30 juin 2012

IMHE - International Management in Higher Education

http://www.oecd.org/vgn/images/portal/cit_731/17/18/50227678wordle%20IMHE.JPGThe IMHE programme of work is defined around three or four main projects which typically last two or three years and lead to a publication, together with several ongoing activities.
These research activities are generally co-operative efforts, carried out by teams of experts. IMHE draws on the experience and knowledge available through consultancies and through contributions from its general membership.
Our main activities are:
The Assessment of Higher Education Learning Outcomes (AHELO)

The OECD is developing a feasibility study for assessment of higher education outcomes that will allow comparison between higher education institutions across countries. This is done in the context of massive growth in higher education, and increasing international attention to comparisons between institutions. Secretariat contact Karine Tremblay: karine.tremblay@oecd.org.
Higher Education in Regional and City Development
Higher education institutions make a significant contribution to economic, social and cultural development in their regions. In 2004-07, OECD conducted a review of higher education in 14 regions in 12 countries which resulted in recommendations for HEIs as well as for national and regions governments. In 2008-11 the OECD conducted Reviews of Higher Education in Regional and City Development in 14 regions within the OECD as well as emerging economies. The third round is now ongoing, but more regions can sign up for the reviews that have been designed to benefit mainly regions and cities having IMHE member institutions. Secretariat contact Jaana Puukka: jaana.puukka@oecd.org.
Managing Internationalisation

An important aspect of IMHE’s work in the coming two years will be a study on how the increasingly global nature of higher education is changing the ways in which institutions view their role and mission, and how that affects the way they work. Secretariat contact: imhe@oecd.org.
Supporting Quality Teaching in Higher Education

The project on quality teaching in higher education is meant to highlight effective quality initiatives and mechanisms and to push forward reflection or practices that may in turn help other institutions to improve the quality of their teaching and thereby, the quality of their graduates. The project is composed of 2 phases: an overview based on initiatives taken by 29 institutions (completed) and an exploration of approaches to quality teaching at institutional level (ongoing project).
In the context of the sustained growth and diversification of higher education systems, society’s concerns about the quality of the education offered to the students are increasing. The goal of the OECD-IMHE study on Quality teaching is to highlight effective quality initiatives and mechanisms and to push forward reflection or practices that may in turn help other institutions to improve the quality of their teaching and thereby, the quality of their graduates. In participating in the project, the institutions take part in an international review that collects information and benchmarks for their own purpose regarding the quality of their teaching. Secretariat contact Fabrice Henard: fabrice.henard@oecd.org.
"What Works" in Higher Education Management

Under this heading IMHE arranges a series of international events on different aspects of institutional management. The events are designed to assist Member institutions by reviewing current policy and practice and by disseminating examples of successful innovation. They provide professional development for participants, and can lead to the publication of reports and/or the creation of informal networks. Secretariat contact: imhe@oecd.org.
Innovation, Higher Education and Research for Development (IHERD)
The IHERD Programme comprises two sub-Programmes: i) research and innovation policy; and ii) higher education governance and institutional management. The OECD Programme on Higher Education and Research for Development (IHERD) is supported by a four-year voluntary contribution from the Swedish International Development Cooperation Agency (Sida).

Posté par pcassuto à 21:46 - - Permalien [#]


Green skills and environmental awareness in vocational education and training - Synthesis report

Publication coverThe greening of the European economy, as outlined in the EU 2020 strategy, will have profound effects on the labour market and the development of the skills of the European population.
This report claims that the main factors slowing down adaptation to the green economy and the development of necessary skills are the failure of employers to demand new qualifications, and the uncertainty surrounding regulations and policies.
Learning providers also report difficulties in meeting the needs of employers and understanding what organisations' skill needs are.
Overall, there is limited evidence that green policies have become part of the mainstream of skills development and hiring policies. There is clearly a potential for policy makers and social partners to raise awareness and take common action.
This study on green skills and environmental awareness in vocational education and training identifies the main challenges and priorities. It also makes recommendations on how the labour market can be helped to respond to emerging skill needs. The study further investigates the links between skill needs and the responses of learning providers.
Download in the following language(s)

Green skills and environmental awareness in vocational education and training (PDF).
Green skills and environmental awareness in vocational education and training (ebook).

Posté par pcassuto à 21:38 - - Permalien [#]

Benchmarking in Higher Education

http://www.his.de/images/hislogo.jpgInternational Benchmarking-Conference  Seminar III/7 ----- 13. bis 14.09.2012. Contact: Dr. Harald Gilch.
Conference venue: Industrial trade union Mining, chemistry, energy (IG BCE - Industriegewerkschaft Bergbau, Chemie, Energie) Königsworther Platz 6 30159 Hannover Conference room C103
Target group:
Members of the executive board of universities (president, chancellor, vice-chancellor)
Management staff office and administrative staff in the field of strategic higher education management
Topics:
On the topic of Benchmarking in Higher Education
Benchmarking is an on-going, systematic process for measuring and comparing work processes of one organization to those of another to identify best practices. Higher education can gain much from this technique, as industry has. For several years now this method has become a substantial aspect of modernization and development activities in higher education in Europe.
Recent experience with benchmarking in higher education indicates that benchmarking is a method covering a wider range of process elements and instruments.
Yet the dependency on contextual and organizational conditions often implies a need to adapting the conventional benchmarking process and instruments. The contributed presentations will report on various European benchmarking projects that successfully combine different elements of a benchmarking concept – quantitative indicator oriented aspects as well as qualitative process oriented aspects.
Further the presentations will cover the learning effects of benchmarking, reflecting on actors inside the organizations as well as external supporters of a benchmarking process such as consulting organizations. As the application of benchmarking holds both conceptual and practical difficulties, the contributed presentations will focus on practical guidelines for successful and effective benchmarking processes.
Program and additional information
.
http://www.his.de/hochschulmanagement.
http://www.his.de/benchmarking.
HIS Higher Education Management.
Register here (open until 10th August 2012).

Posté par pcassuto à 21:18 - - Permalien [#]

Ageing Society, Ageing Culture?

http://www.uneecc.org/htmls/template/images/head_top.jpgVI. Annual Conference of the UNeECC jointly organized with the University of Maribor and the Euro-Mediterranean University (EMUNI). ‘Ageing Society, Ageing Culture?’. The conference will be held in Maribor, Slovenia on 18-19 October 2012.
We are delighted to announce that the University Network of the European Capitals of Culture will hold its VI. General Assembly and Annual Conference jointly organized with
the University of Maribor and the Euro-Mediterranean University (EMUNI).
Preliminary Programme

Thursday 18 October 2012
Session A: The effect of ageing on modern society

    Tanja Verheyen, Vrije Universiteit Brussel, Brussel: Demotion and ageing: to what extent can demotion be a strategic HR tool to avoid an early exit of older workers from the labour market?
    Klaus Posch - Monika Altenreiter, University of Applied Sciences JOANNEUM, Graz: How is ageing addressed in higher education?
    Ayse Akyol - Aynur Akata - Ayse Fildis, Trakya University, Edirne: Cultural Factors Affecting Consumer Behavior: Mature Consumers as a Subculture Group
Session C: The ECoC coming of age - Financial and cultural sustainability of the ECoC programme

    Tuuli Lähdesmäki, University of Jyväskylä, Jyväskylä: Aims, Impacts and Reception of Urban Regeneration in European Capitals of Culture: The Case of Tallinn2011
    Marian Goldinne – Marie-Hélene Poggi - Jean-Christophe Sevin, Université de Provence; Université d’Avignon; Marseille-Provence 2013 and the “Creative Neighborhoods”. Understanding the impacts of the ECoC on local cultures and neighborhoods
    Graziella Vella, Valletta 2018 – European Capital of Culture Office, Valetta: The effect of culture-led regeneration on local community identity: The case of Valletta.
Session A: The effect of ageing on modern society

    Giovanni Bevilacqua, Lessius University College, Antwerp: Language and culture in the special setting of the home for elderly people.
    Omar Aly Ramzy, Heliopolis University for Sustainable Development, Cairo: Ageing and Online Social Communities – Cross Cultural Analysis
    Krisztián Széll, University of Pécs, Pécs: Educational system in an ageing society
Session B: The effect of culture on ageing

    Bill Chambers, Liverpool Hope University, Liverpool: Old Age, Dementia and Everton Football Club
    Joost van Vliet, The Hague University, Hague: Models for the aged man: Novel personages, a mirror for real life at old age or just projections towards elder age.
    Nick Owen, Aspire Trust Ltd., Wallasey: Making it matter: can the arts significantly contribute to addressing health inequalities?
Friday 19 October 2012
Session A: The effect of ageing on modern society

    Ewa Matuska, Hanseatic Academy of Management in Slupsk, Slupsk: Age management as a strategic tool for elastic organization.
    Eriko Ogihara-Schuck, TU Dortmund University, Dortmund: Germans’ Humor about Aging: Ambiguities in the 21st-Century Variations of Dinner for One
    Eszter Barakonyi, University of Pécs, Pécs: Being in the middle- over 50, but before the retiring age. - The situation of these special age-group in Hungary
    Serena Freni Sterrantino, University of Catania, Catania: The Ageing of Population between Reforms and Consciousness.
    Inara Dundure, University of Latvia, Riga: Older people and the labour market
Session C:  The ECoC coming of age - Financial and cultural sustainability of the ECoC programme

    Maja Lamza-Maronić - Jerko Glavaš - Igor Mavrin, Josip Juraj Strossmayer University in Osijek, Osijek: Towards a New Model of Cultural Management – The European Capital of Culture Programme
    Georg Friedrich Simet, Neuss University for International Business, Neuss: The Impact of the EU’s Ageing Societies on the “European Agenda for Culture”
    Gyöngyi Pozsgai - Tímea Németh, University of Pécs, Pécs: The impact of the ECoC title on international student recruitment
    Katalin Füzér, University of Pécs, Pécs: Urban development beyond the ECoC programme. The local project class and local partnerships: allies, rivals or foes?
Session A: The effect of ageing on modern society

    Filipovič Hrast Maša - Hlebec Valentina, University of Ljubljana, Ljubljana: International solidarity in community in Slovenia
    Ineta Luka - Janis Eriks Niedritis, Turiba University, Riga: Intergenerational learning as a means of increasing social capital within the lifelong learning context
    Raluca Calin - Damien Malinas, University of Avignon, Avignon:  The role of seniors in the transmission of culture. The example of public European festivals of theater and film.
    Szabolcs Zalay, University of Pécs, Pécs: The challenge of growing adult
Session B: The effect of culture on ageing

    Ulla Kriebernegg, University of Graz, Graz: Approaching the Exit Lines: Intersections of Time and Space in Nursing Home Narratives. A Cultural Gerontological Analysis.
    Sarah Thornton, Manchester University, Manchester: The reciprocal benefit of culture and ageing: giving and taking in Collective Encounters’ Third Age Theatre
    Jonas Ericson - Martin Gustafson, Umea University, Umea: The role of culture in an ageing population
    Ion M. Tomus, ’Lucian Blaga University’, Sibiu: Theatre of the Absrud and Its Characters: The Effect of Ageing in Ionesco's plays
Session A: The effect of ageing on modern society

    Anna Bajtai, Eötvös Lóránd University, Budapest: An outlook. The Hungarians in Vojvodina: language of instruction and education
    Witold Ostafinski, The Pontifical University of John Paul II in Cracow, Cracow: Ageism in Europe
    Vladimiras Grazulis - Ilona Kojelyte, Mykolas Romeris University, Vilnius: The dimension of organizational culture in socialization of new employees (the Lithuanian case)
Session C:  The ECoC coming of age - Financial and cultural sustainability of the ECoC programme

    Adriana Galvani, University of Bologna, Bologna: New cities for a changing society.
    Réka Heidenreich, University of Pécs, Pécs: The city of Essen in the multicultural Ruhr region after 2010
    Vlatka Kalafatić, Josip Juraj Strossmayer University in Osijek, Osijek: The influence of the title “European City of Culture” in the international recognition of the city of Osijek.

Posté par pcassuto à 21:10 - - Permalien [#]

VISIR Stakeholders consultation

http://www.eucen.eu/themes/eucen/images/small_logo.png"What are the most relevant factors of change and how do they affect LLL? The VISIR project – "Vision, Scenarios, Insights and Recommendations" aims to develop a shared vision on how ICT may help making lifelong learning a reality.
VISIR is currently working on a vision, gathering experts’ views and getting systematic contributions from professionals and learning communities. The objective of the VISIR Stakeholders’ Consultations is to involve professionals and practitioners as well as decision makers, students, civil society representatives, to build on their opinion and experience, to develop a common vision on how ICT may help making lifelong learning a reality. Four consultations will be launched in the next two years to achieve this. In this first consultation http://visir-network.eu/, we are counting on your contribution to help to identify and analyse the trends on ICT and learning in Europe! It will take only few minutes of your time and even could be fun to reflect on the 14, somewhat provocative and tricky statements which you will find in the consultation. Such statements were elaborated following a memorable brainstorming seminar in Bologna in May 2012, with the participation of a bunch of experts gathered from all the continent. They analysed the domains of change, the polarities and tensions and the main lines of evolution and trying to outline future scenarios from here till 2020. Thus, the statements in the consultation are related to the year 2020. We invite you to join the consultation to express your opinion, leave comments and add additional statements that you think are missing. The first issue of the Vision report will be published in October 2012
Stay tuned on the VISIR website http://visir-network.eu/ to know about the publication date!

Posté par pcassuto à 21:05 - - Permalien [#]


Du nouveau à Pôle emploi - un peu de bon sens

http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/files/abherve.jpgSur le blog de Michel Abhervé pour Alternatives économiques.Depuis que nous suivons sur ce blog l’actualité de Pôle emploi ce qui nous a conduit à écrire plusieurs centaines d’articles dans la catégorie chômage et pôle emploi, il est une composante que nous n’avons pratiquement jamais rencontré, le bon sens.
Comment ne pas se féliciter d’en voir poindre dans les modalités de gestion annoncées pour le léger renforcement des effectifs de Pôle emploi? Il semblerait que, plutôt de faire comme d’habitude, laisser partir les salariés en fin de contrat (qui viennent donc, immédiatement s’inscrire comme demandeurs d’emploi et bénéficient d’indemnités payées par Pôle emploi qui a choisi dans une logique déconcertante de ne pas faire confiance au régime d’assurance chômage dont il est pourtant partie prenante  mais de se  situer dans une logique d’auto assurance), et embaucher de nouveaux salariés à qui il faut expliquer les fondements du travail, on va titulariser les salariés en CDD dont le contrat arrive à terme et qui donnent satisfaction.
Les équipes de terrain de Pôle emploi vont donc bénéficier de salariés directement opérationnels, pouvant continuer, sans discontinuité, à assurer le suivi de leur portefeuille de demandeurs d’emploi, et, de surcroit, éviter de payer inutilement des indemnités.
Et dire qu’il a fallu changer de Président, de Gouvernement et de Ministre pour arriver à une solution dont l’évidence ne peut que sauter aux yeux. A moins que ce ne soit vraiment trop simple et trop fonctionnel pour pouvoir être appliqué par ceux qui sont toujours en place dans les fonctions de responsabilité de l’institution, en particulier dans le domaine, devenu complètement kafkaïen, de le gestion des ressources humaines,  et avaient preuve dans leurs pratiques gestionnaires d’un grand art du n’importe quoi.
Et si, à l’occasion, on mettait aussi un peu de bons sens dans la gestion des contrats aidés embauchés par Pôle emploi, avant que ce ne soient les Prud’hommes qui y obligent (voir L’Education Nationale condamnée pour usage abusif de contrats aidés. Et Pôle emploi?). Mais c’est un article dont il ne faut sans doute pas abuser!
http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/files/abherve.jpg On the blog of Michael Abhervé for Economic Alternatives. Since we follow this blog on the news of employment center which led us to write hundreds of articles in the category of unemployment and employment center, it is a component that we hardly ever met, common sense.
How not welcome to see emerge in the management arrangements announced for the slight increase in staff employment center?
It seems that rather than business as usual, leave from employees at the end of contract (coming thus immediately register as unemployed and receive benefits paid by the employment center has chosen a disconcerting sense not to trust the unemployment insurance system which is yet involved but to be in the logic of self-insurance), and hire new employees who must explain the basis of the work, we will grant a tenure employees CSD in which the contract expires and satisfactory. More...

Posté par pcassuto à 20:44 - - Permalien [#]

Présidence chypriote du Conseil de l'Union européenne (juin - décembre 2012)

http://www.touteleurope.eu/fileadmin/CIEV2/00_accueil/presidence_chypre_300_133.jpgDu 1er juillet au 31 décembre 2012, Chypre prend la tête du Conseil de l'Union européenne. Le pays succède au Danemark et précède l'Irlande, conformément au principe établi du trio de présidences. Admis au sein de l'Union européenne en 2004, ce sera la première fois que Chypre assurera la présidence du Conseil de l'UE.
Pendant 6 mois, Chypre présidera les travaux du Conseil des ministres des Etats membres de l'UE. Elle conduira les réunions ministérielles à Bruxelles et Luxembourg, quelques milliers de réunions de hauts fonctionnaires, ainsi que de nombreuses conférences et séminaires à Chypre. Une vingtaine de réunions ministérielles informelles sont également prévues dans le pays de la présidence.
Organisés en trio pour une période de 18 mois, le Danemark (janvier à juin 2012), Chypre (juillet à décembre 2012) et l'Irlande (janvier à juin 2013) travaillent de concert pour assurer la continuité et le bon fonctionnement des nouvelles règles institutionnelles.
Non seulement un programme commun a été établi entre les trois pays de la troïka, mais les futures présidences lituanienne, grecque et italienne ont également été consultées sur le cadre stratégique du programme. Formalisée par le traité de Lisbonne, la troïka implique que le programme et les priorités de la présidence du Conseil de l'UE soient définis par périodes de 18 mois. De janvier 2012 à juin 2013, la présidence du Conseil est donc organisée en coopération avec le Danemark et l'Irlande.
Enjeux

Afin d'assurer la présidence du Conseil de l'Union européenne, Chypre – 1,1 million d'habitants – s'est dotée des installations nécessaires à l'accueil des innombrables réunions et conférences que suppose la présidence du Conseil de l'UE : le centre Filoxenia a été rénové et modernisé.
Si les prérogatives dévolues à la présidence tournantes ont été réduites par la nomination d'un président permanent du Conseil européen – Herman Van Rompuy – Chypre aura toutefois la responsabilité de la cogestion des dossiers relatifs à la crise de la dette. L'implication de Nicosie sera donc forte en ce qui concerne la recherche d'une nouvelle gouvernance économique européenne, la réforme de la politique agricole commune ou encore la négociation du cadre financier des budgets européens pour l'exercice 2014 – 2020.
Néanmoins, l'inquiétante situation économique de l'île risque de venir perturber sa présidence. Classée comme emprunteur à risques, Chypre a été contrainte de faire appel à l'aide internationale. Etant très exposée aux remous de la crise grecques, Chypre s’est tournée vers Fonds européen de stabilité financière pour la recapitalisation de la Banque populaire chypriote. Par ailleurs, Nicosie a également fait appel à la Russie afin de faire face à ses besoins de financements publics pour 2013 et 2014. Un choix certainement maladroit alors que le pays prend la tête de l'UE.
En outre, la Turquie, par l'intermédiaire d'Ahmet Davutoglu, ministre des Affaires étrangères, a prévenu "qu'aucun ministère, aucune institution de la république turque ne sera en contact avec la présidence européenne dans quelque activité où la présidence chypriote grecque serait partie prenante". Cette attitude, dénoncée par Hannes Swoboda, président du groupe Socialistes et Démocrates au Parlement européen, risque de freiner le déjà lent processus d'adhésion turque à l'Union européenne, débuté en 1987.
Les priorités de la Présidence chypriote

"Nous sommes fin prêts", s'est réjoui Andreas Mavroyiannis, vice-ministre des Affaires européennes, et proche du président communiste Dimitris Christofias. "Nous voulons réussir une présidence exemplaire pour prouver à nos partenaires que, malgré nos difficultés internes et notre petite taille, nous sommes un partenaire fiable et sérieux".
Sobrement intitulé "pour une meilleure Europe", le programme de la présidence chypriote cherche à faire le lien entre le redressement économique et les mesures d'austérité, et l'approfondissement de l'intégration européenne et le renforcement de la cohésion sociale. Promouvoir la croissance, contribuer à la création d'emploi et défendre la solidarité seront donc parmi les priorités de la présidence chypriote.
Une Europe plus efficace et durable

Les négociations sur le cadre financier pluriannuel pour la période 2014-2020 seront la priorité majeure de la présidence chypriote. Ainsi, Chypre oeuvrera pour la finalisation des négociations et l'élaboration d'un budget européen équitable et efficace, soutenant la croissance et favorisant l'emploi. Les politiques et programmes financés devront avoir prouvé leur valeur ajoutée. Plus précisément, la présidence chypriote cherchera à faire avancer les cadres législatifs concernant les politiques agricoles, de la pêche, de la cohésion, de la recherche et de l'innovation, ainsi que les programmes financiers des politiques sectorielles.
Autre politique qui suscitera l'implication particulière de la présidence chypriote: la politique énergétique. Les réseaux transeuropéens de transport, de télécommunications et d'énergie figurent en tête de la liste des priorités de Nicosie. Ces réseaux sont d'une importance vitale pour la compétitivité européenne ainsi que pour la cohésion économique, sociale et territoriale des Etats membres.
En outre, dans le cadre de la stratégie Europe 2020, Chypre s'impliquera en faveur de la promotion de la croissance verte et inclusive, à travers la gestion durable des ressources.
Une Europe dotée d'une économie plus performante, fondée sur la croissance

La présidence chypriote s'appliquera à travailler sur le nouveau cadre renforcé de la gouvernance économique et à intensifier la surveillance budgétaire. L'enjeu sera ici de renforcer la règlementation des services financiers, de davantage protéger les consommateurs et les investisseurs vis-à-vis des crises financières.
De plus, à l'occasion du 20e anniversaire du marché unique, la présidence s'efforcera de donner un nouvel élan à l'approfondissement du marché intérieur en assurant la promotion d'initiatives soulignant le rôle des PME, et le rôle d'un marché unique numérique efficace.
Une Europe plus pertinente aux yeux des citoyens, avec solidarité et cohésion sociale

Troisième priorité de la présidence chypriote: rapprocher l'Europe de ses citoyens. En mettant l'accent sur l'emploi des jeunes, en instaurant un régime d'asile européen commun d'ici la fin 2012, et en développant une coopération entre Etats membres afin de protéger les droits des personnes ayant besoin d'une protection internationale, Chypre veut renforcer la solidarité et la cohésion sociale au sein de l'Union.
Par ailleurs, la présidence s'impliquera sur les questions relatives à l'Année européenne du vieillissement actif, à la solidarité entre les générations, à la santé, au bien-être des enfants, à la promotion d'un mode de vie sain, ou encore à la lutte contre la pauvreté. Pour ce faire, la participation des partenaires sociaux, des ONG, et des autorités locales sera renforcée.
Une Europe dans le monde, plus proche de ses voisins

En dernier lieu, Chypre travaillera en collaboration avec Catherine Ashton, Haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, ainsi que le Service européen pour l'action extérieure. A cet égard, Nicosie appuiera les processus d'élargissement et cherchera à renforcer les relations de l'Union avec ses partenaires méditerranéens, via la politique européenne de voisinage, et ce en garantissant le pluralisme. La présidence chypriote s'emploiera à garantir le progrès dans les engagements de l'Union en faveur du développement.
En savoir plus
Programme de la présidence chypriote.
Présidence chypriote: priorité au budget et à l'Europe sociale - Parlement européen.
Site de la présidence chypriote.
http://www.touteleurope.eu/fileadmin/CIEV2/00_accueil/presidence_chypre_300_133.jpg~~V 1 Ιουλ-31 Δεκ 2012, η Κύπρος έγινε επικεφαλής του Συμβουλίου της Ευρωπαϊκής Ένωσης. Η χώρα κατάφερε στη Δανία και την Ιρλανδία πριν, σύμφωνα με την αρχή που ορίζεται από την Προεδρία Τρίο. Δεκτοί στην Ευρωπαϊκή Ένωση το 2004, θα είναι η πρώτη φορά που η Κύπρος θα προεδρεύει του Συμβουλίου της ΕΕ.
Για 6 μήνες, θα προεδρεύσει των εργασιών της Κύπρος Συμβούλιο των Υπουργών της ΕΕ, τα κράτη μέλη.
Θα οδηγήσει τις υπουργικές συναντήσεις στις Βρυξέλλες και το Λουξεμβούργο, συναντήσεις λίγων χιλιάδων ανώτερων υπαλλήλων, καθώς και πολυάριθμα συνέδρια και σεμινάρια στην Κύπρος. Η βαθμολογία των άτυπων υπουργικών συνόδων, επίσης, προγραμματιστεί στη χώρα του της προεδρίας. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 20:34 - - Permalien [#]

Fioraso interpellée par le Front de Gauche et le SNCS FSU

http://sciences.blogs.liberation.fr/test/images/logo_libe.pngPar Sylvestre Huet. La ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso, a recu deux missives qui viennent de sa gauche. L'une du Front de Gauche, et l'autre du Sncs-FSU.
La première est une sorte de discours de la méthode, réclamant une mise à plat des réformes sarkozienne et une politique leur tournant le dos. Elle affirme notamment: «La Communauté universitaire et scientifique a subi des assauts répétés et continus dans le quinquennat qui précède. La nécessité de mesures de réparation est patente. C’est certainement le cas au niveau budgétaire, mais aussi au plan de la démocratie et de la reconstitution d’un tissu scientifique et de formation supérieure national particulièrement malmené. Ceci suppose préalablement un état des lieux sans complaisance, à l’établissement duquel la collectivité académique dans son ensemble doit être conviée. Un plan d’urgence au niveau des moyens budgétaires, de premières mesures de résorption de la précarité sont indispensables.» La suite ici.
La seconde annonce un début de guerilla juridique contre les IDEX, (Initiatives d'excellence) destinée à persuader la ministre de mettre en cause ces structures et modes de financement dont les conventions ont été imposées à la hussarde par Laurent Wauquiez dans les tous derniers jours du gouvernement Fillon. On y lit : «Face au mutisme du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui non seulement n’annonce aucune interruption du processus d’installation des « initiatives d’excellence » (IDEX) mais de surcroît oppose un silence tenace à toutes nos demandes de communication des conventions de financement signées par l’Etat fin avril et début mai, le SNCS-FSU se voit contraint de poursuivre sa campagne de recours, pour mettre au jour les anomalies et les nombreux effets pervers des IDEX. Aujourd’hui c’est contre la convention de préfinancement de l’IDEX UNITI de Toulouse qu’un recours gracieux est envoyé conjointement par le SNCS-FSU et SUD-Recherche EPST, d’une part à madame la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, d’autre part à la nouvelle présidente du PRES de Toulouse qui porte cette IDEX. Ce recours s’appuie sur le fait que la convention de préfinancement signée, fin avril ou début mai par l’administrateur provisoire du PRES, l’a finalement été dans une version différente de celle qu’avait approuvée le conseil d’administration du PRES. De fait cette nouvelle version comporte des engagements financiers qui n’ont pas été soumis au conseil d’administration».(La suite ici).
Le discours de Geneviève Fioraso depuis sa nomination est prudent, les signes qu'elle envoie à la communauté scientifique et universitaires se veulent rassurant, avec une vive critique de la période Sarkozy, mais le doute monte sur trois points: l'argent, l'emploi, les structures.
Côté finances, comme elle l'a répété à de nombreuses reprises hier soir, lors d'une séance d'une heure de questions réponses à l'Assemblée générale de l'Association des journalistes scientifiques de la presse d'information (photo ci-dessus), les espoirs sont maigres pour la recherche publique. La revendication de décisions d'urgences lors du collectif budgétaire ne semble pas devoir être entendue. Madame Fioraso évoque certes la nécessité de "rééquilibrer" les ressources entre les appels d'offres et les crédits Lettre cnrs CDDrécurrents des laboratoires... mais sans encore donner le moindre chiffre. Or, pour qu'un tel rééquilibrage ne soit pas cosmétique et redonne de l'oxygène et la possiblité de conduire une politique scientifique aux laboratoires, il faudrait basculer une part très importante des crédits ANR vers les laboratoires.
Côté emploi scientifique, la première urgence c'est de démonter la bombe retardement laissé par Valérie Pécresse de centaines de CDD en post-doctorat et d'ingénieurs ou techniciens, financés par les contrats à court terme de l'ANR. Affolé par l'obligation légale d'embaucher en CDI lorsque les CDD dépassent les six ans, la direction du Cnrs envoie l'ordre de soumettre toute reconduction de CDD à l'approbation des directions d'Institut (lettre ci-dessus). Va t-on jeter des laboratoires des centaines de personnes qualifiées qui n'ont pas démérité? L'absence de création d'emplois scientifiques interdit de résorber cette précarité et risque de priver la recherche d'un potentiel précieux.
Côté structures, la ministre alterne les vives critiques sur les partenariats public/privé et le mode de financement du plan Campus ou la complexification du système de recherche... et un silence prudent sur ce qu'elle entend faire des structures (AERES, ANR, Alliances, IDEX...) créées depuis cinq ans.
http://sciences.blogs.liberation.fr/test/images/logo_libe.png ~ ~ V Tým, Sylvestre Huet týždeň minister pre vysokoškolské vzdelávanie a výskum, Genevieve Fioraso, prijal dva listy prichádzajúce z jeho ľavici. Jeden z Ľavé frontu, a jeden z SNCS-FSU.
Prvý z nich je druh diskurzu o metóde, ktorá vyzýva k sploštenie reforiem a politiky Sarkozian chrbte.
Najmä uvádza: "akademická a vedecká obec utrpel opakované útoky a spojité v predchádzajúcom päťročnom období. Potreba opatrenia na nápravu, je zrejmé. Viac...

Posté par pcassuto à 19:17 - - Permalien [#]

Les confusions à propos des pédagogies actives

Par Paul Santelmann, Responsable de la Prospective à l’AFPA. Le faible investissement en matière de recherche appliquée en formation professionnelle des adultes depuis quelques décennies a abouti à une floraison de représentations approximatives sur les méthodes de formation des jeunes en insertion et des adultes peu qualifiés. Les injonctions péremptoires sur les pédagogies actives, participatives, sur les démarches d’autoformation accompagnée ou d’espaces d’apprentissage autonome, sont remplies de bonnes intentions mais colportent de nombreuses confusions et  illusions.

D’abord, il faut rappeler que toute formation professionnelle intensive centrée sur des objectifs précis et opérationnels, dans des délais resserrés et fondée sur une pédagogie active en situation n’est pas une solution:
- Pour les publics qui veulent reprendre leurs études pour des raisons d’élargissement de leur culture personnelle ou professionnelle. Le cadre éducatif classique est beaucoup plus adapté à ce type de situations.
- Pour les populations qui ont socialement « décroché ». En effet les pédagogies de l’action sont doublement contraignantes car elles mobilisent une « énergie cognitive » plus intense que l’exercice d’un travail que l’on maîtrise ou qu’un apprentissage plus théorique. Pour ces publics c’est le rapport au travail qu’il faut préalablement (re)construire.
Les théories qui considèrent les pédagogies actives, mises en œuvre en formation professionnelle, comme plus adaptées aux personnes qui ont des difficultés scolaires font un contre-sens manifeste dès lors qu’elles supposent que ces démarches sont moins coûteuses que les modalités classiques d’enseignement. En fait, les pédagogies actives ne sont pas seulement applicables à la formation professionnelle mais à tout type de discipline (philosophie ou mathématiques) et à tout type d’objectif de formation, elles nécessitent cependant plus de temps de préparation, plus de temps de formation, des groupes d’apprenants restreints, des ressources sophistiquées, des formateurs expérimentés, bref un éventail de conditions et de ressources sous-tendues par une ingénierie de formation solide. On est loin du stage-parking occupationnel pour public « en difficulté » !
Les pédagogies actives n’excluent pas la théorie mais la repositionnent dans une logique de réflexion par rapport à l’action. Elles permettent de motiver certaines personnes mais certainement pas au prix de contraintes moindres qu’un enseignement plus directif ou magistral. Bien au contraire, elles obligent à une vérification collective et concrète des acquis (ce qui nécessite plus d’implication du formateur et des apprenants) et une dynamique collective qui entretient les motivations.
En ce qui concerne les publics en rupture avec l’engagement professionnel, il n’y a pas de solutions pédagogiques miracle qui permettraient d’obtenir à moindre coût ce que les enseignements plus classiques ne sont pas parvenus à réaliser. La remise en situation de travail accompagnée est beaucoup plus adaptée pour cette population qui a besoin de redonner du sens aux rapports de production, aux engagements qu’implique l’activité de travail et surtout à vérifier concrètement leurs aptitudes et leurs capacités spontanées… L’alternance formative peut combiner des apprentissages opérationnels et des mises en situation de travail mais ça nécessite des méthodes efficaces, un climat de coopération et de confiance avec les entreprises et certainement pas une approche laxiste de la formation professionnelle… Un laxisme entretenu par l’absence de suivi et d’évaluation des pratiques de formation et de leurs résultats.
By Paul Santelmann, Head of Forecasting at the AFPA. The low investment in research in applied vocational training for adults in recent decades has led to a flowering of approximate representations of the training methods of young adults with low insertion and qualified. Peremptory injunctions on active teaching methods, participatory, self-training on the procedures with or autonomous learning spaces are filled with good intentions but many peddle illusions and confusions.
First, we must remember that any intensive training focused on specific objectives and operational, and in shorter time-frames based on active learning situations is not a solution
. More...

Posté par pcassuto à 19:10 - - Permalien [#]

Wie Nicht-Eliteunis um Geld und Aufmerksamkeit kämpfen

http://images.zeit.de/campus/2012/04/cover/cover-368x110.jpgIm Schatten der Eliteunis: Wie können sich die vielen kleinen und mittleren Hochschulen profilieren, die nicht in der Exzellenzinitiative bedacht wurden?
In der deutschen Wissenschaft ist derzeit viel von Siegern die Rede – von den elf Universitäten, die zu "Exzellenzunis" gekürt wurden, und den 28, die ein Forschungscluster oder eine Graduiertenschule gewinnen konnten. Die meisten gehören zu den großen Unis. Doch wie steht es um die mittleren und kleineren Hochschulen, die nicht bedacht wurden? Drohen sie im Kampf um Ressourcen unterzugehen?
Dass der Drang zur Differenzierung im Hochschulsystem alle betrifft, ist klar, wie der Hochschulforscher Ulrich Teichler (Kassel) sagt: "Der Wettbewerb um Exzellenz zwingt alle Hochschulen in einen Wettbewerb um Auffälligkeit." Teichler sprach am Mittwochabend in der Friedrich-Ebert-Stiftung in Berlin bei einer Diskussion, wie sich Hochschulen "jenseits der Exzellenz" profilieren können.
Bei der Exzellenzinitiative geht es um Spitzenforschung. Daneben wäre die Lehre das ideale Feld, um sich hervorzutun. Dennoch würden Universitäten wie Fachhochschulen den Differenzierungsprozess einseitig "als Sortierung des Feldes nach dem Kriterium Forschung" verstehen, kritisierte Thomas May vom Wissenschaftsrat. Unis schielten nach dem Exzellenzlabel, FHs wünschten sich das Promotionsrecht.
Dabei gibt es Gegenbeispiele. Die Leuphana in Lüneburg etwa hat das College eingeführt und sich der Nachhaltigkeit verschrieben. Die "Duale Hochschule" in Baden-Württemberg, wo ein Studium mit einer betrieblichen Ausbildung verbunden ist, zeige, wie gesellschaftliche Herausforderungen zur Profilbildung führen, sagte May. Von einem "Schattendasein" kleinerer Hochschulen könne "keine Rede sein", betonte Ernst-Dieter Rossmann, wissenschaftspolitischer Sprecher der SPD-Fraktion im Bundestag. Wenn er an Hochschulen in seiner Heimat Schleswig-Holstein wie die Uni Lübeck oder die FH Westküste denke, "stellen die sich alle auf dem Markt gut dar".
Liegt es auch an der Politik, dass Unis sich selten auf die Lehre stürzen? Schließlich ist die Exzellenzinitiative mit mehr Geld dotiert als der Wettbewerb für die Lehre. Für Ulrich Schüller aus dem Forschungsministerium zählt das nicht: Manche Unis bekämen im Lehrwettbewerb mehr als zehn Millionen Euro. Er beobachte, dass "kleine Hochschulen in der Lehre experimentierfreudiger sind". Ulrich Teichler widersprach: Als er an seiner Uni vorgeschlagen habe, sie zur "studierbarsten in Deutschland" zu machen, hätten die Professoren aufgeschrien: "Das stigmatisiert uns in der Forschung!"
Können in Zeiten knapper Kassen und des langfristigen demografischen Wandels Fusionen von Hochschulen weiterhelfen? In Brandenburg versucht Ministerin Sabine Kunst gegen große Widerstände die BTU Cottbus und die FH Lausitz zu vereinen. Für Thomas May ist eine Fusion "nur ein allerletzter Schritt". Er halte Kooperationen für sinnvoller. Kunst kündigte an, der Wissenschaftsrat werde sich demnächst mit der Lausitz befassen.
Der ehemalige Berliner Wissenschaftssenator Jürgen Zöllner schließlich warnte Hochschulen davor, um jeden Preis nach Alleinstellungsmerkmalen zu suchen. Es gebe "eine Profilierung im Normalen", sagte Zöllner: "Es kann auch ein Profil sein, seinen Job einfach gut zu machen."

Posté par pcassuto à 19:05 - - Permalien [#]