18 juin 2012

MESR - Fête de la Musique 2012

Affiche : Fête de la musique 2012 au M.E.S.R.
Pour la Fête de la Musique, le 21 juin 2012, le ministère organise une soirée musicale ouverte au public dans le Jardin carré du ministère, entre 19h30 et 23h. A l'affiche : deux fanfares d'étudiants, "Les Plaies mobiles" et "The Bling bling brass band". Entrée libre.
A l'occasion de l'édition 2012 de la Fête de la Musique, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche invite le public à une soirée musicale dans le Jardin carré, situé 11 rue Descartes, Paris 5e. Participer à cet événement festif et convivial permet d'allier sciences et arts. Il s'agit aussi de faire découvrir au grand public le site du ministère.
Des œuvres variées interprétées par deux fanfares d'étudiants
Première partie : les Plaies Mobiles, fanfare de l'Université René Descartes
Au programme :
Hot Stuff, Magnolias, Le poinçonneur des Lilas, Besame Mucho, Quizas, Porqué te vas,Moliendo,  Happy Together, Rocamadour, Gimme, Jerk, Manha de Carnaval, Get Around, Les Amants de St Jean, Daniella, Les Flots Bleus, La salsa du démon, Le temps des fleurs, Born to be wild.
Seconde partie : The Bling Bling Brass Band, fanfare éclectique et électrique

Au programme : Java martienne, La salsa du démon, Mambo du Decalco, Je vends des robes, Tank, That’s the way, It’s not unusual, Derrick VS Superman, Medley Michael Jackson, Century Fox, Rumba Tziganeska, Medley ABBA, Jailhouse Rock.
Voir aussi. Fête de la musique dans les jardins du MESR.
Plagát: hudobný festival 2012 na M.E.S.R.Deň hudby 21. júna 2012, oddelenie organizuje večer hudby pre verejnosť námestí v Garden oddelenia, v čase medzi 19.30 a 23h Čo sa deje:. Dve kapely študentov, "rany mobilný" a "bling bling dychovka". vstup zdarma.
Pri príležitosti vydania 2012 Fete de la Musique, Ministerstvo vysokého školstva a výskumu pozýva verejnosť na hudobný večer v záhrade sa nachádza na námestí, 11 rue Descartes, Paríž 5th. Účasti na tejto akcii slávnostné a veselý umožňuje kombinovať vedu a umenie. Je tiež predstaviť širokej verejnosti na internetových stránkach Ministerstva financií.
Rad prác vykonávaných dvoma skupinami študentov

Časť I: Rany telefóny, Band of University René Descartes
Program: Hot Stuff, Magnolie, Puncher des Lilas, Beša Mucha, Quizas, porque te Vas, Moliendo, šťastný spolu, Rocamadour a daj mi, blbec, Manha de Carnaval, Get Around, The Lovers of St John, Daniella, vlny blues, salsa diabla, čas kvetín, Born byť divoký. Viac...

Posté par pcassuto à 18:34 - - Permalien [#]


Le site « Compétences et formation » du CEDIP

http://www.cedip.equipement.gouv.fr/IMG/siteon-2.pngLe CEDIP - Centre d’Évaluation, de Documentation et d’Innovation Pédagogiques - constitue avec les CVRH le Centre Ministériel de Valorisation des Ressources Humaines, service à compétence nationale rattaché au Secrétariat Général (DRH) du ministère.
Le CEDIP intervient en appui et en conseil auprès des Services du ministère et assure des prestations en interministériel. Il peut aussi intervenir à l’international.
Le CEDIP agit principalement pour le compte des directions de programme, des réseaux d’appuis (CVRH) et des services déconcentrés. Il exerce ses missions à la demande des services, dans le cadre de conventions de partenariat.
Principales missions et activités

Le CEDIP intervient dans les domaines du management des compétences et de l’ingénierie de la formation, touchant principalement les différents leviers de la gestion du personnel, des compétences et de la formation que sont:
    * la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences au plan national,
    * l’organisation et la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences dans les services,
    * le recrutement, la gestion des parcours et des carrières,
    * la professionnalisation,
    * l’évaluation.
      En appui de ses missions d’assistance et de conseil, le CEDIP assure:
    * L’animation du site « Compétences et formation » sur lequel vous vous trouvez actuellement.
      Ce site est accessible à tous au sein du ministère (réseau Intranet).
      Le site est également accessible sur Internet, à l’adresse suivante :
      http://www.cedip.developpement-durable.gouv.fr/.
    * La publication du journal En Lignes (abonnement gratuit sur demande).
Modes d’intervention
Selon les objectifs de l’action ou la nature des projets, le CEDIP peut intervenir de façon différenciée et se positionner en tant que :
    * conseil à maîtrise d’ouvrage et appui méthodologique à projets,
    * réalisation d’études ou d’évaluations,
    * veille et capitalisation, diffusion de méthodes et d’expériences.
Fiches classées par thème

Les fiches du CEDIP sont mises à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Compétences (ensemble du thème):
Le thème central des contenus de ce site.
Compétences des individus:Une approche centrée sur les personnes
Compétences des collectifs de travail: Approche centrée sur les organisations
Management et GRH: Fiches consacrées à la gestion des ressources humaines
Professionnalisation: Concevoir et mettre en œuvre des actions de développement des compétences, utiliser diverses modalités au delà des seules actions de formation...
Évaluation: Démarches, niveaux, phases et acteurs...
Pédagogie: Ressources et outils pour les formateurs
Management des connaissances: Ou Knowledge management : méthodes, démarches de capitalisation...
Individualisation: Individualisation des parcours, de la formation, gestion personnalisée...
Formation à distance, e-learning: Un thème en plein essor, porté par les technologies de l’information et de la communication électronique
Outils transversaux: Des outils plus généraux tels que tableaux de bord, techniques d’animation de réunions, modalités de formation...

http://www.cedip.equipement.gouv.fr/IMG/siteon-2.png The CEDIP - Assessment Centre, Documentation and Pedagogical Innovation - is with the Center CVRH Ministerial Human Resource Development, national service attached to the Secretariat General (HRD) Ministry.
Evaluation: Approaches, levels, stages and actors...
Pedagogy: Tools and Resources for Trainers
Knowledge management: Knowledge management Or: methods, approaches capitalization...
Individualization: Individualization of course, training, custom management...
Distance learning, e-learning: A theme booming, driven by information technology and electronic communication
Cross-cutting tools: Tools such as broader dashboards, meeting facilitation techniques, training methods. More...

Posté par pcassuto à 18:01 - - Permalien [#]

Avez-vous le bon profil pour faire une VAP

http://le-stand.fr/blog/wp-content/uploads/2011/10/realisation-de-stand-salon-vocatis.jpgPar Yves Rivoal. Plus ancien que la validation des acquis de l’expérience (VAE) qui l’a partiellement remplacée, la validation des acquis professionnels (VAP) est proposée dans les établissements de formation offrant des parcours diplômants. Avec un certain succès.
Instauré en 1985, le dispositif de la validation des acquis professionnels (VAP) est applicable dans tous les établissements d’enseignement supérieur. Il permet de s’inscrire par accès dérogatoire à une formation alors que vous n’avez pas le diplôme requis pour vous y inscrire de plein droit.
« Pour en bénéficier, explique Fabienne Hien, responsable du Service Universitaire de Validation des Acquis et Compétences (Suvac) de l’université de Lille 3, il faut se rapprocher du service de validation des acquis ou des bureaux Reprise d’Etudes et Validations des Acquis (REVA) des universités afin de déposer un dossier de demande de VAP par accès dérogatoire accompagné d’un courrier de motivation. »
Que mettre dans un dossier de VAP ?

- Dans ce dossier, vous devez faire valoir tous vos acquis professionnels, personnels, et d’expérience, ainsi que vos études et éventuelles formations continues, en mettant tout cela en lien avec le diplôme que vous ne possédez pas, et qui vous permettrait de vous inscrire dans l’année de diplôme souhaitée. « Sur le coup, la rédaction du dossier m’a d’abord semblée assez longue, mais rétrospectivement, je me dis que ce n’était pas si compliqué, se souvient Anne Dubos, 41 ans, formatrice à l’école de sage-femme du CHR de Lille, qui a demandé et obtenu une VAP pour s’inscrire en master 2 en sciences de l’éducation et métiers de la santé. Finalement, le plus difficile, c’est de retrouver tous ses diplômes et de faire le lien entre son parcours et la formation visée. »
Accompagner les candidats

- Comme il n’est pas toujours facile pour un candidat de savoir à quoi il peut prétendre, le travail des services de validation des acquis et des bureaux REVA consiste à accompagner les candidats dans la rédaction de leur dossier afin de maximiser leurs chances d’être accepté dans l’année demandée. « Et lorsque l’on estime que le parcours professionnel et personnel ne lui permettra pas d’obtenir satisfaction, on conseille au candidat d’abaisser ses prétentions », souligne Fabienne Hien.
- Des commissions pédagogiques universitaires composées de responsables pédagogiques des diplômes visés, d’enseignants chercheurs et de professionnels, statuent sur les demandes.
En fonction de la cohérence du parcours, des preuves mises en avant et de la motivation, la commission peut accepter l’inscription dans l’année visée, et éventuellement dispenser aussi de certaines unités d’enseignement.
A l’inverse, elle peut refuser l’accès dans l’année visée et proposer une inscription au niveau inférieur, en dispensant là encore d’avoir à suivre certaines unités d’enseignement.
Enfin, troisième cas de figure, la commission peut autoriser l’accès dans l’année souhaitée, mais en imposant des dettes sur l’année précédente qu’il faudra donc rattraper.
Des parcours de formation adaptés

« Ce dispositif de la VAP se révèle très pratique pour gagner des années de formation et réduire les parcours, estime Fabienne Hien. Et grâce au système de dettes et de dispenses d’enseignement, on arrive à proposer des parcours de formation véritablement adaptés aux acquis des candidats. »
Un avis partagé par Anne Dubos qui est en train de boucler la rédaction de son mémoire, après avoir décroché tous les autres modules de son master 2. « Au-delà de la satisfaction personnelle d’être sur le point d’atteindre mon objectif, cette démarche m’a aussi permis de m’ouvrir l’esprit sur d’autres choses, ce qui me fait envisager l’avenir d’une nouvelle manière », conclut Anne Dubos.

http://le-stand.fr/blog/wp-content/uploads/2011/10/realisation-de-stand-salon-vocatis.jpg~~VVed Yves Rivoal. Ældre end anerkendelse af realkompetence (APL), der delvist har erstattet, er validering af erhvervserfaring (VAP), der udbydes i de uddannelsesinstitutioner, der tilbyder uddannelser. Med en vis succes.
Etableret i 1985, enheden validering af erhvervserfaring (VAP) er gældende for alle højere læreanstalter.
Det giver eleverne mulighed for at tilmelde dig ved at nedsættende at få adgang til uddannelse, når du ikke har de krævede kvalifikationer til at registrere automatisk. Mere...

Posté par pcassuto à 17:52 - - Permalien [#]

Les chefs d'entreprises séduits par le contrat de génération

http://www.le-grep-rh.com/imgs/le-grep-rh.pngDeux tiers des chefs d'entreprises envisageraient de recourir au contrat de génération, qui devrait être mis en place en 2013, selon un sondage réalisé par Oséo pour le magazine l'Entreprise.
Le nouveau contrat, promesse de campagne de François Hollande qui permettrait de lier l'embauche d'un jeune au maintien d'un senior dans l'entreprise en bénéficiant d'une réduction de charges, reçoit un bon accueil de la part de ces professionnels. Parmi les 1 017 chefs d'entreprises de croissance de la communauté Oséo Excellence interrogés, 63% ont en effet indiqué qu'ils envisageaient d'y recourir, dont 22% immédiatement et 41% à terme.
Des entreprises séduites mais prudentes

Malgré ce bon accueil, les chefs d'entreprises restent prudents et attendent de connaître les modalités de la mise en place du contrat de génération, indique L'Entreprise. Dans leurs commentaires, ils indiquent ainsi être favorables à des réductions de leurs charges sociales, tout en précisant que leurs embauches restent avant tout liées à un besoin et corrélées à l'activité de l'entreprise.
Outre que la complexité de la mesure pourrait la rendre dissuasive, certains dirigeants estiment par ailleurs être peu concernés par celle-ci, car ils ne comptent pas de salariés seniors dans leurs effectifs...

http://www.le-grep-rh.com/imgs/le-grep-rh.png Two thirds of business leaders consider to use the contract generation, which should be set up in 2013, according to a survey by OSEO for Enterprise magazine.
The new contract, campaign promise of Francois Hollande, which would link the hiring of a youth holding a senior in the company benefiting from a reduction in charges, was well received by these professionals
. More...

Posté par pcassuto à 17:34 - - Permalien [#]

Robert Hue, futur ministre de la formation professionnelle?

http://www.le-grep-rh.com/imgs/le-grep-rh.pngRobert Hue, l'ancien chef du Parti Communiste Français (PCF), pourrait être nommé ministre délégué à la formation professionnelle, révèle le Journal Du Dimanche.
Le journal annonce en effet que des "ajustements gouvernementaux" - plutôt qu'un véritable remaniement - pourraient se produire jeudi prochain. Deux portefeuilles ministériels seraient alors distribués, concernant le Commerce extérieur aux côtés de Pierre Moscovici, et la Formation professionnelle sous la direction de Michel Sapin.
Un soutien de François Hollande

Ce dernier poste serait "idéal pour l’ancien patron du PC et ex-candidat à la présidentielle Robert Hue", estime le JDD. Soutien de François Hollande lors de sa campagne, Robert Hue a récemment démissionné de son ancien poste à la présidence du conseil d'administration de la fondation Gabriel Péri.

http://www.le-grep-rh.com/imgs/le-grep-rh.png~~VRobert Hue, den tidligere leder af det franske kommunistparti (PCF), kunne blive udnævnt til erhvervsuddannelse, afslører Journal du Dimanche.
Avisen annoncerede i, at "justeringer regering" - snarere end en egentlig reorganisering - kan opstå næste torsdag.
To ministerielle porteføljer vil derefter blive fordelt på udenrigshandel med Pierre Moscovici, og træning under ledelse af Michel Sapin. Mere...

Posté par pcassuto à 12:46 - - Permalien [#]


Universités: une corrélation entre gratuité et médiocrité?

http://static.lpcdn.ca/lpweb/img/img_appMobiles.pngPar François Gros d'Aillon, professeur honoraire de l'UQAM. Un article de La Presse publié lundi dernier rappelait que « la Finlande est souvent citée en exemple depuis le début du conflit étudiant » comme un pays où « l'université est gratuite ». Dans le même ordre d'idées, on cite également souvent la gratuité presque totale des universités françaises.
Je ferai une petite parenthèse en rappelant que François Hollande, du Parti socialiste français, nouveau président de la république, quelque peu dans un autre contexte, disait quelques jours avant le second tour des élections présidentielles qu'il était contre la gratuité scolaire pour les enfants des Français résidant à l'étranger, car c'était « demander aux pauvres de payer pour les riches ». Propos répétés il y a quelques jours par la candidate du Front de gauche en Amérique du Nord aux élections législatives. Notre premier ministre serait donc de gauche et nos étudiants en grève seraient en fait de droite?
Les deux principaux classements internationaux des universités sont le «Times Higher Education World University Ranking» et le «Shanghaï Academic Ranking of World Universities». Parmi les dix premiers du classement du Times, il y a huit universités américaines et deux universités britanniques. Parmi les 20 premiers du classement Shanghai, il y a deux universités britanniques, une université japonaise et 17 universités américaines. Aucune de ces universités n'est gratuite; si mes souvenirs sont bons, les droits des scolarité de la première université américaine, Harvard, sont de l'ordre de 50 000 $ par année, avec près de 60% de boursiers, lesquels, essentiellement, ne paient presque rien.
La première université finlandaise au classement du Times est 91e, et 71e au classement Shanghaï, non seulement après des universités américaines, britanniques et japonaises, mais après des universités suisses, canadiennes, allemandes, suédoises, hollandaises, australiennes, chinoises, et coréennes.
La première université française (en France, ne pas confondre université et Grandes Écoles) obtient la 84e place.
Y aurait-il corrélation entre gratuité et médiocrité?
En France, tous les étudiants qui réussissent leur diplôme de fin d'études (appelé baccalauréat), diplôme d'ailleurs de plus en plus dévalorisé, peuvent s'inscrire à l'université, mais, en France, on entre dans les Grandes Écoles, par concours, après deux ou trois ans de classe préparatoire après le baccalauréat.
D'autre part, l'article de La Presse rappelait que en Finlande,  «seulement le tiers des étudiants sont admis à l'université. On a donné la chance à tout le monde jusqu'à l'âge de 17-18 ans. Après cela, c'est une compétition pour faire en sorte que les meilleures ressources soient données aux gens qui ont vraiment du talent pour la médecine, le droit, la mécanique et ainsi de suite. » La Finlande aurait donc des concours pour entrer à l'université, comme la France pour entrer dans les Grandes Écoles? Quel est le pourcentage des étudiants des cégeps admis à l'université?
Plus du tiers? Ont-ils tous assez de talent pour suivre une formation universitaire? Les étudiants seraient-ils prêts à passer des concours et, en fonction de leurs résultats, seraient-ils à accepter de n'être pas admis?
Il y a longtemps que l'on refuse toute compétition, toute évaluation sérieuse (j'ai nombre d'amis enseignants qui me le répètent souvent) pour ne pas traumatiser ces chers petits. Donnerait-on la coupe Stanley à toutes les équipes de hockey pour ne pas traumatiser les joueurs ?
En France, comme dans d'autres pays où les études universitaires sont gratuites, l'Argentine par exemple, le tiers des étudiants, voire moins, finissent leurs études universitaires, ce qui signifie à peu de chose près un gaspillage de 70% du budget des universités. Dans les Grandes Écoles françaises, à peu près tous les étudiants terminent leur études et obtiennent leur diplôme.
Je ne peux parler du Québec en général, j'ai enseigné 35 ans à l'UQAM, je ne sais pas quel est le pourcentage des étudiants inscrits qui finissent leur cours, mais ce que je sais, c'est qu'en moyenne, à l'UQAM, comme les cours ne coûtent et coûtaient presque rien, seulement la moitié des étudiants inscrits à un cours, finissaient le cours, ce qui réprésente 50% de gaspillage du budget de l'UQAM! Puisque cela prend deux fois plus d'enseignants, deux fois plus de salles de cours, deux fois plus de personnel de gestion, deux fois plus de coûts...
C'est cela, au moins en partie, le coût de la gratuité !

http://static.lpcdn.ca/lpweb/img/img_appMobiles.png ~ ~ V François d'Gros Aillon a čestným profesorom UQAM týždeň článok publikoval v La Presse v pondelok pripomenul, že "Fínsko je často citovaný ako príklad, pretože konflikt začal študovať" ako krajina, kde "Univerzita je voľný". V rovnakom duchu sme tiež cituje často takmer úplne bez francúzskych univerzít.
Budem odbočiť pri vedomí, že Francois Hollande, francúzska Socialistická strana, nový prezident, niektorí v inej súvislosti, povedal niekoľko dní pred druhým kolom prezidentských volieb, že bol proti bezplatné vzdelanie pre deti Francúzi žijú v zahraničí, pretože to bolo "pýtal chudobný platiť pre bohatých."
O opakoval pred niekoľkými dňami, ktoré kandidát Ľavé frontu v Severnej Amerike vo všeobecných voľbách. Náš premiér by bolo naše ľavá a štrajkujúci študenti by skutočne pravdu? Viac...

Posté par pcassuto à 10:50 - - Permalien [#]

Publication du Panorama 2012 de l'économie sociale et solidaire en PACA

http://www.cresspaca.org/upload/edito/publication-du-panorama-2012-24.pngIl est indispensable de mesurer l'importance quantitative de l'économie sociale et solidaire dans le territoire de notre région. Son traitement par la définition d'un périmètre stable et pertinent à partir de la nomenclature juridique normalisée de l'INSEE, ses comparaisons annuelles avec les autres formes d'entreprises décrivent les spécificités de la nature des entreprises de l'économie sociale et solidaire.
Pour rendre compte du dynamisme et de l'importance dans l'activité économique et l'emploi de notre région des associations, des coopératives et des mutuelles vous pouvez télécharger sur le site de la CRESS PACA le panorama 2012 de l'ESS dans la région Provence Alpes Côte d'Azur.
Cette 5e édition réalisée par l'Observatoire Régional de l'ESS de la Chambre Régionale a une dimension nouvelle. Pour améliorer sa visibilité, son nouveau format de 16 pages comprend le socle des informations essentielles à la compréhension des composantes, des secteurs d'activité et des principales évolutions de l'économie sociale et solidaire dans notre région.
Afin d'offrir aux acteurs de notre région une vision de la diversité de situations et d'objets de l'ESS ce panorama sera enrichi tout au long de l'année par des publications complémentaires de l'observatoire. Ces clés de lectures supplémentaires sous la forme de « focus thématiques » ou bien de « focus sectoriels » permettront d'appréhender l'économie de l'ESS dans la pluralité des biens et de services proposés par ses entreprises.
Néanmoins cet effort dans le traitement des données statistiques reste insuffisant à l'observation des innovations sociales portées par les entreprises de l'économie sociale et solidaire. Qu'il s'agisse de produire autrement, de consommer autrement ou encore d'échanger autrement... la complexité des processus et des effets des organisations de l'économie sociale et solidaire est trop peu évaluée et reconnue. Et ce, alors même qu'un nombre croissant d'acteurs de la vie civile, dont la jeunesse, et d'acteurs du monde politiques aspirent au projet d'une économie plus soutenable et plus démocratique.
L'économie sociale et solidaire est le premier contributeur à la construction de cette perspective.
Pour étoffer ces éléments quantitatifs, les organisations membres de la Chambre Régionale ont décidé de lancer pour cette année 2012 une vaste étude avec pour objectif de repérer et de valoriser les innovations sociales en Provence Alpes Côte d'Azur portées par les entreprises de l'économie sociale et solidaire. Le point d'orgue de ce dispositif régional d'observation prendra la forme d'un rendez-vous à l'occasion duquel les multi-parties prenantes du développement économique régional pourront débattre de l'enjeu des formes de soutien et des conditions d'amélioration de la diffusion de l'innovation sociale.
Comprendre et analyser les évolutions de l'économie sociale et solidaire, tel est le service de l'observatoire régional de l'ESS qui nous permet aujourd'hui d'affirmer: « Une autre économie existe en région Provence Alpes Côte d'Azur! »
Michel FAURE, Président. Télécharger le Panorama 2012 de l'économie sociale et solidaire en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

http://www.cresspaca.org/upload/edito/publication-du-panorama-2012-24.png~~V E 'essenziale per misurare l'importanza quantitativa dell'economia sociale nel territorio della nostra regione. Il suo trattamento da parte la definizione di un ambito stabile e adeguato dalla nomenclatura giuridica standardizzato da INSEE, suoi confronti annuali con altre forme di business descrivere la natura specifica delle attività di economia sociale.
Per riflettere il dinamismo e l'importanza dell'attività economica e l'occupazione in regione le nostre associazioni, cooperative e mutue possono essere scaricati dal sito del CRESS PACA 2012 panorama della SSE nella regione Provence Alpes Cote d'Azur.

Questa quinta edizione prodotta dall'Osservatorio Regionale del SSE della Camera regionale ha una nuova dimensione.
Per migliorare la sua visibilità, il suo nuovo formato della base comprende 16 pagine di informazioni essenziali per la comprensione dei componenti, le industrie e modifiche di rilievo dell'economia sociale nella nostra regione. Più...

Posté par pcassuto à 10:09 - - Permalien [#]
Tags :

Please rank responsibly

http://www.timeshighereducation.co.uk/magazine/graphics/mastheads/mast_blank.gifBy Phil Baty. Phil Baty reports on a declaration on world university league tables from a consortium of Latin American university rectors agreed in Mexico City.
It was a rare spectacle: a senior administrator of a leading international university, speaking at a conference of peers, issued a public “thank you” to those who compile university rankings. The rankers – me included – more typically face criticism of the power and influence we wield.
But Chen Hong, director of the office of overseas promotion at China's Tsinghua University, told the World 100 Reputation Network conference in Washington in May: “We should thank those organisations who publish these indicators. At least we can find something for comparison and benchmark our own performance.”
Reflecting the approach that my magazine, Times Higher Education, has taken to disaggregate the overall composite ranking scores in our publications, she explained: “What is useful for us is the detailed indicators within those rankings. We can find out comparable data, benchmarking various universities and use them for planning.”
Indeed, there is growing evidence that global rankings – controversial as they are – can offer real utility. But those of us who rank must also be outspoken about the abuses, not just the uses, of our output.
There is no doubt that global rankings can be misused.
It was reported recently, for example, that a $165 million Russian Global Education programme would see up to 2,000 Russian students each year offered “very generous” funding to attend institutions around the world – but that qualification for the generous scholarships will be dependent on the students attending an institution in the top 300 of the Times Higher Education World University Rankings. Brazil’s hugely ambitious Science Without Borders scholarship programme to send 100,000 Brazilian students overseas similarly links the scholarships to THE-ranked institutions.
While such schemes offer a welcome endorsement of the rigor of THE’s rankings data (provided by Thomson Reuters) and its ranking methodology, speaking as the (rather flattered) editor of the THE rankings I'd still suggest that they are ill-advised.
Global university ranking tables are inherently crude, as they reduce universities to a single composite score. Such rigid adherence to the rankings tables risks missing the many pockets of excellence in narrower subject areas not captured by institutionwide rankings, or in areas of university performance, such as knowledge transfer, that are simply not captured well by any ranking.
One of the great strengths of global higher education its extraordinarily rich diversity, which can never be captured by the THE World University Rankings, which deliberately seek only to compare those research-intensive institutions competing in a global marketplace and which include less than 1 percent of the world’s higher education institutions.
In this context, a new declaration from a consortium of Latin American university rectors agreed in Mexico City last week must be welcomed as a sensible and helpful contribution to the rankings debate. The declaration, agreed at a two-day conference at the National Autonomous University of Mexico, titled Latin American Universities and the International Rankings: Impact, Scope and Limits, noted with concern that “a large proportion of decision makers and the public view these classification systems as offering an exhaustive and objective measure of the quality of the institutions.”
The rectors’ concern is of course well-placed – no ranking can ever be objective, as they all reflect the subjective decisions of their creators as to which indicators to use, and what weighting to give them. Those of us who rank need to work with governments and policy makers to make sure that they are as aware of what rankings do not – and can never – capture, as much as what they can, and to encourage them to dig deeper than the composite scores that can mask real excellence in specific fields or areas of performance. That is why I was delighted to be in Mexico City last week to joint the debate.
The meeting, which drew together rectors and senior officials from 65 universities in 14 Latin American countries, issued a call to policy makers to “avoid using the results of the rankings as elements in evaluating the institution’s performance, in designing higher education policy, in determining the amount of finance for institutions and in implementing incentives and rewards for institutions and academic personnel.”
I would – to a large extent – agree. Responsibly and transparently compiled rankings like THE’s can of course have a very useful role in allowing institutions, like Tsinghua and many, many others, to benchmark their performance, to help them plan their strategic direction. They can help governments to better understand some of the modern policy challenges of mass higher education in the knowledge economy, and to compare the performance of their very best research-led institutions to those of rival nations. The rankings can help industry to identify potential investment opportunities and help faculty member make career and collaboration decisions.
But they should inform decisions – never drive decisions.
The Mexico declaration said: “We understand the importance of comparisons and measurements at an international level, but we cannot sacrifice our fundamental responsibilities in order to implement superficial strategies designed to improve our standings in the rankings.”
Some institutional leaders are not as sensible as those in Latin America.
Speaking at the same Washington conference where Chen Hong gave thanks to the rankers, Pauline van der Meer Mohr, president of the executive board at Erasmus University, Rotterdam, confirmed frankly that proposals for a merger between her institution and Dutch counterparts the University of Leiden and the Delft University of Technology were “all about the rankings.”
The three Dutch institutions calculated, she explained, that merged as one, they would make the top 25 of world rankings, while separately they languish lower down the leagues. “Why would you do it if it doesn't do anything for the rankings?” she asked.
But the merger did not take place. It was dropped because of a mix of political unease, fierce alumni loyalty to the existing “brands,” and an “angry” response from research staff. Researchers at all three institutions, van de Meer Mohr admitted, had asked: “You are not going to merge universities just to play the rankings game?” To do so, they had concluded, would be “ridiculous.”
I believe that those Dutch academics were quite right.
• This article first appeared in Inside Higher Ed.

Posté par pcassuto à 01:48 - - Permalien [#]

82 246 organismes de formation recensés

http://www.prao.org/images/bandeau_pro.jpgSur le Portail officiel de la liste publique des organismes de formation
Un Portail Internet issu directement des modalités de la loi du 24 novembre 2009 qui prévoyait, entre autres, de rendre publique l’offre de formation privée.
Au 24 mai le portail compte 82 246 organismes de formation enregistrés. Ce portail recense nationalement les prestataires de formation déclarés. Ce service devrait être complété avec le développement de l’entrepôt de l’offre de formation, dont les phases de test arrivent à leur fin. La collaboration accrue des organismes de formation eux-mêmes, fera que l'outil deviendra de plus en plus exhaustif. Ce projet a une triple mission:
- améliorer la qualité et les délais de prescription de formation en direction des demandeurs d’emploi;
- renforcer la visibilité et la lisibilité de l’offre de formation par les organismes de formation, pour les financeurs, les entreprises et les salariés;
- développer un outil à l’échelle nationale proposant une information homogène accessible à l’ensemble du territoire français.
Actuellement, une première application, baptisée « Aude », développée par Pôle emploi, est en cours de test. Une application qui vise à récupérer l’information disponible au sein de l’entrepôt pour permettre de mieux gérer les inscriptions auprès du service public de l’emploi. Si cette première phase est en œuvre depuis quelques semaines, une seconde - plus ouverte sur l’ensemble des prescripteurs – sera mise en test dès septembre-octobre 2012.
Accédez au portail officiel de la liste publique des organismes de formation.

http://www.prao.org/images/bandeau_pro.jpg~~V Portal på den officielle liste af offentlige uddannelsesinstitutioner.
En internetportal direkte fra betingelserne i lov af November 24, 2009 som forudsat, bl.a. en offentliggørelse af den private uddannelse
. Gå til officielle gateway til offentlig liste over uddannelsesorganisationer. Mere...

Posté par pcassuto à 00:32 - - Permalien [#]

10 ans de la VAE en Rhône-Alpes

http://www.prao.org/medias/photo/vae_1339484982845.png10 ans de la VAE en Rhône-Alpes: une journée pour partager dix ans d'expérience
Le PRAO organise un événement régional le 23 octobre 2012 à Lyon pour tous les professionnels de l'orientation, de l'emploi, de la formation et de la validation.
Sous forme de tables rondes, de conférences et d'ateliers, nous aborderons la question du bilan du dispositif VAE, en lien avec l'esprit initialement prévu par la loi de modernisation sociale. Les ateliers présenteront des projets concrets et innovants qui permettront de donner des perspectives aux acteurs de la VAE.
Ouverture des inscriptions en septembre sur www.prao.org.
Pour tout renseignement: prao-vae@rhonealpes.fr.
Voir aussi Tableau de bord VAE 2010 en Rhône-Alpes, Analyse des parcours VAE en Rhône-Alpes - une première en France.

http://www.prao.org/medias/photo/vae_1339484982845.png ~ ~ V 10 rokov VAE v Rhône-Alpes: deň zdieľať desaťročia skúseností
Cope organizuje regionálnu akciu 23. októbra 2012 v Lyone pre všetky profesionálne poradenstvo, zamestnanosť, vzdelávanie a validácie.

Forma konferencií okrúhlych stolov, seminárov a workshopov, budeme riešiť otázku súvahe zariadenia VAE v súvislosti s duchom pôvodne predpokladané zákonom spoločenskej modernizácie.
Tieto semináre budú prezentovať inovatívne a praktické projekty, ktoré poskytujú príležitosti pre hráčov VAE. Viac...

Posté par pcassuto à 00:24 - - Permalien [#]
Tags :