26 octobre 2012

Midi-Pyrénées Formations Métiers - le nouveau site du CarifOref Midi-Pyrénées

http://www.mpfm.fr/template/mpfm/img/entete/logo.pngLa Région Midi-Pyrénées représentée par Janine Loïdi, Vice-Présidente de la formation professionnelle et de l’apprentissage, l’Etat représenté par Franck Picaud, Directeur académique adjoint des services de l'éducation nationale de la Haute-Garonne, Catherine d’Hervé, Directrice régionale de la Direccte et Frédéric Toubeau, Directeur régional de Pôle emploi, avec le soutien du Pôle Aerospace Valley et Midi-Pyrénées Expansion, ont inauguré, mercredi 17 octobre à l’Hôtel de Région, le nouveau site internet du CarifOref : Midi-Pyrénées Formations Métiers www.mpfm.fr.
Plus attractif, plus informatif, plus interactif, plus ergonomique, ont été les mots mis en avant par l’ensemble des intervenants.
Janine Loïdi, en sa qualité de Présidente du CarifOref Midi-Pyrénées, a souligné le travail accompli par l’ensemble des partenaires du CarifOref autour de ce site et a affirmé sa volonté d’en faire un site incontournable pour les jeunes, les parents, les demandeurs d’emploi, les salariés, les dirigeants d’entreprises…
De plus, Janine Loïdi fait appel à la participation de l’ensemble des acteurs, branches professionnelles, pôles de compétitivité, entreprises… pour contribuer à l’enrichissement du site.
Près de 200 personnes ont participé à cet évènement régional.
http://www.mpfm.fr/template/mpfm/img/entete/logo.png Η περιφέρεια Midi-Pyrénées αντιπροσωπεύεται από Janine Loidi, Αντιπρόεδρος της επαγγελματικής κατάρτισης και μαθητείας, το κράτος εκπροσωπείται από τον Franck Picaud, Βοηθός Ακαδημαϊκός Διευθυντής των Υπηρεσιών Εκπαίδευσης της Haute-Garonne, Αικατερίνη της Hervé, Περιφερειακός Διευθυντής, και ο Frédéric Direccte Toubeau, περιφερειακός διευθυντής του κέντρου για την απασχόληση, με την υποστήριξη της Αεροδιαστημικής Valley διασποράς και Midi-Pyrenees επέκτασης, εγκαινιάστηκε στις Τετάρτη, 17 Οκτωβρίου στο Hotel de Περιφέρειας, ο νέος δικτυακός τόπος CarifOref: Midi-Pyrenees Συναλλαγές Εκπαίδευση www.mpfm.fr. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 18:38 - - Permalien [#]
Tags :


Réenchanter la formation des cadres

http://www.focusrh.com/squelettes/images/logo_RH.jpgPar Marie Tresanini, Présidente MT Conseil. Comment est-on arrivé à cette situation de blocage indépendante des générations x ou y où les besoins de l’entreprise ne rejoignent plus celles du collaborateur ? De quoi ont besoin les entreprises ?
Grandes ou petites, elles aspirent à avoir un encadrement où l’ouverture d’esprit, l’audace et la vision haute viennent soutenir le courage managérial. Elles souhaitent pouvoir compter sur la rigueur des conduites en même temps que sur la flexibilité des comportements. Or, la réalité est différente.
Et les jeunes, de quoi rêvent-t-ils ?

Ils arrivent sur le marché au terme d’un parcours où la sélection des élites se fait sur le niveau en mathématiques et sur la conduite logique d’un raisonnement cartésien. Si ces aptitudes leur ont permis d’intégrer les écoles les plus prestigieuses, elles ne font pas pour autant d’eux des managers. Leurs aspirations et la conscience qu’ils ont de leur valeur se heurtent à l’exigence des entreprises et ils sont souvent démunis et démotivés au bout de quelques années d’expérience. Voir l'article entier...
http://www.focusrh.com/squelettes/images/logo_RH.jpgBy Marie Tresanini, MT Council President. How did it come to this impasse independent of x or y generations where the needs of the company reaches more than the employee? What companies need?
Large or small, they aspire to have a framework where openness, boldness and vision come to support high managerial courage
. More...

Posté par pcassuto à 13:45 - - Permalien [#]

La VAE est-elle une arme anti-chômage

http://le-stand.fr/blog/wp-content/uploads/2011/10/realisation-de-stand-salon-vocatis.jpgPar C.G. Dans un pays qui compte 3 millions de chômeurs, tous les dispositifs de la formation continue sont passés à la loupe. Qu’apportent-ils réellement en termes d’employabilité? Sont-ils efficaces?
La VAE (Validation des acquis de l’expérience) est l’un des dispositifs de la formation continue. Elle permet de transformer une expérience professionnelle en diplôme sans repasser - en théorie - par la case « études », n’a pas vocation à donner un emploi. En revanche, elle augmente les chances d’en trouver un : en formalisant une série de savoirs acquis sur le terrain, elle rend un CV plus lisible, en France mais aussi à l’étranger (pour les niveaux licence/bac + 3 et master/bac + 5 notamment).
- Elle permet aussi, pour ceux qui sont en poste dans des grands groupes, de gravir des échelons en accroissant leur niveau d’étude. Enfin, elle a un impact psychologique car grâce à l’obtention d’un diplôme, on gagne en estime de soi. La VAE répond donc aussi à un besoin de reconnaissance personnelle dans un pays qui a le culte du diplôme.
- Côté expérience, la VAE n’apporte pas de « bonus » à un CV car on ne valide qu’un diplôme correspondant à un parcours que l’on a déjà effectué: cela ne vient pas « en + », mais « suite à ». Le principe étant de gagner deux à trois années d’études.
Tenter une VAE: cela vaut-il vraiment la peine?

- Il faut le savoir: s’engager dans une VAE n’est pas gratuit. Même si dans certains cas il existe des aides (voir plus bas), l’accompagnement, les frais de dossier et le passage devant un jury peuvent revenir de quelques centaines à plus de mille euros. L’accompagnement par un conseiller VAE tout au long du processus (conseillé si l’on a quitté le système scolaire depuis longtemps) est payant. A cela s’ajoute, en cas d’obtention partielle, les frais de scolarité nécessaires pour suivre les cours ou modules complémentaires.
- L’investissement est-il rentable ? Oui. Le diplôme ainsi obtenu ayant la même valeur que celui décroché dans le cadre de la formation initiale, il ne peut qu’enrichir un CV et montrer au futur employeur la motivation du candidat. Que du positif ! A condition bien sûr d’aller jusqu’au bout du processus… Près d’un dossier de demande de VAE sur deux n’aboutit pas, entre autres parce que le candidat abandonne à mi-parcours.
Quelle prise en charge pour la VAE?

Si vous êtes salarié, vous pouvez obtenir une prise en charge:
- au titre du en congé VAE: la demande de financement est faite auprès de l’organisme collecteur au titre de la formation continue dont votre entreprise dépend.
- dans le cadre du plan de formation de votre entreprise ou du DIF (Droit individuel à la formation): la demande est à formuler auprès de votre employeur.
Si vous êtes demandeur d’emploi, vous pouvez bénéficier de financements:
- Aide régionale: certains conseils régionaux proposent une aide financière pour les demandeurs d’emploi (Chéquiers VAE, Pass VAE…). Ces aides couvrent partiellement les frais liés à la VAE, que vous soyez indemnisé ou pas. Comptez de 400 à 900 euros environ.
- Aide de Pôle Emploi (peut compléter l’aide régionale).
A lire: Guide « Génération VAE » par David Rivoire, Editions Studyrama: Génération VAE.
http://le-stand.fr/blog/wp-content/uploads/2011/10/realisation-de-stand-salon-vocatis.jpg Με CG. Σε μια χώρα των 3 ​​εκατομμυρίων ανέργων, όλες οι δραστηριότητες εκπαίδευσης συσκευές ελέγχονται. Τι πραγματικά από την άποψη της απασχόλησης; Είναι αποτελεσματική; Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 13:39 - - Permalien [#]

Numérique - renouer avec les valeurs progressistes et dynamiser la croissance - Propositions du Rapport concernant la Formation

http://www.tnova.fr/sites/all/themes/basic/images/interface/logo/TerraNova-logo.jpgPar Gabriel Lavenir, Nelly Fesseau. Longtemps en avance dans le secteur des télécommunications, la France est aujourd'hui en retrait dans le domaine du numérique. Ce rapport de Terra Nova, présenté aujourd'hui dans Les Echos et préfacé par Jacques Attali, appelle à définir une véritable stratégie de développement du numérique à l'échelle nationale. Il décline plusieurs propositions pour mettre à profit les perspectives économiques offertes par cet outil, renforcer à travers lui les solidarités et valeurs collectives, préserver l'intérêt général par la régulation.
Les propositions du Rapport
concernant la Formation
Proposition n°13 : Sensibiliser les décideurs économiques le plus tôt possible, en intégrant une formation aux systèmes d’information dans les cursus supérieurs.
Proposition n°14 : Encourager les campagnes de communication et renforcer la formation continue qui permettront de développer la compréhension des enjeux numériques dans le monde de l’entreprise et de l’administration.
Proposition n°47 : La formation des fonctionnaires d’encadrement - initiale comme continue - doit intégrer une composante forte de gestion de la gouvernance des systèmes d’information.
Proposition n°49 : Favoriser la diffusion des savoir-faire à tous les niveaux, à travers la formation des agents, l’échange au sein de communautés professionnelles, la transmission de l'héritage des agents qui partent à la retraite.
Proposition n°79 : Dans tous les enseignements supérieurs, instaurer pour les jeunes une formation aux enjeux du numérique et à ses évolutions. Réformer le B2I pour en faire un outil de développement des compétences informatiques de chacun.
Voir toutes les propositions du Rapport.
http://www.tnova.fr/sites/all/themes/basic/images/interface/logo/TerraNova-logo.jpg By Gabriel Lavenir, Nelly Fesseau. Many years ahead in the telecommunications sector, France is now back in the digital domain. This report Terra Nova, presented today in Les Echos and a preface by Jacques Attali calls to define a strategy for the development of digital nationwide. It declined several proposals to take advantage of the economic opportunities offered by this tool, strengthening him through solidarity and collective values, protect the public interest by regulating.
Proposals Report on Training. More...

Posté par pcassuto à 13:30 - - Permalien [#]

L’entrepreneuriat numérique en France - quelques constats et perspectives

http://www.institutmontaigne.org/desideespourdemain/themes/default-3cols-fixes/css/img/logo_im.jpgPar Frédéric Créplet. Le secteur de l’économie numérique est source de création de richesse et d’emploi, mais il rime aussi avec incertitude et prise de risque - l’entrepreneuriat numérique en première ligne. Alors que le gouvernement français s’attache dans le plan "France numérique 2012-2020" à viser la poursuite des leaders du secteur à l’échelon mondial, des contradictions persistent toujours pour les entrepreneurs, sources de nos futures PME et plus généralement moteur d’une dynamique d’innovation. Dès lors, les entrepreneurs doivent consolider l’équilibre fragile de leur fonction afin de se positionner sur les marchés d’avenir et rester accrochés "au wagon du numérique".
L’entrepreneuriat et le numérique en France

Selon le rapport de l’Institut Montaigne "Le défi du numérique" publié en 2011, la filière internet représentait en 2010 3,7% du PIB français et aurait contribué à un quart de sa croissance. Selon une enquête Ernest & Young et Syntec numérique, les éditeurs logiciels en France ont un chiffre d’affaires en croissance (de 6,7 milliards d’euros en 2010 à 7,4 milliards d’euros en 2011) et sont créateurs d’emplois (44 902 emplois crées en 2011 contre 41 895 en 2010). D’autre part, des succès français dans le domaine des réseaux sociaux comme Jamespot ou dans celui des systèmes de gestion de contenus comme Jalios (véritable concurrent de Microsoft SharePoint en France) constituent de bons exemples de la capacité d’innovation et de la compétitivité de l’entreprenariat français dans le domaine du numérique.
Dans le cadre du lancement de France Digital (l'association paritaire des start-up et capitaux-risqueurs pour le développement de l’écosystème de l’innovation numérique), Ernest & Young a publié les résultats du premier baromètre des performances des start-up numériques en France. Les chiffres sont assez convaincants:
- 33% de croissance annuelle de chiffre d’affaires;
- 39% du chiffre d’affaires réalisé à l’international;
- une croissance annuelle des effectifs de 24%;
- l’âge moyen des salariés est de 32 ans, contre 41 ans dans les grands groupes (INSEE);
- 87% d’embauches en CDI, loin devant la moyenne nationale de 76% (INSEE).
Loin d’être à la traîne, l’entreprenariat numérique français est bien un moteur de croissance; le poids de l’international dans le chiffre d’affaires de ces entreprises est le signe d’une activité résolument ouverte, dynamique et tournée vers de nouveaux marchés.
Cependant, l’entrepreneuriat numérique en France repose encore sur un équilibre fragile entre les aides de l’Etat, le soutien des capitaux-risqueurs et l’incitation des entrepreneurs à investir.
Les tendances

La sphère publique commence réellement à prendre conscience de l’importance du numérique pour le développement économique. Sa prise en considération lors de la campagne présidentielle est à ce titre révélateur. Cependant, il reste encore à faire les bons choix. En effet, le gouvernement, avec le projet de loi de finances 2013, s’est illustré par son incompréhension de l’écosystème entrepreneurial. Au lieu d’encourager l’activité, l’imposition des plus-values de cession d’entreprises a engendré le mécontentement des acteurs de l’entreprenariat cristallisé par le mouvement des Pigeons (initié notamment par des créateurs de start-up évoluant dans le numérique).
Or, les entrepreneurs et capitaux-risqueurs représentent un réseau important de capacité de financement. Les capitaux-risqueurs financent les start-up mais les entrepreneurs financent aussi des jeunes sociétés et des fonds d’investissement selon un système de recyclage rapide. Il est donc nécessaire que le gouvernement intègre ce mode de financement dans sa politique afin de maintenir et de favoriser les investissements faits dans le domaine numérique.
Toutefois, des initiatives "numériques", sources d’innovation et de compétitivité, sont à signaler. A Paris, l'association Silicon Sentier héberge chercheurs, entrepreneurs et étudiants, tous branchés sur le Net et dont le QG est La Cantine (Lacantine.org). Ce regroupement constitue un réseau de talents d’où peut naître l’étincelle novatrice et des entreprises pérennes. D’autre part, des aides ont également été mises en place pour favoriser le développement des start-up et pôles d’activité numérique, comme le statut Jeune Entreprise Innovante, le Crédit Impôt Recherche et le soutien d’Oséo (entreprise publique aidant au financement des PME innovantes).
Les défis de demain et perspectives d’avenir

Le numérique est encore un domaine émergent en pleine effervescence; il est vital de pénétrer les nouveaux marchés qui se développent afin de constituer des bases solides. Dans ce sens, les réseaux d’innovateurs sont primordiaux. Il est essentiel de permettre des collaborations pérennes en adaptant par exemple les droits sur la propriété intellectuelle (sur le modèle des "bassins de brevet" où les entreprises partagent leurs brevets). L’Institut Montaigne prônait déjà dans son rapport une proposition "Small Business Act numérique" pour le partage des ressources entre les PME françaises. Si le financement et les ressources constituent un enjeu à part entière, ils vont de pair avec le développement d’un écosystème de la connaissance.
Le numérique constitue un véritable réservoir de croissance; de nombreux champs restent ouverts, notamment dans le domaine de la robotique ou de l’Internet des objets. La France est bien positionnée dans les technologies numériques (RFID par exemple), et il faut encourager les marchés porteurs. Enfin, il faut donner aux (futurs) entrepreneurs une visibilité stratégique (quels sont les marchés porteurs? Comment adopter un nouveau modèle économique ?) et à une capacité à innover, investir et exporter sur les marchés qui demain bénéficieront d’une forte croissance.
Source :

Top 250 des éditeurs et créateurs de logiciels français
La performance économique et sociale des start-up numériques.
http://www.institutmontaigne.org/desideespourdemain/themes/default-3cols-fixes/css/img/logo_im.jpg Με Frederic Créplet. τομέα της ψηφιακής οικονομίας είναι πηγή δημιουργίας πλούτου και θέσεων απασχόλησης, αλλά ομοιοκαταληκτεί με ανάληψη του κινδύνου και αβεβαιότητας - Επιχειρηματικότητα ψηφιακή γραμμή. Ενώ η γαλλική κυβέρνηση έχει δεσμευτεί για το σχέδιο «Ψηφιακή Γαλλία 2012-2020» να αναζητήσει περαιτέρω ηγέτες της βιομηχανίας σε παγκόσμια κλίμακα, οι διαφορές εξακολουθούν να υφίστανται για τους επιχειρηματίες, τις μικρές πηγές του μέλλοντός μας και γενικότερα του κινητήρα μια δυναμική καινοτομίαΠερισσότερα...

Posté par pcassuto à 13:22 - - Permalien [#]


CDI en baisse de 15%

« Depuis octobre 2011, les propositions de CDI sont passées de 51% à 43% (moyennes nationales). Conséquence logique du climat incertain engendré par la crise, les recruteurs proposent moins de contrats à durée indéterminée à leurs candidats. Ils cherchent en effet à gérer leur masse salariale avec le plus de souplesse possible en cas de chute encore plus grave pour sauver leurs entreprises», Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa.fr.
Paris, 24 octobre 2012. Qapa.fr, le premier outil de mise en relation dédié à l'emploi, donne chaque mois uneanalyse des données de ses 425000 candidats inscrits et de ses 65 000 offres d'emplois afin de fournir un éclairage et une vision du marché du travail plus proches de la réalité.
La crise ne fait-elle que commencer? Ou bien les sociétés sont-elles entrées en mode combat pour la résoudre? Le fait est que depuis octobre 2011, les offres de contrats les plus proposés par les recruteurs sont passés d'une majorité de contrats indéterminés (50,8% en octobre 2011) à une majorité de contrats courts et déterminés (57,06% en octobre 2012).
Classement par régions des offres de CDI

Trois régions sont particulièrement touchées par cette baisse des offres de CDI: la Basse-Normandie, le Centre et l'Auvergne.
En revanche, l'Ile-de-France et la Bourgogne arrivent presque à stabiliser leur chute depuis 1 an.
Les offres de CDI proposés par les recruteurs (Régions - Variation en %)

Basse Normandie -24,07
Centre -23,72
Auvergne -22,91
Bretagne -22
Franche-Comté -22
Languedoc-Roussillon -18,86
Pays de La Loire -16,66
Aquitaine -16
Nord-Pas-de-Calais -14,81
Champagne-Ardenne -14,81
PACA -14,28

Lorraine -14,28
Rhône-Alpes -13,72
Alsace -13,46
Limousin -13,04
Poitou-Charentes -12,5
Picardie -10,41
Midi-Pyrénées -10
Haute-Normandie -9,61
Ile-de-France -6,89
Bourgogne -4,54
Moyenne Nationale -15,17 %. Source: qapa.fr

"Since October 2011, the proposals of CDI increased from 51% to 43% (national average). Logical consequence of the uncertain climate engendered by the crisis, recruiters offer under indefinite contracts to their candidates. Indeed they seek to manage their payroll with the maximum flexibility in case of a fall even worse to save their businesses, "Stephanie Delestre, founder of Qapa.fr. More...

Posté par pcassuto à 13:06 - - Permalien [#]

L'entrepreneuriat en France

http://www.strategie.gouv.fr/sites/all/themes/cas/logo.pngL'entrepreneuriat en France (Notes d'analyse 296 et 297 - Octobre 2012)
En publiant deux notes d’analyse sur l’entrepreneuriat en France, le Centre d’analyse stratégique a cherché à mieux comprendre les difficultés rencontrées par les entrepreneurs français pour maintenir et développer leur activité en menant une analyse détaillée des différents profils d’entrepreneurs au regard de leur exposition et de leurs attitudes face aux risques.
    * L'entrepreneuriat en France
      Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale

Malgré un réel dynamisme de la création d’entreprises, la France reste souvent présentée comme un pays doté d’une faible culture entrepreneuriale. Cette image de la France doit cependant être nuancée. En effet, l’analyse d’enquêtes qualitatives récentes permet de montrer que les Français témoignent d’une forte envie d’entreprendre et que le potentiel entrepreneurial progresse en France.
Le portrait de la France en matière de culture et d’activité entrepreneuriale est établi à partir d’une comparaison avec trois pays : les États-Unis, souvent présentés comme un modèle de société entrepreneuriale, et l’Allemagne et le Royaume-Uni, qui sont considérés comme les économies européennes les plus dynamiques.
L’analyse permet tout d’abord d’apprécier le potentiel entrepreneurial de ces économies qui repose sur la conjugaison d’un désir d’entreprendre et de la faisabilité perçue du projet de création d’entreprises.
Sur ce point, les différences entre la France et ses partenaires européens sont peu marquées, tandis que les Américains se distinguent nettement par une forte confiance dans leur capacité à entreprendre. L’étude permet également d’évaluer l’engagement dans l’entrepreneuriat à chaque étape du processus de création d’une entreprise. À ce sujet, et alors même que les intentions entrepreneuriales y sont plus élevées que chez ses partenaires, la France se singularise par une plus faible pérennité des entreprises nouvellement créées.
Sommaire
    * Le désir d'entreprendre est bien présent en France
    * Le potentiel entrepreneurial progresse en France
    * Un décalage entre les intentions et l'activité entrepreneuriales en France
    * Auteurs : Estelle Dhont-Peltrault et Fabienne Llense, département Économie Finances.
    * L'entrepreneuriat en France
      Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque des créateurs d'entreprises ?

Les entreprises nouvellement créées constituent une source de création de valeur d’autant plus importante pour la société qu’elles parviennent à croître, ce qui nécessite de prendre des risques. En effet, pour un créateur d’entreprise, faire le choix du développement (à travers l’investissement, l’innovation, les embauches) plutôt que celui du maintien du statu quo, a priori plus sûr, implique d’engager des ressources en vue d’un accroissement futur mais incertain de valeur.
La capacité d’un créateur à prendre ces risques dépend de la situation dans laquelle il se trouve au moment de fonder son entreprise. Ainsi, la prise en compte de variables telles que le statut antérieur, le diplôme et les motivations à la création de l’entreprise permet d’étudier l’exposition au risque et la capacité de croissance de quatre grands profils de créateurs. Cette étude, réalisée à partir des données de l’INSEE provenant du suivi d’une cohorte d’individus ayant créé leur entreprise en 2006, montre que les créateurs démarrant un projet ambitieux dans un environnement familier ne sont pas toujours les plus actifs en termes de développement de leur entreprise.Au contraire, certains créateurs adoptent des comportements dynamiques alors même qu’ils sont fortement exposés au risque.
Les pouvoirs publics peuvent aider à rationaliser la prise de risque des créateurs en incitant les plus prudents à développer leur entreprise (“menus” de contrats d’avances remboursables) et en diminuant l’exposition au risque des entrepreneurs les plus dynamiques (exigences comptables).
Sommaire

    * Introduction
    * Profils des créateurs d'entreprise
    * Les modalités d'exposition au risque des créateurs
    * Les comportements des créateurs face au risque
    * Les difficultés de trésorerie : une synthèse des risques effectifs et de leur gestion par les créateurs
    * ANNEXES
    * Auteurs : Estelle Dhont-Peltrault et Fabienne Llense, département Économie Finances.
Télécharger la Note d'analyse 296 - L'entrepreneuriat en France - Volet 1: Mythes et réalités en comparaison internationale, la Note d'analyse 297 - L'entrepreneuriat en France - Volet 2: Comment mieux accompagner la prise de risque des créateurs d'entreprises? et les Annexes de la note d'analyse 297 - L'entrepreneuriat en France - Volet 2: Comment mieux accompagner la prise de risque des créateurs d'entreprises.

http://www.strategie.gouv.fr/sites/all/themes/cas/logo.pngΗ επιχειρηματικότητα στη Γαλλία (Σημειώσεις Ανάλυσης 296 και 297 - Οκτώβριος 2012)
Με τη δημοσίευση δύο αναλυτικές σημειώσεις για την επιχειρηματικότητα στη Γαλλία, το Κέντρο Στρατηγικής Ανάλυσης προσπάθησε να κατανοήσουν καλύτερα τις δυσκολίες που αντιμετωπίζουν οι επιχειρηματίες γαλλικά για να διατηρήσουν και να αναπτύξουν τις επιχειρήσεις τους διεξάγοντας μια λεπτομερή ανάλυση των χαρακτηριστικών των επιχειρηματιών σχετικά με την έκθεσή τους και τις στάσεις τους σε κίνδυνοΠερισσότερα...

Posté par pcassuto à 12:57 - - Permalien [#]

Les métiers du tourisme

http://www.dgcis.redressement-productif.gouv.fr/files/fond04.pngCes fiches métiers visent à recenser et répertorier les emplois-métiers du tourisme, décrire et analyser l'offre de formation et caractériser les emplois.
Les métiers qui relèvent du secteur du tourisme se scindent en deux sous ensembles au sein d'une trentaine de branches professionnelles.
Les branches dont l'activité principale relève du tourisme:
    Organisation de voyages et réception de touristes
    - Organismes de tourisme
    - Agences de voyages
    - Guides interprètes
    Hébergement
    - Tourisme social
    - Hôtels, cafés, restaurants (HCR) pour la partie hôtellerie
    - Hôtellerie de plein air
    - Immobilier, pour la résidences de tourisme
Les branches dont une part de l'activité relève du tourisme:

    Restauration
    - Hôtels, cafés, restaurants (HCR) pour la partie restauration
    Transports
    - Transport aérien, routier, urbain, taxi parisien, location de véhicules
    Loisirs
    - Espaces de loisirs, d'attractions et culturels
    - Sport
    - Téléphériques
    - Navigation de plaisance, ports de plaisance
    - Thermalisme
    - Entreprises artistiques et culturelles.
Les métiers dans les hôtels, cafés, restaurants
Présentation générale des métiers dans les hôtels, cafés, restaurants
.
Les principaux métiers de l'hôtellerie
Les principaux métiers dans les cafés
Les principaux métiers chez les traiteurs
Les principaux métiers dans les discothèques
Les principaux métiers de la thalassothérapie

Les métiers du casino
Présentation générale des principaux métiers du casino
Les principaux métiers du casino

Les métiers du voyage
Présentation générale des métiers du voyage

Les principaux métiers du voyage

Les métiers de la montagne
Présentation générale des métiers de la montagne

Les principaux métiers de la montagne

Les métiers d'animation liés au tourisme
Présentation générale des métiers d'animation liés au tourisme

Les principaux métiers d'animation liés au tourisme

Les métiers de location de véhicules de loisirs
Présentation générale des métiers de location de véhicules de loisirs

Les principaux métiers de location de véhicules de loisirs

Les métiers du guidage depuis le 31 mars 2012

Les métiers du développement touristique, de la promotion et de l'accueil
Présentation générale des métiers du développement touristique, de la promotion et de l'accueil

Les principaux métiers du développement touristique, de la promotion et de l'accueil

http://www.dgcis.redressement-productif.gouv.fr/files/fond04.png These job profiles are intended to identify and list the jobs-jobs in tourism, describe and analyze the training offer and characterize jobs.
Trades that are in the tourism sector are divided into two subsets within thirty professional branches.

Industries whose main activity is tourism:

Travel organization and reception of tourists

- Official tourism

- Travel Agencies

- Guides Interpreters
. More...

Posté par pcassuto à 01:14 - - Permalien [#]

Création du métier de guide-conférencier

http://www.dgcis.redressement-productif.gouv.fr/files/fond04.pngLa réglementation des métiers du guidage a été réformée par le décret n° 2011-930 du 1er août 2011 relatif aux personnes qualifiées pour la conduite de visites commentées dans les musées et monuments historiques: les quatre professions réglementées de guide-interprète régional, guide-interprète national, guide-conférencier des villes et pays d’art et d’histoire et conférencier national ont été remplacées par une profession réglementée unique, celle de guide-conférencier. Les modalités et les conditions d’accès à la profession sont simplifiées. Les anciens examens ont été supprimés au profit de la mise en place d’une formation supérieure diplômante: la licence professionnelle de guide-conférencier et le diplôme national de master avec validation au cours de la formation de trois unités d'enseignement (« compétences des guides-conférenciers», «mise en situation et pratique professionnelle» et «langue vivante étrangère»). Ces 3 unités d’enseignement sont intégrées à un cursus de master.
Présentation du métier de guide-conférencier
Ce métier permet aux visiteurs français et étrangers de découvrir et d'apprécier le patrimoine culturel français. Pour exercer son activité, le guide conférencier doit avoir une bonne culture générale, des connaissances approfondies en histoire, histoire de l'art, ethnographie, économie, géographie. Il dispose de qualités relationnelles et a le sens de la pédagogie. D'une grande disponibilité, d'une bonne capacité d'adaptation aux attentes des visiteurs, il s'exprime avec aisance dans une ou plusieurs langues étrangères.
Cadre règlementaire du métier de guide-conférencier
En France, la profession de guide-conférencier est réglementée par l'article L. 221-1 du code du tourisme qui fait obligation pour la visite commentée dans les musées et monuments historiques, dans le cadre d’une prestation commercialisée par un opérateur de voyages et de séjours, d’avoir recours à des personnes qualifiées, détentrices de la carte professionnelle de guide-conférencier. La délivrance de cette carte professionnelle est soumise aux conditions fixées par les articles R. 221-1 et suivants du code du tourisme.
Textes applicables
    Code du tourisme : art L 221-1, R. 221-1 et suivants, D. 221-5 et suivants,
    Décret n° 2011-930 du 1er août 2011 relatif aux personnes qualifiées pour la conduite de visites commentées dans les musées et monuments historiques,
    Arrêté du 9 novembre 2011 relatif aux compétences requises en vue de la délivrance de la carte professionnelle de guide-conférencier aux titulaires de licence professionnelle ou de diplôme national de master,
    Arrêté du 7 mars 2012 relatif à la délivrance de la carte professionnelle de guide-conférencier,
    Décret n° 2012-337 du 7 mars 2012 relatif à la Commission nationale des guides-conférenciers. Consultables sur Legifrance: http://www.legifrance.gouv.fr/
La carte professionnelle de guide-conférencier

Elle est délivrée:
- aux titulaires de la licence professionnelle de guide-conférencier,
- aux titulaires d’un diplôme national de master ayant validé au cours de leur formation les trois unités d’enseignement complémentaire prévu par l’arrêté du 9 novembre 2011 susmentionné,
- jusqu’au 31 mars 2013, aux détenteurs des cartes professionnelles de guide-interprète national, de guide-interprète régional, de conférencier national et de guide-conférencier des villes et pays d’art et d’histoire, sur simple demande accompagnée d’une copie de leur carte actuelle adressée à la préfecture du lieu d’établissement ou du domicile lorsque le demandeur n’a pas encore d’activité,
- à toute personne en cours de formation de BTS Animation et gestion touristiques locales (AGTL) ou de formation au diplôme national de guide-interprète national au 31 mars 2012 et admise au plus tard le 31 décembre 2013 à l’examen correspondant à ces formations.
La carte de guide-conférencier est pérenne et nationale.
Guide-interprète auxiliaire à titre définitif et guide-interprète local

La réforme introduite par le décret n°2011-930 du 1er août 2011 est sans effet sur la situation des guides-interprètes auxiliaires à titre définitif et des guides-interprètes locaux.
La validité des cartes professionnelles de ces deux catégories perdure. Les titulaires de ces cartes continuent à exercer leur activité de guidage selon les modalités exactement identiques à celles qui prévalaient avant le 31 mars 2012.
Les services des préfectures ont la possibilité de renouveler les cartes de guide-interprète auxiliaire à titre définitif et de guide-interprète local en cas de perte ou de détérioration sur simple demande.

http://www.dgcis.redressement-productif.gouv.fr/files/fond04.png Ο κανονισμός των επαγγελμάτων οδηγός έχει αναμορφωθεί με το διάταγμα αριθ. 2011-930 της 1ης Αυγούστου 2011 σχετικά με την ειδική για τη διεξαγωγή περιηγήσεις σε μουσεία και ιστορικά μνημεία: τα τέσσερα νομοθετικά επαγγέλματα docent περιφερειακή οδηγός εθνική διερμηνέα, ξενάγηση οδηγός χώρες και πόλεις της τέχνης και της ιστορίας και της εθνικής ομιλητής αντικαταστάθηκαν από ένα ενιαίο νομοθετικά κατοχυρωμένο επάγγελμα, αυτό του ξεναγού. 's είναι απλοποιημένες όρους και τις προϋποθέσεις πρόσβασης στο επάγγελμαΠερισσότερα...

Posté par pcassuto à 00:58 - - Permalien [#]

L'OCDE examine les actions francaises en faveur des seniors

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Un examen sur le vieillissement et les politiques de l’emploi mené dans de nombreux pays de l’OCDE a eu lieu entre 2003-2005 et a fait l’objet d’un rapport, Vivre et travailler plus longtemps, publié en 2006.
Ce rapport a mis en avant une série de réformes nécessaires à mener pour encourager le travail jusqu’à un âge plus avancé dans les trois grands domaines suivants : Renforcer les incitations financières pour continuer à travailler; Elever les obstacles au maintien dans l’emploi et au recrutement après 50 ans ; Renforcer l’employabilité des travailleurs vieillissants.
Depuis 2011 et jusqu'en 2014, l’OCDE entreprendra des examens réguliers de suivi de ces réformes.
L'OCDE a donc publié mi-2012 un examen thématique de suivi des politiques pour améliorer les perspectives des travailleurs âgés sur le marché du travail qui affirme que la France a bien mis en place des mesures afin de faciliter l'accès des travailleurs vieillissants à la formation professionnelle et ainsi de renforcer leur employabilité.
Toutefois, ces actions sont jugées de faible ampleur: en 2011, le taux d'emploi des travailleurs âgés de 50 à 64 ans en France est en progression par rapport à 2005 de 1,1 point (de 53,6 à 54,7 %), mais il est de 6,5 points en dessous de la moyenne de l'OCDE (61,2 %).
L’OCDE regrette par ailleurs que le taux d'accès à la formation des salariés varie toujours largement selon l'âge et la catégorie socioprofessionnelle, les cadres et les plus jeunes accédant davantage à la formation que les ouvriers et les seniors. Et l’OCDE de souligner qu’en France, parmi les actions de faible ampleur mises en œuvre, figurent les contrats de professionnalisation: 4 300 contrats ont été conclus pour les seniors en 2011 alors que l'objectif était de 10 000 contrats. Parmi les mesures plébiscitées, figurent les Edec. Consulter l'examen de suivi de l'OCDE.
Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes) A review on aging and employment policies conducted in many OECD countries took place between 2003-2005 and was the subject of a report, Living and working longer, published in 2006.
This report has highlighted a series of reforms needed to be done to encourage the work until a later age in three main areas: Increasing financial incentives to continue working; Raising barriers to job retention and recruitment after 50 Strengthening the employability of older workers
. More...

Posté par pcassuto à 00:44 - - Permalien [#]