http://www.intercariforef.org/formations/images/ico_reseau2012.pngPar Luce Charbonneau, Maryse Dubois et Hervé Greugny, membres du Groupe de Coordination des Directeurs du réseau InterCarif-Oref.
Les Carif-Oref existent depuis plus de vingt-cinq ans. Leur histoire est intimement liée à la mise en place de la décentralisation. Au fil des ans, les missions d’origine se sont étoffées afin de répondre aux besoins liés aux nouvelles politiques régionales et nationales. Il nous a semblé nécessaire en début de ce numéro d’Actualité de la formation permanente de resituer les Carif-Oref dans ce contexte. Il est nécessaire de comprendre l’histoire pour mieux rendre compte des travaux produits par le réseau.
Fort des réflexions et préconisations formulées par les partenaires consultés lors d’une des réformes de la formation professionnelle au début des années 1980, la décision a été prise de mettre en place dans chaque région des structures associant les services régionaux de l’État et les partenaires sociaux, structures dont les missions devaient être essentiellement centrées sur les fonctions d’animation et de ressources d’information sur la formation à destination des réseaux de professionnels. Au même moment, naissent les trois premières Maisons sur l’information sur la formation et l’emploi (Mife) tournées vers l’information du grand public. Elles sont créées à titre expérimental.
En 1983, la décentralisation donne aux Régions la compétence de droit commun en matière de formation professionnelle continue et d’apprentissage. Les Régions s’intéressent de près aux missions confiées aux Centres d’animation, de ressources et d’information sur la formation (Carif), selon deux approches oscillant entre un modèle unique d’organisation ou un modèle plus proche des besoins du terrain. La période 1984-1986 voit naître dans la presque totalité des régions ce nouvel outil au service de l’information sur la formation. Ces structures régionales s’organisent très vite en réseau.
Dès la négociation du premier contrat de plan, le besoin pour les décideurs régionaux de disposer d’éclairages spécifiques sur la relation emploi-formation apparaît, dans une optique d’aide à la décision. Les Observatoires régionaux emploi-formation (Oref) se sont créés à partir de la mise en synergie des services régionaux concernés dans des organisations légères et autonomes ou, parfois, appuyés auprès de Carif préexistants, prenant en compte par là même les compétences particulières entre animation-information et observation. Les Oref sont donc à leur création d’abord et avant tout les lieux de coordination entre tous les organismes concernés au niveau régional, lieux de valorisation de l’existant, lieux de repérage des spécificités locales.
Que font les Carif-Oref ?

Le premier métier des Oref est celui de la collecte et de l’interprétation des données produites par un ensemble de producteurs de données statistiques. En effet plutôt que de créer de nouveaux dispositifs d’enquête, il s’agissait de faciliter les rapprochements entre les informations disponibles, informations principalement de nature quantitatives.
La territorialisation des politiques publiques au début des années 1990 infléchit logiquement les demandes formulées auprès des Oref et l’évolution de leur organisation, les amenant à se structurer au fil des ans et à constituer leurs propres équipes d’étude. Dès 1995, les Oref contribuent à l’élaboration du diagnostic préalable au plan régional de développement des formations professionnelles des jeunes (PRDFPJ). Ils interviennent en amont des contrats d’objectifs territoriaux, en favorisant des approches transversales dans la production de données de cadrage. Depuis le contrat de projet État-Régions 2007-2013, les Oref participent à l’élaboration des diagnostics partagés permettant d’anticiper les mutations économiques.
Les Carif se sont attachés au fur et à mesure à assumer leurs fonctions de centre de ressources et de diffusion de l’information auprès des relais professionnels. Tout en ayant une mission clairement affichée de production d’information sur le champ de la formation pour un public de professionnels notamment du champ de l’accueil, information, orientation (AIO), on relève dès 1987 des contributions en matière de diffusion de l’information auprès du grand public.
Dès 1989, la notion d’interrégionalité apparaît, au travers d’outils communs tels que Formatel, associant Centre Inffo et les Carif, dans un souci de concertation et de synergie au niveau national.
En 1994, les Carif sont appelés à constituer un réseau en relation avec le service public de l’emploi (SPE), le réseau des informateurs publics et les partenaires sociaux sur les trois fonctions importantes des Carif:
- favoriser l’accès à l’information professionnelle (formation, métiers, aspects législatifs et réglementaires, etc.);
- contribuer à une organisation cohérente de l’information au niveau régional;
- alimenter et appuyer les réseaux d’informateurs locaux en contact avec le public.
Il est demandé au réseau des Carif un travail de fonds d’élaboration des bases de données des offres de formation. Cela reste toujours d’actualité en 2010, alors que le recensement et la diffusion de l’offre de formation publique est clairement une mission fondamentale des Carif, qui y ajoutent maintenant l’intégration de l’offre de formation privée.
Très vite, le réseau des Carif-Oref, quoique informel, s’est structuré dans le cadre de l’InterCarif-Oref et s’est doté d’abord de groupes de travail qui permettent la mutualisation, le partage d’expériences et le développement d’outils communs. Les groupes de travail sont liés aux problématiques de travail des Carif-Oref: observation sectorielle, observation territoriale, prospective, offre de formation, veille documentaire, validation des acquis de l’expérience, pour n’en citer que quelques uns.
Évolution de la forme juridique des Carif-Oref

Il faut attendre 2006 pour que, d’une part, les souhaits de synergies entre les missions dévolues aux Oref et Carif soient clairement exprimées en terme de valeur ajoutée et, d’autre part, pour voir reconnaître les structures des Carif-Oref comme des échelons opérationnels de la concertation entre les Conseils régionaux, les services régionaux de l’État et les partenaires sociaux et, parfois, avec les autres collectivités territoriales.
Le rapprochement des deux missions Carif et Oref dans une même structure juridique et la transformation de la plupart des associations en groupements d’intérêt public montrent bien à la fois la synergie entre les deux métiers constitutifs de nos structures et l’implication forte de l’État et de Régions dans la gouvernance de ces outils d’aide à la décision territoriaux.
Ce rapprochement s’est opéré sur l’incitation des financeurs et en raison d’une prise de conscience de la complémentarité des missions. Cette situation s’est accompagnée parallèlement d’une évolution nette de la forme juridique, allant du startut associatif vers la mise en place de GIP permettant aux financeurs d’assumer un rôle de gouvernance adaptée s’appuyant sur un mode de suivi et d’évaluation des activités.
Évolution des métiers des Carif-Oref

Les métiers des Carif-Oref ont considérablement évolué, intégrant les notions d’aide à la décision et les fonctions d’information et d’animation sur les thèmes plus variés (publics handicapés, lutte contre l’illettrisme, formation ouverte et à distance, validation des acquis de l’expérience, Missions locales, égalité, etc.), dépassant les notions classiques d’information sur la formation et d’observation de la relation entre l’emploi et la formation.
Les spécificités locales et les demandes des partenaires ont amené certaines structures à porter des plateformes d’observation de l’insertion sociale, des centres de ressources et d’observation du développement durable, des préoccupations économiques, des programmes de professionnalisation des acteurs, des plateformes d’information téléphonique, ou encore des Cités des métiers. Ces sollicitations ont amené les Carif-Oref à développer des outils innovants et à mutualiser leurs expériences au sein du réseau.
On peut souligner également que de plus en plus de structures sont chargées de l’animation et du secrétariat permanent du Comité de coordination régional emploi formation professionnel (CCREFP), instance de concertation en région entre les services régionaux de l’État, la Région et les représentants des salariés et des employeurs.
Au coeur d’un large partenariat

La qualité du partenariat avec l’ensemble des acteurs de l’emploi et de la formation, que ce soit au niveau régional ou national, est une condition essentielle à la réalisation de ces missions. Est-il nécessaire de citer les partenaires tels que Pôle emploi, Centre Inffo, les Opca, les services régionaux de l’État (Direccte, Draaf, Rectorat, DRJSCS, etc.), les partenaires sociaux, les observatoires de branche, le CNFPTLV, l’Insee, le CNML, la CNCP, l’Onisep, l’AVE, l’ANLCI, etc.
Un réseau en adaptation constante pour répondre aux besoins des décideurs régionaux

Notre réseau, encore jeune, a su démontrer au fil des années sa capacité à s’adapter pour répondre aux demandes des acteurs régionaux, confortant ainsi sa position d’outil d’aide à la décision. Ainsi, les Carif-Oref seront naturellement mobilisés dans la mise en place du nouveau service public de l’orientation apportant leurs compétences au niveau des outils dématérialisés d’information et des plateformes téléphoniques de proximité dans un certain nombre de régions, et par la professionnalisation des acteurs de l’AIO et la mutualisation des productions.
Chaque Carif-Oref est unique de par son histoire et les volontés régionales, mais tous partagent le même coeur de métier et ont pour objectif de répondre aux problématiques spécifiques de chacun des territoires où ils sont implantés.
Au quotidien, nous apportons par nos travaux, tant sur le champ de l’observation que de l’information, une contribution sur les réflexions concernant les mutations économiques, la gestion prévisionnelle territoriale des emplois et des compétences. À partir de notre collecte et de la diffusion d’informations, nous fournissons les outils utiles dans le cadre de l’orientation professionnelle et la sécurisation des parcours.
Le récent rapport de l’Igas conforte le réseau dans ses missions fondamentales que sont l’observation des territoires et la relation emploi-formation, pour lapartie Oref, et l’information sur la formation et la professionnalisation des acteurs de l’AIO, pour la partie Carif.
De par ses compétences, chaque Oref est en capacité de jouer un rôle de capitalisation et d’appui méthodologique dans la réalisation de diagnostics territoriaux, quel que soit le zonage retenu, contribuant ainsi à la recherche de convergence dans l’analyse territoriale. La reconnaissance de la fonction d’expertise des Carif et des Oref en fait des acteurs incontournables en région. Nos structures sont déjà investies dans les nouveaux enjeux liés, notamment, au CPRDFP et au service public de l’orientation.
Luce Charbonneau, Maryse Dubois et Hervé Greugny, extrait de Le réseau des Carif-Oref: information, orientation et prospective sur les territoires, dossier réalisé dans le cadre du N° 226-227 de la revue Actualités de la Formation Permanente - Centre Inffo - Décembre 2010.

http://www.intercariforef.org/formations/images/ico_reseau2012.png By Luce Charbonneau, Maryse and Herve Dubois Greugny, members of the Coordination Group Directors Network InterCarif-OREF.
The CARIF-OREF existed for over twenty-five years.
Their history is closely linked to the implementation of decentralization. Over the years, the original missions have expanded to meet the needs associated with new regional and national policies. More...