12 juillet 2012

Composition du comité de pilotage des Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/Assises_enseignement_sup-recherche/54/6/Francoise-Barre-Sinoussi-assisesmesr_220546.79.jpgLes Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche s'appuient sur un comité de pilotage indépendant présidé par Françoise Barré-Sinoussi, Prix Nobel de Médecine 2008, directrice de recherche de classe exceptionnelle à l’INSERM, avec le Professeur Vincent Berger, président de Paris 7 Diderot, membre de l’I.U.F. Les membres qui composent le comité de pilotage sont issus du monde universitaire, scientifique et de l'entreprise.
Présidente : Françoise Barré Sinoussi.
Rapporteur général : Vincent Berger.
Membres du comité de pilotage.
Parlementaire auprès du comité de pilotage: Jean-Yves Le Déaut, Député de Meurthe-et-Moselle, Premier vice-Président du Conseil régional de Lorraine
Secrétaire général: Stéphane Kesler Inspecteur général de l’administration de l’Education nationale et de la Recherche
Secrétaire général adjoint: Florent Olivier, Ingénieur docteur, responsable du service Offre de formation – Université Paris-Est Créteil
Membres du comité de pilotage
Ariane Bliek, Ingénieur de Recherche, directrice des relations internationales - Université d’Aix-Marseille

Véronique Chankowski, Professeure des universités en histoire grecque, membre de l’IUF – Université de Lille
Bruno Chaudret, Président du conseil scientifique du CNRS, membre de l’Académie des sciences
Catherine Colliot-Thelene, Professeure des universités, membre de l'IUF – Université de Rennes 1
Roger Fougeres, Professeur honoraire des universités, ancien vice-président Enseignement supérieur et Recherche du Conseil régional Rhône-Alpes
Claire Guichet, Membre du Conseil économique, social et environnemental, ancienne présidente de la FAGE
Christophe Lecante, Président de la société TKM, administrateur et président de la commission Innovation du Comité Richelieu
Rémy Mosseri, Directeur de recherche, laboratoire de physique théorique de la matière condensée – CNRS/UPMC
Sandrine Murcia, Directrice générale de la société Spring-Lab, présidente de Silicon Sentier
Frédérique Pallez, Ingénieure des Mines, directrice du Centre de recherche en sociologie – Ecole des Mines
Antoine Petit, Agrégé de mathématiques, professeur des universités, directeur adjoint de l’INRIA
Brigitte Plateau, Professeure des universités, administratrice générale de Grenoble INP
Jean-Baptiste Prévost, Membre du Conseil Economique, social et environnemental, ancien président de l’UNEF
Andrée Sursock, Secrétaire générale adjointe de l’European University Association
Pierre Tambourin, Polytechnicien, directeur de recherche à l’INSERM, directeur général de Genopole
Cédric Villani, Professeur des universités, médaille Fields 2010, directeur de l’Institut Henri Poincaré
Anne-Lucie Wack, Ingénieure des Ponts, Eaux et Forêts, directrice d’Agropolis Fondation.
Audience higher education and research are based on an independent steering committee chaired by Francoise Barre-Sinoussi, 2008 Nobel Prize in Medicine, Research Director of Exceptional Class at INSERM,IUF members that make up the steering committee are drawn from academia, science and business.
Chair: Francoise Barre Sinoussi.
General Reporter: Vincent Berger.

Members of the steering committee
. More...

Posté par pcassuto à 19:12 - - Permalien [#]


End of empire for Western universities?

By Sean Coughlan. By the end of this decade, four out of every 10 of the world's young graduates are going to come from just two countries - China and India.
The projection from the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) shows a far-reaching shift in the balance of graduate numbers, with the rising Asian economies accelerating ahead of the United States and western Europe. The forecasts for the shape of the "global talent pool" in 2020 show China as rapidly expanding its graduate numbers - set to account for 29% of the world's graduates aged between 25 and 34. The biggest faller is going to be the United States - down to 11% - and for the first time pushed into third place, behind India. The US and the countries of the European Union combined are expected to account for little more than a quarter of young graduates. Russia is also set to decline - its share of the world's graduates almost falling by half since the beginning of the century. Indonesia, according to the OECD's projections, will rise into fifth place.
Degrees of change
Is this an end-of-empire moment? Higher education has become the mirror and magnifier of economic performance - and in the post-World-War-II era, universities in the US, western Europe, Japan and Russia have dominated. The US in particular has been the university superpower - in wealth, influence and until recently in raw numbers. Up until 2000, the US still had a share of young graduates similar to China. And Japan had as big a proportion of young graduates as India. Now China and India are the biggest players. Their rise in graduate numbers reflects their changing ambitions - wanting to compete against advanced economies for high-skill, high-income employment. Instead of offering low-cost manufacture, they are targeting the hi-tech professional jobs that have become the preserve of the Westernised middle classes.
Fivefold growth
As the OECD figures show, this is not simply a case of countries such as China expanding while others stand still. Across the industrialised world, graduate numbers are increasing - just not as quickly as China, where they have risen fivefold in a decade. The OECD notes that by 2020, China's young graduate population will be about the same as the total US population between the ages of 25 and 64. This changing world map will see Brazil having a bigger share of graduates than Germany, Turkey more than Spain, Indonesia three times more than France.  The UK is bucking the trend, projected to increase its share from 3% in 2010 to 4% in 2020. This push for more graduates has a clear economic purpose, says the OECD's analysis.
Enough jobs?

Shifting from "mass production to knowledge economy occupations" means improved employment rates and earnings - so there are "strong incentives" for countries to expand higher education. But will there be enough graduate jobs to go round? The OECD has tried to analyse this by looking at one aspect of the jobs market - science and technology-related occupations. These jobs have grown rapidly - and the report suggests it is an example of how expanding higher education can generate new types of employment. These science and technology jobs - for professionals and technicians - account for about four in every 10 jobs in some Scandinavian and northern European countries, the OECD suggests. In contrast - and showing more of the old order - these technology jobs are only a small fraction of the workforce in China and India. The OECD concludes that there are substantial economic benefits from investing in higher education - creating new jobs for the better-educated as unskilled manufacturing jobs disappear.
Internet user map of the worldQuantity or quality?
The OECD forecast reveals the pace of growth in graduate numbers. But it does not show the quality or how this expansion will translate into economic impact. There are other ways of mapping the changing distribution of knowledge. A team at the University of Oxford's Internet Institute has produced a set of maps showing the "geography of the world's knowledge". This measures how populations are consuming and producing information in the online world - mapping the level of internet use, the amount of user-generated material in Google, concentrations of academic activity and the geographical focus of Wikipedia articles. And in contrast to the rise of the Asian economies, this tells a story of continuing Western cultural dominance.
"In raw numbers of undergraduates and PhDs, the Asian economies are racing ahead," says Prof Viktor Mayer-Schonberger, from the Oxford Internet Institute.
"But what's interesting is how the West persists in its positions of strength - because the West controls the institutions.
Mapping a new world

"There are more students in China than ever before - but they still use Western mechanisms to publish results, they accept the filters," says Prof Mayer-Schonberger.
"The big question will be whether the Chinese researchers can be as insightful as their Western counterparts - we don't know yet."
The maps also reveal how much Africa and South America are losing out in this new scramble for digital power. Prof Mayer-Schonberger said he was "completely shocked" at the extent of the imbalance. Another feature of the Oxford study is to show how research bases and their spin-out economic activity are clustered into relatively small areas. In the US, says Prof Mayer-Schonberger, there is hugely disproportionate investment around Silicon Valley and the Boston area, with large tracts of "wasteland" between.
"Each era has its own distinct geography. In the information age, it's not dependent on roads or waterways, but on bases of knowledge.
"This is a new kind of industrial map. Instead of coal and steel it will be about universities and innovation."

Posté par pcassuto à 00:23 - - Permalien [#]

Une nouvelle égalité pour l'accès à l'enseignement supérieur

LeMonde.frLa tendance est lourde et connue de longue date : les moyens publics consacrés à l'enseignement supérieur ont un effet profondément anti-redistributif et profitent en priorité aux étudiants les plus favorisés. Un état de fait que les dernières initiatives gouvernementales n'ont en rien contribué à rééquilibrer.
Le nouveau président de la République s'est quant à lui fermement engagé à investir davantage dans le système éducatif pour en améliorer tant l'efficacité que l'équité. Pour l'enseignement supérieur, l'objectif annoncé est d'en élargir l'accès, d'améliorer la réussite de tous les étudiants et d'assurer leur insertion professionnelle.
Ces cinq dernières années n'ont pas vu naître de réel progrès en matière de démocratisation de l'accès à l'enseignement supérieur. Et pour cause : les moyens investis se sont concentrés sur un petit nombre de centres universitaires. S'agissant des aides aux étudiants, elles ont été l'occasion d'effets d'annonce (le 10e mois de bourses) et de mesures médiatiques (augmentation du taux de boursiers dans certaines grandes écoles), mais sont restées dérisoires en termes de corrections des inégalités liées à l'origine sociale ou géographique.
Une récente étude menée par la Conférence des présidents d'université (CPU)  montre à quel point le bilan est alarmant du point de vue de l'équité: non seulement le financement public de l'enseignement supérieur reproduit les inégalités sociales, mais encore, il aggrave l'injustice constatée à la sortie du primaire et du secondaire.
Au niveau très général de l'accès à l'enseignement supérieur, les étudiants issus des classes modestes y restent très largement sous-représentés. Concernant les filières garantissant les plus hautes rémunérations (formations longues et sélectives), ce sont encore les plus aisés qui y accèdent. Enfin, les moyens publics investis dans les formations sont aussi concentrés sur les filières bénéficiant le plus aux étudiants les plus favorisés, qui sont aussi ceux qui percevront dans le futur les revenus les plus élevés... L'actuel système de financement de l'enseignement supérieur fonctionne selon un véritable cercle vicieux pour les uns, vertueux pour les autres.
Il est indispensable que les débats sur la fiscalité soient aujourd'hui connectés à la politique familiale et éducative. Une question se pose en particulier: arbitrer entre un mois de bourse supplémentaire et la demi-part fiscale accordée aux familles dont les enfants font des études supérieures est-il de nature à modifier la situation?
Le choix du gouvernement il y a dix-huit mois a été de conserver la demi-part fiscale et de financer un mois de bourse supplémentaire. En termes de communication, le succès est indéniable. Mais qu'en est-il de l'équité ? Cette augmentation des aides ne corrige en rien les inégalités sociales, et ce pour deux raisons. D'abord parce que l'augmentation de la bourse est modeste, n'accroit pas le nombre des bénéficiaires et ne permet pas de rattraper notre retard en termes d'aides aux étudiants par rapport aux autres pays de l'OCDE. Ensuite parce que la demi-part fiscale bénéficie seulement à ceux dont les parents paient des impôts, et à proportion de leurs revenus imposables.
L'augmentation des moyens pour l'enseignement supérieur impose aujourd'hui de concevoir des règles de financement justes et efficaces. Un autre fonctionnement est non seulement souhaitable, mais aussi possible du point de vue financier. Du travail d'analyse mené par la CPU et de ses conclusions présentées lors du colloque de 2012 se dégagent en effet des pistes innovantes pour à la fois renforcer l'équité sociale, favoriser l'accès à l'enseignement supérieur à un plus grand nombre et prendre en compte tant le bénéfice social qu'individuel de la formation dans les modes de financement.
Quatre mesures simples et efficaces pourraient guider une action gouvernementale soucieuse de la justice sociale:
- Investir massivement dans l'orientation en amont, pour rééquilibrer les chances d'accès de tous aux études longues.
- Augmenter substantiellement les aides aux étudiants pour inciter davantage les jeunes des classes modestes à s'engager dans des études supérieures, en particulier dans des études longues.
- Garantir l'employabilité à long terme et, pour les filières longues (Masters, écoles, formations d'ingénieurs), prendre en compte le bénéfice individuel ultérieur des études. Cela passe notamment par la mise en place d'un système de droits (bourses, aides sociales, prêts) et de devoirs (par exemple via un financement ultérieur par les diplômés en fonction de leurs revenus futurs).
- Transformer l'actuelle demi-part fiscale en "crédit d'impôt formation supérieure", en tant que modalité de l'aide fiscale adressée aux familles, mais aussi aux étudiants diplômés. Pour les familles les moins favorisées, il encouragerait la poursuite d'études supérieures, sans remettre en cause la politique familiale. Pour les étudiants diplômés, il pourrait être associé au remboursement des prêts, notamment dans le cas de prêts à remboursement contingent, dès lors qu'il serait indexé sur les revenus imposables ultérieurs. La mesure a en outre le mérite d'être à coût constant pour les finances publiques.
Le nouveau gouvernement de notre pays a affiché des priorités: la jeunesse, l'égalité des chances, la justice fiscale, la relance de l'activité économique. L'objectif de ces propositions est de favoriser leur mise en œuvre. La grandeur d'une démocratie se mesure aux moyens déployés pour qu'en son sein règne l'équité.
Sophie Béjean, présidente de l'Université de Bourgogne, Yves Guillotin, président de l'Université du Maine, Maxime Legrand, président de Parrains d'Avenir, Sébastien Chevalier, vice-président de l'Université de Bourgogne, Patrice Brun, ancien président de l'Université Bordeaux 3, pour le collectif Nouvelle Egalité.

LeMonde.fr The trend is heavy and long known: public resources devoted to higher education have a profoundly anti-redistributive benefit and priority to the most advantaged students. A fact that recent government initiatives have contributed nothing to rebalance. The new president was meanwhile firmly committed to investing more in education to improve both the efficiency and equity. For higher education, announced the goal is to expand access, improve the success of all students and ensure their employability. More...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]