurs et des étudiants. Je souhaite vivement que soient restaurées les conditions d'un fonctionnement serein, à la hauteur de la qualité reconnue de Science Po. Je demande donc à chacun, dans cet esprit, de contribuer à la réussite des réformes et assure les étudiants et leurs familles de ma vigilance pour que les conditions de réussite soient assurées pendant cette période de transition.

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/Ministre/50/9/Sciencespo_231509.79.jpg Μετά τη δημοσίευση από την έκθεση του Ελεγκτικού Συνεδρίου σχετικά με τη διαχείριση του Ινστιτούτου Πολιτικών Σπουδών του Παρισιού, Geneviève Fioraso αποφάσισε σε λίγες μέρες να ορίσουν ένα νέο προσωρινό διαχειριστή της ΔΠΕ Η έκθεση του Ελεγκτικού Συνεδρίου λογαριασμούς επιβεβαιώνει πράγματι ανωμαλίες και ελλείψεις που εντοπίστηκαν από την ενδιάμεση έκθεση.
Στην κρίση Sciences Po από τον Απρίλιο του περασμένου έτους, είχα πάντα τον ίδιο στόχο, με δύο ζητήματα. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 21:40 - - Permalien [#]

Etre jeune aujourd’hui

http://www.headway-advisory.com/blog/wp-content/themes/headway/images/logo.jpgPar Olivier Rollot.Etre jeune aujourd’hui: ce qu’en disent les 45-65 ans, ce qu’en disent les 18-23 ans
On le sait les générations passées sont souvent très critiques sur la jeunesse et ce n’est pas une surprise d’apprendre, dans la dernière étude de la Fondation Total sur la jeunesse de France, que 57% des 45-65 ans jugent les jeunes plus paresseux que dans les générations précédentes. Là où c’est beaucoup plus étonnant c’est que 65% des 18-23 ans partagent ce diagnostic.
Paresseux mais ouverts sur le monde

Si les jeunes, comme leurs aînés, se jugent « paresseux » ils se jugent aussi « plus ouverts sur le monde » pour 57% d’entre eux (et 59% des parents). Les 18-23 ans sont aussi considérés comme « instables » (67% des parents et 60% des parents) et « inquiets » (64% pour les deux). Des chiffres globalement très négatifs qu’on retrouvait déjà dans un sondage réalisé fin 2011 pour Le Monde. Les adultes étaient ainsi 70% à trouver les jeunes révoltés, 63% égoïstes, 53% paresseux et 53% intolérants. Et là encore, les moins de 30 ans étaient encore plus critiques: 70% se jugeaient égoïstes, 65% paresseux et 51% intolérants! Suite de l'article...
http://www.headway-advisory.com/blog/wp-content/themes/headway/images/logo.jpg By Olivier Rollot. Being young today: that say 45-65 years, 18-23 years say that. We know that past generations are often very critical of the youth and it is not a surprise to learn, in the last study in the Total Foundation Youth of France, 57% of 45-65 years old feel young lazier than in previous generations. Where it is more surprising is that 65% of 18-23 year olds share this diagnosis. More...

Posté par pcassuto à 21:34 - - Permalien [#]

Le parcours d'un CIF - étape par étape

http://www.kelformation.com/images/structure/logo-kf.gif© Kelformation - Anna Massé. S’engager dans un processus de Congé individuel de formation (CIF) suppose de respecter une série de démarches et de délais parfois contraignants. Pour réussir son projet, attention à ne manquer aucune étape et à les préparer soigneusement.
Etape n°1 : réfléchir son projet professionnel

Avant de vous lancer, prenez le temps de clarifier votre projet professionnel. Votre objectif est-il de changer de métier ? De vous spécialiser dans un domaine d’activité? « La première chose, c’est de s’informer concrètement sur le poste que l’on vise afin d’avoir une vision parfaitement réaliste », insiste Marylise Béduneau, conseillère en parcours professionnels au Fongecif. Suite de l'article...
Voir aussi Qu'est-ce que le CIF, Quels diplômes peut-on obtenir avec le CIF, Comment financer son CIF?

http://www.kelformation.com/images/structure/logo-kf.gif © Kelformation - Άννα Massé. συμμετοχή σε μια διαδικασία ατομική άδεια κατάρτισης (CIF) ανέλαβε να ακολουθήσουν μια σειρά από βήματα και μερικές φορές το χρόνο σύνδεσης. Για ένα επιτυχημένο έργο, είστε προσεκτικοί για να μην χάσετε κανένα βήμα και να προετοιμαστεί προσεκτικά. Δείτε επίσης Τι είναι η ΚΕΠΕΥ, Τι βαθμούς μπορώ να πάρω με την ΚΕΠΕΥ, CIF Πώς να την χρηματοδοτήσει. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 21:27 - - Permalien [#]


Choisir un CFA - les critères à examiner

http://www.kelformation.com/images/structure/logo-kf.gif© Kelformation - Séverine Dégallaix. Votre avenir professionnel peut se jouer dans la sélection de votre Centre de formation d’apprentis (CFA). Eliminer ceux qui ne proposent pas votre diplôme ne suffit pas, des critères pragmatiques aussi bien que subjectifs sont à prendre en compte.
La situation géographique du CFA

C’est le premier critère purement pratique à considérer, tout simplement parce qu’il est éliminatoire. C’est ce qu’explique Franck Tempéreau, coordonnateur CFA au Lycée des métiers du bâtiment Les Granges: « en principe, un CFA accueille des apprentis issus de sa région. Il a besoin d’une dérogation pour recevoir des jeunes venant d’ailleurs. » Si vous souhaitez quitter votre région natale, commencez par vous assurer que l’établissement visé a le droit de vous intégrer dans ses rangs. Suite de l'article...
http://www.kelformation.com/images/structure/logo-kf.gif © Kelformation - Severine Degallaix. Your future career can play in the selection of your apprentice training center (CFA). Eliminate those that do not offer your degree is not enough, pragmatic criteria are subjective as well as to take into account.
The location of the CFA, this is the first criterion purely practical consideration, simply because it is eliminated. This is explained Franck Tempereau, CFA Coordinator School building trades Les Granges "in principle, CFA welcomes apprentices from the region. More...

Posté par pcassuto à 21:20 - - Permalien [#]

Les lacunes du contrôle des fonds de formation

Les lacunes du contrôle des fonds de formationLa grogne monte au sein des services régionaux de contrôle des fonds de formation professionnelle (SRC), logés au sein des Direccte.
Bien que les gouvernements successifs considèrent la formation continue comme une priorité nationale – celui de Jean-Marc Ayrault ne faisant pas exception –, ces services décentralisés ne comptent en tout et pour tout que 159 agents. Un effectif sans rapport avec les sommes en jeu: 11,39 Mds€ imputables en 2011, dont un peu plus de la moitié via les organismes collecteurs (Opca). Ce qui représente 2,75% de la masse salariale. Suite de l'article...
Les lacunes du contrôle des fonds de formation Η άνοδος δυσαρέσκεια εντός του περιφερειακού υπηρεσίες επιθεώρησης ταμείο επαγγελματικής κατάρτισης (SRC), το οποίο στεγάζεται στο Direccte. Παρά το γεγονός ότι οι διαδοχικές κυβερνήσεις θεωρούν κατάρτιση ως εθνική προτεραιότητα - ότι από τον Jean-Marc Ayrault δεν αποτελεί εξαίρεση - οι αποκεντρωμένες υπηρεσίες δεν μετράνε καθόλου και για όλα όσα 159 πράκτορες Ένα εργατικό δυναμικό που δεν σχετίζονται με τα δεσμευμένα ποσά. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 21:12 - - Permalien [#]

LEARNTEC

logo formasupLEARNTEC - Foire internationale et congrès pour la formation professionnelle, l'apprentissage et IT [Information Technology], Karlsruhe Trade Fair and Exhibition Center, du 29 au 31 janvier 2013, site: www.learntec.de.
LEARNTEC 2013 - 1st Leading International Trade Fair for Vocational Education, Learning and IT.

"We are delighted to be able to offer you information on the last product trends relating to e-learning and vocational training. At the trade fair you can find out more about serious games, mobile and social learning and blended learning."
Nous sommes enchantés de pouvoir vous offrir des informations sur les dernières tendances de produits touchant à l'apprentissage en ligne et la formation professionnelle. Dans ce salon destinés aux professionnels, vous pourrez en découvrir plus sur les jeux sérieux, les techniques mobiles d'apprentissage et les formations mixtes (présence - distance).

Posté par pcassuto à 21:07 - - Permalien [#]

Commission presents new Rethinking Education strategy

The youth unemployment rate is close to 23% across the European Union – yet at the same time there are more than 2 million vacancies that cannot be filled. Europe needs a radical rethink on how education and training systems can deliver the skills needed by the labour market. The challenge could not be tougher in the context of widespread austerity measures and cuts in education budgets. Today, the European Commission is launching a new strategy called Rethinking Education to encourage Member States to take immediate action to ensure that young people develop the skills and competences needed by the labour market and to achieve their targets for growth and jobs.
Androulla Vassiliou, Commissioner for Education, Culture, Multilingualism and Youth, said: "Rethinking education is not just of question of money: whilst it is true that we need to invest more in education and training, it is clear that education systems also need to modernise and be more flexible in how they operate to respond to the real needs of today's society. Europe will only resume sustained growth by producing highly skilled and versatile people who can contribute to innovation and entrepreneurship. Efficient and well-targeted investment is fundamental to this, but we will not achieve our objectives by reducing education budgets."
Rethinking Education calls for a fundamental shift in education, with more focus on 'learning outcomes' - the knowledge, skills and competences that students acquire. Merely having spent time in education is no longer sufficient. In addition, basic literacy and numeracy still needs to be significantly improved, and entrepreneurial skills and a sense of initiative need to be developed or strengthened (see IP/12/1224 on call for stronger focus on new skills in schools).
To ensure that education is more relevant to the needs of students and the labour market, assessment methods need to be adapted and modernised. The use of ICT and open educational resources (OER) should be scaled-up in all learning contexts. Teachers need to update their own skills through regular training. The strategy also calls on Member States to strengthen links between education and employers, to bring enterprise into the classroom and to give young people a taste of employment through increased work-based learning. EU Education Ministers are also encouraged to step-up their cooperation on work-based learning at national and European level.
Other proposed measures include a new benchmark on language learning, guidelines on the assessment and development of entrepreneurship education, and an EU-level impact analysis on the use of ICT and OER in education to pave the way for a new initiative in 2013 on Opening-up Education, aiming to maximise the potential of ICT for learning.
Background
Skills are key to productivity and Europe needs to respond to the worldwide increase in the quality of education and supply of skills. Forecasts show that more than a third of jobs in the EU will require tertiary level qualifications in 2020 and that only 18% of jobs are expected to be low-skilled. Currently, 73 million Europeans, around 25% of adults, have a low level of education. Nearly 20% of 15 year olds lack sufficient literacy skills, and in five countries more than 25% are low achievers in reading (Bulgaria, 41%, Romania, 40%, Malta, 36%, Austria, 27.5%, and Luxembourg, 26%). Early school leaving remains at unacceptably high levels in several Member States: in Spain it is 26.5% and in Portugal 23.2% (EU target is under 10%). Less than 9% of adults participate in lifelong learning (EU target is 15%). The recommendations outlined in Rethinking Education are based on the findings of the 2012 'Education and Training Monitor', a new annual Commission survey which outlines skills supply in the Member States.
Rethinking Education in brief:

  • There needs to be a much stronger focus on developing transversal skills and basic skills at all levels. This applies especially to entrepreneurial and IT skills.

  • A new benchmark on foreign language learning: by 2020, at least 50% of 15 year olds should have knowledge of a first foreign language (up from 42% today) and at least 75% should study a second foreign language (61% today).

  • Investment is needed to build world-class vocational education and training systems and increase levels of work-based learning.

  • Member States need to improve the recognition of qualifications and skills, including those gained outside of the formal education and training system.

  • Technology, in particular the internet, must be fully exploited. Schools, universities and vocational and training institutions must increase access to education via open educational resources.

  • These reforms must be supported by well-trained, motivated and entrepreneurial teachers.

  • Funding needs to be targeted to maximise the return on investment. Debate at both national and EU level is needed on funding for education - especially in vocational education and higher education.

  • A partnership approach is critical. Both public and private funding is necessary to boost innovation and increase cross-fertilisation between academia and business.

Erasmus for All, the Commission's proposed €19 billion programme for education, training, youth and sport, would aim to double the number of individuals receiving grants for skills-enhancing opportunities for study, training and volunteering abroad, to 5 million people in 2014-2020. More than two-thirds of the programme's budget would support individual learning mobility of this kind, with the remainder allocated to projects focused on cooperation for innovation, policy reform and sharing good practices. On 5 December, the Commission is due to present a Youth Employment Package including a proposal for a youth guarantee. This would request Member States to ensure that every young person received a quality offer of employment or training or further education within four months of leaving school or becoming unemployed. The proposal would foresee full use of EU funding and in particular the European Social Fund.
For more information: Rethinking Education strategy and annexes.

Posté par pcassuto à 20:59 - - Permalien [#]

Cartographie de l’offre de formation dans l’enseignement supérieur en Midi-Pyrénées

Ce projet, développé en partenariat avec la Région Midi-Pyrénées, va désormais rentrer dans sa 2e phase: l’objectif, entre autres, est de rendre cohérentes les modalités de description de l’offre de formation. Cela implique un important travail de coopération entre les différents établissements de la région.
Afin de démarrer cette nouvelle étape et d’amorcer l’indispensable concertation entre les établissements, l’Université de Toulouse organise vendredi 30 novembre, un séminaire de lancement qui se déroulera dans les locaux de l’Université Toulouse I Capitole.
A cette occasion seront présents:
Nicole Belloubet, vice-présidente du Conseil Régional Midi-Pyrénées, Marie-France Barthet, présidente de l’Université de Toulouse, Bruno Sire, Président de l’Université Toulouse I capitole, Jean-Luc Rols, Directeur du département Formation et Vie Étudiante de l’Université de Toulouse, Monique Olivetti, chargée de mission du PRES Bordeaux, Maggy Pézeril, chargée de mission du PRES Montpellier, Jacqueline Gros, Responsable qualité DSI Université Paul Valéry et Daniel Marquié, Directeur SCUIO-IP Université Paul Sabatier.
Au programme: des retours d’expériences, un atelier d’échanges sur les pratiques locales concernant l’offre de formation. Les représentants de chaque établissement seront invités à présenter leurs pratiques en termes de circuit de validation d’une part et de présentation à destination du public d’autre part. Le séminaire se terminera par une assemblée plénière sur les perspectives du projet.
This project, developed in partnership with the Midi-Pyrenees Region, will now enter its second phase: the objective, among others, is to make the terms consistent description of the training offer. This implies an important work of cooperation between the different institutions in the region.
To start this new phase and begin the necessary dialogue between the institutions, the University of Toulouse organizes Friday, November 30, a launch seminar to be held in the premises of the University of Toulouse I Capitole. More...

Posté par pcassuto à 20:38 - - Permalien [#]