24 juin 2012

Un nouvel outil pour les référents VAE des Points Relais Information Conseil (PRIC)

http://www.prao.org/medias/photo/guide-pratique-vae_1338886354283.pngLe PRAO édite un nouveau support sous forme de « guide pratique » à l’usage des professionnels des PRIC, dans le but de toujours mieux les accompagner dans leur mission d’information et de conseil auprès du public. L’objectif est également de faciliter la prise de fonction des nouveaux intervenants dans le dispositif.
Ce guide a été conçu en collaboration avec des référents dans une logique fonctionnelle et opérationnelle. Il met en avant des informations concrètes et pratiques portant sur le dispositif de VAE, l’organisation territoriale, les acteurs, le rôle, les engagements et les outils à la disposition des référents.Téléchargez le guide.
PRÉAMBULE

Instaurée depuis maintenant 10 ans, la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), introduite par la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002, a formalisé le principe suivant: « Ce que nous faisons est aussi ce qui nous forme ».
En ouvrant un droit individuel qui permet d’obtenir tout ou partie d’une certification (diplôme, titre professionnel ou Certificat de Qualification Professionnelle) à partir de la reconnaissance et la validation de nos acquis, nous avons évolué vers la conception qu’un diplôme certifie la maîtrise de compétences quelle que soit la voie suivie pour les acquérir. La réussite de ce dispositif ambitieux est conditionnée par son accessibilité au plus grand nombre. Cette accessibilité passe d’abord par une connaissance, une information et un conseil adaptés à chacun et c’est le sens même de la création des Points Relais Information Conseil.
En Rhône-Alpes, l’organisation du service d’information conseil en VAE s’appuie sur un réseau de structures labellisées, organisées au niveau des Zones Territoriales Emploi Formation et issues des réseaux d’Accueil Information Orientation (AIO) régionaux.
Ainsi sur chaque territoire rhônalpin, un réseau de personnes ressources, animé par une structure cooptée, assure la promotion, l’information et le conseil sur la VAE auprès de tous les publics, et ce de façon neutre et gratuite.
Ils répondent à la nécessité pour les personnes d’avoir accès à un interlocuteur qui maîtrise les systèmes de certifi cation et validation et qui soit en capacité de « traduire » ces données afin de les aider dans leur prise de décision.
Cela nécessite pour les professionnels de pouvoir disposer de supports, de démarches qui leur permettent d’acquérir et maintenir leur expertise sur le dispositif.
C’est pourquoi le PRAO, qui s’est vu confier par l’Etat, la Région et les partenaires sociaux un rôle d’animation, d’information et de professionnalisation du réseau d’information conseil, vous propose aujourd’hui « le guide pratique du référent VAE ».
Ce guide a été conçu par des référents pour les référents, dans une logique fonctionnelle pour privilégier un repérage rapide des interlocuteurs, des missions et des supports à votre disposition. Tout au long de ce document, nous nous adresserons donc tout particulièrement à vous: référents VAE des PRIC!
Vous y trouverez des informations concrètes et pratiques sur le dispositif VAE, l’organisation territoriale et les acteurs, votre rôle, vos engagements et les outils à votre disposition pour informer et conseiller les bénéficiaires.
Nous remercions les référents VAE qui ont participé à l’élaboration de ce guide. Par son intermédiaire, nous vous souhaitons également la bienvenue au sein du réseau des Points Relais Information Conseil. Nous sommes heureux de participer avec vous à la dynamique instaurée depuis 10 ans qui a déjà permis d’informer près de 100 000 personnes et d’en conseiller 60 000.
LE DISPOSITIF DE VAE
Créée en 2002, la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) offre au plus grand nombre la possibilité d’accéder à une certifi cation*. Elle constitue un indicateur de qualifi cation souvent exigé en France, lors d’un recrutement, lors d’une démarche d’évolution professionnelle ou même lors d’une inscription en formation. La VAE ouvre donc des perspectives, en particulier, pour ceux ou celles qui travaillent depuis de nombreuses années mais n’ont pas eu la chance d’accéder à la « reconnaissance du diplôme ».
1. Les dispositifs de reconnaissance des acquis: d’hier à aujourd’hui…

La loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 introduit la Validation des Acquis de l’Expérience comme un droit individuel. Nous y ferons référence tout au long de ce guide mais il faut savoir au préalable qu’il existe d’autres dispositifs de reconnaissance de l’expérience dont certains sont toujours en vigueur. Ils ont notamment permis l’avènement de la VAE.
Mise en place du dispositif « Ingénieur Diplômé Par l’Etat » (IDPE) - Loi du 10.7.34.

L’État délivre un titre professionnel à des ingénieurs autodidactes justifi ant d’au moins cinq ans de pratiques professionnelles dans des fonctions « communément confi ées aux ingénieurs » et âgés d’au moins 35 ans. La validation s’effectue sur entretien puis, en cas de réussite, le candidat soutient un mémoire devant un jury spécialisé.
› Toujours en vigueur. Peut-être conseillé. POUR EN SAVOIR PLUS http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr.
Mise en place du dispositif de « Validation des Acquis Professionnels » - Loi n°84-52 du 26.1.84

La VAP 1985 donne uniquement la possibilité de suivre un cursus universitaire (donc d’entrer en formation) sans avoir le niveau requis, grâce à son expérience professionnelle. Pour obtenir la certifi cation, il faudra nécessairement valider le cursus de formation. Ce dispositif ne s’applique QUE pour les diplômes et titres de l’enseignement supérieur.
› Toujours en vigueur. Peut-être conseillé.
Mise en place d’un dispositif complémentaire de « Validation des Acquis Professionnels » - Loi n°92-678 du 20.7.92.

La VAP 1992 permettait d’être dispensé d’une partie des épreuves de certains diplômes nationaux grâce à l’expérience professionnelle acquise. Ce dispositif est remplacé par la VAE qui améliore ce précédent dispositif pour s’appliquer à l’ensemble des certifi cations professionnelles et en faciliter les conditions d’accès.
› Ce dispositif n’est plus en vigueur.
Mise en place du dispositif de « Validation des Acquis de l’Expérience » - Loi de modernisation sociale n°2002-73 du 17.1.02

La Loi de modernisation sociale institue un nouveau droit individuel : celui de la Validation des Acquis de l’Expérience. Il s’agit d’un dispositif de reconnaissance offi cielle des compétences acquises par l’expérience. A l’issue d’une procédure de vérification, d’évaluation et d’attestation des compétences du candidat par un jury d’enseignants et de professionnels, cette loi permet d’obtenir tout ou partie d’un diplôme ou titre à finalité professionnelle ou d’un certificat de qualification.
2. La VAE : une démarche accessible à tous
2.1. Quels sont les publics concernés ?

La VAE s’adresse à toute personne, quel que soit son statut, dans le cadre d’une démarche individuelle:
Les salarié(e)s : en CDI, CDD, intérimaires...;
Les non salarié(e)s : professions libérales, exploitants agricoles, artisans, commerçants, travailleurs indépendants...;
Les agents publics titulaires ou non;
Les demandeurs d’emploi indemnisés ou non;
Les bénévoles ayant une expérience associative ou syndicale;
Les élus.
La VAE constitue une autre voie d’accès aux diplômes et titres, en reconnaissant les compétences acquises par le travail. Elle permet aux personnes qui souhaitent obtenir une qualifi cation d’éviter de réapprendre des savoirs déjà assimilés.
Le refus d’un salarié de consentir à la demande de son employeur à une action de VAE ne constitue ni une faute, ni un motif de licenciement.
Téléchargez le guide.

http://www.prao.org/medias/photo/guide-pratique-vae_1338886354283.png ~ ~ V Cope vydáva nové médium ako "praktický sprievodca" pre profesionálne použitie CIRP, aby sa vždy lepšie podporovať ich v ich poslanie a prerokovanie s verejnosťou. Cieľom je tiež uľahčiť vykonávanie funkcie nových hráčov do zariadenia.
Táto príručka bola vyvinutá v spolupráci s referentov vo funkčnej a prevádzkovej logiky. Uvádza konkrétne a praktické informácie o zariadení VAE, územná organizácia, hercov, role, záväzky a nástroje majú k dispozícii referentov. Stiahnite si sprievodcu.
ÚVOD
Stanovená na 10 rokov, overenie nadobudnutých skúseností ods VAE), zavedeným zákonom sociálnej modernizácie 17. januára 2002, formálne nasledujúce zásady: "Čo máme urobiť, je, že tvoríme."
Po otvorení individuálne právo, ktoré poskytuje všetky alebo časť kvalifikácie (diplom, profesijný titul, alebo osvedčenia o odbornej spôsobilosti), z uznania a validácia našich úspechov sme sa vyvinul do návrhu stupňa potvrdzuje zvládnutie znalostí a zručností bez ohľadu na cesty, ktorých cieľom je získať. Úspech tohto ambiciózneho zariadenia závisí od jeho dostupnosti na čo najväčší počet. Táto prístupnosť začína vedomostí, informácií a poradenstvo na mieru pre každého a čo je zmyslom tvorby Body Relé rady
. Viac...

Posté par pcassuto à 23:56 - - Permalien [#]


Des réseaux sociaux incontournables en entreprise

http://www.amge-jobs.com/wp-content/uploads/2010/06/logoFocusRH.jpgParBrice Ancelin. Huitième rencontre pour l’Observatoire des réseaux sociaux d’entreprise qui s’implante un peu plus encore dans le paysage numérique des organisations. Le 5 juin dernier, l’observatoire a réuni de très nombreux professionnels au siège du Medef à Paris, autour du sujet de la communication et des réseaux sociaux. Echo des débats.
« L’échange, la discussion, la négociation… La communication d’entreprise offre une capacité de plus en plus forte de critiquer, au sens noble du terme, la stratégie de l’entreprise. Et, si je peux la discuter, cela veut dire qu’elle m’appartient », lance en ouverture Ziryeb Marouf, directeur de l’Observatoire des réseaux sociaux d’entreprise (RSE). Et quoi de mieux pour l’engagement des salariés ? Dans cette logique, les réseaux sociaux – externe comme d’entreprise – peuvent se révéler être de véritables atouts. A condition « d’accepter une certaine prise de risque et parfois des dérives », selon Anne-Gabrielle Dauba-Pantanacce, directrice de la communication chez Google. Elle ajoute: « Cela demande aussi de responsabiliser les salariés, de croire en l’humain et de les accompagner. » A la clé, parfois de vrais résultats, comme le souligne Isabelle Ockrent, directrice de la communication à la RATP: « Sur les 300 sites, réseaux, blogs que nous surveillons, une cinquantaine a été créée par des agents de la RATP qui racontent leur expérience, mais qui sont aussi les meilleurs défenseurs de l’entreprise; quand les voyageurs se plaignent sur les réseaux, ces agents disposent d’arguments beaucoup plus efficaces que n’importe quelle direction de la communication. »
Un choc culturel

Le positionnement sur les réseaux sociaux devient une nécessité, même pour des institutions comme Bercy. « Le champ politique s’est emparé depuis longtemps des réseaux sociaux, commente Pierre-Emmanuel Richard, chef de service de la communication des ministères économiques et financiers. Nous disposons de comptes administratifs d’information sur Facebook ou Twitter, nous avons organisé des conférences économiques sous forme de bar camps. » La difficulté se situe plus au niveau des réseaux sociaux internes. « Là, il s’agit d’un véritable choc culturel qui présente un vrai enjeu de rupture avec la hiérarchie et des managers qui n’y sont pas préparés, confie le chef de service. Sans oublier le souci sécuritaire quasi paranoïaque. »
Dans un secteur tout aussi sensible, certaines banques ont déjà bien avancé sur le sujet, à l’image de Société Générale ou BNP Paribas. « Nous avons déployé un RSE dans la banque d’investissement il y a quelques années, confirme Antoine Sire, directeur de la marque, communication et qualité chez BNP Paribas. Il est tout à fait déployable sur d’autres métiers. Nous nous positionnons sur une politique d’assez grande liberté, mais toujours dans le respect des règles du secret professionnel de la profession bancaire. »
Ecouter les signaux faibles

Pour Pierre-Emmanuel Richard, il s’agit d’un « véritable défi RH et managérial, une révolution pas douce dont il faut s’emparer rapidement, car dans 5 ans, le défi sera ailleurs ». Pour une entreprise comme Google quatre défis sont à relever: la communication multimodale, l’instantanéité, la mobilité et l’intelligence collective. Anne-Gabrielle Dauba-Pantanacce explique: « Nous opérons dans 40 pays et les managers sont délocalisés. Vous devez jouer avec les différences de fuseaux horaires pour toucher votre manager et prendre des décisions instantanées. »
L’outil offre ainsi de nouvelles façons de travailler. « Il arrive que des contre-vérités, comme des chiffres erronés sur notre activité - se propagent sur les blogs ou les réseaux sociaux, note Antoine Sire. Nous pouvons alors, chiffres et documents à l’appui, intervenir de façon très directes auprès des personnes qui les relaient avant de les voir se propager plus largement. » Il s’agit d’écouter les signaux faibles pour stopper plus rapidement les rumeurs. Autant de témoignages qui laissent entrevoir une professionnalisation dans l’usage de ces outils.
Une professionnalisation perceptible

Ce que vient confirmer la première édition du baromètre des réseaux sociaux internes menée par les étudiants du Celsa, accompagnés par Vincent Berthelot, fondateur de Conseil Web Social. Selon cette étude, de plus en plus d’entreprises dédient un poste aux réseaux sociaux, essentiellement dans les RH, la communication et/ou l’informatique. Autre signe de professionnalisation, ces réseaux mettent l’accent sur les échanges de documents et d’informations (68%), loin devant la mise en relation de personnes (40%). « Il est plus facile de mesurer le retour sur investissement sur des fonctionnalités d’échange », précisent les étudiants.
Mais pour relever le(s) défi(s) que représentent les réseaux sociaux d’entreprise, les organisations devront lever plusieurs freins: la sécurisation de l’information, le changement de mentalités des managers - qui assimilent encore le temps de travail au temps de présence, là où les réseaux sociaux dématérialisent ce même temps de travail -, le risque chronophage ou encore la formation des utilisateurs à ces outils. Côté RH, « si la fonction joue souvent un rôle moteur, son positionnement demeure flou; elle se pose plus dans une logique d’accompagnement technique que culturel », concluent les étudiants.

http://www.amge-jobs.com/wp-content/uploads/2010/06/logoFocusRH.jpgBrice Ancelin. Eighth meeting of the Observatory for social networking company that sets up a little more in the digital landscape organizations. On June 5, the observatory has met numerous professionals in the MEDEF headquarters in Paris, around the subject of communication and social networks. Echo des débats. Echo of the debates. More...

Posté par pcassuto à 22:58 - - Permalien [#]

Le bac inutile

Michel Fize : "le courage serait de dire que le bac n'existera plus à la fin du quinquennat". Alors que plus de 700 000 can­di­dats planchent pour ten­ter de décro­cher le bac­ca­lau­réat, le socio­logue Michel Fize, cher­cheur au CNRS, vient de publier un brû­lot inti­tulé "Le bac inutile"(Le Bac inutile, éditions L’œuvre, 128 pages, 19€). Entretien par Charles Centofanti.
Pourquoi dites-vous que le bac est inutile, qu'"il ne sert plus à rien" ?

Le bac illustre la faillite du Diplôme avec une majus­cule. En France, la moi­tié des diplô­més sont au chô­mage. Pour les déten­teurs du seul bac­ca­lau­réat, les pers­pec­tives d'insertion sont limi­tées. Le bac reste ce qu'il a tou­jours été : un pas­se­port pour l'université. Et encore, pas n'importe laquelle... L'argument de l'égalité répu­bli­caine ne tient pas : je rap­pelle qu'il existe plus de 70 bacs en France, dont la valeur est incom­pa­rable. Entre un bac S obtenu dans un lycée pari­sien pres­ti­gieux et un bac tech­nique décro­ché dans un lycée de ban­lieue, il n'y a pas photo! Et puis le bac c'est du bacho­tage: il évalue une série de connais­sances apprises par cœur et se borne à être un exer­cice de mémoire qui évalue davan­tage les connais­sances que les com­pé­tences. Supprimer le bac, c'est sau­ver le savoir.
Faut-il néces­sai­re­ment le sup­pri­mer et par quoi le remplace-t-on ? La solu­tion ne serait-elle pas de lui redon­ner de la valeur en le ren­dant plus sélectif ?

Il est impos­sible de redon­ner de la valeur à un tel mas­to­donte. 700 000 can­di­dats tentent de l'obtenir cette année, bien­tôt un mil­lion... La sup­pres­sion du bac est la condi­tion du chan­ge­ment. Ensuite, il faut un contrôle continu per­ma­nent, ce qui ne veut pas dire des inter­ro­ga­tions tous les matins mais régu­liè­re­ment. Tous les bacs tech­no­lo­giques intègrent déjà du contrôle continu. On ne peut pas ima­gi­ner une école qui ne soit pas com­pé­ti­tive mais on peut apprendre à affû­ter ses armes ensemble. Le contrôle continu n'a de sens que si l'on refonde l'école.
Vous dites qu'il y a "trop de diplô­més" en France. Ne faut-il pas au contraire s'en réjouir ?
Non car para­doxa­le­ment il y a trop de diplô­més mais pas assez de gens ins­truits et adap­tés aux besoins du monde du tra­vail. Il faut recon­nec­ter les diplômes aux besoins d'emplois.
De nom­breux parents et ensei­gnants admettent que l'examen pour­rait être remplacé. Vincent Peillon lui-même n'est "pas hos­tile" à une part de contrôle continu. Pourquoi ne franchit-on pas le pas? Est-ce si dif­fi­cile de réfor­mer l'Education nationale?

Le bac est un monu­ment his­to­rique. Il est le sym­bole d'un passé sco­laire jugé glo­rieux. Or en période de crise il est dif­fi­cile de se débar­ras­ser de ses mythes. Les ministres Jack Lang, François Fillon et Xavier Darcos ont tenté de réfor­mer le bac. A chaque fois, ils se sont heur­tés à une forme de fas­ci­na­tion obses­sion­nelle pour un diplôme censé sanc­tion­ner le mérite. Les grandes réformes reposent sur le cou­rage poli­tique. Aujourd'hui, le cou­rage serait de dire que le bac n'existera plus à la fin du quin­quen­nat. Il faut pro­cé­der par étapes, avec une mise en place pro­gres­sive du contrôle continu. Ce qui per­met­trait quelque 60 mil­lions d'euros d'économie par an, au bas mot. Une somme suf­fi­sante pour recru­ter 5000 ensei­gnants, 8000 infir­mières et finan­cer 250 000 bourses.
La sup­pres­sion du bac ne risque-t-elle pas d'induire une sélec­tion accrue à l'entrée des universités ?

Il faut sur­tout éviter ça ! L'entrée à l'université est un droit. Il ne s'agit pas de ren­for­cer la sélec­tion qui existe déjà mais au contraire de par­ve­nir à la réus­site de cha­cun, via un par­cours plus per­son­na­lisé et une orien­ta­tion posi­tive. Il exis­tera tou­jours une élite, l'important c'est que cha­cun soit élite dans son domaine. Il faut pri­vi­lé­gier l'excellence pour tous.
Faut-il s'inspirer de nos voi­sins et existe-t-il un sys­tème juste, équi­li­bré et performant ?

L'Allemagne dis­pose d'un équi­va­lent au bac, l'Abitur, qui com­prend 70% d'épreuves en contrôle continu. Ce dis­po­si­tif a fait ses preuves. En Espagne, il n'y a pas d'examen final et en Belgique il n'y a pas d'équivalent. Si notre bac était si bien, il exis­te­rait par­tout ! Le contrôle continu per­met­trait une vie sco­laire moins stres­sante, d'être heu­reux à l'école, ce que les élèves ne sont pas actuellement.

Michel Fize: "modet er at sige, at færgen ikke længere er til stede ved afslutningen af quinquennium." Mens mere end 700.000 kandidater planchent forsøg på at vinde bachelor, har sociologen Michel Fize, forsker ved CNRS, har offentliggjort en sønderlemmende angreb på "Tanken ubrugelig." Interview af Charles Centofanti. Mere...

Posté par pcassuto à 12:06 - - Permalien [#]

Chômeurs et patrons: tous à la manif

L’association ASSPRO organise son dernier café des ACTIFS de la saison 2011-2012 au cours de laquelle elle a accueilli plusieurs centaines d’invités. Pour mémoire, l’ASSPRO s’adresse aux personnes de + de 45 ans en recherche d’un emploi, d’un complément d’activité ou qui souhaitent tout simplement créer leur propre job.
Chômeurs, patrons : tous à la manif !
Café ACTIFS, le café de la création d’emplois

Une fois de plus le programme sera peu conventionnel.  En effet, l’association présente toutes les pistes et alternatives permettant de retourner à l’emploi: salariat, bien sur, mais il y a de moins en moins d’offres, mais aussi: portage salarial, intérim, coopératives d’activité et d’emploi, création d’entreprise, auto-entreprenariat, CESU, vente à domicile indépendante et même licences et franchises.
Les cafés ACTIFS sont aussi un lieu de parole de rencontres, d’écoute et  d’échanges. Il ne fait pas bon aujourd’hui d’être chômeur et seul.
Ce jeudi 28 juin le programme sera bien décoiffant :
    * Présentation de la nouvelle coopérative d’emplois COOP INTER

Cette structure, nouvellement créée, s’adresse aux personnes qui interviennent dans le domaine de la formation et qui souhaitent mutualiser leurs moyens et développer leur présence commerciale. « COOP INTER est animée par trois femmes qui ont une niaque pas possible. La coopérative est implantée en Bretagne et en Pays de la Loire et nous sommes certains qu’elle correspond aux attentes de bon nombre de formateurs qui se sentent un peu seuls pour développer leur activité. Là aussi, nous sommes dans la création de réseaux » déclare le senior délégué de l’association.
    * Reprendre des études, c’est maintenant !

Même senior, à 45 ans il reste encore 20 ans à travailler, on peut toujours se  former. C’est pourquoi l’ASSPRO  fait passer le message: « attention les inscriptions, c’est maintenant ». L’université de Nantes sera présente ainsi que le Conservatoire National des Arts et Métiers. « Nous avons demandé à la Direccte (ministère du travail) de nous parler des formations qualifiantes financées par l’Etat mais nous n’avons pas eu de réponse. Une fois de plus? nous sommes inquiets quant à l’absence de ceux qui constituent le fer de lance de la lutte contre le chômage. C’est vraiment dommage, l’Etat   devrait être au service des citoyens ….» tient à préciser, dépité,  l’animateur de l’association.
    * Créer son activité grâce au microcrédit
Pour s’en sortir tout est bon. Mais, mais, pour créer son activité, en général, il faut un peu d’argent. Bien souvent le micro crédit est considéré comme réservé aux résidents des quartiers en difficultés. La Banque Populaire Alantique présentera une formule souple de micro crédit (et plus si affinités…)
    * Le Réseau Social Seniors-solidaires

L’ASSPRO déploie, sur le web, un réseau numérique sur lequel elle diffuse de l’information et met en relation les + de 45 ans. Les membres (gratuit) peuvent déposer leur cv ou afficher leurs offres de services. www.initiatives-emploi.fr.
Il est conseillé d’apporter son cv.
Présents ou représentés: CARREFOUR, SYNERGIE (intérim), Banque porpulaire Atlantique, cabinet Catherine Ermenault, ABOVE (rh), staff atlantique (portage salarial), Ouvre boîtes 44, Force Femmes, association Action 456, un parrain un emploi, Cadr’experts, AVARAP…
PRATIQUE
Jeudi 28 juin 2012 15h30-18h00

Gratuit, inscription souhaitée sur www.initiatives-emploi.fr.
Lieu : restaurant « la Fantasia de Marrakech » 3320 bld Marcel Paul ST HERBLAIN (près du super marché Atlantis) grand parking.
Périphérique : porte d’Armor
Tramway : terminus ligne 1 station Mitterrand (prendre à doite, bld Marcel Paul, le restaurant est à 800 m).
Contact : jean yves l’anton  06 33 05 52 63  jylanton@hotmail.com.

Združenie organizuje ASSPRO jeho posledný kávu majetku za obdobie 2011-2012, počas ktorého hostil niekoľko sto hostí. Pre záznam, ASSPRO je pre ľudí viac ako 45 rokov, ktorí hľadajú zamestnanie, ďalšiu činnosť, alebo ktorí jednoducho chcú vytvoriť svoju vlastnú prácu.
Nezamestnaní patróni: všetky demo! Viac...

Posté par pcassuto à 11:45 - - Permalien [#]

Vade-mecum des passerelles public-privé

http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/passerelles_public_prive/04/6/vademeum_142046.jpgVade-mecum des passerelles public-privé: le guide des coopérations avec les entreprises pour les chercheurs et les enseignants-chercheurs. VOUS AVEZ DES INTERROGATIONS SPECIFIQUES: POSEZ VOS QUESTIONS. Un juriste vous répondra.
Des aménagements successifs ont levé les freins réglementaires à la mobilité, à la consultance et à la création. Ce vade-mecum est destiné aux chercheurs et enseignants-chercheurs qui souhaitent effectuer une mobilité en entreprise, réaliser des travaux de consultance, ou créer une entreprise, et qui s'interrogent sur les dispositifs en vigueur et sur la marche à suivre.
Il s’agit d’un document simplifié, construit sous forme «d’arbres à choix» partant des situations concrètes des chercheurs et enseignants‐chercheurs, destiné à montrer que les freins qui s’opposaient aux coopérations avec les entreprises ont été pour l’essentiel levés.
Des notes détaillées ainsi que des références aux textes réglementaires sont jointes en annexes, pour permettre d’approfondir la compréhension de ces dispositifs et d’engager rapidement un dialogue avec les équipes chargées des ressources humaines. Ce document sera régulièrement amélioré et complété.

Passerelles public-privé

Voir aussi Un guide pour les chercheurs entrepreneurs.

Vademecum af offentlig-private gateways: vejledningen for samarbejde med virksomheder til forskere og undervisere. Du har specifikke spørgsmål: DINE SPØRGSMÅL. En advokat vil besvare.
Af efterfølgende udvikling har rejst lovgivningsmæssige bindinger for mobilitet, rådgivning og skabelse
. Mere...

Posté par pcassuto à 01:26 - - Permalien [#]