http://static.mediapart.fr/sites/all/themes/mediapart/mediapart_v4/images/mediapart.pngPar Quentin DEFORGE. Les systèmes d’enseignement supérieur, à travers leur massification, ont entamé une mutation qui amène aujourd’hui la question de leur financement, à travers des débats sur les frais d’inscription, la place des financements privés ou plus largement les montants qui sont alloués à leurs budgets. Pour gagner les lourdes batailles qui s’annoncent, et assurer un financement public de l’enseignement supérieur permettant sa démocratisation, nous devons amplifier cette mutation pour faire de l’enseignement supérieur un véritable bien public.
Les politiques d’austérité frappent l’Europe de toute part. Plus généralement depuis les années 80 les politiques néo-libérales cherchent à réduire le champs d’action de l’état social. Ce contexte idéologique frappe de plein fouet des systèmes d’enseignement supérieur dont la massification, à travers l’augmentation des niveaux d’éducation, avait entraîné la nécessaire mutation. La dette colossale des étudiants étasuniens envers leur banque en est l’un des révélateurs. Suite de l'article...
http://static.mediapart.fr/sites/all/themes/mediapart/mediapart_v4/images/mediapart.png By Quentin DEFORGE. systems of higher education, through their mass, began a transformation that brings today the question of funding, through debates on fees, instead of private financing, or more broadly amounts that are allocated to their budgets. More...