Blog Educpros de Pierre Dubois. http://blog.educpros.fr/pierredubois/files/2012/01/duboismanifnovembre-copie.jpgFrançois Garçon, Le Dernier Verrou. En finir avec le Conseil national des universités, Editions The Media Faculty. Présentation sur le site officiel de l’auteur, “universitaire à Paris-Panthéon Sorbonne, historien”. Article critique d’Isabelle Rey-Lefebvre dans le Journal Le Monde. Livre inutilement polémique dans la conjoncture présente. Les sections nationales du CNU ne doivent surtout pas disparaître, mais il faut changer le mode de scrutin.
Présentation par l’auteur. “Inconnu du grand public, au cœur de l’enseignement supérieur français se trouve le Conseil national des universités. C’est lui qui  décide quels sont les jeunes docteurs pouvant candidater à un poste de maître de conférences dans l’université française, c’est encore lui qui juge quels sont les maîtres de conférences aptes à devenir professeurs, et quels sont les enseignants-chercheurs méritant honneurs et récompenses (primes, changement de classe, congés sabbatiques, etc.) Ca n’est pas tout : en dépit du toussotement de certains, le CNU s’apprête maintenant à évaluer individuellement les enseignants-chercheurs. C’est dire les prérogatives de cette gigantesque institution de près de 1500 membres, élus sur des listes syndicales fermées pour les 2/3 d’entre eux. Osons dire que ces pairs ne sont ni les meilleurs, ni les mieux inspirés dans les disciplines qu’ils sont supposés défendre. Tout l’atteste : l’enseignement supérieur français ne cesse de perdre de son lustre. Ne cherchez pas: la faute en revient principalement au CNU. Preuves à l’appui”.
Cette présentation comporte deux erreurs factuelles importantes. Le CNU n’est jamais intervenu dans l’attribution des primes (primes d’enseignement et de recherche, primes d’excellence scientifique, primes pédagogiques et administratives). Il n’est plus en charge de l’évaluation individuelle quadriennale de tous les enseignants-chercheurs: Geneviève Fioraso a en effet entendu les protestations et a suspendu la mise en œuvre du décret d’avril 2009 qui concernait ce point.
Critique faite par Isabelle Rey-Lefebvre: “on reste sur sa faim en ce qui concerne les témoignages à l’appui de la thèse de l’auteur, car son pamphlet ne rend compte d’aucun scandale, dérapage, injustice ou passe-droit, ne livre aucune anecdote ni témoignage vérifié. Le discours, uniquement à charge, en des termes forts, parfois agressifs, nuit à l’efficacité de la démonstration”.
Le CNU, instance nationale organisé par champ disciplinaire, doit absolument continuer à décider des qualifications aux fonctions de maître de conférences et de professeur, doit conserver un quota de promotions de grade. Qualifications et promotions ne peuvent en effet être uniquement décidées au niveau local: copinages, clientélismes, népotismes existent encore trop à ce niveau.
Mais il faut changer le mode de scrutin, abolir le scrutin de liste à la proportionnelle contrôlé par les organisations syndicales et plus largement par les corporations et les lobbies. Il faut abolir la nomination d’un tiers des membres du CNU par le pouvoir en place. Je suis partisan pour ma part d’un scrutin uninominal à deux tours, i.e. de candidatures individuelles ayant au préalable fait l’objet d’un certain nombre de soutiens nominaux, répartis dans des universités de plusieurs. Les “meilleurs” de la discipline seraient-ils candidats dans ce contexte? Je crois que “oui”, mais il faut en débattre. Les enseignants-chercheurs sont des gens responsables qui acceptent de servir leur communauté universitaire.
Blog Educpros Pierre Dubois. http://blog.educpros.fr/pierredubois/files/2012/01/duboismanifnovembre-copie.jpg François Boy, The Last Lock. Τελειώστε με το Εθνικό Συμβούλιο των Πανεπιστημίων, Οι Εκδόσεις Τμήμα Μέσων Ενημέρωσης. Παρουσίαση στην επίσημη ιστοσελίδα του συγγραφέα, "πανεπιστήμιο Paris-Panthéon Sorbonne ιστορικός." Το άρθρο κριτικός Isabelle Rey-Lefebvre στην εφημερίδα Le Monde. Κάντε κράτηση περιττές αντιπαραθέσεις στην παρούσα κατάσταση. CNU τμήματα των εθνικών σίγουρα δεν θα πρέπει να εξαφανιστεί, αλλά είναι απαραίτητο να αλλάξει το σύστημα ψηφοφορίας. Παρουσίαση από τον συγγραφέα. "Άγνωστος στο ευρύ κοινό στην καρδιά της γαλλικής ανώτατης εκπαίδευσης είναι το Εθνικό Συμβούλιο των Πανεπιστημίων. Είναι αυτός που αποφασίζει τι νέους γιατρούς να candidater θέση του λέκτορα στα γαλλικά πανεπιστήμια, είναι αυτός που κρίνει τι καθηγητές προσόντα για να γίνουν δάσκαλοι και καθηγητές τι ερευνητές αξίζουν τιμητικές διακρίσεις και βραβεία (μπόνους, αλλαγή κατηγορίας, εκπαιδευτική άδεια, κ.λπ.). Περισσότερα...